Michel Agier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Agier (né en 1953 à Orange) est un ethnologue et un anthropologue français, Directeur de recherche à l'Institut de recherche pour le développement et Directeur d'Études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Ses recherches portent sur les relations entre la mondialisation humaine, les conditions et lieux de l'exil, et la formation de nouveaux contextes urbains.

Participation à la vie scientifique[modifier | modifier le code]

Chercheur invité visitant l'université de Bahia en 1991, 1992 et 1994, Michel Agier vit de 1986 à 1994 au Brésil. Puis à Cali (Colombie) de 1997 à 1999. Il rejoint Marseille puis Paris en 2001.

Il a été Directeur du Centre d'Études africaines (UMR 194 EHESS-IRD) de 2004 à 2010.

En 2013, il a rejoint l'Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC).

Il a été porteur et coordinateur du Programme ASILES (« Corps des victimes, espaces du sujet. Réfugiés, sinistrés et clandestins, de l’expérience au témoignage », CEAf/CRESP/TERRA), Ministère de la Recherche (ACI « Terrains, Techniques, Théories ») et ANR (Agence Nationale de la Recherche), de 2005 à 2009.

Depuis 2013 il dirige le projet "Paysage Global de Camps" au sein du programme MobGlob de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR France)

Avec l'équipe de doctorants et post-doctorants travaillant avec lui, Michel Agier a créé en 2012-2013 l'atelier d'anthropologie contemporaine (LAC) dorénavant au sein de l'IIAC.

Thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

Michel Agier a mené des recherches dans des grandes villes d'Afrique et d'Amérique latine : Lomé, Douala, Salvador de Bahia, Cali. Ses enquêtes se sont déroulées dans des quartiers et milieux sociaux marginaux, subalternes ou précaires. Elles ont porté sur les mobilités sociales, les assignations et/ou mobilisations culturelles, ethniques et raciales, avec une attention particulière consacrée aux situations rituelles (carnavals, fêtes religieuses).

Depuis 2000, ses enseignements et recherches se sont orientés vers une anthropologie des déplacements et des logiques urbaines [1]. Ses enquêtes ont porté sur les espaces de regroupement des personnes déplacées, réfugiées et exilées, d'abord en Colombie puis en Afrique noire : périphéries urbaines accueillant les déplacés internes, camps de réfugiés et de déplacés, zones de transit. Plus récemment, l'accent est mis sur les situations de transit, de passage ou de fixation des migrants et réfugiés entre Afrique, Proche-Orient et Europe. Après une enquête (2009-2010) dans plusieurs pays européens sur les établissements précaires des migrants clandestins, sa recherche se poursuit au Liban sur les circulations et l'établissement urbain des migrants et réfugiés originaires du Proche-Orient ou d'Afrique.

Deux aspects conjoints sont analysés et mis en relation dans l'ensemble de ces recherches : d'une part la production des figures de « l'étranger » dans différents contextes nationaux et urbains ; d'autre part la formation et la stabilisation des marges et des espaces de frontière – camps, zones de transit, occupations urbaines illégales – comme contextes urbains en devenir. Il s'intéresse à saisir les déplacements les plus amples et divers de la mondialisation humaine actuelle, et dans ce cadre à repenser les conditions d'une vie en exil, du point de vue des lieux et des cultures recomposés.

Participation à la vie associative[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses recherches de terrain et ses enseignements, Michel Agier mène une réflexion depuis plusieurs années sur les effets de l'implication ethnographique et l'engagement des sciences sociales, à l'écart des deux deux pôles habituels de l'intervention des sciences sociales que sont l'expertise pour le pouvoir ou l'anthropologie dite "militante" (voir à ce propos l'ouvrage collectif Anthropologues en dangers et La Sagesse de l’ethnologue). Michel Agier est élu au conseil d'administration de l'association MSF (Médecins sans frontières, section France) de 2004 à 2010. De cette expérience, et de ses enquêtes dans les camps de réfugiés, il tire la matière d'une vaste anthropologie critique du Gouvernement humanitaire (voir l'ouvrage "Gérer les indésirables"). Membre depuis 2003 du réseau Migreurop (regroupement de 43 associations et de 37 membres individuels dans 16 pays du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Europe), il collabore à ce titre à l'Atlas Migreurop. Le livre Je me suis réfugié là ! Bords de routes en exil, publié en 2011, est le fruit d'une enquête menée en Europe avec Sara Prestianni, photographe et coordinatrice de Migreurop jusqu'en 2011.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages

1983, Commerce et sociabilité. Les négociants soudanais du quartier zongo de Lomé (Togo), Paris, Éditions de l’IRD, 318 p.

1995, Imagens e Identidades do Trabalho (avec N. Araujo Castro et A. S. Guimarães), São Paulo, Éditions Hucitec, 186 p.

1999, Tumaco : haciendo ciudad. Historia, identidad, cultura (avec M. Alvarez, O. Hoffmann et E. Restrepo), Bogotá, Instituto Colombiano de Antropologia y Historia, IRD, UNIVALLE, 290 p.

1999, L'Invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 176 p.

2000, Anthropologie du carnaval. La ville, la fête et l'Afrique à Bahia, Marseille, Éditions Parenthèses/IRD (dif. PUF), 256 p.

2002, Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion, 187 p. (traduction anglaise : On the Margins of the World, Cambridge, Polity Press, 118 p., 2008).

2004, La Sagesse de l’ethnologue, Paris, L’Œil neuf Éditions, 112 p.

2005, Salvador de Bahia : Rome noire, ville métisse, avec des photos de Christian Cravo, Paris, Éditions Autrement, 160 p. (Monde/Photos).

