Michael Rogers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rogers.
Michael Rogers
Image illustrative de l'article Michael Rogers
Michael Rogers lors du Tour de Saxe 2008
Informations
Nom Rogers
Prénom Michael
Date de naissance 20 décembre 1979 (34 ans)
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Équipe actuelle Tinkoff-Saxo
Spécialité Rouleur
Courses par étapes
Équipe amateur
2000 Canberra CC
Équipe professionnelle
09.2000-12.2000
2001
01.2002-08.2002[n 1]
08.2002-12.2002[n 2]
2003-2004
2005
2006-2007
01.2008-07.2008[n 3]
07.2008-12.2008[n 4]
01.2009-06.2009[n 5]
07.2009-12.2009[n 6]
2010
2011-2012
2013
2014-
Mapei-Quick Step (stagiaire)
Mapei-Quick Step
Mapei-Quick Step-Latexco
Mapei-Quick Step
Quick Step-Davitamon
Quick Step-Innergetic
T-Mobile
High Road
Columbia
Columbia-High Road
Columbia-HTC
HTC-Columbia
Sky
Saxo-Tinkoff
Tinkoff-Saxo
Principales victoires
Championnats

Jersey rainbow chrono.svg Champion du monde du contre-la-montre 2003, 2004 et 2005
MaillotAustralia.PNG Champion d'Australie du contre-la-montre 2009
Courses par étapes
Tour d'Allemagne 2003
Tour Down Under 2002
Tour de Californie 2010
3 étapes de grands tours
Tour d'Italie (2 étapes)

Tour de France (1 étape)

Michael Rogers est un coureur cycliste australien né le 20 décembre 1979 à Barham. Il court en 2011 et 2012 pour l'équipe Sky et depuis 2013 pour l'équipe Tinkoff-Saxo. Remarquable rouleur à ses débuts, il a remporté trois fois consécutivement le titre de champion du monde du contre-la-montre entre 2003 et 2005. Se consacrant progressivement aux courses par étapes, il a notamment remporté le Tour d'Allemagne en 2003 et le Tour de Californie en 2010, et a terminé 2e du Tour de Suisse en 2005 et du Tour de Catalogne en 2007, 9e du Tour de France en 2006 et 8e du Tour d'Italie en 2009. Sa carrière a été marquée par plusieurs blessures et maladies.

Biographie[modifier | modifier le code]

1999-2005 : le début de carrière et la révélation chez Mapei-Quick Step[modifier | modifier le code]

1999-2002[modifier | modifier le code]

Formé sur la piste, Michael Rogers remporte son premier succès lors de la 2e étape du [[Tour Down Under] 2000]. Il rejoint l'équipe Mapei-Quick Step en tant que stagiaire, avant d'y passer professionnel en 2001. Il s'impose rapidement comme un rouleur hors pair. Dès sa première saison, il termine notamment deuxième du Grand Prix Eddy Merckx, avec son coéquipier Fabian Cancellara, 20 ans et lui aussi néo-professionnel.

En janvier 2002, il termine deuxième du championnat d'Australie du contre-la-montre derrière Nathan O'Neill. La semaine suivante, il montre également des aptitudes remarquables pour les courses par étapes dans le Tour Down Under. Vainqueur de la 2e étape, il bénéficie d'une véritable démonstration de force de son équipe, qui réalise un triplé dans la 5e étape, avec Cadel Evans et Daniele Nardello. Ainsi, Rogers préserve son maillot jaune face à Alexandre Botcharov et remporte la course. Il confirme ces qualités en terminant troisième d'un Tour de Rhodes remporté par Fabian Cancellara, et lui aussi nettement dominé par la Mapei. La même année, Rogers confirme dans les épreuves contre-la-montre, terminant notamment cinquième du Chrono des Herbiers et 8e du championnat du monde du contre-la-montre.

