Michel Schneider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneider.

Michel Schneider, né le 28 mai 1944[1], est un écrivain, musicologue, énarque, haut fonctionnaire et psychanalyste français.

Fonction[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'ENA, il débute sa carrière à la direction de la prévision du ministère de l'économie en 1971. Il est nommé conseiller référendaire à la Cour des comptes en 1981. Il a été directeur de la musique et de la danse au ministère de la Culture de 1988 à 1991.

Académie[modifier | modifier le code]

Il obtient dix voix lors de l'élection à l'Académie française du 7 février 2008, où il brigue la succession de Bertrand Poirot-Delpech.

Mariage pour les couples de même sexe[modifier | modifier le code]

« Après le Pacte civil de solidarité, le mariage n’est qu’une étape vers l’homoparentalité. J’y suis opposé. L’État, qui donne au symbolique sa force de contrainte et de repère pour la société – et non l’inverse – ne doit pas autoriser le mariage et la filiation entre deux personnes de même sexe. Si la sexualité humaine n’est pas simplement “naturelle”, elle n’est pas non plus tout entière culturelle, affranchie des lois de la reproduction[2]. »

Lesbiennes et PMA[modifier | modifier le code]

« Il y a, dans la position d'avoir des enfants sans avoir à rentrer en rapport avec le sexe masculin, une peur, une haine, une crainte, une phobie du membre viril, qui fait qu'on essaye d'avoir le produit de l'accouplement sans avoir à passer par l'acte d'accouplement. Là, il y a quand même un fantasme, on a envie de dire “Mesdames, si vous voulez avoir des enfants, il y a un moyen très simple, très économique, qui ne coûte rien à personne, c'est le rapport sexuel avec un homme en chair et en os”. Pourquoi avoir besoin de PMA ? Pourquoi vouloir être mère quand on a choisi un mode de sexualité qui l'interdit[3]? »

Ces propos ont été qualifié d' « homophobes, transphobes et misogynes » ainsi que de « considérations psychanalytico-réactionnaires » par Maëlle Le Corre dans le magazine LGBT Yagg[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Psychanalyse[modifier | modifier le code]

  • Blessures de mémoire, Gallimard, coll. « Connaissance de l'inconscient », 1980.
  • Voleurs de mots : essai sur le plagiat, la psychanalyse et la pensée, Gallimard, coll. « Connaissance de l'inconscient », 1985 (ISBN 2-07-070 501-3).

Récit[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

  • Je crains de lui parler la nuit, Gallimard, 1991.
  • Comme une ombre, Grasset, 2011.

Sur la musique[modifier | modifier le code]

Essais biographiques[modifier | modifier le code]

Réflexions politiques et sociologiques[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. « Homos et parents ? », Psychologies.com, septembre 2004.
  3. « La loi du genre : polémique autour des théories du genre , France Inter, 5 juin 2013.
  4. [1], yagg, 5 juin 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]