Michèle Alliot-Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Michele Alliot-Marie)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alliot et Marie.
Michèle Alliot-Marie
Michèle Alliot-Marie, le 4 septembre 2009.
Michèle Alliot-Marie, le 4 septembre 2009.
Fonctions
Députée de la 6e circonscription
des Pyrénées-Atlantiques
Législature XIIIe
Prédécesseur Daniel Poulou
Successeur Sylviane Alaux
Réélection 17 juin 2007
Législature XIIIe
Prédécesseur Daniel Poulou
Successeur Daniel Poulou
Réélection
1er juin 1997
16 juin 2002
Législature Xe, XIe et XIIe
Prédécesseur Daniel Poulou
Successeur Daniel Poulou
Élection 12 juin 1988
Réélection 28 mars 1993
Législature IXe et Xe
Prédécesseur Circonscription créée
Successeur Daniel Poulou
Ministre d'État, ministre des Affaires étrangères et européennes
20e ministre des Affaires étrangères de la Ve République
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement Fillon III
Prédécesseur Bernard Kouchner
Successeur Alain Juppé
Ministre d'État, garde des Sceaux,
ministre de la Justice et des Libertés

26e garde des Sceaux de la Ve République
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement Fillon II
Prédécesseur Rachida Dati
Successeur Michel Mercier
Ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des Collectivités territoriales
38e ministre de l'Intérieur de la Ve République
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement Fillon I et II
Prédécesseur François Baroin (Intérieur)
Hervé Mariton (Outre-mer)
Successeur Brice Hortefeux
Ministre de la Défense
Portefeuille des Anciens combattants
du au

18e ministre de la Défense de la Ve République
Président Jacques Chirac
Gouvernement Raffarin I, II et III
de Villepin
Prédécesseur Alain Richard
Successeur Hervé Morin
Présidente du RPR
Prédécesseur Nicolas Sarkozy (intérim)
Philippe Séguin (indirectement)
Successeur Serge Lepeltier (intérim)
Alain Juppé (UMP)
Maire de Saint-Jean-de-Luz
Élection
Réélection
Prédécesseur Paul Badiola
Successeur Peyuco Duhart
Ministre de la Jeunesse et des Sports
Président François Mitterrand
Gouvernement Balladur
Prédécesseur Frédérique Bredin
Successeur Guy Drut
Députée des Pyrénées-Atlantiques (proportionnelle)
Élection
Législature VIIIe
Prédécesseur Circonscription créée
Successeur Alain Lamassoure
Secrétaire d'État
auprès du ministre de l'Éducation nationale
,
chargée de l'Enseignement
Président François Mitterrand
Gouvernement Jacques Chirac II
Prédécesseur Roland Carraz (Enseignement technique et technologique)
Successeur Robert Chapuis (Enseignement technique)
Biographie
Nom de naissance Michèle Yvette Marie-Thérèse Marie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Villeneuve-le-Roi (Seine-et-Oise)[1]
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique RPR, UMP
Conjoint Michel Alliot (divorcés)
Patrick Ollier
Diplômée de Université Panthéon-Assas
Université Panthéon-Sorbonne
Profession Avocate
Politologue
Universitaire

Michèle Alliot-Marie, dite MAM[Note 1], née le à Villeneuve-le-Roi (Seine-et-Oise, aujourd'hui Val-de-Marne), est une femme politique française.

Députée des Pyrénées-Atlantiques durant six législatures, entre 1986 et 2012, elle préside notamment le Rassemblement pour la République (RPR) de 1999 à 2002. Membre des gouvernements Jacques Chirac II (1986-1988) puis Édouard Balladur (1993-1995), elle assuma par quatre fois et sans interruption des portefeuilles ministériels régaliens (Défense, Intérieur, Justice et Affaires étrangères) de 2002 à 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Michèle Marie est la fille de Bernard Marie, arbitre international de rugby à XV, ancien député des Pyrénées-Atlantiques et maire de Biarritz[2],[3], et de Renée Leyko. Le nom composé « Alliot-Marie » est le nom d'usage qu'elle a adopté à la suite de son premier mariage et qu'elle a conservé après son divorce.

Elle fréquente le lycée de la Folie Saint-James, à Neuilly-sur-Seine, et commence ses études universitaires à la faculté de droit et de sciences économiques de Paris, puis à celle de lettres à la Sorbonne. Après la réforme Faure des universités, elle poursuit ses études à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l'université Paris 2 Panthéon-Assas. Elle adhère alors à l'UNI[4].

Elle en sort diplômée d'études supérieures de droit privé, de science politique et d'histoire du droit. Elle est docteur en droit en 1973, de l'université Paris 2 Panthéon-Assas, à la suite d'une thèse sur le Salarié actionnaire, et docteur d'État en science politique en 1982 avec une thèse d'État soutenue à Paris I et intitulée Décisions politiques et structures administratives[5].

Également titulaire du Certificat d'aptitude à la profession d'avocat (CAPA), du Certificat de droit et d'économie des pays d'Afrique et d'une maîtrise d'ethnologie, Michèle Alliot-Marie est lauréate de la faculté de droit et de sciences économiques[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Divorcée de Michel Alliot, de 22 ans son aîné, en 1984, qu'elle épouse après ses études de droit, elle est, depuis 1988, la compagne de Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison et ancien ministre chargé auprès du Premier ministre des relations avec le parlement dans le gouvernement Fillon III depuis le 14 novembre 2010, ainsi qu'ancien président de l'Assemblée nationale du 7 mars au [3].

Carrière universitaire et professionnelle[modifier | modifier le code]

Durant sa formation, elle se rapproche de son professeur de droit, Michel Alliot, qui était directeur de cabinet d'Edgar Faure, alors ministre de l'Éducation nationale, de 1968 à 1969. Elle l'épouse en 1971, et, avec lui, fréquente les milieux universitaires et ministériels.

Elle est tout d'abord assistante à l'université Paris II Panthéon-Assas puis à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, entre 1970 et 1984, avant de devenir maître de conférences en droit public à partir de 1984, poste qu'elle quitte pour ses fonctions électives nationales à partir de 1986.

En 1972, elle est appelée auprès d'Edgar Faure, alors ministre des Affaires sociales, comme conseillère technique, fonction qu'elle occupe également entre 1974 et 1976, auprès de Jean-Pierre Soisson, secrétaire d'État aux universités. Elle est de plus nommée chargée de mission aux cabinets du ministre des Départements et Territoires d'outre-mer, Bernard Stasi, de 1973 à 1974, et du secrétaire d'État au Tourisme, Gabriel Ducray, en 1974. Elle devient directrice de cabinet d'Alice Saunier-Seité, secrétaire d'État puis ministre des universités, de 1976 à 1978, avant de travailler dans le secteur privé, comme administratrice puis PDG de la société Uta-Indemnité, entre 1979 et 1985[7]. Elle exerce aussi les fonctions d'avocate.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Engagement local dans le Pays basque[modifier | modifier le code]

Michèle Alliot-Marie entre réellement en politique en 1983, en tant que conseillère municipale du village basque de Ciboure, situé au sud du fief politique de son père, Biarritz, près de Saint-Jean-de-Luz. L'année suivante, elle est élue cette fois-ci à Biarritz, aux côtés de Bernard Marie. En 1990, une partie de la majorité municipale, derrière le premier adjoint UDF-CDS Didier Borotra, passe dans l'opposition en critiquant le projet du maire de construire un hôtel-casino sur le front de la grande plage de la ville, ce qui provoque la chute du conseil[8]. Les élections municipales anticipées de 1991 sont alors remportées par la liste de Didier Borotra, qui unit à l'UDF locale deux élus socialistes sortants et qui a reçu entre les deux tours le soutien de nationalistes basques[9]. Elle quitte à cette occasion le conseil municipal en même temps que son père perd la mairie.

