Michel Crépeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crépeau.
Michel Crépeau
Fonctions
Parlementaire français
Député (1973-1993 / 1997-1999)
Gouvernement Ve République
Groupe politique App. socialiste puis Radical-citoyen-vert
Président du MRG
19781981
Prédécesseur Robert Fabre
Successeur Roger-Gérard Schwartzenberg
Garde des sceaux, ministre de la Justice
14e ministre de la justice de la Ve République
19 février 198619 mars 1986
Président François Mitterrand
Gouvernement Fabius
Prédécesseur Robert Badinter
Successeur Albin Chalandon
Biographie
Date de naissance 30 octobre 1930
Date de décès 30 mars 1999 (68 ans)
Résidence Première circonscription de la Charente-Maritime

Michel Édouard Jean Crépeau, né le 30 octobre 1930 à Fontenay-le-Comte (Vendée) et mort le 30 mars 1999 à Paris, est un avocat et homme politique français, plusieurs fois ministre de 1981 à 1986.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Crépeau est le fils d’Édouard Crépeau, instituteur puis inspecteur à l'éducation nationale, et de Marcelle Pastureau[1]. Son père était un républicain tandis que sa mère était de tradition monarchiste[1].

Études[modifier | modifier le code]

Michel Crépeau suit une scolarité au lycée Pierre-Loti de Rochefort puis s'inscrit à la Faculté de droit de Bordeaux, dont il ressort diplômé. En 1955, il est avocat au Barreau de La Rochelle.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il fait ses premiers pas dans la politique en 1958. En 1967, il est élu conseiller général dans le canton de La Rochelle-Ouest. En 1968, il rate de justesse le siège de député, face à André Salardaine, et se décide à former une équipe électorale.

En mars 1971, il remporte les élections municipales et est élu maire de La Rochelle, fonction qu'il occupera jusqu'à sa mort. Il prend alors de nombreuses initiatives dans les domaines de l'environnement, de l'urbanisme et de la culture. Il bloque les constructions sur le littoral, étend les espaces verts, met en place un service de recyclage des déchets en 1973, inaugure le premier secteur piétonnier de France en 1975, et un libre-service gratuit de 400 vélos jaunes en 1976 (soit près de trente ans avant les fameux vélibs de Paris).

En 1972, il participe à la création du Mouvement des radicaux de gauche (MRG), suite à la scission du Parti radical. Il en est le président entre 1978 et 1981, et le candidat à l’élection présidentielle de 1981, où il obtient 642 847 voix, soit 2,21 % des suffrages exprimés.

En 1981 il est ministre de l'Environnement dans le gouvernement de Pierre Mauroy ; en 1983, il est nommé Ministre du commerce et de l'artisanat et son portefeuille est étendu au tourisme dans le gouvernement de Laurent Fabius en 1984. Il contribue en 1982 au vote de la France pour la Charte mondiale de la nature à l'Assemblée générale des Nations-Unies, texte ambitieux qui préfigure les sommets de la Terre de 1992 et 2002. En 1985, il fait voter par le Parlement la loi créant l'EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée), texte préparé par Jacques Graindorge, directeur de l'artisanat de son ministère, avec qui il crée les chambres régionales des métiers et de l'artisanat et la Fondexpa, et il ouvre l'apprentissage aux niveaux de formation supérieure.

En 1984, il confie à Jean-Louis Foulquier la création du festival des Francofolies.

En février 1986, il succède à Robert Badinter, nommé président du Conseil constitutionnel, au poste de garde des sceaux, avec cette déclaration [2]: Il n'y restera toutefois qu'un peu moins d'un mois, et aura ce mot : « J'ai été avocat pendant 28 ans et Garde des Sceaux pendant 28 jours. Si je suis le seul ministre de la Justice à ne pas avoir commis d'erreur, c'est parce que je n'ai pas eu le temps ».

En 1992, il pose la première pierre de l'université de La Rochelle aux côtés de François Mitterrand et Helmut Kohl, à l'occasion du sommet de La Rochelle[3]. Plus tard, il lance la construction du Technoforum, du Palais des congrès, et déménage le port de pêche à Chef de Baie. En 1995, il met en place un réseau de location de voitures électriques.

