Michel Saloff-Coste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coste.

Michel Saloff-Coste est né en 1955 à Paris.

Il réalise ses études secondaires à Saint-Martin-de-France[1] et ses études supérieures à l’École nationale supérieure des beaux-arts dans l’atelier de Gustave Singier. Parallèlement, il étudie la philosophie à l’université de Vincennes avec Gilles Deleuze[2].

Peintre, photographe, cinéaste, écrivain, enseignant et consultant, Michel Saloff Coste est particulièrement connu pour ses recherches, conférences et livres sur les enjeux du passage de la "Société Industrielle" à la "Société de l'information" . Il s'est attaché à expliquer les grands vecteurs de transformation qui métamorphosent notre civilisation et a focalisé sa recherche sur la manière dont les évolutions technologiques, économiques, sociologiques et écologiques, influencent les entreprises et transforment les structures, les systèmes, la culture et le management des organisations. Dans le cadre de ces recherches il a été amené à s'intéresser à la transdisciplinarité, la théorie des systèmes, la systémique, la prospective, la sociologie, la psychologie et la théorie intégrale. Il explique et tente de démontrer que la mutation contemporaine n'est pas assimilable à un nouvel avatar de la révolution industrielle mais doit être comprise comme un véritable changement de civilisation : le passage de "l'ère de l'industrie et du commerce" à "l'ère de la création et de la communication".

Dans le parcours créatif, multimédia et pluridisciplinaire de Michel Saloff-Coste trois périodes peuvent être distinguées.

Une première période caractérisée par l'exploration des medias classiques, dessin, peinture avec une inspiration marquée par l'École de Paris, l'Abstraction, Roger Chastel, Gustave Singier et Gilles Deleuze.

Une seconde période caractérisée par l'exploration de médias plus modernes, photographie, vidéo, électrographie, avec une inspiration marquée par New York, le Pop Art et Andy Warhol. Une part de sa création s'applique dans la publicité.

Une troisième période caractérisée par l'exploration des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication "NTIC", internet, images numériques, avec une inspiration marquée par l'Art Conceptuel et le mouvement lancé autour de "l'Esthétique de la communication" par Fred Forest. Pendant cette dernière période il réalise plusieurs livres qui défendent un regard nouveau sur les transformations du monde contemporain et une part de sa dynamique créative s'applique au renouvellement stratégique des organisations publiques et privées

Peinture[modifier | modifier le code]

Les premières années, sa démarche picturale est essentiellement influencée par les artistes de l'Ecole de Paris dont son grand-père Roger Chastel ; son médium d'expression est la peinture à l'huile, la gouache, la lithographie. Il réalise sa première exposition de peinture dans le cadre Galerie Maître Alber, 1978. Par la suite il développe la peinture à l'acrylique, la photographie, la peinture digitale et il est influencé par l'école américaine du Pop Art.

1971 : série de 12 dessins au Crayon Gras. 1972 : série de 6 encres de couleurs. 1973 série de 50 encres de chine. 1974 série de 15 dessins de Nu. 1975 série de 30 peintures à l’huile et exposition Galerie Maitre Albert. 1976 – 1978 série de 500 gouaches de format Raisin.

En 1979, il expose au Salon des réalités nouvelles et au Salon de la jeune peinture puis séjourne pendant trois mois à New York où il rencontre Andy Warhol[2],[3] et se familiarise avec les différents courants de l'art américain contemporain. Son travail pictural évolue alors vers le Pop Art. Il utilise de plus en plus la photographie et réalise une série d'œuvres où les photographies sont photocopiées et sont coloriées puis marouflées sur la toile.

De 1979 à 1982 série de 20 toiles et une centaine de collages dans la sensibilité de Pop-Art

Après la période influencée par le Pop-Art il se consacre pendant une dizaine d'années à la photographie et recommence à peindre à partir de 1995 à travers une série de 30 peintures acrylique sur toile qui donnent lieu à une exposition permanente à partir de l’année 2000 dans le cadre de la Galerie de L’Enclos à Lorgues.

1990-2000 série de 30 acryliques sur toile grand format. 1995-2006 série de 10 peintures digitales à partir de photos recomposées. En 2005 et 2008 il peint une série d’acrylique sur toile abstraite et semi figurative et notamment en 2007 la « Grande Déesse Fractale » En 2007 il réalise deux lithographies dans les atelier Art-Litho à Paris qui sont exposées cette année-là à Dubai et en Autriche.

Photographie[modifier | modifier le code]

Entre 1978 et 1981, il réalise des photographies du mouvement Punk et des fêtes données au Palace et au Bains Douches. Ces photos donnent lieu à la publication d'un livre : Vêpres laquées[4] aux éditions Baudoin en 1979. Une centaine de ces photos sont acquises par le musée d'Art moderne du centre Georges-Pompidou. Les photos sont exposées au centre Georges-Pompidou et à la Galerie Viviane Esders du 25 mars au 25Avril 1981 et ensuite du 27 novembre 2002 au 10 mars 2003 dans le cadre de l'exposition Roland Barthes au centre Georges-Pompidou. À la même époque, il réalise à la demande de l'éditeur Dominique Balland une série de photos nocturnes de Paris qui sont rassemblées dans Paris la nuit dans les éditions ACE en 1980. Expositions de photos « Les couleurs de la nuit » à la Galerie du Centre Kodak du 25 octobre 1983 au 6 janvier 1984.