Photographie de l'hôtel de ville de Saint-Jean-de-Luz
Hôtel de Ville de Saint-Jean-de-Luz.

Elle se tourne alors vers une autre commune de la côte basque, Saint-Jean-de-Luz. Élue au conseil général des Pyrénées-Atlantiques pour le canton de cette commune en 1994, et vice-présidente de l'assemblée départementale dirigée par François Bayrou, elle affronte ensuite le maire sortant, lui-aussi UDF-CDS, Paul Badiola, lors des municipales de 1995, et l'emporte. Réélue au premier tour en 2001 (avec 51,86 % des suffrages) et en 2008 (de nouveau tête de liste même si elle a, avant l'élection, précisé qu'elle ne briguerait pas le fauteuil de maire[10], sa liste est réélue au 1er tour avec 55,56 % des suffrages et 26 sièges sur 33[11]), elle a cédé son siège de maire à la suite de son entrée au gouvernement en 2002 à Pierre « Peyuco » Duhart et reste première adjointe au maire chargée des relations institutionnelles et de l'intercommunalité[12]. Elle est également membre titulaire du conseil de l’Agglomération Sud Pays Basque depuis sa création en 2005[13].

En tant que maire, elle mène une politique visant essentiellement à confirmer le statut de station balnéaire estivale de Saint-Jean-de-Luz et se félicite d'avoir rééquilibré les finances locales[14]. L'opposition locale néanmoins lui reproche d'avoir trop favorisé les dépenses de prestige et le développement touristique de la ville, au détriment de la circulation et du logement social, en retard, selon elle, de 445 HLM pour atteindre le seuil des 20 % fixés par la loi SRU[15]. La majorité s'est défendue en promettant, lors de la campagne des municipales de 2008, la construction de 300 logements sociaux supplémentaires et l'obligation de 30 % de logements sociaux dans tout nouveau programme de construction privé[15].

L'opposition municipale reproche également à Michèle Alliot-Marie de trop favoriser ses responsabilités nationales au détriment de la commune, lui reprochant notamment de ne pas avoir empêché la fermeture, en 1997, de la sardinerie Saupiquet, provoquant un plan social touchant 130 personnes, à quoi ses partisans répondent généralement que son poids politique à Paris a favorisé l'obtention par la ville de subventions du conseil général, de la Région, de l'État ou de l'Europe[16].

Sur le plan de la politique basque, elle s'oppose à l'idée de transformer le Pays basque en un département distinct, projet défendu par les nationalistes, une grande partie de la gauche mais aussi au sein de l'UDF locale, et propose plutôt la création d'une région « Basque, Béarn, Bigorre », dite les « 3 B »[16].

Les débuts sur le plan national[modifier | modifier le code]

Suppléante pour son père, député des Pyrénées-Atlantiques, de 1978 à 1981, elle est élue elle-même à l'Assemblée nationale dans les rangs du RPR pour ce département lors des élections législatives de mars 1986. Elle entre alors dans le gouvernement de Jacques Chirac en tant que secrétaire d'État à l'Enseignement auprès du ministre de l'Éducation nationale, René Monory.

En 1988, elle est réélue député cette fois pour la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques (en 1986, le scrutin étant à la proportionnelle de liste, il n'y avait pas de circonscriptions), à savoir Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye et tout le sud de la côte basque. Elle est réélue en 1993, en 1995 (élections partielles à la suite de la démission de son ancien suppléant qui avait pris le relais lors de son entrée au gouvernement), en 1997, en 2002 et en 2007. Toutefois, elle n'a siégé que de 1988 à 1993 et de 1995 à 2002, laissant sa place le reste du temps, où elle était membre du gouvernement, à son suppléant Daniel Poulou. À l'Assemblée nationale, elle est notamment membre de la Commission des Affaires étrangères de 1988 à 1993 et de 1996 à 2002 ainsi que de la Commission de la défense nationale et des forces armées de 1995 à 1996 et de juin à [17].

De 1993 à 1995 elle est ministre de la Jeunesse et des Sports dans le gouvernement Balladur. Elle est confrontée dès cette époque au problème de la violence dans les stades, notamment dans le cadre du match Caen-PSG du . En conséquence, elle est à l'origine de la loi, qui porte son nom, du qui a créé notamment la peine juridique particulière qu'est l'interdiction de stade[18]. Elle fonde également à ce poste la fédération du bénévolat.

À l'approche de l'élection présidentielle de 1995, elle refuse de choisir entre son Premier ministre, Édouard Balladur, et le président du RPR, Jacques Chirac, qui reste l'un de ses mentors en politique. Elle tente alors de faire « la passerelle » entre balladuriens et chiraquiens, surnom qui lui est pendant un temps resté[19]. Cette neutralité lui vaudra de faire partie des ministres du gouvernement Balladur à ne pas être reconduits dans le gouvernement Juppé issu de la victoire de Jacques Chirac à la présidentielle. Elle se tourne alors plus particulièrement vers la vie de son parti, le RPR, en crise à la suite des défaites des législatives de 1997, de la contre-performance des régionales de 1998 et surtout du désastre des européennes de 1999.

L'ascension au sein du RPR[modifier | modifier le code]

Entrée au comité central du RPR en 1984, à la commission exécutive en 1985 et au bureau politique en 1991, elle exerce au sein du parti des responsabilités en rapport avec certains de ses centres d'intérêt professionnels ou politiques : secrétaire nationale à l'enseignement et à la recherche de 1985 à 1986, puis aux études et projet de 1988 à 1990, elle devient ensuite secrétaire générale adjointe chargée des affaires étrangères de 1990 à 1993. Mise à l'écart un temps des instances dirigeantes du mouvement à partir de 1995, elle revient en 1998 comme secrétaire nationale chargée des questions de société de 1998 à 1999 et enfin aux élections en 1999.

Lors des premières élections directes par les militants du président du parti en novembre-, elle se porte candidate. Elle fait alors véritablement figure d'« outsider », face au candidat de l'Élysée Jean-Paul Delevoye mais aussi face aux représentants des grandes tendances traditionnelles du mouvement (François Fillon pour les gaullistes sociaux ou séguinistes, Patrick Devedjian pour les conservateurs libéraux ou balladuriens-sarkozystes). Elle arrive ainsi au 1er tour en seconde position avec 31,19 % des voix derrière Delevoye (35,26 %) et, bénéficiant des désistements en sa faveur des deux autres candidats, elle l'emporte finalement au second tour avec 62,71 % des votes des militants le [20].