Il est élu député de Charente-Maritime en juin 1997[4] et devient président du groupe parlementaire Radical-citoyen-vert (RCV). Il a pour assistant parlementaire Jean-Vincent Placé, aujourd'hui secrétaire national adjoint des Verts.

Le 23 mars 1999, il est victime d'un arrêt cardiaque en pleine séance parlementaire des questions au Gouvernement, peu après avoir posé une question à Dominique Strauss-Kahn qui était en train de lui répondre[5]. L’Assemblée n’étant pas équipée en défibrillateurs, c’est Philippe Douste-Blazy, cardiologue de profession et présent en séance, qui le réanime. Il mourra quelques jours plus tard à l'hôpital. Il avait 68 ans.

Maxime Bono va alors donner à la nouvelle médiathèque le nom de son illustre prédécesseur.

Collaborateurs ministériels de Michel Crépeau[modifier | modifier le code]

  • Jean-Daniel Tordjman, directeur de cabinet
  • Catherine Barbaroux, directrice de cabinet
  • Christophe Guillemin, conseiller technique
  • Catherine Guitton, chef de cabinet
  • Jacques Graindorge, directeur de l'artisanat
  • Jacques Bonacossa, directeur du commerce intérieur[6][réf. insuffisante]

Mandats et fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

  • Du 22 mai 1981 au 22 mars 1983 : ministre de l'Environnement
  • Du 22 mars 1983 au 17 juillet 1984 : ministre du Commerce et de l'Artisanat
  • Du 19 juillet 1984 au 19 février 1986 : ministre du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme
  • Du 19 février 1986 au 19 mars 1986 : garde des Sceaux et ministre de la Justice

Mandats politiques nationaux[modifier | modifier le code]

  • Du 11 mars 1973 au 2 avril 1978 : député de la première circonscription de la Charente-Maritime (MRG)
  • Du 19 mars 1978 au 22 mai 1981 : député de la première circonscription de la Charente-Maritime
  • Du 21 juin 1981 au 24 juillet 1981 : député de la première circonscription de la Charente-Maritime
  • Du 16 mars 1986 au 14 mai 1988 : député de Charente-Maritime
  • Du 12 juin 1988 au1er avril 1993 : député de la première circonscription de la Charente-Maritime
  • Du1er juin 1997 au 30 mars 1999 : député de la première circonscription de la Charente-Maritime (PRG, président du groupe radical, citoyen et vert)

Mandats politiques locaux[modifier | modifier le code]

Hommage à Michel Crépeau à l'entrée du vieux port de La Rochelle « J'accepte de disparaître en tant qu'individu dès lors qu'il me sera permis d'éprouver au jour de ma mort le sentiment d'avoir accompli ma part d'humanité. C'est à travers elle que je survivrai. » Michel Crépeau, 1979.
La Médiathèque Michel-Crépeau est la médiathèque de La Rochelle et en même temps la plus importante de la communauté d' agglomération de La Rochelle. Cette photographie a été prise avant la construction des immeubles situés de chaque côté de la médiathèque.

Ouvrages de Michel Crépeau[modifier | modifier le code]

  • 1981 : L'avenir en face, 1981
  • 2000 : Les chemins ardus du bonheur (Rupella), 2000 (à titre posthume)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Michel Crépeau », sur le site de l'Assemblée nationale
  2. « on ne remplace pas Robert Badinter, on lui succède ⁴ »
  3. Cette construction est un coup de poker osé de la part de Michel Crépeau car aucun contrat n'était signé pour la construction de l'Université.
  4. Résultats par département des élections législatives françaises de 1997
  5. Session ordinaire de 1998-1999 - 76e jour de séance, 196e séance - 2e SÉANCE DU MARDI 23 MARS 1999 sur le site de l'Assemblée nationale
  6. Cf. Journal Officiel, de 1981 à 1986.

Annexes[modifier | modifier le code]

Lectures approfondies[modifier | modifier le code]

  • Utopia, Michel Crépeau l'Humaniste de Marc Jouanny

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]