2003[modifier | modifier le code]

En 2003, Rogers rejoint l'équipe Quick Step-Davitamon, qui prend la suite de Mapei-Quick Step. Il est à nouveau battu au championnat d'Australie du contre-la-montre, par Ben Day cette fois. Mais à partir du mois d'avril, Rogers se révèle comme un remarquable coureur par étapes. Il termine d'abord quatrième du Circuit de la Sarthe, grâce à un bon contre-la-montre, mais aussi à sa troisième place d'étape à Angers. Fin mai, il prend la cinquième place du Tour de Picardie, puis remporte haut la main le Tour de Belgique. La semaine suivante, il participe au Tour d'Allemagne. À l'issue de la difficile 5e étape, il occupe la cinquième place du classement général, devancé par 4 coureurs de la ONCE-Eroski. Mais le lendemain, il remporte la 6e étape, un contre-la-montre de 40 km, avec plus d'une minute d'avance sur ses concurrents, aux premiers rangs desquels les spécialistes Jan Ullrich et Alexandre Vinokourov. Rogers remporte ainsi avec la manière le Tour d'Allemagne, sa plus belle course par étapes, devant plusieurs des protagonistes du Tour de France. Mieux, il enchaîne sur une troisième course par étapes consécutive, remportant fin juin la Route du Sud grâce à son écrasante victoire dans le contre-la-montre. En juillet, il participe à son premier Tour de France. Alors qu'il occupe la 15e place du classement général, il se fait remarquer en accompagnant le maillot jaune, son coéquipier Richard Virenque, dans la grande étape de l'Alpe d'Huez. Usé par ses performances des derniers mois, il rétrograde cependant dans les Pyrénées, et termine le Tour à la 42e place.

En fin de saison, Rogers réussit à nouveau de très belles performances contre-la-montre. Il termine à nouveau deuxième du Grand Prix Eddy Merckx avec László Bodrogi, puis prend la médaille d'argent lors des championnats du monde du contre-la-montre derrière l'écossais David Millar. Ce dernier ayant avoué s'être dopé, Rogers remportera finalement le titre de champion du monde du contre-la-montre 2003.

2004[modifier | modifier le code]

Dès le début 2004, Rogers termine 8e de Paris-Nice, confirmant ses belles performances de l'année précédente. Mais il déçoit sur le Critérium du Dauphiné libéré, où il ne termine que 41e, distancé dès avant la montagne. Le Tour de France commence tout aussi mal. Au pied des Pyrénées, il est 56e à 16 minutes de Thomas Voeckler, le maillot jaune, et à plus de 6 de Lance Armstrong. Il fait cependant preuve d'une grande régularité en montagne, et termine notamment 12e du contre-la-montre en côte de l'Alpe d'Huez, ce qui lui permet de s'adjuger une 22e place finale.

Peu après le Tour, il échoue au pied du podium du contre-la-montre des Jeux olympiques d'Athènes à 3s seulement de la médaille de bronze de Bobby Julich. Il prend sa revanche quelques mois plus tard en remportant son deuxième titre consécutif de champion du monde du contre-la-montre, avec plus d'une minute d'avance sur tous ses concurrents. Ce jour-là, Rogers reçoit successivement sa médaille d'or de l'année précédente, à la suite du déclassement de Millar, et sa médaille d'or 2004. Il devient ainsi le premier à remporter deux titres consécutifs de champion du monde du contre-la-montre depuis la création de l'épreuve. Il réussit aussi plusieurs autres performances dans les épreuves contre-la-montre de fin de saison, terminant notamment deuxième de Florence-Pistoia derrière Sergiy Matveyev.

2005[modifier | modifier le code]

En 2005, Rogers confirme ses remarquables aptitudes pour les terrains montagneux. Dès le début de la saison, il termine troisième du Grand Prix de Lugano. Puis, début avril, il termine huitième du relevé Tour du Pays basque. En mai, il prend part au Tour de Catalogne. Malgré un contre-la-montre par équipes médiocre, il termine quatrième de la grand étape de montagne menant à Andorre et prend la dixième place du classement général. Le lendemain, lors du contre-la-montre en côte couru sur la même ascension, il termine sixième. Il prend ainsi la quatrième place finale de ce Tour de Catalogne. Il confirme quelques semaines plus tard sur le Tour de Suisse. Dès la 2e étape contre-la-montre, il s'empare de la troisième place, derrière Jan Ullrich et Bradley McGee. Lors de la difficile 6e étape qui mène à Arosa, Rogers distance d'une poignée de secondes ses adversaires pour terminer troisième de l'étape. Il s'empare du maillot jaune. Dans la 8e étape, Rogers voit s'affirmer un troisième concurrent majeur. L'Espagnol Aitor González l'attaque et lui reprend une minute au classement général, se rapprochant à la quatrième place à 36s avant la dernière étape. Dans cette 9e étape, Rogers est attaqué toute la journée par ses concurrents au classement général, et la force collective de son équipe est trop limitée[1]. Rogers tente de devancer ses concurrents en attaquant le premier, mais il est rapidement distancé par le même Aitor González, qui lui reprend à Ulrichen 48 secondes et la victoire finale. Rogers, quatrième de l'étape, termine deuxième de ce Tour de Suisse.