Bien que déclarant sa fidélité au chef de l'État, Michèle Alliot-Marie cherche à rendre le RPR plus autonome vis-à-vis de l'Élysée. Elle prend en outre ses distances avec la stratégie de ses prédécesseurs, dont Nicolas Sarkozy, d'alliance avec les libéraux de DL : ainsi s'oppose-t-elle à la création d'un grand parti de droite prônée par certaines personnalités comme Jean-Pierre Raffarin. Elle entend aussi tourner la page des « affaires » qui ont touché le parti à la fin des années 1990 en laissant faire la justice[21]. Voulant organiser une opposition combattive vis-à-vis du gouvernement Jospin, elle forme un « Cabinet fantôme » composé de 12 délégués nationaux du RPR, mais échoue à le faire réellement connaître[22]. Elle met son parti en ordre de bataille pour les municipales de 2001, globalement gagnée par la droite même si certains grands fiefs (Paris, Lyon) basculent à gauche du fait dans ces villes de la division du camp présidentiel, et surtout pour l'élection présidentielle de 2002. Toujours hostile à la disparition du RPR dans un grand parti de droite, elle se résout néanmoins à la naissance de l'Union pour la majorité présidentielle (devenue Union pour un mouvement populaire après l'élection présidentielle de 2002). C'est le secrétaire général du RPR, Serge Lepeltier, qui accompagne sa dissolution dans le nouveau mouvement présidentiel le .

Ministre de la Défense[modifier | modifier le code]

Son rôle en tant que présidente du RPR dans la réélection de Jacques Chirac pousse celui-ci et son nouveau Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, à la nommer à un poste important, celui de ministre de la Défense. Elle devient alors la première femme à accéder à un tel poste en France, mais aussi au sein des cinq grandes puissances nucléaires mondiales. Présente sur le terrain, rendant régulièrement visite aux troupes engagées dans des zones de conflit (notamment en Afghanistan, en Côte d'Ivoire ou au Liban), elle acquiert rapidement une certaine popularité au sein de l'armée[23]. Elle passe par exemple les réveillons de la Saint-Sylvestre parmi les soldats : à Kaboul en 2002[24] et en 2004[25], à Yamoussoukro en 2003[26], en Oman avec les équipages de la frégate Courbet et du sous-marin nucléaire d'attaque Perle déployés dans l'océan Indien en 2005[27] et au Liban du Sud en 2006[28].

Dans la pratique, elle accompagne la professionnalisation de l'armée après la fin de la conscription. Elle élabore un nouveau projet de loi de programmation militaire pour les années 2003 à 2008, en remplacement de celui qui avait été présenté par la précédente majorité de gauche plurielle et son prédécesseur Alain Richard. Le texte de 2001 prévoyait notamment une moyenne annuelle de crédits sur la durée de la loi de 13,34 milliards d’euros constants, suivant un rythme de progression de 0,8 % à compter de 2003. Jacques Chirac, tout en l'approuvant[réf. nécessaire], avait dès le départ estimé[réf. nécessaire] qu’il ne répondait pas à toutes les attentes des armées et prévoyait de nouveaux retards dans les programmes d’équipement. Michèle Alliot-Marie est donc chargée de remanier le programme et présente son projet de loi devant ses collègues du gouvernement Raffarin et le président de la République le . Il prévoit des moyens nettement plus élevés, avec des crédits d’équipement et de recherche de 14,6 milliards d’euros en moyenne annuelle, 2,4 milliards d’annuité moyenne d’entretien des matériels et 3,8 milliards consacrés à la recherche[réf. nécessaire]. Les effectifs militaires doivent passer de 437 000 hommes prévus en 2003 à 446 600 en 2008. Son projet phare reste la construction envisagée d'un second porte-avions (projet finalement abandonné). L'opposition reproche à cette nouvelle programmation de se faire aux dépens de la construction d'une défense européenne, les Verts parlant de « militarisme nationaliste » ou le PS, par le biais de Jack Lang, de « provocation ». La loi est finalement promulguée au Journal officiel du [29].

Michèle Alliot-Marie avec son homologue américain Donald Rumsfeld, en 2005.

Elle s'attache par la suite à défendre fermement les crédits prévus par cette loi de programmation et le budget de la Défense, notamment contre Nicolas Sarkozy qui, ministre de l'Économie et des Finances pendant quelques mois en 2004, veut réduire les moyens alloués à son ministère[30]. Elle doit également faire face à un certain nombre de crises internationales, ce qui l'amène à intervenir sur le plan diplomatique, notamment en défendant la position de la France face à Donald Rumsfeld sur la question irakienne, pour gérer la crise ivoirienne à partir de ou participer à la coordination de la réponse internationale au conflit israélo-libanais de 2006. Elle est également confrontée à la question du désamiantage du porte-avions Clemenceau durant l'hiver 2005-2006.

Concernant l'industrie militaire française, son passage au ministère de la Défense correspond à la restructuration en 2006 du GIAT et à la transformation de la DCN en DCNS[31]. Le , elle se prononce de plus en faveur d'un rapprochement des différents acteurs européens en matière d'armes sous-marines, afin de créer en la matière un équivalent du concepteur et producteur de missiles MBDA[32].

Elle gagne sur la scène internationale une certaine notoriété : en 2006, elle est ainsi classée comme la 57e femme la plus puissante au monde par le magazine Forbes[33]. En 2007, devenue ministre de l'Intérieur, elle gagne 46 places et se retrouve à la 11e au monde, 2e en Europe et 1re en France[34]. Elle disparait de ce classement en 2008.

Élection présidentielle de 2007[modifier | modifier le code]

Michèle Alliot-Marie à la cérémonie du 11 novembre 2006, à Paris.

Pressentie comme possible candidate à l'élection présidentielle de 2007[35], Michèle Alliot-Marie fonde un mouvement politique gaulliste baptisé Le Chêne.

Le 27 décembre, Michèle Alliot-Marie annonce dans une interview au journal Sud Ouest, qu'elle ne demandera pas « le soutien logistique et financier » de l'UMP à l'élection présidentielle de 2007 mais qu'elle réfléchit à une candidature hors parti. Finalement, le , MAM annonce son soutien au candidat de l'UMP, Nicolas Sarkozy[36].

Le , lors du congrès d'investiture de l'UMP, elle prononce un discours de soutien en faveur de Nicolas Sarkozy et se fait alors remarquer par son attaque contre Ségolène Royal : « Nous n'avons pas besoin de quelqu'un qui change d'idées aussi souvent que de jupe[37] ».

Ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des Collectivités territoriales dans le premier gouvernement Fillon et est confirmée à ce poste dans le deuxième, formé un mois plus tard, après les élections législatives. C'est la première femme nommée à ce poste en France.

Elle lutte alors à nouveau, comme elle l'avait fait lorsqu'elle était ministre de la Jeunesse et des Sports, contre la violence dans les milieux de supporters de football. Elle décide notamment, le , après les avis favorables de la Commission nationale consultative pour la prévention des violences dans les enceintes sportives et à la suite de l'affaire de la banderole anti-chti déployée au Stade de France le , de dissoudre l'un des clubs de supporters jugés les plus violents, les Boulogne Boys[38]. Elle renforce également la législation concernant les chiens jugés dangereux, là encore après une série de faits-divers dont le décès d'une enfant de 18 mois à Épernay des suites d'une attaque d'un chien le [39].

Chargée de la réforme des services de renseignement français, elle préside à la fusion de la Direction de la surveillance du territoire (DST, essentiellement chargé du contre-espionnage en France) et de la Direction centrale des Renseignements généraux (DCRG, renseignant le gouvernement sur tout mouvement pouvant porter atteinte à l'État) au sein de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), fondée le [40], se voulant un « "FBI à la française" en matière de renseignement »[41].