2008, Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 350 p (traduction anglaise : Managing the Undesirables. Refugee Camps and Humanitarian Government, Cambridge, Polity Press, 300 p., 2010) (à lire sur TERRA: le sommaire, l'introduction et l’entretien avec l’auteur en texte intégral [2]).

2009, Esquisses d’une anthropologie de la ville. Lieux, situations, mouvements, Louvain-la-neuve, Academia-Bruylant, 160 p. (traduction portugaise : Antropologia da cidade : Lugares, situações, movimentos, São Paulo, Editora Terceiro Nome, 2011).

2011, Le Couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Bellecombe-en-Bauge, Éditions du Croquant, 120 p. Prix de l’Écrit Social 2012 www.arifts.fr

2011 (avec Sara Prestianni), Je me suis réfugié là ! Bords de routes en exil, Paris, Éditions Donner lieu, 126 p.

2013, Campement urbain. Du refuge naît le ghetto, Paris, Éditions Payot, 144 p.

2013, La Condition cosmopolite. L'anthropologie à l'épreuve du piège identitaire, Paris, Éditions La Découverte, 216 p.


Collectifs

1997, Anthropologues en dangers. L'engagement sur le terrain, Paris, Éditions Jean-Michel Place, 128 p.

2002, Les Mots du discours afro-brésilien en débat, Paris, Éditions de la MSH, Cahiers du Brésil contemporain, 2002, no 49-50. Sommaire

2007, Terrains d’asiles. Réfugiés, déplacés, sans-papiers face aux dispositifs de contrôle et d’assistance, Asylon(s), Revue en ligne du réseau scientifique TERRA, Paris, novembre 2007, no 2.

2011, Paris refuge. Habiter les interstices (quatre récits de F. Bouillon, S. Kassa, C. Girola et A-C. Vallet, réunis et présentés par M. Agier), Bellecombe-en-Bauge, Éditions du Croquant, collection « Carnets d’exil ».

2012, Réfugiés, sinistrés, sans-papiers. Politiques de l’exception, Paris, Éditions Tétraèdre/Le Sujet dans la Cité.

2012, L’Afrique des banlieues françaises (avec R. Bazenguissa Ganga), Brazzaville, Nsanga-Mvimba, Paris, Éditions Paari, collection Germod.

2014, Un Monde de Camps, (avec la collaboration de Clara Lecadet), Paris, Éditions de La Découverte (septembre 2014).

Articles et chapitres d'ouvrage

2002, "Between War and City. Towards an Urban Anthropology of Refugee Camps", suivi d'un débat avec Zygmunt Bauman et Liisa Malkki, Ethnography, Londres, Berkeley, Sage, vol. 3, no 3, p. 317-366.

2002, "From Local Legends into Globalized Identities. The Devil, the Priest and the Musician in Tumaco", Journal of Latin American Anthropology, Miami, AAA, vol. 7, no 2, p. 140-167.

2003, "La Main gauche de l’Empire. Ordre et désordres de l’humanitaire", Multitudes, Paris, no 11, p. 67-77.

2005, "Faire la ville aujourd’hui, demain. Réflexions sur le désert, le monde et les espaces précaires", in Liens et lieux de la mobilité, G. Capron, G. Cortes et H. Guetat (dir.), Paris, Éditions Belin, p. 167-178.

2005, "Ordine e disordini dell’umanitario. Dalla vittima al soggetto politico", Antropologia, Roma, Meltemi, Anno 5, no 5 (dossier « Refugiati »), p. 49-65.

2006, "Le Gouvernement humanitaire et la politique des réfugiés", in La Philosophie déplacée. Autour de Jacques Rancière (textes réunis par Laurence Cornu et Patrice Vermeren), Paris, Éditions Horlieu / Colloque de Cerisy, p. 411-428.

2006, "Zwischen Krieg und Stadt", Stadt Bauwelt (Berlin), no 172, p. 50-57: [2]

2008, "Quel temps aujourd’hui en ces lieux incertains ?", L’Homme, no 185-186 (L’anthropologue et le contemporain. Autour de Marc Augé), p. 105-120. Texte intégral :

2009, "The Camps of the Twenty-first Century: Corridors, Security Vestibules and Borders of Internal Exile", Irish Journal of Anthropology, vol. 3 (12), p. 39-44.

2010, "Humanity as an Identity and its Political Effects. A Note on Camps and Humanitarian Government", Humanity, no 1, p. 29-45.

2010, "Il silenzio e la parola. Inchiesta sulle testimonianze dei rifugiati nei campi africaini", Studi culturali, Bologna, Editore Mulino, Anno VII, no 1, p. 3-14.

2010, "Un Dimanche à Kissidougou. L’humanitaire et l’Afrique, du postcolonial au global", Cahiers d’Études africaines, L (2-3-4), 198-199-200, p. 981-1001.

2011, "From refuge the ghetto is born. Contemporary figures of heterotopias", in Ray Hutchison et Bruce D. Haynes (dir.), The Ghetto. Contemporary Global Issues and Controversies, Westview Press, p. 265-292.

2012, "Penser le sujet, observer la frontière. Le décentrement de l’anthropologie", L’Homme, no 202-203 (automne 2012).

2012, "Pensar el sujeto, descentrar la antropologia, Cuadernos de Antropologia social" (Universidad de Buenos Aires), n° 35, p. 9–27.

2013, "Le Tournant contemporain de l'anthropologie. Comprendre, encore, le monde qui nous entoure", Socio, n°1 (mars 2013), p. 77-93.

2013, "Le Devenir-ville des campements, le devenir-citadin des migrants", Revue Diversité, n° 40, décembre 2013.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Page de Michel Agier sur le site de l'EHESS

Page de L'atelier d'Anthropologie Contemporaine sur le site de l'IIAC-LAU

articles sur academia

Notes et références[modifier | modifier le code]