Michel Particelli d'Émery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Particelli, par Moncornet[1]
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Emery.

Michel Particelli d'Emery ou Particelle d'Hémery, (6 juin 1596 à Lyon - 25 mai 1650 à Paris), fils d'un banquier de Lyon, d'une famille originaire de Lucques en Italie, fut conseiller de Richelieu sous Louis XIII.

En juillet 1632, il est le commissaire du roi Louis XIII aux Etat du Languedoc. Il est arrêté à Pézenas par ordre du duc Henri II de Montmorency, Gourverneur du Languedoc. Son arrestation est un défi lancé au pouvoir royal qui sera stoppé quelques semaines plus tard par l'arrestation d'Henri II de Montmorency puis par sa décapitation.

En 1640, Particelli d'Emery est ambassadeur de France à Turin.

Il est nommé contrôleur général des finances en 1643 par Mazarin puis surintendant des finances en 1648. Il montra quelque habileté et eut la première idée de l'octroi[réf. nécessaire] ; mais ses exactions lui attirèrent la haine du peuple en même temps que ses tentatives de réforme le rendaient odieux aux nobles. Pour faire face aux exigences financières de la guerre franco-espagnole, il créa en 1644 l'impôt du Toisé et la taxe des Aisés, puis en 1646 le Tarif qui augmentait les droits d'octroi. Ces taxes furent une des origines de la Fronde. Il fut sacrifié, le 9 juillet 1648 (remplacé par le maréchal de la Meilleraye), mais rappelé dès l'année suivante. II mourut en 1650.

Voltaire raconte l'histoire suivante dans "Histoire du Parlement de Paris" (en le qualifiant à tort d'italien puisqu'il est né à Lyon) :« Les plus pauvres habitants de Paris avaient bâti de chétives maisons, ou des cabanes hors des anciennes limites de la ville. Un Italien nommé Particelli D'Emeri, favori du cardinal, et contrôleur-général, s'avisa de proposer une taxe assez forte sur ces pauvres familles. Elles s'attroupèrent, elles allèrent porter en foule leurs plaintes à la grand'chambre, non sans y être excitées par plusieurs membres des enquêtes, qui demandèrent l'assemblée des chambres pour juger la cause des pauvres contre le ministère. Cette maladresse du gouvernement indisposa tout Paris ; elle apprit au peuple à murmurer, à s'attrouper ».

Plus tard, « On criait encore davantage contre l'Italien Particelli d'Emery, devenu surintendant, condamné autrefois à être pendu à Lyon[2], et monté par les concussions au faîte de la fortune. La clameur publique fut si forte, les factions si obstinées, que la cour se crut obligée de plier. Elle exila le surintendant dans ses terres, et promit la suppression des intendans de provinces. »

Il écrit aussi dans "Le siècle de Louis XIV" : « Le surintendant était alors un paysan siennois, nommé Particelli d'Emery, dont l’âme était plus basse que la naissance, et dont le faste et les débauches indignaient la nation. Cet homme inventait des ressources onéreuses et ridicules. Il créa des charges de contrôleurs de fagots, de jurés vendeurs de foin, de conseillers du roi crieurs de vin ; il vendait des lettres de noblesse. Les rentes sur l’hôtel de ville de Paris ne se montaient alors qu’à près d’onze millions. On retrancha quelques quartiens aux rentiers ; on augmenta les droits d’entrée ; on créa quelques charges de maîtres des requêtes ; on retint environ quatre-vingt mille écus de gages aux magistrats. Il est aisé de juger combien les esprits furent soulevés contre deux Italiens, venus tous deux en France sans fortune, enrichis aux dépens de la nation, et qui donnaient tant de prise sur eux. Le Parlement de Paris, les maîtres des requêtes, les autres cours, les rentiers s’ameutèrent. En vain Mazarin ôta la surintendance à son confident Emery, et le relégua dans une de ses terres : on s’indignait encore que cet homme eût des terres en France... »

Le Château de Tanlay en Bourgogne, resté inachevé après une première campagne de travaux (1555-1568), fut achevé par l'architecte Pierre Le Muet pour Michel Particelli d’Emery entre 1643 et 1649 (il subsiste presque intact).

Sa fille Marie épousa Louis Ier Phélypeaux de La Vrillière

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette gravure fut utilisée 200 ans plus tard pour réaliser un portrait factice de Samuel de Champlain.
  2. Le cardinal de Retz, dans ses Mémoires, dit que Particelli avait été condamné à être pendu. Mais l’arrêt du parlement, du 9 avril 1620, confirmatif d’une sentence de la Conservation de Lyon, porte seulement qu’il était condamné à faire amende honorable, pieds et tête nus, en chemise, avec un écriteau portant ces mots : Banqueroutier frauduleux. La Conservation de Lyon, tribunal de commerce, ne prononçait pas la peine de mort.

Lien externe[modifier | modifier le code]