Ceci est un bon article. Cliquez pour plus d'informations

Michael Cammalleri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michael Cammalleri

Photographie de Cammalleri avec les Flames en 2012

Cammalleri avec les Flames de Calgary en 2012

Surnom(s) Cammy[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 8 juin 1982,
Richmond Hill (Canada)
Joueur
Position Ailier gauche
Tire de la gauche
Équipe LNH Devils du New Jersey
Ancienne(s) équipe(s) Kings de Los Angeles
Canadiens de Montréal
Flames de Calgary
A joué pour Monarchs de Manchester (LAH)
Repêc. LNH 49e choix au total, 2001
Kings de Los Angeles
Carrière pro. Depuis 2002

Michael Cammalleri, souvent appelé « Mike » Cammalleri (né le 8 juin 1982 à Richmond Hill en Ontario au Canada), est un joueur professionnel de hockey sur glace canadien évoluant dans la Ligue nationale de hockey avec les Devils du New Jersey au poste d'ailier gauche. Il est sélectionné en deuxième tour, 49e joueur au total, par les Kings de Los Angeles de la LNH lors du repêchage d'entrée de 2001. Après son passage avec les Kings, il rejoint les Flames une première fois pour la saison 2008-2009. Après cette saison avec les Flames, il signe pour les Canadiens de Montréal mais retourne jouer à Calgary au cours de la saison 2011-2012. En 2014, il signe un contrat avec les Devils du New Jersey.

Sur la scène internationale, il participe avec l'équipe du Canada à quatre compétitions internationales ; il participe ainsi à deux championnats du monde junior en 2001 et en 2002 remportant respectivement une médaille de bronze et une médaille d'argent. Au niveau senior, il est sélectionné deux fois pour les championnats du monde, en 2006 et en 2007 où il aide son équipe à remporter la médaille d'or.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Michael Cammalleri est né le 8 juin 1982 à Richmond Hill en Ontario ; il est le fils de Leo, d'origine sicilienne, et de Ruth Cammalleri, de religion juive, et a une sœur cadette, Melanie[2]. Ses grands-parents maternels, venant de la Pologne et de Tchécoslovaquie, ont survécu à la Shoah malgré un passage dans un camp de concentration nazi[3]. Jeune, Cammalleri joue au football, au baseball, au golf et également au hockey sur glace. Il commence ainsi à patiner à l'âge de 3 ans et un an plus tard, son père l'inscrit dans une équipe de joueurs de cinq ans en mentant sur son âge[2].

Il rejoint les Red Wings de Toronto à l'âge de 13 ans et remporte avec eux, en tant que capitaine, le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec de 1996[2]. La saison suivante, il rejoint les Blues de Bramalea de la Ligue de hockey junior de l'Ontario ; il inscrit dès cette première saison 88 points en 46 matchs faisant de lui la recrue[Note 1] de l'année[4]. La saison suivante, en 1998-1999, il marque 103 points en 41 matchs[5].

Bien qu'il soit déjà repêché[Note 2] par les St. Michael's Majors de Toronto de la Ligue de hockey de l'Ontario, sur les conseils de son père, il préfère prendre son temps et poursuivre ses études ; il quitte ainsi l'Ontario et également le Canada pour aller faire ses études dans l'Université du Michigan aux États-Unis[2].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Photographie de Andy Hilbert sous le maillot des Islanders
Andy Hilbert (ici avec les Islanders de New York) a terminé avec plus de points que Cammalleri à chacune de ses deux saisons avec les Wolverines du Michigan.

Il joue pour les Wolverines dans le championnat universitaire de la National Collegiate Athletic Association[2]. Lors de sa première saison en 1999-2000, il inscrit 13 buts et autant d'aides pour 26 points. Les Wolverines remportent la saison régulière mais le tournoi de la Central Collegiate Hockey Association est remporté par les Spartans de l'Université d'État du Michigan[6].