Toujours dans ce domaine, Michèle Alliot-Marie a dû faire face à la contestation liée aux fichiers de renseignement créés par cette réforme. En effet, la DCRI est alors dotée de deux fichiers de base de données concernant la lutte anti-terrorisme et le contre-espionnage (Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et des intérêts nationaux ou CRISTINA) et des fichiers des renseignements généraux augmentés des critères utilisés par CRISTINA (Exploitation documentaire et valorisation de l'information générale dit EDVIGE[42]). S'attirant les réserves de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), notamment concernant l'âge minimum lié à la collecte d'informations sur des mineurs au sein du fichier EDVIGE que la CNIL souhaite remonter à 16 ans au lieu de 13 ans[43], ces deux bases de données, et en tout premier lieu EDVIGE, provoquent un vaste mouvement de protestation à la fin de l'été 2008 de la part des associations de défense de la vie privée et des libertés individuelles et au sein de la classe politique, des membres du gouvernement (dont le ministre de la Défense Hervé Morin) émettant à leur tour des réserves. Ces opposants critiquent surtout le flou qui entoure le qualificatif « susceptibles de porter atteinte à l'ordre public », le fichage des mineurs dès 13 ans, l'introduction dans les renseignements conservés de l'orientation sexuelle et de l'état de santé des personnes concernées. Michèle Alliot-Marie défend le projet tout en proposant peu à peu des aménagements comme l'introduction d'un « droit à l'oubli » qui provoquerait le retrait du fichier au bout d'un certain délais des renseignements concernant une personne qui aurait commis des infractions dans son jeune âge mais « qui se compor[te] bien par la suite » ou en remplaçant la motion ambiguë d'« atteinte à l'ordre public » par « atteinte à la sécurité publique, aux personnes et aux biens »[44].

L'intervention directe dans ce dossier de la présidence de la République a été vue par une grande partie des observateurs comme un « désaveu » de Nicolas Sarkozy vis-à-vis de la gestion de la crise par son ministre[45], tandis que sa marge de manœuvre était déjà considérée comme très faible dans un ministère dirigé pendant quatre ans par Nicolas Sarkozy et qui a donné à ce dernier ses principaux collaborateurs à l'Élysée[46].

Son passage Place Beauvau est aussi marqué par l'affaire Julien Coupat, accusé de faits de terrorisme et incarcéré pendant sept mois avant d'être relâché, la création à partir du des Unités territoriales de quartier (Uteq, parfois présentées comme une nouvelle version de la police de proximité[47]), le rattachement au des forces de gendarmerie au ministère de l'intérieur sur le plan budgétaire pour leurs missions de sécurité intérieure et par le lancement le de la préparation du projet de la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, dite LOPPSI 2[48]. Les mesures concernant la cybercriminalité ont été présentées le [49]. Le , ce projet de loi passe en conseil des ministres.

Ministre d'État, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés[modifier | modifier le code]

Le , Claude Guéant annonce que Nicolas Sarkozy nomme Michèle Alliot-Marie garde des Sceaux, ministre de la Justice. Celle-ci prend ses nouvelles fonctions le lendemain. Elle est désormais le deuxième ministre d'État du deuxième gouvernement François Fillon, avec Jean-Louis Borloo, et c'est son troisième ministère régalien d'affilée, égalisant ainsi Michel Debré.

Sa nomination intervient après une série de suicides dans les prisons françaises. Le , alors que les chiffres donnés par le ministère de la Justice (75 suicidés depuis janvier à cette date) et les associations (qui parlent de 88 à 90) divergent légèrement, Michèle Alliot-Marie demande à la direction de l'administration pénitentiaire un rapport sur l'état de la question, afin de réaliser « une analyse rétrospective des suicides constatés depuis début 2009 » et « de tirer les leçons pour faire plus que ce qui est fait aujourd’hui »[50]. Onze jours plus tard, une fois cette étude remise, elle rend officiellement public les vingt recommandations qui avaient été présentées en avril précédent par la commission que Rachida Dati avait confié au docteur Louis Étienne Albrand (qui avait toutefois boycotté alors la remise de ce rapport et en avait ainsi récusé la paternité) et en annonce la mise en place intégrale. Ces mesures mettent essentiellement l'accent sur la formation du personnel des quartiers de détention jugés « à risques » (ceux des arrivants, disciplinaires et d'isolement ainsi que les établissements pour mineurs) « pour leur permettre de détecter les détenus qui présentent un risque suicidaire et de mieux les accompagner », la limitation des risques en confiant aux détenus des « kits de protection » (contenant couvertures indéchirables, pyjamas et serviettes « à usage unique », matelas anti-feu, entre autres), l'amélioration des conditions des détenus placés dans les quartiers disciplinaires avec « le développement de l'accès au téléphone et à la radio » par exemple, et l'accompagnement des « détenus en situation de détresse psychologique » par des « détenus de soutien », « volontaires et stables », formés pour cette mission. Ce dernier dispositif est inspiré de pratiques déjà mises en place dans d'autres pays européens (Angleterre, Autriche, Espagne)[51],[52]. La CGT pénitentiaire, par le biais de sa secrétaire générale Céline Verzeletti, critique un « plan communication », qui pour elle se limite à contraindre « à ne pas se suicider » et appelle à ce que la politique gouvernementale fasse en sorte que « la personne, malgré son enfermement, ait envie de vivre »[53]. Par la suite, Michèle Alliot-Marie annonce, dans un communiqué en date du , la fermeture de 23 prisons jugées vétustes, pour la plupart entre 2015 et 2017. En compensation de ces fermetures, de nouveaux établissements pénitentiaires seront construits, dans le cadre du plan de modernisation des prisons. Ces mesures visent, selon la ministre, à « assurer des conditions dignes de détention », à se mettre « en conformité avec les règles pénitentiaires européennes et à garantir la mise en œuvre des prescriptions de la loi pénitentiaire » votée en 2009. D'ici à fin 2017, « 9 000 places vétustes seront fermées et près de 14 000 ouvertes. La France sera alors dotée de 68 000 places de prison, dont plus de la moitié auront été ouvertes après 1990 », précise-t-elle à cette occasion[54].