Reportage[modifier | modifier le code]

Le journaliste spécialiste d'architecture et de décorations d'intérieur, Philippe Seuillet lui demande de l'accompagner en tant que photographe entre 1979 et 1985 dans une série de reportages mettant en scène des personnes créatives dans le contexte de leur maison. Il rencontre ainsi des personnalités comme l'écrivain Michel Tournier, le peintre Erté, les couturiers Paco Rabanne et Loris Azzaro. Ses reportages sont publiés dans les revues Vogue, L'Officiel de la Mode, Figaro Magazine et Décoration. Parallèlement, il travaille en tant que directeur de création dans l'agence de publicité Nouveau Langage où il réalise des campagnes de publicités pour les assurances et les jeans Buffalo. Entre 1980 et 1983, il réalise plusieurs milliers des photos sur les alpes françaises pour les catalogues commerciaux du Club Méditerranée et de Maeva.

Recherche[modifier | modifier le code]

En 1982, il rencontre la directrice d'édition Françoise Verny qui travaille aux Editions Gallimard, adjointe du PDG Claude Gallimard. Cette dernière jouera un rôle majeur sur Michel Saloff Coste en lui poussant à écrire son approche philosophique et sa vie. Il élabore son premier livre « La post-Histoire » sur la thématique des transformations historique contemporaines qui sera présenté dans le cadre de la revue Parler du centre Georges-Pompidou en 1985 et défendu par Françoise Verny devant le comité éditorial de Gallimard mais sera finalement refusé à l'édition.

En 1983, il rejoint le collectif créé par Fred Forest autour de la thématique de l'Esthétique de la communication et s'intéresse particulièrement aux recherches de Derrick de Kerckhove.

En 1986, il devient Maître de Conférence dans le cadre de Centre de prospective et d'étude du Ministère de la Recherche. Il se lie d'amitié avec le directeur de cette institution Thierry Gaudin. Dans ce contexte, il anime pendant trois ans une conférence mensuelle sur la thématique des « mutations » qui explorent les évolutions sociologiques, économiques et technologiques contemporaines. Comme Thierry Gaudin, il s'attache à montrer que la mutation contemporaine n'est pas assimilable à un nouvel avatar de la révolution industrielle mais doit être comprise comme un véritable changement de civilisation. Il élabore une analyse structurelle de l'évolution humaine en quatre grands types de civilisation la Chasse Cueillette, l'Agriculture Elevage, l'Industrie Commerce et la Création Communication et propose une théorie général des systèmes de représentation à partir de la notion constructiviste de champs de réalité. Une synthèse de ce travail est présentée pour la première fois au Ministère de la Recherche en 1987 et donnera lieu par la suite a de nombreuses conférences en Europe mais aussi en Amérique et en Asie. Ce travail de recherche est rassemblé dans le premier livre publié : « Le Management systémique de la complexité » (1990) aux éditions Adictech (future ADIT, société nationale d'intelligence stratégique) sous l'égide du Ministère de la Recherche française. Une version revue et augmentée de ce livre est publiée quelques mois après par les éditions Guy Trédaniel sous le titre « Le Management du troisième millénaire » en 1991 et réédité en 2000 et 2005. Ce livre est devenu un des livres de prospective, stratégie et management de référence en France.

Entre 1991 et 2000, il enseigne au CRC (Centre de Recherche des Chefs d'Entreprise) et entre 2000 et 2008 dans le cadre d'HEC[2].

En 1992, il réalise plusieurs études socio-culturels dans le cadre de la COFREMCA et rejoint le groupe de conseil Bossard, à l'initiative du vice-président du groupe Jean-Christian Fauvet. Chercheur et consultant au sein du groupe Bossard, il focalise son travail de recherche sur la manière dont les évolutions technologiques, économiques et sociologiques impactent l'entreprise et transforment les structures, les systèmes, la culture et le management des organisations. Dans ce cadre, il réalise un ensemble de conférences mensuelles devant plusieurs centaines de dirigeants. Ce travail de recherches appliquées est alimenté par des missions opérationnelles, notamment au sein de la Direction de la Recherche de la Commission européenne, de la DGA, Reebok, EDF, Orange, Sodexho. En 1993, il fonde et développe depuis l'institut de recherche et de conseil : MSC et associés.

À partir de 1995 il organise plusieurs voyages de d’étude et de recherche en Californie enfin de comprendre les enjeux du passage de la « société industrielle » à la Société de l'information. En 2000 il publie une synthèse de ses réflexion dans le livre « Les Horizons du Futur » qu'il réalise en collaboration avec Carine Dartiguepeyrou.

