Michael Milken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michael Milken

Description de cette image, également commentée ci-après

Michael Milken en mai 2006.

Naissance 4 juillet 1946
Encino
Profession Homme d'affaires

Michael Robert Milken, né le 4 juillet 1946, à Encino en Californie, est un banquier et homme d'affaires américain devenu célèbre au moment de la crise des Saving and loans, ou crise des caisses d'épargne américaines.

Carrière[modifier | modifier le code]

Milken a marqué son époque dans le domaine financier. En effet il travailla durant les années 1970 et 1980 dans une banque d'affaires américaine, la Drexel Burnham Lambert qui n'existe plus aujourd'hui suite à son dépôt de bilan. Spécialisé dans le domaine des fusion-acquisitions, Milken « inventa » en quelque sorte un instrument financier particulier connu aujourd'hui sous le nom de junk bonds ou obligations pourries. Cette innovation financière partait d'une analyse à propos des capacités d'endettement des moyennes entreprises à la fin de 1970. En effet, il était admis qu'une petite ou moyenne entreprise était plus souvent dans l'incapacité de payer, rembourser ses dettes – principalement sous forme d'obligations – que les grandes firmes qui, elles, étaient jugées comme étant en bonne santé. Le pari de Milken était donc de donner accès aux crédits à ces petites firmes pour qu'elles puissent se développer, mais à des taux d'intérêts bien plus élevés que la moyenne. Communément, une obligation d'une grande firme offre 5 % à 8 % de rendement pour les créanciers ; les firmes qui avaient eu recours au crédit de Milken par l'intermédiaire de la banque Drexel offraient jusqu'à 20 % ! Le marché des junk bonds connut rapidement un vif succès et les entreprises voulaient toutes de ce crédit miracle, même si les taux qu'elles devaient payer étaient trop élevés.

Mais bien vite, ces obligations à haut rendement furent utilisées pour lancer des OPA hostiles sur des firmes aux résultats stagnants. Le raider empruntait de l'argent grâce aux junk bonds, rachetait l'entreprise-cible qui était donc payée très cher puis, pour rembourser son crédit, démantelait la firme rachetée et ne gardait que les actifs les plus intéressants. Cette période fit la fortune de Drexel et de ses banquiers. C'était l'ère de ces fameux golden boys comme R.Perelman, Carl Icahn ou T. Boone Pickens qui rachetaient tout ce qu'ils voulaient, les délits d'initiés étant évidemment fréquents durant cette période excessive. Les LBO, financés par le banquier Milken et sa banque Drexel restèrent dans les mémoires du monde financier comme les plus agressifs, les plus rapides et surtout les plus rentables.[réf. nécessaire]

Fraudes[modifier | modifier le code]

Une enquête pour délit d'initié amena à sa mise en examen pour 98 chefs d'inculpation de fraude en 1989. Après un accord, Michael Milken fut condamné à dix ans de prison, mais en fit moins de deux. Il entreprit ensuite une campagne de relations publiques pour mettre en avant son rôle d'innovateur dans la finance, et fit des dons caritatifs.

Avec une fortune nette estimée à environ 2,1 milliards de dollars en 2007, il est classé par Forbes comme la 458e plus riche personne du monde.

Cinéma[modifier | modifier le code]

La saga de Michael Milken a inspiré le film Wall Street, réalisé par Oliver Stone en 1987.