Un autre chantier lancé avant la prise de fonction de « MAM » à la Justice, le président de la République Nicolas Sarkozy reçoit le les conclusions du comité présidé par l'ancien magistrat Philippe Léger, chargé de réfléchir à une refonte de la procédure pénale française, qui propose surtout la suppression du juge d'instruction pour confier ses pouvoirs au Parquet (celui-ci restant malgré tout soumis à l'autorité hiérarchique du Ministère de la Justice), et charge Michèle Alliot-Marie d'ouvrir une concertation pour mener à bien cette réforme[55],[56]. L'opposition, les principaux syndicats de magistrats, ainsi que certains juges, tels que Renaud Van Ruymbeke[57], critiquent fortement ces propositions quant à leurs effets redoutés sur l'indépendance de la justice[55]. La garde des sceaux défend ce projet, estimant notamment lors de la rentrée solennelle de l'école du barreau le que « le code de procédure pénale est devenu illisible, à force de réformes ponctuelles et d'empilement de texte » et qu'il faut désormais « une seule et même procédure pour tous les citoyens », tout en confirmant le même jour, afin de rassurer les magistrats sur la question de l'intervention du ministre de la Justice et donc du pouvoir exécutif, par le biais de sa supériorité hiérarchique sur le Parquet, sur la procédure, que le chef de la Chancellerie ne pourra plus ordonner le classement sans suite d'une affaire et que cette disposition sera inscrite « noir sur blanc » dans le nouveau code[58]. Sont également proposées la possibilité d'un « droit de retrait » des membres du parquet à l'égard d'instructions provenant de la Chancellerie qu'ils jugeraient contraires aux intérêts de l'enquête, ou encore la médiation du juge de l'enquête et des libertés (ou JEL, magistrat indépendant qui serait créé par la réforme pour contrôler l'enquête) qui pourrait obliger le parquet à effectuer des actes d'enquête demandés par les parties mais refusés par le procureur. Et si le procureur « demeure peu coopératif et refuse de tirer les conséquences de la décision du juge », les parties pourraient saisir la chambre de l'enquête et des libertés (remplaçante de la chambre de l'instruction de la cour d'appel) afin renvoyer l'affaire et la gestion de l'enquête au JEL[59]. L'avant-projet de loi est finalement présenté le , mais l'un de ses articles ajoute une nouvelle polémique à l'affaire : la réforme du régime de prescription des abus de biens sociaux, le projet ramenant ce délai du jour où l'infraction est commise alors qu'il débutait jusqu'alors au jour de la révélation des faits qui interviennent souvent assez tardivement dans ce type d'affaires. Cela inquiète les magistrats et l'opposition, qui y voit un risque de permettre d'étouffer plus facilement les dossiers politico-financiers, même si en contrepartie la Chancellerie propose de doubler (de 3 à 6 ans) les délais de prescription des délits passibles d'au moins cinq ans de prison (banqueroute, corruption, escroquerie, faux et usage de faux)[60]. Michèle Alliot-Marie finit par annoncer le 19 avril suivant le retrait de cet article controversé, se justifiant ainsi : « Les associations de victimes, de l'amiante notamment, ont attiré mon attention ». De plus, la Cour de cassation rend un avis défavorable sur l'ensemble du projet de loi le 16 avril, tandis que la défaite de la Majorité présidentielle aux élections régionales du mois précédent laissent présager une mise entre parenthèses de certaines réformes trop critiquées. De fait, la garde des sceaux annonce bientôt que le texte sera scindé en deux pour accélérer les choses en séparant, à la demande de l'Élysée, d'une part les éléments jugés prioritaires (surtout concernant la garde à vue) et d'autre part ceux reportés sine die (comme la suppression du juge d'instruction). Le , invoquant « l'encombrement du calendrier parlementaire », Michèle Alliot-Marie estime que la réforme de la procédure pénale « pourrait ne pas être votée avant 2012 », du moins dans son ensemble[61].

À la suite des polémiques enclenchées par l'affaire Hodeau (l'enlèvement, la séquestration, le viol et le meurtre de Marie-Christine Hodeau, le ), Michèle Alliot-Marie annonce une réforme du régime législatif de la récidive, qui se concrétise le par le projet de loi tendant à amoindrir le risque de récidive criminelle et portant diverses dispositions de procédure pénale (déjà présenté en conseil des ministres au début de l'année 2009 avant d'être mis de côté), adopté par le Parlement, dans le cadre d'une procédure accélérée le [62]. Ce texte vise à renforcer certaines dispositions de la loi du 25 février 2008 relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d'irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental en tenant compte surtout du refus du Conseil constitutionnel de l'application rétroactive de la rétention de sûreté, en raison du principe constitutionnel de non-rétroactivité de la loi. Il prévoit surtout la création d'un nouveau fichier répertoriant la dangerosité des individus mis en cause dans une affaire, l'interdiction de séjour dans la commune de la victime des condamnés à leur sortie de prison ou l'obligation pour eux d'avoir recours à la castration chimique sous peine d'être réincarcérés ou placés en détention de sûreté[63].

Elle s'est également livrée au début de l'année 2010 à ce que les médias ont présenté comme des « passes d'armes » avec son collègue et successeur au ministère de l'Intérieur, Brice Hortefeux. Passée à la Chancellerie et Hortefeux Place Beauvau, elle a à plusieurs reprises « recadrée » certains propos de ce dernier, s'inscrivant dans une tradition de relations souvent conflictuelles entre les deux administrations. Tout d'abord, en , après la mise en cause des juges d'application des peines par le ministre de l'Intérieur à la suite du meurtre d'une femme à Milly-la-Forêt dans l'Essonne, la garde des sceaux réplique en déclarant qu'« aucun magistrat n’est en cause. S’en prendre aux juges d’application des peines dans ce cadre, c’est juste de l’ignorance » et « qu'il faut dire avec précision ce qu'est la réalité ». Puis, lorsque Brice Hortefeux dit vouloir créer des gardes à vue de quatre jours pour les délinquants sexuels, comme pour le trafic de drogue, elle lui rappelle que la réforme de la procédure pénale, et donc ce sujet, est de son ressort, tandis que les deux ministères s'opposent sur le couvre-feu pour les mineurs de moins de treize ans que l'Intérieur veut réserver aux seuls délinquants quand la Chancellerie appelle à une mesure plus générale. C'est un nouveau fait-divers, le meurtre à l'arme blanche d'un couple de septuagénaire dans leur pavillon de Pont-Sainte-Maxence dans l'Oise dont les corps furent découverts le , qui crée une nouvelle « confrontation » au sujet de la lutte contre les agressions de personnes âgées. Brice Hortefeux réagit le 30 janvier en appelant à une aggravation des « sanctions pénales », estimant que : « Ce n'est pas la même chose d'agresser ou de cambrioler un quadragénaire ou quelqu'un qui a 85 ans. » Pour sa part, Michèle Alliot-Marie, tout en rappelant ses prérogatives concernant le fait que « les propositions en matière pénale sont faites soit par le ministre de la Justice, soit par les parlementaires », considère le lendemain comme suffisantes les mesures déjà prévues par le code pénal en la matière[64]. Le , Europe 1 rend public une lettre datée du 29 janvier précédent dans laquelle la garde des sceaux semblerait sous-entendre, selon la station de radio, que les forces de l'ordre ne mettraient pas en œuvre tous les moyens nécessaires pour lutter contre le hooliganisme. Elle y écrit notamment qu'« il n'est pas admissible que des personnes filmées en train de dégrader des tribunes ou de se battre dans les gradins soient laissées libres de quitter le stade » et « déplore […] que les procureurs de la République soient saisis d'un nombre insuffisant de procédures faisant à la suite d'interpellations à l'issue des matchs », parlant de « l'absence ou la quasi-absence d'interpellations après les graves incidents ayant accompagné de récentes rencontres à Grenoble et Lille »[65],[66]. Brice Hortefeux précise lui-même dans une lettre du 4 février suivant que « les interdictions judiciaires de stade ne sont pas assorties systématiquement d'une obligation de pointage au commissariat, ce qui rend la mesure largement inopérante » et regrette « l'absence de magistrat du parquet lors du match Grenoble/Saint-Étienne, pourtant à risques prévisibles ». Les deux ministres réfutent toutefois l'existence de toute « polémique » entre eux[67].

