Michael F. Feldkamp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michael F. Feldkamp

Michael F. Feldkamp, né le 23 avril 1962 à Kiel, est un historien allemand.

Vie et œuvre[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au Gymnasium Carolinum d’Osnabrück, Feldkamp a étudié l’histoire, la théologie catholique, la philosophie et la pédagogie à l’Université de Bonn auprès de professeurs tels que Hans Pohl, Klaus Hildebrand, Rudolf Schieffer, Gabriel Adriány et Hubert Müller. Pendant l’année universitaire 1985-1986, il a étudié à Rome à l’université pontificale grégorienne, où il a suivi les cours de diplomatique et de sciences historiques auxiliaires de Paulius Rabikauskas.

En 1990, il a été reçu à Bonn à l’examen d’État. Il a été pensionnaire de l’Institut historique allemand de Rome en 1986 et 1990-1991. En décembre 1992, il a soutenu sa thèse de doctorat à Bonn auprès de Raymund Kottje.

En poste au service des archives du Bundestag de 1993 à 1995, il travaille comme chercheur à l’édition des archives du Conseil parlementaire (1948-1949). À ce jour, quatre volumes sont parus, dont l’un est consacré aux relations du conseil parlementaire avec les gouverneurs militaires des puissances d’occupation occidentales. De 1996 à 1997, il travaille à Bonn au sein de l’antenne de l’Institut d’histoire du temps présent de Munich chargée d’éditer les archives de politique étrangère de la République fédérale. Depuis 2000, il tient à jour le Recueil des données relatives à l’histoire du Bundestag (Datenhandbuch zur Geschichte des Deutschen Bundestages). Il est fonctionnaire du Bundestag, vit et publie à Berlin.

Feldkamp a publié aussi bien sur l’histoire épiscopale d’Osnabrück du Moyen Âge tardif à l’époque moderne que sur l’histoire de la diplomatie pontificale, sur la nonciature de Cologne et sur l’histoire des universités. Il est connu à l’étranger pour ses contributions sur les rapports de l’église catholique avec le national-socialisme. Son ouvrage Pie XII et l’Allemagne vise à faire connaître d’un public large l’état de la recherche en ce domaine, en prenant ses distances aussi bien avec les réquisitoires ordinaires qu’avec les écrits apologétiques. Dans son livre L’Église de mauvaise volonté selon Goldhagen (Goldhagens unwillige Kirche), Feldkamp s’inscrit en faux contre les positions de Daniel Goldhagen, qui dépeint selon lui Pie XII comme un antisémite et un sympathisant national-socialiste sur la base de préjugés et de falsifications.

En Allemagne, les études de Feldkamp sur la genèse de la Loi fondamentale et sur le Bundestag ont suscité l’intérêt.

Titres honorifiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages (sélection)[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]