Michel d'Amboise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel d'Amboise, (avant 1511- après 1545), sgr de Chevillon, dit "l'esclave fortuné", est un poète, traducteur, rhétoriqueur et essayiste qui connut, dans la première moitié du XVIe siècle, une vie mouvementée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Naples en Italie avant 1511, il est considéré généralement comme étant un fils naturel du maréchal d'Amboise. Chaix d'Est-Ange écrit à son sujet : "un certain Michel d Amboise né à Naples qui fut amené en France tout enfant en 1524 fut élevé par Ferou sieur de Fretoiseau procureur au Parlement devint un poète fort distingué et finit par mourir dans la misère sans laisser de postérité. L'ancienne maison d'Amboise est donc complètement éteinte."[1].

A la mort de son père naturel en 1511, on le plaça sous la protection de son demi-frère Georges d'Amboise. lorsque ce dernier mourut à la bataille de Pavie en 1525, Michel d'Amboise passa sous la protection de Jacques d'Amboise[2] et de la poétesse Catherine d'Amboise (1482-1550) qui le recueillit un temps, dans son château de Lignières, près de Bourges[3],

Lasse de ses frasques, Catherine d'Amboise finit par le chasser, il passe alors au service d’une nouvelle protectrice : la nièce même de Catherine, Antoinette d'Amboise.[réf. souhaitée] Après avoir été chassé à nouveau, de chez sa cousine Antoinette, Michel se rendit à Paris où il se fit arrêter pour un crime dont il fut complice.[réf. souhaitée] Enfermé au Châtelet une première fois pendant six mois, puis pendant un an, il écrivit ses premiers ouvrages entre 1529 et 1531.

On ignore la date de son décès[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il fut l'auteur des ouvrages suivants[5] :

  • Les Complaintes de l Esclave fortuné avec vingt épîtres et trente rondeaux d'amour, Paris 1529.
  • La Penthaire de l'Esclave fortuné, Paris 1530
  • Les Bucoliques de frère Baptiste Mantuan, nouvellement traduites du latin en rimes françaises, Paris 1530.
  • Les cent Epigrammes, Paris i532;
  • Les Epîtres vénériennes de l'Esclave fortuné, privé de la cour d'amour, Paris 1532, 1534, et 1536.
  • Le Babilon, autrement la confusion de l'Esclave fortuné, Paris 1535.
  • Les contre Épistres d'Ovide, Paris, 1546.
  • Le Secret d'amour, où sont contenues plusieurs lettres, tant en rithme qu'en prose Paris 1541.
  • la Déploration de la mort de messire Guillaume du Bellai, seigneur de Langey, Paris 1543.
  • Quatre satires (les 8e, 10e, 11e et 13e) de Juvénal, translatées en français, Paris 1544.
  • Le ris de Démocrite et le pleur d'Héraclite, philosophes, sur les folies et misères de ce monde, traduit de l'italien d'Antonio Philermo Frégoso et interprété en rimes françaises, Paris 1547 et Rouen 1550.

Miche d'Amboise est en outre l'auteur du Blason de la dent qui se trouve dans le recueil intitulé Blasons anatomiques des parties du corps féminin etc Lyon 1536.

Le seul recueil en prose de Michel d'Amboise est intitulé Le Guidon des gens de guerre, Paris 1545.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gustave Chaix d'Est-Ange Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, Volume 1, page 167.
  2. "Bibliothèque d'humanisme et renaissance" Volume 32, Librairie Droz, Genève, page 586.
  3. "Catherine d'Amboise (1482-1550) Poésies", Edition Ceres 2022, page 87.
  4. Louis Maïeul Chaudon "Dictionnaire historique, critique et bibliographique, suivi d'un dictionnaire abrégé des mythologies, et d'un tableau chronologique, par une société de gens de lettres" 1821, page 399.
  5. Louis Maïeul Chaudon "Dictionnaire historique, critique et bibliographique, suivi d'un dictionnaire abrégé des mythologies, et d'un tableau chronologique, par une société de gens de lettres" 1821, page 399.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Bibliothèque d'humanisme et renaissance" Volume 32, Librairie Droz, Genève, page 586.
  • Louis Maïeul Chaudon "Dictionnaire historique, critique et bibliographique, suivi d'un dictionnaire abrégé des mythologies, et d'un tableau chronologique, par une société de gens de lettres" 1821, page 399.
  • Catherine d'Amboise (1482-1550) Poésies", Edition Ceres 2022, page 87.
  • Ariane Bergeron-Foote "Les œuvres en prose de Catherine d'Amboise, dame de Lignières (1481-1550)", Thèse de l'École nationale des chartes soutenue en 2002.
  • Guillaume Dinkel "Entre théories et pratiques de guerre : Le Guidon des gens de guerre de Michel d'Amboise", Master d'histoire réalisé à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne sous la direction d'Hervé Drévillon, soutenu en 2010.
  • Michel d'Amboise "Le Guidon des gens de guerre" Paris, 1543 (ré-édition Galliot du Pré, Paris, 1843, 176 p.)
  • Gallica- Publication [Document électronique] : 1995. 237 p. Les epistres d'Ovide & Response à icelles epistres par Michel d'Amboise. Reproduction : numérisation BNF de l'éd. de Lyon par Jean Temporal et Philibert Rollet, 1552, in-16 °, 12 cm
  • Alban de Moisai "Vie de Michel d'Amboise" Ed. Les sentiers du livre - Nantes,2003.
  • Philippe Louis Joly "Remarques critiques sur le dictionnaire de BAYLE", volume 1, 1752, p. 112