En 2000-2001, Cammalleri qui porte le numéro 13 est le deuxième marqueur de l'équipe avec 61 points, trois points derrière Andy Hilbert[7]. Il est sélectionné dans la première équipe d'étoiles de la CCHA en compagnie de deux de ses coéquipiers : Hilbert et Jeff Jillson[8]. Pendant la saison, il part à Moscou en Russie pour jouer le championnat du monde junior avec l'équipe du Canada. Les Canadiens remportent la médaille de bronze ; après une défaite en demi-finale contre la Finlande, ils sauvent l'honneur en gagnant 2-1 en prolongation contre la Suède[9]. Lors du tournoi, il inscrit quatre buts et deux passes décisives pour six points[5].

Cammalleri est choisi par les Kings de Los Angeles en deuxième ronde du repêchage d'entrée dans la Ligue nationale de hockey de 2001. Il est alors le 49e joueur choisi lors de la séance, le troisième sélectionné par les Kings après Jens Karlsson et David Steckel[10]. Il ne rejoint pas pour autant la franchise de Los Angeles puisqu'il joue une autre saison avec les Wolverines. Pendant la saison, il joue encore une fois avec l'équipe canadienne au championnat du monde junior se déroulant en République tchèque. Le Canada perd la finale 5-4 contre la Russie et remporte la médaille d'argent. En plus de quatre passes décisives, Cammalleri parvient à marquer sept buts en autant de matchs ; meilleur marqueur du tournoi, il est élu meilleur attaquant et également dans l'équipe type de la compétition[11].

À la fin de la saison 2001-2002 des Wolverines, Cammalleri compte 43 points en 28 rencontres pour terminer deuxième marqueur de l'équipe[12]. Les Wolverines remportent la saison régulière avec 19 victoires en 28 matchs[13] et gagnent en plus le tournoi final de la CCHA[6]. Cammalleri fait partie de la seconde équipe d'étoiles de la CCHA[8].

Débuts à Los Angeles et passage dans la LAH[modifier | modifier le code]

Le 25 juillet 2002, Cammalleri signe son premier contrat professionnel avec les Kings, un contrat d'une durée de trois ans[14]. Il débute sa saison avec les Monarchs de Manchester, l'équipe affiliée dans la Ligue américaine de hockey à la franchise de Los Angeles. En neuf matchs, il obtient 14 points avant d'être rappelé par les Kings début novembre[15]. Il fait ses débuts dans la LNH le 8 novembre 2002 contre les Sénateurs d'Ottawa ; lors de cette victoire 3-2, Cammalleri récolte son premier point dans la LNH avec une aide sur le but de Mathieu Schneider[16]. Huit jours plus tard contre les Oilers d'Edmonton, il marque son premier but dans la LNH contre le gardien Tommy Salo[17]. Il joue 26 matchs avec les Kings avant de retourner à Manchester le 9 janvier ; il est rappelé par les Kings près d'une semaine plus tard. Finalement, il rate les 31 derniers matchs en raison d'une commotion cérébrale subie le 28 janvier contre les Sharks de San José[15]. Avant cette blessure, il totalise cinq buts et huit points en 28 matchs dans la LNH[18] et vingt points en treize parties dans la LAH[5].

La saison suivante, il subit une blessure au genou lors d'un match préparatoire contre les Sharks le 21 septembre 2003 lui faisant manquer huit parties. Le 29 novembre, il marque deux buts lors du même match contre les Blackhawks de Chicago ; il réalise alors son premier doublé dans la LNH[19]. Il joue 31 matchs avec les Kings pour 14 points[20] alors qu'avec l'équipe des Monarchs, il joue 41 matchs pour 39 points[5]. Lors des séries éliminatoires de la Coupe Calder dans la LAH, Cammalleri ne joue qu'un match pour une aide lors du premier tour des séries que les Monarchs perdent contre les IceCats de Worcester[21].

La saison 2004-2005 de la LNH est annulée en raison d'un lock-out et Cammalleri joue sa saison entière avec le club-école des Kings. Il joue le Match des étoiles de la LAH pour l'équipe canadienne et récolte une aide sur un but de Kyle Wellwood, le premier du match. Malgré une avance de l'équipe canadienne de 4-0, elle perd le match par la suite 5 buts à 4 contre l'équipe PlanetUSA[22]. Il termine la saison avec 109 points, deuxième marqueur de la ligue derrière les 117 points de Jason Spezza des Senators de Binghamton[23]. Il marque également 46 buts faisant de lui le meilleur buteur et remporte le Trophée Willie Marshall, trophée remis annuellement au meilleur buteur de la LAH[24]. Les Monarchs sont qualifiés pour les séries mais sont éliminés en six matchs contre les Bruins de Providence lors du premier tour[25].