Rogers fait ainsi partie des outsiders du Tour de France. Décevant lors du contre-la-montre initial (45e), régulier en montagne dans les Alpes, il occupe la 21e place au pied des Pyrénées. Mais il y subit le contrecoup de ses performances des derniers mois, et recule finalement à la 41e place. Le 22 septembre 2005, Rogers remporte à Madrid son troisième titre de champion du monde du contre-la-montre, établissant alors le record de l'épreuve[n 7]. Il termine également deuxième du Chrono des Herbiers quelques jours plus tard, derrière Ondřej Sosenka.

2006-2008 : la confirmation chez T-Mobile[modifier | modifier le code]

2006[modifier | modifier le code]

En 2006, Rogers rejoint l'équipe T-Mobile. Après une bonne préparation sur la Semaine internationale Coppi et Bartali et le Circuit de la Sarthe, il participe pour la première fois au Tour d'Italie. Il termine 8e de la 1re étape contre-la-montre, puis profite de la deuxième place de son équipe dans le contre-la-montre par équipes pour prendre la quatrième place du classement général. 29e de la première étape de moyenne montagne à Saltara, il préserve sa quatrième place derrière son coéquipier Serhiy Honchar, mais s'effondre le lendemain dans l'ascension du Passo Lanciano, terminant 62e à 8 min 49 s. Il recule alors progressivement au classement, et abandonne après la 12e étape, qu'il termine à la 170e place. Après ce Tour d'Italie tronqué, il participe au Tour de Suisse, mais avec beaucoup moins de succès que l'année précédente, et termine 64e.

Il participe donc sans grands repères au Tour de France. Il réalise cependant une très bonne première partie de Tour : il est 7e du prologue, deuxième à Valkenburg, puis quatrième du contre-la-montre à Rennes. Il occupe ainsi la troisième place du classement général au pied des Pyrénées à 1min 08s de Serhiy Honchar, dans une situation analogue à celle du Tour d'Italie. 12e au sommet de Pla de Beret, Rogers recule à la septième place du classement général après les Pyrénées. Dans les Alpes, il termine 15e à l'Alpe d'Huez, 12e à La Toussuire et 21e à Morzine, faisant preuve d'une remarquable régularité, mais sans peser fortement sur la course. 18e du dernier contre-la-montre, il termine ce Tour de France à la neuvième place.

En fin de saison, il termine deuxième du Regio Tour, mais perd son titre de Champion du monde du contre-la-montre, ne prenant que la huitième place.

2007[modifier | modifier le code]

En 2007, Rogers réalise un bon début de saison, terminant septième du Tour de Californie et quatrième de la Semaine internationale Coppi et Bartali, mais abandonne sur le Tour du Pays basque et le Tour de Romandie. Sur le Tour de Catalogne, son équipe ne prend que la 13e place du contre-la-montre par équipes. Deuxième de la première étape de montagne derrière Óscar Sevilla, il ne prend donc que la troisième place, à 32s de Sevilla, et à 4s de Vladimir Karpets. Lors du contre-la-montre en côte du lendemain, Rogers prend la cinquième place, loin devant Sevilla, mais derrière Karpets, qui s'empare du maillot jaune. Malgré ses efforts, Rogers ne parvient pas à distancer Karpets dans la dernière étape, et termine deuxième, toujours à la recherche d'une victoire dans une grande course par étapes depuis sa deuxième place dans le Tour de Suisse 2005.

