Michel Mouillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Mouillot, né le 2 octobre 1943 à Nice, est un homme politique français, ancien bras-droit de François Léotard au Parti républicain, devenu Démocratie libérale, et ancien maire de Cannes de 1989 à 1997.

Biographie et condamnations[modifier | modifier le code]

Fils d'un secrétaire d'une cellule communiste de Nice, Michel Mouillot est élevé par sa mère. Il travaille comme représentant chez Pernod Ricard. Il devient Grand Maître provincial de la Grande Loge nationale française[1] [2] et développe ses réseaux[3].

À la suite de sa rencontre avec François Léotard en 1982, il devient rapidement « l'homme fort » du Parti républicain dans les Alpes-Maritimes.

Michel Mouillot est condamné le 4 février 2005 par le tribunal correctionnel de Nice à six ans d'emprisonnement ferme pour « corruption, prise illégale d'intérêt, abus de biens sociaux, faux et usage de faux, et emplois fictifs »[4].

Il avait réclamé d'importantes sommes d'argent à des casinos cannois en échange de l'autorisation d'installer des machines à sous[5].

Cette peine prononcée à Nice se confond avec la peine de quatre ans d'emprisonnement ferme auxquels l'ex-maire avait été condamné par la cour d'appel d'Aix-en-Provence, dans une autre affaire de corruption le concernant, dite du "Relais de la Reine".

Article détaillé : Affaire Michel Mouillot.

Auparavant, Michel Mouillot avait déjà été condamné dans le cadre des démêlés judiciaires impliquant l'homme d'affaires Pierre Botton.

Il est libre depuis le 30 août 2007 mais est inélégible jusqu'en 2010[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Mouillot, Un complot en Provence, Éditions Laurens, coll. « Politique »,‎ 1er février 1998, 201 p. (ISBN 2911838394)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Francs-maçons. Le dessous des affaires, Laurent Chabrun, Jérôme Dupuis et Fabrice Lhomme, L'express.fr, 27 janvier 2000
  2. Dans les Les Frères invisibles, Éditions Albin Michel, 2001, spécialement p. 76 à 78, Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre indiquent que Michel Mouillot n’a jamais fait mystère de son engagement dans la franc-maçonnerie française.
  3. Mouillot : une affaire de trop, Catherine Pégard, Denis Demonpion, Roger-Louis Bianchini, Le Point.fr, 27 juillet 1996
  4. Six ans de prison ferme pour l'ancien maire de Cannes Michel Mouillot Le Monde
  5. Splendeur et misère de Michel Mouillot, L'Humanité
  6. rivierabiz, Nice-Matin, 6 septembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]