Joueur permanent des Kings[modifier | modifier le code]

Le 10 août 2005, il signe une prolongation de contrat d'un an avec les Kings d'une valeur de 860 000 dollars[14],[26]. Il s'agit de sa première saison en tant que membre régulier puisqu'il joue 80 matchs sur 82 sous les couleurs des Kings. Le 5 janvier 2006, il joue son 100e match en carrière lors d'une rencontre contre les Coyotes de Phoenix[15]. Il compte également dans sa fiche 26 buts et 29 mentions d'aides pour 55 points terminant en tant que meilleur buteur de l'équipe et quatrième marqueur derrière Ľubomír Višňovský, Craig Conroy et Pavol Demitra[27]. Les Kings terminent à la quatrième place de la division Pacifique et sont éliminés des séries éliminatoires[28].

L'élimination des Kings permet à Cammalleri de participer au championnat du monde de 2006 se déroulant à Riga en Lettonie. Après une défaite 5-4 en demi-finale contre les Suédois[29], les Canadiens jouent la petite finale pour la médaille de bronze contre la Finlande mais ces derniers écrasent le Canada 5-0[30]. Durant le championnat, il inscrit un but et quatre aides[5].

Photographie de deux joueurs de hockey
Cammalleri (en blanc) lors d'un match des Kings contre les Sharks de San José en décembre 2006.

Avant les débuts de la saison suivante, il signe un nouveau contrat d'un an avec les Kings le 26 juillet 2006[31]. Le 27 novembre, contre les Devils du New Jersey, il inscrit son centième point en carrière en marquant un but contre Martin Brodeur lors d'une victoire 3-2 en fusillade[32]. Le 22 février 2007, il joue son 200e match en carrière lors d'un match contre les Canucks de Vancouver[15]. Auteur de 39 réalisations en 81 parties, il termine en tant que deuxième buteur de l'équipe 2006-2007 derrière Aleksandr Frolov ; le joueur canadien compte 80 points pour être le meilleur marqueur de l'équipe[33]. Les Kings terminent à l'avant-dernière place de l'association de l'Ouest et sont éliminés des séries éliminatoires avec une maigre récolte de 68 points juste devant les Coyotes de Phoenix, qui comptent un point de moins que l'équipe de Los Angeles. Cammalleri remporte le Bill Libby Memorial Award, trophée interne des Kings remis annuellement au meilleur joueur[Note 3] de l'équipe[34].

Fin avril, Cammalleri prend part au championnat du monde de 2007 à Moscou en Russie. Lors du dernier match des Canadiens au deuxième tour, le numéro 13 réussit un doublé lors d'une victoire 6-3 contre les États-Unis[35]. Après des victoires contre les Suisses en quarts de finale et contre la Suède en demi-finale[36], l'équipe canadienne parvient à remporter la médaille d'or en battant la Finlande 4-2 en finale, Cammalleri réalisant une passe décisive sur le deuxième but des siens inscrit par Eric Staal[37]. Durant le championnat, Cammalleri récolte une fiche de quatre buts et sept points en neuf matchs[4].

Le 7 août 2007, il signe une prolongation de contrat de deux ans avec les Kings[38]. Les Kings débutent la saison à Londres contre les Ducks d'Anaheim et Cammalleri marque le premier but de la saison dans la victoire 4-1 lors du premier match de l'histoire de la LNH joué en Europe[39]. En mars 2008, lors d'une défaite 2-1 en prolongation contre le Wild du Minnesota, Cammalleri marque le seul but de l'équipe et réalise son 200e dans la LNH[40]. Cammalleri n'inscrit que 47 points et est limité à 63 matchs[41] en raison de diverses blessures, notamment une blessure aux côtes qui lui a fait manquer 17 parties[42]. Les Kings terminent derniers de leur conférence avec 71 points et ne prennent pas part aux séries éliminatoires[43].