Au printemps 2010, lors du débat sur le projet de loi portant adaptation du droit pénal français à l'institution de la Cour pénale internationale (CPI), Michèle Alliot-Marie défend devant la Commission des lois de l'Assemblée nationale l'imposition de critères très restrictifs pour l'application de la compétence universelle en France[68] qui rendent quasiment impossibles la poursuite et le jugement en France des auteurs présumés de crimes internationaux (crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide). En dépit de la campagne lancée par la Coalition française pour Cour pénale internationale (CFCPI) rassemblant près de cinquante organisations non gouvernementales (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture, Amnesty International, Fédération internationale des droits de l'homme)[69] et des avis rendus par la Commission nationale consultative des droits de l'homme[70], le projet de loi sera voté conforme[71], conduisant, selon la CFCPI, la France à demeurer "en marge de la mondialisation de la lutte contre l’impunité des dictateurs et des bourreaux"[72].

Ministre d'État, ministre des Affaires étrangères et européennes[modifier | modifier le code]

Michèle Alliot-Marie aux côtés de Dilma Rousseff, présidente de la République du Brésil, le 22 février 2011.

À l'automne 2010, alors que se profile un remaniement annoncé par Nicolas Sarkozy, le nom de Michèle Alliot-Marie est évoqué pour le poste de Premier ministre et elle fait un temps figure de favorite dans les sondages en cas de non reconduction de François Fillon[73]. Elle affiche ses ambitions dans une interview au Figaro du  : « C'est un devoir d'être prête, si c'était la décision du Président »[74],[75]. Finalement, le , Michèle Alliot-Marie est nommée ministre d'État, ministre des Affaires étrangères et européennes, en deuxième place de l'ordre de nomination, derrière Alain Juppé. Elle est la première femme à détenir le portefeuille des Affaires étrangères en France. Il s'agit là du quatrième ministère régalien qu'elle occupe consécutivement, établissant ainsi un record national.

Comme la plupart de ses prédécesseurs sous la Ve République, elle réserve son premier déplacement à l'étranger à l'Allemagne, se rendant à Berlin les 24 et pour rencontrer son homologue Guido Westerwelle ainsi que la chancelière fédérale Angela Merkel[76]. Le , elle nomme également Hervé Ladsous, jusque là ambassadeur de France à Pékin, comme directeur de cabinet, signe de l'importance que Paris souhaite donner au sein de sa politique diplomatique aux relations avec la République populaire de Chine[77].

Révolution tunisienne et démission du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le à l'Assemblée nationale, trois jours avant la chute de Zine el-Abidine Ben Ali et alors que la révolution tunisienne prend de l'ampleur, Michèle Alliot-Marie réagit en proposant que « le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type »[78]. Une grande partie de la presse française analyse sa proposition comme un soutien au régime de Ben Ali[79]. Elle est critiquée par des parlementaires de gauche ainsi que des associations[80]; certains demandent sa démission. Michèle Alliot-Marie affirme que ses propos ont été sortis de leur contexte[81]. Début février 2011, François Fillon admet que Michèle Alliot-Marie, en tant que ministre des Affaires étrangères, avait autorisé la livraison de grenades lacrymogènes à la police tunisienne[82], autorisation qu'elle a rendue définitive le 12 janvier[83], mais les douanes françaises retardent la livraison en demandant une confirmation[83]. La livraison est finalement annulée par la ministre le 18 janvier[83], quatre jours après la fuite de Ben Ali.

Fin janvier, Le Canard enchaîné[84] révèle que Michèle Alliot-Marie a passé ses vacances de fin d’année 2010 en Tunisie, alors que les manifestations étaient en cours depuis plusieurs semaines. L'hebdomadaire dévoile ensuite, dans ses éditions successives, une série de détails sur ces vacances qui alimentent une controverse : Michèle Alliot-Marie, son compagnon Patrick Ollier, et ses parents ont effectué deux trajets[Note 2] dans le jet privé d'Aziz Miled[Note 3], un homme en affaires avec des proches de Ben Ali ; les parents de Michèle Alliot-Marie ont conclu avec lui une acquisition immobilière[85]. Ces faits, ainsi que les explications partielles et contradictoires de la ministre, sont compris par certains observateurs comme révélateurs de sa proximité avec l'ancien régime tunisien[86]. Mediapart révèle que MAM a bien eu, au cours de ses vacances, une brève conversation téléphonique avec le président Ben Ali[87]. Le 4 février à Paris le nouveau ministre tunisien des Affaires étrangères, Ahmed Ounaies, prononce un discours élogieux à propos de sa collègue française, mais cela lui est si vivement reproché en Tunisie par les fonctionnaires de son ministère qu'il est contraint de démissionner le 7 février[88].

Face à la polémique, Michèle Alliot-Marie dénonce une « campagne indigne » menée contre elle[89], et affirme que « répéter des mensonges n’en font pas des vérités »[90]. L’opposition et une partie de la presse détectent au contraire les contradictions dans ses réponses successives[91] et réclament sa démission[92], ce que refusent, à plusieurs reprises, la ministre elle-même, le Premier ministre[93] et le président de la République[94],[95].

Le , Michèle Alliot-Marie remet finalement au Président sa lettre de démission, dans laquelle elle affirme avoir « le sentiment de n'avoir commis aucun manquement »[96],[97]. Intervenant à la télévision le soir même, Nicolas Sarkozy annonce un remaniement gouvernemental, notamment la « réorganisation du ministère des Affaires étrangères » et la nomination d'Alain Juppé, sans citer le nom de Michèle Alliot-Marie[98]. Pour le Premier ministre, François Fillon, sa sortie du gouvernement « était devenue inéluctable car sa voix en tant que chef de la diplomatie était devenue “inaudible”[99] ».

Retour à la députation et défaite électorale[modifier | modifier le code]

Michèle Alliot-Marie à un meeting de Nicolas Sarkozy, à Nancy, lors de la campagne présidentielle de 2012.

Le , Michèle Alliot-Marie redevient automatiquement députée de la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, où elle avait été élue lors des élections législatives de 2007 (son siège avait été occupé dans l'intervalle par son suppléant, Daniel Poulou). Elle réintègre la Commission de la défense nationale et des forces armées.

Elle perd son siège à l'issue du second tour des élections législatives de juin 2012, battue par la socialiste Sylviane Alaux[100]. Michèle Alliot-Marie obtient au second tour 48,38 % des suffrages exprimés. Cette « chute inattendue »[101], selon les observateurs, met fin, pour Michèle Alliot-Marie, à une série de sept élections consécutives depuis 1986. L'usure du pouvoir et la « vague rose »[101], générale sur le Grand Sud-Ouest, sont évoquées comme causes possibles de la défaite, mais le quotidien local Sud-Ouest y détecte aussi un « effet Ben Ali », contre-coup de son départ du gouvernement lors de la révolution tunisienne[102].

Scores de Michèle Alliot-Marie dans la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques de 1988 à 2012[103],[104]
1988 1993 1997 2002 2007 2012
1er tour 48,74 % 43,27 % 39,81 % 48,99 % 48.87 % 35,37 %
2nd tour 57,85 % 64,54 % 55,53 % 60,88 % 58,37 % 48,87 %

Le , Michèle Alliot-Marie annonce qu'elle ne choisit pas entre François Fillon et Jean-François Copé dans la compétition qui les oppose pour la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012[105]. Elle dépose en revanche, avec Roger Karoutchi, Gérard Larcher, Patrick Ollier et Henri Guaino, une motion gaulliste : « Le Gaullisme, une voie d’avenir pour la France »[106], qui recueille 12,4 % des votes des militants[107].

