Michele Bianchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bianchi.

Michele Bianchi (né le 22 juillet 1883 à Belmonte Calabro, dans la province de Cosenza en Calabre - mort le 3 février 1930 à Rome) était un journaliste et un homme politique italien.

La période socialiste et syndicaliste révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Michele Bianchi est lycéen à Cosenza puis il étudie à la faculté de droit de Rome et s'oriente dans le journalisme avant la fin de ses études. Il devient collaborateur de l’Avanti! et il adhère au Parti socialiste italien dont il est un dirigeant. En 1904, il participe au congrès de Bologne du PSI où il soutient le courant révolutionnaire emmené par Arturo Labriola.

En 1905 il démissionne de l’Avanti! avec ses amis syndicalistes révolutionnaires et prend, à partir du 1er juillet et pour quelques mois, la direction de la Jeunesse socialiste, organe de la fédération des jeunes socialistes. Il lance une campagne antimilitariste qui le conduit en prison puis il se déplace à Gênes où il devient secrétaire de la chambre du travail et directeur de Lotta socialista.

En 1906, suite à des soulèvements ouvriers qu'il soutient, Bianchi affirme sa position pacifiste au sein du PSI qui n'est pas acceptée unanimement. Il est l'un des acteurs qui conduit à la scission des syndicalistes révolutionnaires du parti socialiste qui se produit d'abord au congrès de la jeunesse socialiste de Bologne en avril 1907 puis au premier congrès syndicaliste qui se tient à Ferrare en juillet.

S'ensuit une période de voyages en Italie et d'arrestations. En mai 1910, il devient directeur du journal La Scintilla dans lequel il lance l'idée, restée lettre morte, d'une liste unique de socialistes et socialistes révolutionnaires en vue des imminentes élections administratives. Mis en minorité pour « avoir trahi l'authenticité du syndicat », il décide, compte tenu de l'augmentation des électeurs de transformer La Scintilla d'hebdomadaire en quotidien d'où il dirige quelques mouvements de révoltes prolétariennes en 1911.

Il est de nouveau arrêté à Trieste pour un article qui attaque Giovanni Giolitti et la guerre de Libye avant que les difficultés économiques lui imposent la fermeture du journal. Il revient à Ferrare grâce à une amnistie et il crée le journal La Battaglia destiné à la campagne électorale de 1913 pour laquelle il est candidat sans succès. Par la suite, il s'installe à Milan où il devient un des principaux représentants de l'union syndicale.

Le tournant interventionniste et fasciste[modifier | modifier le code]

À l'instar d’Alceste De Ambris et de ses amis de l'Union syndicale milanaise, Bianchi prend des positions interventionnistes, favorables à l'entrée en guerre. Il cosigne, en 1914, le manifeste des Faisceaux d'action internationaliste, pro-interventionniste.

Il participe en tant que volontaire à la Première guerre, devenant sous-officier d'infanterie, puis d'artillerie. Comme tous les interventionnistes, il est expulsé de l’Unione Sindacale Italiana (USI, d'inspiration anarcho-syndicaliste) et participe en 1918 à la fondation du syndicat national-syndicaliste, l’Unione Italiana del Lavoro (UIL).

À la fin du conflit, Bianchi participe à la fondation des Faisceaux italiens de combat (Fasci Italiani di Combattimento), en mars 1919, puis à celle du Parti national fasciste, dont il est élu secrétaire national en 1921. Dans le cadre de cette fonction, il cherche à établir une alliance entre les fascistes et les autres forces de droite. Il autorise un grand nombre d'actions menées par les Chemises noires.

Il participe en octobre 1922 comme quadrumviro à la marche sur Rome, qui a pour résultat la nomination de Mussolini à la présidence du conseil. Le 4 novembre, Bianchi occupe la fonction de secrétaire général au ministère de l'intérieur du nouveau gouvernement dirigé par le duce. En 1923, après avoir démissionné de la fonction de secrétaire du PNF, il devient membre du Grand Conseil du fascisme et en 1924 il est élu député de la liste Mussolini. Le 14 mai, il se démet de la fonction de secrétaire général à l'Intérieur.

En 1925, il est nommé sous secrétaire aux travaux publics puis en 1928 sous secrétaire au ministère de l'Intérieur et le 12 septembre 1929 ministre des travaux publics.

La construction du centre hivernal Camigliatello Silano, un moment appelé Camigliatello Bianchi date de cette époque ainsi que plusieurs ouvrages publiques à Cosenza.

Il est réélu député, mais sa santé, déjà fragile en raison d'une grave maladie, s'aggrave jusqu'à sa mort, le 3 février 1930.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Article connexe[modifier | modifier le code]