Calgary et Montréal[modifier | modifier le code]

 Photographie de Cammelleri avec le maillot rouge des Flames de Calgary
Cammalleri avec les Flames de Calgary en 2008.

Le jour du repêchage de 2008, le 20 juin, Cammalleri est échangé aux Flames de Calgary. Afin d'avoir le Canadien de 26 ans, les Flames effectuent une transaction à trois équipes. Ils échangent leur choix de première ronde aux Kings qui envoient ensuite ce choix et leur choix de première ronde aux Ducks d'Anaheim en retour du choix de première ronde des Ducks[44].

Jouant sur la même ligne que Jarome Iginla et Matthew Lombardi, le 27 novembre 2008 contre les Canucks de Vancouver, il réalise son premier coup du chapeau ainsi que son 100e but en carrière[45]. À la fin de la saison, Cammalleri termine deuxième marqueur de l'équipe avec 82 réalisations derrière Iginla qui en compte 89 ; il est également le meilleur buteur avec 39 buts[46]. Cammalleri joue pour la première fois de sa carrière les séries éliminatoires de la Coupe Stanley puisque les Flames terminent à la deuxième place de la division Nord-Ouest. L'équipe est éliminée au premier tour quatre matchs à deux par les Blackhawks de Chicago[47].

En raison du plafond salarial, les Flames ne peuvent prolonger le contrat de Cammalleri qui devient alors un agent libre sans compensation[48]. Le 1er juillet 2009, il signe un contrat de cinq ans valant 30 millions de dollars avec les Canadiens de Montréal[49]. Le 4 décembre 2009, il réalise un coup du chapeau contre les Bruins de Boston au Centre Bell, le jour du centième anniversaire des Canadiens. Il décrit l'ovation qui suit son troisième but comme « le plus beau moment de sa carrière »[50]. Le 28 décembre, il inscrit le 20 000e but de l'histoire des Canadiens lors d'un match dans la Place Banque Scotia, domicile des Sénateurs d'Ottawa[51]. Début février, Cammalleri subit une blessure à un genou qui va lui faire manquer six semaines d'activité[52]. Finalement, Cammalleri récolte 50 points en 67 parties à la fin de sa saison[5].

Photographie de Cammalleri avec le maillot blanc des Canadiens de Montréal
Cammalleri avec les Canadiens de Montréal en mars 2011.

Les Canadiens remportent de justesse leur place pour les séries éliminatoires en se qualifiant au dernier rang de l'association de l'Est, le huitième. À la surprise générale, les Canadiens éliminent au premier tour les champions de la saison régulière, les Capitals de Washington, puis font subir le même sort aux Penguins de Pittsburgh ; ils accèdent ainsi pour la première fois depuis 1993, année où ils ont remporté la Coupe Stanley, à la finale de conférence. Lors des sept matchs contre les Penguins, Cammalleri marque sept buts dans la série rejoignant Maurice Richard, Jean Béliveau, Bernard Geoffrion, Guy Lafleur et Marcel Bonin dans la liste des meilleurs marqueurs des Canadiens sur un tour de séries[53].

Les Canadiens perdent finalement la finale de l'association de l'Est contre les Flyers de Philadelphie avec trois blanchissages[Note 4] de Michael Leighton le gardien de Philadelphie[54]. Bien que les sept meilleurs marqueurs des séries éliminatoires disputent la finale de la Coupe Stanley et jouent plus de matchs que l'attaquant des Canadiens, Cammalleri termine meilleur buteur des séries avec 13 buts en 19 rencontres[55].

La saison suivante, Cammalleri est suspendu pour le premier match de la saison régulière en raison d'un cinglage sur la recrue Nino Niederreiter des Islanders de New York pendant un match préparatoire à Québec le 4 octobre 2010[56]. Mi-janvier 2011, il manque un mois de jeu en raison d'un double-échec reçu par Mike Weber des Sabres de Buffalo[57]. Le numéro 13 revient finalement sur les patinoires de la LNH le 20 février à l'occasion de la Classique Héritage 2011 jouée à l'extérieur contre son ancienne équipe, les Flames[58]. Les Canadiens se qualifient pour les séries éliminatoires avec la deuxième place de la division Nord-Est mais sont éliminés au premier tour et en sept matchs par les Bruins de Boston[59]. Pour cette saison, Cammalleri reçoit le trophée Jean Béliveau, trophée interne des Canadiens remis annuellement au joueur de l'équipe s'étant démarqué le plus par son engagement communautaire[60].