Fin janvier 2014, elle est désignée tête de liste pour la circonscription Sud-Ouest pour les élections européennes de la même année[108].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Au sein de partis politiques[modifier | modifier le code]

Fonctions locales[modifier | modifier le code]

Fonctions parlementaires[modifier | modifier le code]

À l'Assemblée nationale
Au Parlement européen

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'État
Ministre
Ministre d'État

Décorations et distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations
  • Commandeur de l'Ordre de l'Étoile équatoriale (Gabon)
  • Commandeur de l'Ordre de l'Étoile d'Anjouan (Comores)
  • Commandeur Ordre du Mérite de l'Éducation nationale (Côte d'Ivoire)
  • Officier de l'Ordre de la République (Égypte)
  • Palmes magistrales de 1re classe du Pérou
Distinctions
  • Prix de la révélation politique de l'année 1999 du Trombinoscope
  • Ministre de l'année 2005 du Trombinoscope

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « MAM » pour Michèle Alliot-Marie, surnom donné lors de l'élection à la présidence du RPR en 1999, et très fréquemment utilisé depuis par les médias et son entourage.
  2. Tunis / Tabarka et une excursion à Tozeur dans le Sud tunisien.
  3. Avion affrété par Karthago Airlines alors dirigé par Belhassen Trabelsi.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Canard enchaîné, 25 février 2009, p.2 ; d'après le « Who's Who ».
  2. Cf. Tournoi des Cinq Nations 1965.
  3. a et b Le ministre de l'Intérieur lève le voile sur son intimitéGala, le 9 mai 2009
  4. Neila Latrous et Jean-Baptiste Marteau, « Des jeunes pires que leurs aînés », in UMP - un univers impitoyable, page 250, 2011.
  5. Dominique Drouin, La République de Nicolas Sarkozy. Élections présidentielles 2007 en France, p. 81-82.
  6. Diplômes et certificats précisés dans la biographie de Michèle Alliot-Marie sur le site de son association, Le Chêne
  7. Who's Who in France
  8. P. Sein, « Michèle Alliot-Marie : remous sur la côte basque », L'Express, 13/04/1995
  9. « Biarritz : Borotra l'emporte - Cantonale dans l'Eure », L'Humanité, 18/03/1991
  10. C. Canellas, « Michèle Alliot-Marie tête de liste à St-Jean-de-Luz », Reuters, site Le Point.fr, 15/02/2008
  11. Résultats des élections municipales de 2008 à Saint-Jean-de-Luz sur le site du ministère de l'Intérieur
  12. Composition du conseil municipal de Saint-Jean-de-Luz sur le site officiel de la ville
  13. Liste des membres du conseil communautaire sur le site officiel de la Agglomération Sud Pays Basque
  14. http://www.leparisien.fr/politique/mam-defend-son-bilan-de-maire-saint-jean-de-luz-de-notre-envoyee-speciale-21-02-2001-2001973085.php
  15. a et b C. Canellas, « MAM porte-drapeau, pas maire, à Saint-Jean-de-Luz », Challenges, 05/03/2008
  16. a et b H. Haget, « Spécial élections - 6e circonscription, Biarritz - MAM, 3B et pâtés de sable », L'Express, 22/05/1997
  17. Fiche de député sur le site de l'Assemblée nationale
  18. Loi no 93-1282 du 6 décembre 1993 relative à la sécurité des manifestations sportives
  19. M. Lebeau, « Ministre de la Défense et des Anciens Combattants : Michèle Alliot-Marie », L'Express, 07/05/2002
  20. Histoire du RPR sur www.france-politique.fr
  21. « MAM : RPR en tête », reportage RFI, 04/12/2000
  22. « Trois gouvernements pour le prix d'un ? », Marianne, 28/02/2000
  23. Marianne : La MAM de fer
  24. AFP, « Les Chirac au Maroc, les Raffarin en Auvergne », TF1 News, 24/12/2002
  25. « La ministre française de la Défense en Afghanistan pour le Nouvel an », CRI, 24/12/2004
  26. M. JOANNIDIS, « France - Afrique : une présence militaire active », RFI, 16/01/2004
  27. Visites de la Ministre de la Défense Mme Michelle Alliot-Marie en Oman (22-24/04/2004 et 29/12/2005-01/01/2006), Site de l'Ambassade de France en Oman
  28. E. DRAGO, « Présidentielle: Michèle Alliot-Marie réfléchit », RFI, 28/12/2006
  29. (en) Politique de défense : d’une loi de programmation militaire à l’autre (1994-2007), Vie Publique, 11/09/2008
  30. « Alliot-Marie, l'ex-soldat de Chirac enlève l'Intérieur », Reuters, sur le site de Liberation.fr, 18/05/2007
  31. A.R, J.-P. NEU, « La défense européenne prépare d'autres alliances », Les Echos, 05/01/2006
  32. « Michèle Alliot-Marie plaide pour une torpille européenne », meretmarine.com, 28/04/2006
  33. Présidentielle - MAM a de l’appétit
  34. Challenges : Selon "Forbes", Merkel est la femme la plus puissante du monde
  35. Revue de presse du 30/11/2006
  36. « Michèle Alliot-Marie se retire et soutient Sarkozy », Le Figaro, 12 janvier 2007
  37. Reuters, « Michèle Alliot-Marie attaque Ségolène Royal au congrès de l'UMP », Le Monde sur le blog « Que la France soit », 14 janvier 2007
  38. « Les Boulogne Boys sont dissous », 20minutes.fr, 17/04/2008
  39. « MAM s'attaque aux chiens dangereux », Metro France, 27/08/2007
  40. Décret no 2008-609 du 27 juin 2008 relatif aux missions et à l'organisation de la direction centrale du renseignement intérieur sur le site www.legifrance.gouv.fr
  41. « Création de la direction centrale du renseignement intérieur », Communiqué du ministère de l'Intérieur, 25/07/2008
  42. Décret no 2008-632 du 27 juin 2008 portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « EDVIGE » sur le site www.legifrance.gouv.fr
  43. « L’avis de la CNIL sur le nouveau fichier de renseignement Edvige », Communiqué de la CNIL, 02/07/2008
  44. « Alliot-Marie : Edvige ne sera pas modifié "sur le fond" », Nouvel Observateur, 23/09/2008
  45. « Edvige : mauvaise passe pour Alliot-Marie sommée par Sarkozy de régler vite le problème », AOL Actualité, 10/05/2008
  46. P. Smolar, « Mme Alliot-Marie en "résidence surveillée" à l'intérieur », Le Monde, 18/05/2007
  47. L'express en ligne. Le défi de l'Uteq dans les quartiers difficiles. 16 avril 2008
  48. Ministère de l'Intérieur. Discours de présentation des chiffres de la délinquance
  49. Intervention de Michèle Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur, de l'Outre-Mer et des Collectivités Territoriales - Forum International Cybercriminalité - - Lille
  50. AFP, « Querelle de chiffres sur les suicides en prison », Libération, 07/08/2009
  51. (en) Présentation du plan de prévention des suicides en prison sur le portail du gouvernement, 25/08/2009
  52. Psy désir, « Suicide en prison », Bibliothèques Psy, 16/12/2009
  53. A. GALINDO, interview de Céline Verzeletti, « Les annonces de MAM, un "plan communication" », Le Nouvel Observateur, 21/01/2010