Après son abandon dans le Tour de Suisse, Rogers participe à son cinquième Tour de France consécutif. Il termine 20e du prologue et occupe la 14e place du classement général à la veille de la première grande étape de montagne. Mais dans cette 8e étape, il se fracture la clavicule et est contraint à l'abandon.

2008-2010 : High Road / Columbia-HTC[modifier | modifier le code]

2008[modifier | modifier le code]

L'équipe T-Mobile devient High Road à la suite du retrait du sponsor T-Mobile. Le début de saison 2008 de Rogers est à nouveau marqué par la malchance. Une mononucléose le contraint à ne reprendre la compétition qu'en mai, au Tour de Catalogne[2]. Sur le Critérium du Dauphiné libéré, Rogers termine 31e du prologue et 38e de la 3e étape contre-la-montre, confirmant des résultats moins impressionnants contre-la-montre au cours des deux dernières années. En contrepartie, Rogers progresse visiblement en montagne, terminant notamment 9e à Annemasse et 10e à Morzine. Il prend ainsi la 11e place de ce Critérium du Dauphiné libéré.

Encore affaibli, il ne participe pas au Tour de France, mais termine deuxième du Tour de Saxe, puis participe aux Jeux olympiques de Pékin, où il prend la 6e place de l'épreuve en ligne, et la 8e du contre-la-montre. À la fin du mois d'août, il profite de sa 4e place lors de la 7e étape contre-la-montre pour terminer troisième de l'Eneco Tour derrière José Iván Gutiérrez et Sébastien Rosseler. En septembre, il termine deuxième du Tour du Missouri, puis seulement 12e du championnat du monde du contre-la-montre.

2009[modifier | modifier le code]

En janvier 2009, Rogers remporte pour la première fois le Championnat d'Australie contre-la-montre, auquel il n'avait plus participé depuis 2003, puis termine deuxième de l'épreuve en ligne, battu au sprint par Peter McDonald. Par le jeu des bonifications, il termine ensuite sixième du Tour Down Under. Sur le Tour de Californie, il termine 4e du prologue et du contre-la-montre, et troisième de l'étape de moyenne montagne à Santa Cruz, ce qui lui vaut de terminer troisième du classement général.

2010[modifier | modifier le code]

Il remporte en février 2010 le Tour d'Andalousie, sans remporter d'étape. Rogers prend la 2e place du Critérium international, la 3e place du Monte Paschi Strade Bianche, la 3e place du Tour de Romandie et la 6e place de Tirreno-Adriatico. En mai, il gagne le Tour de Californie, dont il avait fait un de ses objectifs[3]. Il ne remporte pas d'étape, mais se classe 2e des troisième, cinquième et septième étapes, et 3e de la sixième étape.

À la suite de ces performances, Michael Rogers est considéré comme l'un des outsiders pour le Tour de France, qu'il termine à la 37e place. En 2011, il rejoint l'équipe britannique Sky.

2011-2012 : Sky[modifier | modifier le code]

En 2011, Michael Rogers s'engage dans la formation britannique Sky. Le 22 juin, il annonce qu'il ne participera pas au Tour de France à cause d'une mononucléose infectieuse[4].

En 2012, il participe au championnat d'Australie du contre-la-montre, puis dispute le Tour Down Under où il obtient la quatrième place à 14 secondes du vainqueur Simon Gerrans. En mars, il participe au Critérium international. Lors de la deuxième étape, un contre la montre de 6,5 km, il se classe second derrière Cadel Evans, le futur vainqueur de l'épreuve. Le lendemain, il est huitième au sommet du col de l'Ospedale. Il est finalement troisième du classement général. Fin avril, il contribue à la victoire de coéquipier Bradley Wiggins lors du Tour de Romandie et occupe la cinquième position du classement général final. Il gagne ensuite deux étapes et le classement général du Tour de Bavière.

En vue du Tour de France, il prend part au Critérium du Dauphiné et se classe second. Rogers est donc sélectionné pour la « grande boucle » où son rôle est d’épauler Wiggins. Il chute au cours de la première étape mais sans gravité. Finalement, il est vingt-troisième et l'équipe Sky occupe les deux premières places du classement général avec Bradley Wiggins et Christopher Froome.

