Michel Walter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Walter.
Michel Walter
Michel Walter (photographie de presse, 1929)
Michel Walter (photographie de presse, 1929)
Fonctions
Parlementaire français
Député 1919-1940
Gouvernement Troisième République
Groupe politique ERD (1919-1924)
Dém. (1924-1928)
Ind. (1928-1932)
RDC (1932-1936)
IAP (1936-1940)
Biographie
Date de naissance 5 février 1884
Date de décès 29 janvier 1947
Résidence Bas-Rhin

Michel Walter est un homme politique alsacien né le 5 février 1884, à Haguenau, et décédé le 29 janvier 1947 à Saverne, dans le Bas-Rhin.

Docteur ès sciences, il est enseignant et collaborateur du journal l'Elsaesser. Il entre en politique en 1911, en participant à la campagne électorale du Landtag d'Alsace, soutenant un candidat alsacien.

Après la Première Guerre mondiale, il rejoint l'Union populaire républicaine, le grand parti conservateur et autonomiste social-chrétien alsacien. Candidat en 1919 aux élections législatives sur les listes du Bloc national, il est élu et s'inscrit au groupe de l'Entente républicaine démocratique, qui regroupe les députés affiliés à la Fédération républicaine, le parti conservateur de l'époque. Réélu en 1924, il rejoint cette fois-ci le groupe des Démocrates, qui préfigure le parti démocrate-chrétien PDP. En 1928 en revanche, il préfère rejoindre le plus conservateur groupe des Députés indépendants.

En 1932, il participe à la création du groupe des Républicains du centre, première organisation parlementaire autonome des députés chrétiens des régions libérées. Ce groupe est prolongé en 1936 par la création du groupe des Indépendants d'action populaire, au sein duquel siègent tous les élus de l'UPR et de l'Union républicaine lorraine, pendant mosellan de l'Union populaire républicaine.

Michel Walter est un militant alsacien modéré, très soucieux de la défense de l'identité alsacienne, et plus particulièrement de ses racines chrétiennes. Mais il est également très attaché à l'appartenance de sa région à la France. Le 10 juillet 1940, il vote en faveur de la remise des pleins pouvoirs au maréchal Pétain mais récuse l'occupation nazie. Il se retire dans la région de Périgueux pendant la Seconde Guerre mondiale. Il rejoint le Mouvement républicain populaire à sa création.

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Baechler, Le parti catholique alsacien, 1890-1939 : du Reichsland à la République jacobine, Éditions Ophrys, Paris, 1982, 764 p. (ISBN 2-7080-0516-2) (texte remanié d'une thèse d'Histoire, Université Paris 4)
  • Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, article de Christian Baechler, vol. 39, p. 4085
  • Jean-Claude Delbreil, Centrisme et Démocratie-chrétienne en France : le Parti démocrate populaire des origines au MRP, 1919-1944, Publications de la Sorbonne, Paris, 1990, 481 p. (texte remanié d'une thèse de Science politique)

Liens externes[modifier | modifier le code]