Michael Edwards (saut à ski)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michael Edwards et Edwards.
Michael Edwards
{{#if:
Discipline et période
Sport pratiqué Saut à ski
Période d'activité années 1980 et 1990
Présentation
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Britannique
Naissance 5 décembre 1963 (51 ans)
à Cheltenham, Gloucestershire, Angleterre
Taille 1,73 m (5 8)
Poids 74 kg (163 lb)
Surnom Eddie « l'aigle »

Michael Edwards (né le 5 décembre 1963 à Cheltenham), plus connu sous le nom d'Eddie « l'aigle » (en anglais Eddie « The Eagle »), est un skieur britannique qui, aux Jeux olympiques d'hiver de 1988 à Calgary, devint le premier sauteur à ski représentant de la fédération olympique britannique. De son temps, Edwards fut le tenant du record national de saut à ski. Terminant double dernier aux épreuves des 70 et 90 mètres, il reste un symbole de l'échec héroïque au même titre que le nageur Éric Moussambani aux Jeux olympiques d'été de 2000 à Sydney.

Contexte[modifier | modifier le code]

Edwards naît à Cheltenham dans le Gloucestershire en Angleterre. Pratiquant le ski alpin, il manque de peu sa qualification pour la descente des Jeux olympiques d'hiver de 1984. Afin d'améliorer les chances de se qualifier pour les Jeux de Calgary en 1988, il se rend à Lake Placid aux États-Unis pour s'entraîner et participer à des courses de plus haut niveau, mais il est rapidement à court d'argent. Il change de discipline et commence le saut à ski pour des raisons de coûts et parce qu'aucun autre sauteur britannique n'est en concurrence avec lui pour une place aux Jeux olympiques[1].

Edwards apprend le saut à ski à Lake Placid avec Chuck Berghorn. Il est handicapé par son poids[2] — environ 82 kg — et par son manque d'argent pour financer son entraînement. Il est atteint d'hypermétropie, ce qui représente un autre problème puisqu'il doit porter des lunettes en permanence. Pendant les sauts, il ne voit souvent plus rien à cause de la buée[3].

Edwards représente son pays pour la première fois aux championnats du monde de 1987. Il se place au 55e rang, ce qui lui permet, en tant que seul candidat britannique, de se qualifier pour les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques de 1988. Il établit un record du Royaume-Uni en sautant à 73 5 mètres à Calgary[4].

Jeux olympiques de 1988[modifier | modifier le code]

Edwards termine au dernier rang des deux épreuves de saut à ski (points K de 70 et 90 mètres). Dès le début, des mensonges sont écrits à son propos.

« Ils ont dit que j'avais peur de la hauteur. Mais je faisais soixante sauts par jour, ce que ferait difficilement une personne qui a peur de la hauteur.
... Mais avait-il peur de sauter ?
Bien sûr. Il y avait toujours une chance que mon prochain saut serait le dernier. Une chance. »

— The Guardian, 3 septembre 2007[5].

Ses mauvais résultats attirent cependant l'attention des gens autour du monde. Plus il saute mal, plus il devient populaire. Il devient plus tard une célébrité dans les médias et apparaît dans des émissions de télévision, par exemple dans The Tonight Show pendant les Jeux. La presse le surnomme Mister Magoo[6].

À la cérémonie de clôture, le président du comité d'organisation, Frank King, félicite Edwards : « Lors de ces Jeux, des concurrents ont gagné l'or, certains ont battu des records, et certains d'entre vous ont même volé comme un aigle[7] ».

Après les Jeux de 1988[modifier | modifier le code]

Après le phénomène d'Eddie l'aigle, en 1990, le Comité international olympique (CIO) établit ce qui restera connue comme la règle Eddie l'aigle pour limiter le nombre d'athlètes amateurs aux Jeux. Elle demande que les athlètes olympiques doivent participer à des compétitions internationales et se placer dans les meilleurs 30 % ou dans les 50 meilleurs athlètes[8],[9].

Edwards n'arrive pas à se qualifier pour les Jeux olympiques d'hiver de 1992 à Albertville (France) ni pour ceux de 1994 à Lillehammer (Norvège). Il obtient un contrat de sponsoring avec Eagle Airlines, une petite compagnie aérienne britannique, pour financer sa préparation pour les Jeux olympiques d'hiver de 1998 à Nagano (Japon) mais il ne parvient pas à se qualifier[5].

Le 13 février 2008, Edwards retourne à Calgary pour participer à la célébration des 20 ans des Jeux. Pendant cette visite, il mène des skieurs sur les pistes en tenant une torche olympique[10]

Edwards est choisi pour porter la torche olympique des Jeux olympiques d'hiver de 2010. Il participe au relais le 7 janvier 2010 à Winnipeg[11]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Canadian Press, « Calgary '88 icon Eddie The Eagle Returns to carry torch », sur tsn.ca,‎ 11 janvier 2009 (consulté le 2 mars 2014)
  2. (en) Jere Longman, « SKI JUMPING;This Eagle Hasn't Landed », sur nytimes.com,‎ 4 février 1996 (consulté le 2 mars 2014)
  3. (en) « Last man standing wins gold », Daily Mail (consulté le 2 mars 2014)
  4. (en) BBC News, « Eddie the Eagle backs ski plans »,‎ 20 décembre 2005 (consulté le 1er mai 2010)
  5. a et b (en) Stuart Jeffries, « Flying high », Guardian Online,‎ 3 septembre 2007 (consulté le 4 septembre 2007)
  6. (en) « CBC.CA - Torino 2006 »
  7. (en) BBC Sport, « Eddie "The Eagle" lights up Calgary in 1988 »,‎ 9 décembre 2009
  8. (en) Ollie Williams, « Violinist Vanessa Mae set to compete at Winter Olympics », BBC,‎ 20 janvier 2014 (consulté le 2 mars 2014)
  9. « Eddie « l'aigle » Edwards, un raté sympathique de l'olympisme », sur http://ici.radio-canada.ca/, BBC,‎ 3 février 2014 (consulté le 2 mars 2014)
  10. (en) Doug McIntyre, « Golden Memories Fired Up!" », Calgary Sun,‎ 14 février 2008 (consulté le 14 février 2008)
  11. (en) James Keller, « Calgary '88's Eddie the Eagle returns to carry torch », CTV,‎ 1er novembre 2009 (consulté le 1er novembre 2009)

Lien externe[modifier | modifier le code]