2013- : Saxo-Tinkoff[modifier | modifier le code]

En fin de saison 2013, Rogers gagne la Japan Cup. Toutefois, il est contrôlé positif au clenbutérol à l'issue de la course. Rogers se défend en invoquant l'ingestion de viande d'origine chinoise contaminée par ce produit. L'Union cycliste internationale accepte cette explication, déclarant qu'il y a une « probabilité significative » de contamination. Le contrôle positif amène automatiquement la disqualification de cette course mais aucune autre sanction n'est décidée contre le coureur australien[5],[6].

Palmarès, résultats et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Amateur[modifier | modifier le code]

Professionnel[modifier | modifier le code]

Michael Rogers lors du Chrono des Herbiers 2004

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

10 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Jeux du Commonwealth[modifier | modifier le code]

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenus lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011.

Année 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement UCI[11] 1754e 639e 296e 98e 33e 44e
Classement ProTour[12] 27e 74e 53e 35e
Classement mondial UCI[13] 43e 43e[14]
UCI World Tour[15] nc[16] 17e[17] 81e[18]
Légende : nc = non classé

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Trophée Sir Hubert Opperman en 2003[19]
  • Cycliste sur route australien de l'année en 2003[20]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2002 au 29 août 2002
  2. Du 30 août 2002 au 31 décembre 2002
  3. Du 1er janvier 2008 au 4 juillet 2008
  4. Du 5 juillet 2008 au 31 décembre 2008
  5. Du 1er janvier 2009 au 30 juin 2009
  6. Du 1er juillet 2009 au 31 décembre 2009
  7. ce record a été battu en 2010 par le Suisse Fabian Cancellara.
  8. Antonio Colom, initialement deuxième du Tour du Pays basque 2009, a été déclassé par l'UCI[8]. Rogers, initialement huitième, est reclassé septième.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cyclingnews.com/road/2005/jun05/suisse05/?id=results/suisse059, Gonzalez wins the Tour de Suisse, cyclingnews.com, 19 juin 2005
  2. http://www.cyclisme-info.com/article.php?sid=43869, Un coup dur pour Rogers, velo-club.net, 11 mars 2008
  3. (en) « Rogers focused on Amgen Tour of California overall title », sur cyclingnews.com,‎ 14 mai 2010 (consulté le 29 juin 2010)
  4. http://www.cyclismactu.net/news-tour-de-france-michael-rogers-declare-forfait-16481.html, Michael Rogers déclare forfait, cyclismactu.net, 22 juin 2011
  5. [PDF] (en) « Anti-doping Rule Violations », sur uci.ch, Union cycliste internationale,‎ 17 juillet 2014 (consulté le 1er août 2014)
  6. (en) « No ban for Rogers after Clenbuterol positive », sur uci.ch,‎ 23 avril 2014 (consulté le 1er août 2014)
  7. (en) « Hamilton requested removal of Olympic title », sur cyclingnews.com,‎ 10 août 2012 (consulté le 10 août 2012)
  8. (en) «  Results - Cycling - Road 2009 - Men Elite Vuelta Ciclista al Pais Vasco (ESP/UPT) - 06 Apr-11 Apr 2009 - General classification: Ataun - El Corrillo », sur uci.ch, Union cycliste internationale (consulté le 1er août 2014)
  9. (en) « 09 May-31 May 2009 - General classification: Lido di Venezia - Rome », sur uci.ch (consulté le 11 octobre 2012)
  10. Initialement 8e, Michael Rogers se voit attribuer la 7e place après le déclassement de Danilo Di Luca pour dopage.
  11. « 2005 UCI Road Rankings », UCI (consulté le 14 juin 2010)
  12. « Classement ProTour », sur uciprotour.com (consulté le 14 juin 2010)
  13. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 14 juin 2010)
  14. « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  15. « UCI WorldTour », sur uciworldtour.com (consulté le 3 mars 2012)
  16. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  17. « UCI WorldTour Ranking - 2012 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)
  18. « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2013)
  19. « Sir Hubert Opperman Trophy and 'Oppy Medal' », sur cycling.org.au (consulté le 23 juillet 2012)
  20. « Male Cyclist of the Year Awards », sur cycling.org.au (consulté le 23 juillet 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :