Michel Roussel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roussel.

Michel Roussel, né le 19 février 1961 à Saverdun (Ariège), a exercé la profession de gendarme du 6 août 1980 au 13 octobre 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

À compter du mois de septembre 2000, il a été nommé directeur d’enquête de la cellule Homicide 31 chargée d’enquêter sur certains crimes non élucidés commis dans la région toulousaine. Dans le cadre de vingt-six enquêtes placées sous sa responsabilité, les investigations menées ont permis d’imputer plusieurs viols et meurtres au tueur en série Patrice Alègre.

Après avoir été muté à la brigade de Rabastens, dans le département du Tarn, l’adjudant Michel Roussel décide en 2003 de quitter la gendarmerie pour publier peu de temps après son ouvrage Homicide 31 : Au cœur de l'affaire Alègre, l'ex-directeur d'enquêtes parle dans lequel il témoigne du sentiment de ne pas avoir pu accomplir son travail jusqu’au bout. Dans ce document, l'ex-gendarme Roussel décrit comment, une fois un certain seuil médiatique et politique atteint, une affaire peut être confisquée par un jeu de pressions hiérarchiques.

Une autre angle de vue serait que Michel Roussel a été dès l'origine insuffisamment encadré par un juge d'instruction peu motivé par une affaire de prostituées suicidées ou assassinées.

Sous le titre Face à la calomnie, Dominique Baudis publie en 2005 le journal qu'il a tenu pendant dix-huit mois, de 2003 à 2004, victime d'une longue campagne de calomnies. Dans ce livre, il accuse Michel Roussel d'avoir orienté les témoignages des deux anciennes prostituées qui l'avaient impliqué dans l'affaire Alègre. Cela lui vaudra d'être condamné pour diffamation et à verser mille euros à l'ex-gendarme[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]