Michel Croz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Croz

Michel Auguste Croz, né le au Tour dans la vallée de Chamonix[1], mort le , dit « le Prince des guides », est un guide de la haute vallée de l'Arve. Il est mort le 14 juillet 1865, dans l'accident qui marqua la première ascension du Cervin, le « pic le plus inaccessible des Alpes », selon l'expression d'Edward Whymper.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du Tour, village le plus haut de la vallée de Chamonix, Michel Croz ne vit que pour la montagne. Exerçant son métier de guide, il ne se fait vraiment remarquer qu'à l'âge de 30 ans lorsque William Mathews l'engage pour l'ascension du mont Blanc. Remarquant tout de suite son habileté, il le retient pour l'année suivante et Michel Croz va dès lors accompagner les meilleurs amateurs de l'époque (bien souvent anglais) avec lesquels il accomplit, en cinq ans, un nombre impressionnant de prestigieuses premières.

En 1860, c'est la première de la Grande Casse avec William Mathews et Étienne Favre, le 8 août. Une semaine plus tard, il rate sa première tentative au mont Viso. Revenant en Vanoise, il tente une première fois le mont Pourri ; puis, Matthews rentré à Londres en octobre, il réessaye et réussit, non sans difficultés, ladite ascension. En 1861, c'est la première du Viso avec Mathews, en 1862 la traversée du col des Écrins avec Francis Fox Tuckett, puis une nouvelle ascension, avec Mathews et T.G. Bonney, du mont Pourri. En 1863, il effectue la traversée des Grandes Rousses avec de nouveau Matthews. À partir de 1864, Mathews s'étant retiré de l'alpinisme, il rencontre Whymper pour une nouvelle série (traversée de la Brèche de la Meije, Barre des Écrins) en compagnie du grand guide oberlandais Christian Almer. « Réunir Croz et Almer était un coup de maître » déclare Whymper. Les deux guides s'entendent et se complètent admirablement. Dans le massif du Mont-Blanc aussi les premières s'enchaînent : col du Triolet, mont Dolent, aiguille d'Argentière, Dent Blanche, Grandes Jorasses et traversée du col du Dolent. C'est l'âge d'or de l'alpinisme.

En 1865, Whymper qui cherche depuis des années à conquérir la cime tant convoitée du Cervin, se joint à Charles Hudson qui avait engagé Michel Croz pour cette ascension. Le 14 juillet, le guide mène à la victoire une lourde cordée de sept alpinistes : le vieux guide Pierre Taugwalder et ses deux fils comme porteurs, lord Francis Douglas, Hadow, Hudson et Whymper. Après « une heure bien remplie de vie glorieuse » au sommet, c'est la tragique descente : Hadow perd l'équilibre et entraîne Croz, Douglas et Hudson dans une chute mortelle. Michel Croz avait 35 ans.

Edward Whymper a déclaré : « Quand il s'élevait au-dessus de la foule des hommes ordinaires, dans les circonstances qui exigeaient l'emploi de sa force prodigieuse et de la connaissance incomparable qu'il avait des glaces et des neiges, alors seulement on pouvait dire que Michel Croz se sentait complètement et réellement heureux ».

Michel Croz est chamoniard, paysan cordonnier et guide. Il a guidé bien des gentlemen, dont Mathews au couloir de la Grande Casse où il dut tailler 1 100 marches avec sa hache. Michel Croz est réputé pour son flair de grimpeur et pour sa force. Il est d'une vigueur exceptionnelle, même pour l'époque où les forts des campagnes ne manquaient pas. Croz soulève et tient un homme de 75 kg à bras tendus. Whymper l'a dit : « sans Croz je n'aurais probablement jamais fait l'ascension du Cervin ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]