Lors de la saison 2011-2012 au mois de janvier, alors que le Canadien perd 3-0 contre les Blues de Saint-Louis, Cammalleri fait parler de lui en disant que l'équipe a une attitude de perdants[61]. Le 12 janvier 2012, il est retiré de la formation montréalaise à la fin de la deuxième période, lors d'un match contre les Bruins de Boston et est par la suite échangé aux Flames de Calgary, avec Karri Rämö et un choix de cinquième tour en 2012, contre René Bourque, un choix de deuxième tour en 2013 et Patrick Holland[62]. Lors de son retour avec les Flames, il marque un but contre son ancienne équipe, les Kings, malgré la défaite 4-1[63]. À la fin de la saison, Cammalleri enregistre onze buts et huit aides. Les Flames sont éliminés des séries avec la neuvième place de la conférence de l'Ouest avec 90 points, soit cinq points de moins que les Kings et la huitième place[64].

Au cours de la saison 2012-2013, la LNH décréte un nouveau lock-out après l'échec des négociations entre la ligue et le syndicat des joueurs ; ce n'est qu'au mois de janvier que la saison commence et les équipes sont limités à 48 matchs. Au cours de cette saison où les Flames sont une nouvelle fois hors des séries, Cammalleri réalise 13 buts et 32 points en 44 matchs, dont un coup du chapeau réalisé contre les Stars de Dallas le 14 février ; il s'agit de son 200e but marqué dans la ligue[65].

Les Devils du New Jersey[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 2014, Cammalleri, devenu agent libre, signe un contrat de cinq ans avec les Devils du New Jersey pour un montant de 25 millions de dollars[66].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Cammalleri partage depuis longtemps sa vie avec Jennifer Bernaudo. Ils ont eu ensemble une fille nommée Chloé en août 2011[67]. Le couple a été impliqué dans de nombreuses œuvres de bienfaisance depuis que Cammalleri a rejoint la LNH. Il soutient principalement des œuvres de charité d'enfants comme la fondation Starlight, l'organisme Vision Mondiale, la fondation SickKids à Toronto et plusieurs autres[60]. Durant son séjour à Montréal, Cammalleri a également soutenu les militaires via son programme « Les Héros de Cammy ». Il vend des billets pour les soldats québécois et leurs familles pour assister aux matchs des Canadiens[68]. Son engagement communautaire lui a permis de remporter le trophée Jean Béliveau, un trophée interne de l'équipe, en 2011[60].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques en club[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison[69]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1997-1998 Blues de Bramalea LHJPO 46 36 52 88 30 - - - - -
1998-1999 Blues de Bramaela LHJPO 41 31 72 103 51 - - - - -
1999-2000 Wolverines du Michigan NCAA 39 13 13 26 32 - - - - -
2000-2001 Wolverines du Michigan NCAA 42 29 32 61 24 - - - - -
2001-2002 Wolverines du Michigan NCAA 28 23 20 43 24 - - - - -
2002-2003 Monarchs de Manchester LAH 13 5 15 20 12 - - - - -
2002-2003 Kings de Los Angeles LNH 28 5 3 8 22 - - - - -
2003-2004 Kings de Los Angeles LNH 31 9 6 15 20 - - - - -
2003-2004 Monarchs de Manchester LAH 41 20 19 39 28 1 0 1 1 0
2004-2005 Monarchs de Manchester LAH 79 46 63 109 60 6 1 5 6 0
2005-2006 Kings de Los Angeles LNH 80 26 29 55 50 - - - - -
2006-2007 Kings de Los Angeles LNH 81 34 46 80 48 - - - - -
2007-2008 Kings de Los Angeles LNH 63 19 28 47 30 - - - - -
2008-2009 Flames de Calgary LNH 81 39 43 82 44 6 1 2 3 2
2009-2010 Canadiens de Montréal LNH 65 26 24 50 16 19 13 6 19 6
2010-2011 Canadiens de Montréal LNH 67 19 28 47 33 7 3 7 10 0
2011-2012 Canadiens de Montréal LNH 38 9 13 22 10 - - - - -
Flames de Calgary LNH 28 11 8 19 16 - - - - -
2012-2013 Flames de Calgary LNH 44 13 19 32 25 - - - - -
2013-2014 Flames de Calgary LNH 63 26 19 45 26 - - - - -
Totaux LNH 669 236 266 502 340 32 17 15 32 8