  54. « Alliot-Marie annonce la fermeture de 23 prisons vétustes », Le Parisien, 27 juillet 2010.
  55. a et b « Justice : le comité Léger propose de substituer le parquet au juge d'instruction », NouvelObs.com, mis en ligne le 29 août 2009
  56. Rapport du Comité de réflexion sur la justice pénale (« rapport Léger »), remis le 1er septembre 2009 au président de la République et au Premier ministre
  57. « Van Ruymbeke : "Une reprise en main par le pouvoir », Le JDD.fr, mis en ligne le 29 août 2009
  58. « Michèle Alliot-Marie défend la réforme de la procédure pénale », Connexité, 11/01/2010
  59. A. SALLES, « Réforme de la justice : le casse-tête du gouvernement », Le Monde, 05/01/2010
  60. A. SALLES, « Le gouvernement soupçonné de vouloir étouffer les dossiers politico-financiers », Le Monde, 03/03/2010
  61. S. LAURENT, « Procédure pénale : histoire d'une réforme avortée », Le Monde, 14/05/2010
  62. AFP, « Le projet de loi sur la récidive définitivement adopté », Le Parisien, 25/02/2010
  63. « Michèle Alliot-Marie ressort sa loi sur la récidive pénale », 20minutes.com, 18/11/2009
  64. F. JOHANNÈS, A. SALLES, « Brice Hortefeux et Michèle Alliot-Marie s'opposent au sujet des agressions de personnes âgées », Le Monde, 01/02/2010
  65. [PDF] Lettre de Michèle Alliot-Marie à Brice Hortefeux du 29 janvier 2009, Europe 1
  66. A. ACCO, « Quand MAM tacle son "ami" Hortefeux », Europe 1, 03/02/2010
  67. B.D., M.N., « Violence dans les stades: Brice Hortefeux répond Michèle Alliot-Marie », 20minutes.com, 04/02/2010
  68. "Examen du projet de loi, adopté par le Sénat, portant adaptation du droit pénal à l’institution de la Cour pénale internationale (no 951) (M. Thierry Mariani, rapporteur)", séance du 19 mai 2010, Compte rendu no 61
  69. Coalition française pour Cour pénale internationale (CFCPI), Justice Pénale Internationale: La France doit clarifier son engagement, communiqué de presse du 6 juillet 2010
  70. Commission nationale consultative des droits de l'homme, Avis sur l’adaptation de la législation pénale française au Statut de Rome relatif à la Cour pénale internationale, avis rendu le 4 février 2010
  71. "Justice internationale: la loi française «consacre l'impunité» des génocidaires étrangers ", Libération, 3 juillet 2010
  72. CFCPI, "Justice internationale : La CFCPI consternée par le vote de l’Assemblée nationale", Communiqué de presse du
  73. « 55 % des Français pour le maintien de Fillon, Alliot-Marie est sinon favorite », site du Point, 11 septembre 2010.
  74. « MAM au Figaro : “C'est un devoir de se tenir prête si…” », lechene.org.
  75. « MAM “prête” à prendre du service à Matignon », site du Monde, 11 octobre 2010.
  76. « La première visite à l’étranger de Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères : à Berlin ! », www.france-allemagne.fr, 25/11/2010
  77. China.org.cn, « L'ambassadeur de France en Chine devient directeur de cabinet au Quai d'Orsay », Le Quotidien du Peuple en ligne, 29/11/2010
  78. Compte-rendu de la séance du 11 janvier 2011 - Assemblée nationale
  79. « La diplomatie française a défendu jusqu'au bout le régime tunisien », Le Monde, 16 janvier 2011.
  80. Le Monde du 13 janvier 2011: « Tunisie : les propos "effrayants" d'Alliot-Marie suscitent la polémique »
  81. « Alliot-Marie dénonce une polémique “malveillante” sur la Tunisie », Le Point, 18 janvier 2010.
  82. Le Monde du 02/02/2011, à propos du courrier de François Fillon à Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale
  83. a, b et c « Grenades : la France avait donné son accord », Europe 1, 2 février 2011.
  84. Le Canard enchaîné du 26 janvier 2011.
  85. « Les parents d'Alliot-Marie ont fait affaire avec Aziz Miled en Tunisie », Le Monde, 15 février 2011.
  86. « Aziz Miled, l'ami tunisien d'Alliot-Marie, victime ou complice du régime ? », Le Monde, 2 février 2011.
  87. « Tunisie : les mensonges d'Alliot-Marie », L'Express, 16 février 2011.
  88. « Démission du ministre des affaires étrangères tunisien », Le Monde, 13 février 2011.
  89. « Michèle Alliot-Marie dénonce une campagne indigne », RTL.fr, 17 février 2011.
  90. « Tunisie : “répéter des mensonges n'en font pas des vérités” », Le Point, 16 février 2011.
  91. « Voyage en Tunisie : la défense de Michèle Alliot-Marie s'effondre », sur Le Monde,‎ 16 février 2011
  92. (en) « Calls Intensify for Resignation of French Minister », The New York Times, 16 février 2011.
  93. « François Fillon vole (encore) au secours de Michèle Alliot-Marie », Le Nouvel Observateur, 8 février 2011.
  94. « Sarkozy choisit de soutenir MAM », Le Parisien, 17 février 2011.
  95. Le 16 février, au cours du Conseil des ministres, le chef de l'État aurait fait passer ce mot de soutien à Michèle Alliot-Marie : « Tiens bon ! Tes amis sont avec toi. » Voir « Michèle Alliot-Marie se sera battue jusqu'au bout », Le Figaro, 27 février 2011.
  96. « VERBATIM. La lettre de démission de Michèle Alliot-Marie », Le Parisien, 27 février 2011.
  97. [PDF] Lettre
  98. « Sarkozy remanie : Alain Juppé, Gérard Longuet et Claude Guéant en trio gagnant », Le Nouvel Observateur, 27 février 2011.
  99. « Fillon : MAM n'a “pas commis de faute” », Le Parisien, 28 février 2011.
  100. « Résultats des élections législatives 2012 Pyrénées-Atlantiques - 6e circonscription », L'Express, .
  101. a et b http://www.sudouest.fr/2012/06/18/la-chute-inattendue-de-mam-746351-652.php
  102. « L'histoire retiendra que la révolution de Tunis et son départ du gouvernement en février 2011 ont été le vrai tournant de sa longue carrière. En attendant la suite. […] il serait naïf de croire,surtout quand on lit sur plusieurs affiches de campagne des « Alliot-Marie est soutenue par Ben Ali », que l'onde de choc de l'affaire tunisienne n'a pas déferlé sur la Côte basque » in http://www.sudouest.fr/2012/06/18/la-chute-inattendue-de-mam-746351-652.php
  103. source: base élections du Journal Le Monde
  104. Le territoire de la 6e circonscription n'a pas varié de 1998 à 2012 Ordonnance no 2009-935 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés, Journal officiel de la République française, 29 juillet 2009, p. 12752
  105. [1] Le Figaro, 18 septembre 2012.
  106. http://www.lexpress.fr/actualites/1/politique/congres-ump-motion-commune-des-differentes-chapelles-gaullistes_1160959.html
  107. http://www.lepoint.fr/politique/motions-ump-la-droite-forte-en-tete-19-11-2012-1530868_20.php
  108. « Européennes : MAM, Morano... l'UMP a désigné ses têtes de listes », in leparisien.fr, 22 janvier 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]