Entre 1995 et 2005 il participe a la fondation et au développement de la société de capital risque Newcap Invest et, dans le domaine de la formation permanente, de l'Institut des Cadres Dirigeants : ICAD

En 2005 il publie « Trouver son génie » un livre qui montre l'importance de dépasser les expertises professionnelles classiques en développant sa créativité. Il développe ses recherches sur la manière dont la gouvernance des entreprises se transforme du fait des évolutions écologiques, sociales, économiques et technologiques et réalise deux séminaires sur cette thématique dans le cadre de L'Institut d'études politiques de Paris. Ce travail de recherche, en collaboration avec Carine Dartigueperou et Wilfried Raffard, est publié en 2006 sous le titre « Le Dirigeant du troisième Millénaire ». Un livre sur la même thématique appliquée au domaine des ressources humaines est publié en 2007 sous le titre « Le DRH du troisième Millénaire ».

Conseil en entreprise[modifier | modifier le code]

En 1993, Michel Saloff Coste fonde la société de conseil et l'institut de recherche MSC et Associés[5] dans laquelle il développe son activité de recherche et de conseil sur la transformation des modèles d'organisation.

Association[modifier | modifier le code]

En 1995, il prend l'initiative de la fondation du Club de Budapest[6] en France (Club fondé par Ervin Laszlo) et participe à son développement. En 2007, sous l'égide du Club de Budapest France, il crée l’Université Intégrale de Paris[7]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1978 Galerie Maître Alber, Paris, Peintures à l'huile.
  • 1979 Salon des réalités nouvelles, Paris, Peintures à l'huile.
  • 1979 Salon de la jeune peinture, Paris, Peintures à l'huile.
  • 1980 Exposition Galerie Forain, Paris, Electrographie et copyart dans la sensibilité du pop art.
  • 1981 Galerie Walter Thompson, Paris, Electrographie et copyart dans la sensibilité du pop art
  • 1981 Centre Georges-Pompidou, Paris, Photographie
  • 1981 Galerie Viviane Esders, Paris, Photographie
  • 1982 Galerie FNAC Étoile, Paris, Photographie
  • 1983 Galerie FNAC, Metz, Paris, Photographie
  • 1984 Galerie du Centre Kodak, Photographie
  • depuis 2000 Galerie de L’Enclos, Lorgues, Peinture acrylique
  • 2003 Centre Georges-Pompidou exposition Roland Barthes, Paris, Photographie
  • 2007 Galerie de l'Hôtel Kempinski, Dubai, Peinture acrylique
  • 2008 Galerie Reich, Autriche, Peinture acrylique
  • 2009 Galerie de Wels, Autriche, Gouache
  • 2009 Galerie Visionairs, Paris, Gouache et Peinture acrylique
  • 2009 Galerie Lebenstil, Autriche, Gouache
  • 2010 Musée du Papier de Steyrermuehl, Steyrermuehl, Autriche, Gouache
  • 2011 Galerie Visionairs, Paris, Gouache et Peinture acrylique
  • 2012 Musée du Papier de Steyrermuehl, Steyrermuehl, Autriche, Gouache
  • 2012 BJ Art Gallery, Paris, France, Gouache Acrylique
  • 2012 Escondido Arts Partnership Municipal Gallery, Californie, États-Unis
  • 2013 Blaa Galleri, Copenhaggue, Danemark

Publications[modifier | modifier le code]

  • Vêpres Laquées aux éditions Baudouin en 1979
  • Paris la nuit aux éditions Balland en 1982
  • Le management systémique de la complexité aux éditions Aditech Ministère de la Recherche 1990.
  • Le management du troisième millénaire aux éditions Guy Trédaniel en 1991, 1999 et 2005
  • The Information Revolution and the Arab World: Its Impact on State and Society par Emirates Center for Strategic Studies en 1999
  • Manifeste pour la technologie au service de l'homme, Institut National Polytechnique de Grenoble, 2000
  • Les Horizons du Futur aux éditions Guy Trédaniel en 2001
  • Trouver son génie aux éditions Guy Trédaniel en 2005
  • La société de l'information enjeu stratégique, Revue Agir, 2005
  • Le dirigeant du troisième millénaire aux éditions d’organisation en 2006
  • Mimétisme et singularité, deux leviers de croissance, La Revue de Kea, 2006
  • La stratégie créative de singularisation, La Revue de Kea, 2007
  • Le DRH du troisième millénaire aux éditions Village Mondial en 2007,2009
  • Réenchanter le futur par la prospective RH aux éditions Village Mondial en 2009
  • Prospective d'un monde en mutation aux éditions de l'Harmattan en 2010
  • "Au-delà de la crise financière" Édition de l'Harmattan 2011
  • "Les voies de la résilience" Édition de l'Harmattan 2012.

Films et vidéos[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ac-versailles.fr/etabliss/stmartin/
  2. a, b et c Biographie Le management du troisième millénaire aux éditions Guy Trédaniel 2005
  3. Photo de Warhol : http://homepage.mac.com/msaloff/.Pictures/VEP%20LAQUE/SALOFFCOSTE0161.JPG
  4. Voir les photos : : http://homepage.mac.com/msaloff/PhotoAlbum29.html
  5. MSC ET ASSOCIES
  6. Club of Budapest
  7. (fr) Université Intégrale de Paris


Articles connexes[modifier | modifier le code]