Michel Tonnerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Tonnerre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Tonnerre avant un concert aux Mardis du port à Paimpol le 17 août 2010

Informations générales
Naissance 30 juin 1949
Quimperlé
Décès 3 juillet 2012 (à 63 ans)
Lorient
Genre musical chants de marins

Michel Tonnerre, né à Quimperlé le 30 juin 1949, et mort à Lorient le 3 juillet 2012[1], est un auteur-compositeur-interprète breton. Il a fondé à Lorient en 1970 avec Mikaël Yaouank le groupe Djiboudjep avec lequel il a longtemps collaboré, avant de mener une carrière solo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Tonnerre a vécu à Groix[2]. Son père était mareyeur groisillon. Il commence à écrire sérieusement à 18 ans au lycée Kersa à Paimpol. Il commence à jouer avec un copain guitariste devant des marins qui fréquentaient le dernier bar mal famé de Lorient.

Il crée avec des copains le groupe Djiboudjep, avec ses chansons qui deviendront peu de temps après des classiques de la chanson de marin, telles Quinze marins ou Satanicles. Après être rentré dans l'entreprise de son père, il monte une affaire d'import-export avec un gros client espagnol et effectue là-bas un mois et demi de prison pour évasion de devises, relaxé en appel par le fisc français. De retour d'Espagne en 1987, l'entreprise familiale ayant fait faillite, Michel décide d'embarquer à bord du cargo d'un ami qui faisait du cabotage. C'est le départ pour la Nouvelle-Calédonie, l'île des Pins, la Tasmanie, les Philippines, le Vanuatu, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les îles Salomon, l'Australie, La Réunion...

En revenant à Lorient, le pirate poète chante ses voyages. Débute alors une carrière solo, entouré de musiciens de renom, avec un premier album Fumier d'baleine. En 1996, il écrit, réalise et joue l'opéra pirate Libertalia. Le spectacle n'a été joué que deux fois à Ploemeur devant 700 personnes.

En 2008, il sort C'est la mer..., son 6e album studio, dans lequel il conte le périple de son grand-père embarquant moussaillon à La Rochelle, mais aussi les vies tumultueuses des flibustiers comme L'Olonois, ou Barbe Noire ainsi que la beauté et la furie de la mer[3]. Son dernier album sera Ar mor en février 2012[4], Le chanteur est mort, emporté par son cancer le 3 juillet à l'âge de 63 ans.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Fumier d'baleine (Keltia Musique)
  • 1993 : Ti Beudeff (Keltia Musique)
  • 1995 : L'oiseau noir (Keltia Musique)
  • 1997 : Douce barbarie (Keltia Musique)
  • 2003 : Kanaka (Créon Musique)
  • 2007 : Quinze Marins
  • 2008 : C'est la mer... (Coop Breizh)
  • 2012 : Ar mor (Coop Breizh)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Une Bordée d'Rimes. Ouvrage comportant de nombreux poèmes
  • Nathalie Couilloud, « Michel Tonnerre, « La mer immense est mon ancrage » », ArMen, n°179, Novembre-Décembre 2010, p. 44-53

Quelques chansons[modifier | modifier le code]

Il a signé 250 textes, parmi lesquels :

  • Barbe noire
  • C'est ma vie
  • Le gabier noir
  • Mon p'tit garçon[5]
  • Le quatre mâts-barque
  • Satanicles ("Matelot le vent est bon...")
  • Quinze marins
  • Saint Nazaire
  • Les trois caps

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nécrologie. Le chanteur lorientais Michel Tonnerre est décédé, Ouest-France, 3 juillet 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 3 juillet 2012
  2. Son grand-père a embarqué à 13 ans sur les thoniers de Groix. Le Télégramme, 5 mars 2012
  3. Michel Tonnerre, nouveau disque à babord !, Ouest-France, 20 juin 2008, consulté sur www.ouest-france.fr le 3 juillet 2012
  4. Michel Tonnerre. Le dernier pirate, Le Télégramme, 5 mars 2012
  5. devenue l’hymne des supporters du Rugby-Club de Vannes

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]