Michel Bernard (athlétisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel Bernard.
Michel Bernard Portail athlétisme
Michel Bernard 1963.jpg
Michel Bernard en 1963
Informations
Disciplines demi-fond
fond
Période d'activité 1955-1966
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 31 décembre 1931 (82 ans)
Lieu Sepmeries
Club Association sportive Anzin athlétisme (ASAA)
Dirigeant sportif
Président de la FFA (1985-1987)

Michel Bernard est un athlète français né le 31 décembre 1931 à Sepmeries (Nord), spécialiste de courses de demi-fond et de fond. Trois fois finaliste olympique en 1960 et 1964.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Bernard est né le 31 décembre 1931 à Sepmeries, village agricole de l'Avesnois. Son père, Pierre Bernard, était maréchal-ferrant et sa mère tenait une quincaillerie[1]. Au début de la seconde guerre mondiale, son père mourut au front, et sa mère l'éleva seule ainsi que sa jeune sœur.

A seize ans, il commença à travailler comme manœuvre à l'usine Escaut-et-Meuse d'Anzin, à onze km de Sepmeries[2]. Il entra l'année suivante au centre d'apprentissage de l'usine, pour préparer un CAP d'ajusteur; et c'est là qu'il découvrit la pratique du sport. Il disputa ses premières courses de cross country dans des épreuves inter-usines. Il commença alors à courir régulièrement, malgré les réticences de sa mère qui craignait pour sa santé. Il remporta ses premières victoires importantes en 1949 et 1950, où il devint champion de France junior. En 1953, après son service militaire à Haguenau, il recommença à s'entrainer pour perdre l'embonpoint accumulé pendant ces 18 mois et reprendre la compétition. En 1954, d'abord champion du Nord de 1 500 m, il gagna le titre de champion des Flandres devant Objoie, mais celui ci le battit au championnat de France[3]. La popularité naquit alors dans le Nord de la France, et s'amplifia les années suivantes.

En 1955, il devint champion de France, et intégra l'équipe de France. Il ne fut pas sélectionné pour les JO de 1956, ce qu'il vécut très mal à l'époque, il en parle comme d'un "coup de poignard". Son grand rival de l'époque était Michel Jazy : issu également de milieu populaire du Nord de la France, Jazy, aidé par le journal l'Équipe et bénéficiant de facilités pour s'entraîner, avait été sélectionné, tandis que Michel Bernard, travaillant toujours en 2 × 8, s'entraînait après sa journée de travail et prit 3 mois de congés sans solde pour préparer les JO de Rome. Chacune de leurs remarques étaient relayées, et amplifiées par la presse. Il devint cependant l'ami de Michel Jazy... après avoir été son rival national (à l'époque les deux hommes ne se parlaient pas, s'ignoraient presque) durant le début des années 1960 de 1 500 à 5 000 mètres.

En 1960, Michel Bernard fit la connaissance de Chantal Baratte, une jeune athlète dont il prit en charge l'entrainement. Il l'épousa le 27 novembre 1961 [4]. Ils eurent trois enfants :un fils, Pierre-Michel, en 1963[5] et deux filles Sandrine en 1964 et Cathy en 1965 .

Michel Bernard connut 67 sélections en tant qu'athlète international.

Il fonda en 1959 l'Association sportive Anzin athlétisme[6].

Il a publié La rage de courir en 1975 aux éditions Calman-Levy et a été président de la Fédération française d'athlétisme de 1985 à 1987.

Investi dans la vie politique de sa ville résidentielle, il a créé en 2001 l'association « Anzin pour tous » [7].

Son fils, Pierre-Michel Bernard, a été élu maire d'Anzin en 2008.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

Championnats de France d'athlétisme[modifier | modifier le code]

  • médaille d'or Champion de France du 1 500 m en 1955 et 1959
  • médaille d'or Champion de France du 5 000 m en 1958, 1959, 1960 et 1962
  • médaille d'or Champion de France du 10 000 m en 1961, 1964 et 1965
  • médaille d'or Champion de France de cross-country en 1958 et 1961

Autres[modifier | modifier le code]

  • 15 fois champion régional de cross-country
  • champion d'Angleterre du mile en 1961 à Londres
  • champion des États-Unis du 3 miles en 1963 à New-york
  • vainqueur du 1 500 m de la rencontre amicale France-Finlande en 1964 à Colombes

Records[modifier | modifier le code]

  • Codétenteur du record du monde au relais 4 × 1 500 m en 1961, en 15 min 4,2s (avec Michel Jazy, Jean Clausse et Robert Bogey, à Versailles)
  • Détenteur du record de France du 2 000 m en 1961, en 5 min 4 s
  • Détenteur du record de France du 3 000 m en 1957 et 1960 en 7 min 57 s
  • Détenteur du record de France en salle du 3 000 m en 1966 en 8 min 5,8 s
  • Détenteur du record de France du 2 miles en 1960, en 8 min 37 s
  • Détenteur du record de France en salle du 2 miles en 1963, en 8 min 41,4 s
  • Détenteur du record de France du 5 000 m en 13 min 50,1 s
  • Détenteur du record d'Europe en salle du 2 et 3 miles à New York en 1963

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Christian Dorvillé, Grandes figures sportives du Nord-Pas-de-Calais, Presses universitaires du Septentrion,‎ 2010 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Bernard, La rage de courir, Calmann-Lévy, p. 13
  2. Michel Bernard, La rage de courir, Calmann-Lévy, p. 14
  3. Michel Bernard, La rage de courir, Calmann-Lévy, p. 21-22
  4. Michel Bernard, La rage de courir, Calmann-Lévy, p. 199-200
  5. Michel Bernard, La rage de courir, Calmann-Lévy, p. 202
  6. Site de l'ASAA
  7. Élection municipale d'Anzin Pierre-Michel Bernard sur la ligne de départ, la Voix du Nord, 20 septembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Jean Fayolle
  • Anzin
  • Michel Bernard, entouré de vingt-sept personnalités, exprime ses impressions sur le temps qui passe dans le livre de Catherine Cuzin: "Aventuriers du temps" TheBookEdition.com