Statistiques internationales[modifier | modifier le code]

Statistiques par compétition
Année Équipe Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultat
2001 Drapeau du Canada Canada junior Championnat du monde junior 7 4 2 6 2 médaille de bronze Médaille de bronze
2002 Drapeau du Canada Canada junior Championnat du monde junior 7 7 4 11 10 médaille d'argent Médaille d'argent
2006 Drapeau du Canada Canada Championnat du monde 8 1 4 5 4 Quatrième place
2007 Drapeau du Canada Canada Championnat du monde 9 4 3 7 6 médaille d'or Médaille d'or

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

  • 1997-1998 : nommé meilleure recrue dans l'OPJHL.
  • 1998-1999 : équipe d'étoiles de l'OPJHL.
  • 2000-2001 :
    • première équipe d'étoiles de la CCHA
    • deuxième équipe d'étoiles All-Americain dans l'Ouest de la NCAA
  • 2001-2002 :
    • deuxième équipe d'étoiles de la CCHA
    • première équipe d'étoiles All-Americain dans l'Ouest de la NCAA
  • 2004-2005 :
    • sélectionné pour le Match des étoiles de la LAH pour l'équipe Canada
    • deuxième équipe d'étoiles de la LAH
    • trophée Willie Marshall
  • 2006-2007 : Bill Libby Memorial Award, trophée interne des Kings remis au meilleur joueur de l'équipe
  • 2010-2011 : trophée Jean Béliveau, trophée interne des Canadiens remis au joueur s’étant démarqué le plus par son engagement communautaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  2. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voire d'une autre équipe.
  3. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  4. Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Shauna Denis, « Voulez-vous m'accorder cette danse ? », sur Canadiens.com, Canadiens de Montréal,‎ 11 avril 2010 (consulté le 7 mars 2012)
  2. a, b, c, d et e Jean-François Bégin, « Michael Cammalleri : le surdoué », La Presse,‎ 30 janvier 2010 (consulté le 7 mars 2012)
  3. (en) Bob Snow, « NCAA PRO-file with Michael Cammalleri », sur NHL.com,‎ 4 mars 2010 (consulté le 26 septembre 2012).
  4. a et b (en) « Michael Cammalleri, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 14 juillet 2012)
  5. a, b, c, d, e et f « Michael Cammalleri - Statistiques », sur www.nhl.com.
  6. a et b (en) « CCHA Champions », sur College Hockey Historical Archives (consulté le 7 mars 2012).
  7. (en) « U. of Michigan 2000-01 hockey team player statistics », sur The Internet Hockey Database
  8. a et b (en) « All-CCHA Teams », sur College Hockey Historical Archives (consulté le 7 mars 2012)
  9. Marc Branchu, « Championnat du monde juniors des moins de 20 ans 2000/01 », sur Hockeyarchives (consulté le 7 mars 2012)
  10. LA Kings Media Guide 2011-2012, p. 221
  11. Marc Branchu, « Championnat du monde juniors des moins de 20 ans 2001/02 », sur Hockeyarchives (consulté le 7 mars 2012)
  12. (en) « U. of Michigan 2001-02 hockey team player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 mars 2012)
  13. (en) « CCHA Regular Season Standings », sur College Hockey Historical Archives (consulté le 7 mars 2012)
  14. a et b (en) « Eliteprospects.com - Michael Cammalleri », sur www.eliteprospects.com (consulté le 7 mars 2012)
  15. a, b, c et d Calgary Flames Media Guide 2008-09, p. 45
  16. (en) P. Anson, « Friday, November 8, 2002 - Los Angeles Kings 3 @ Ottawa Senators 2 », sur le site Hockey Summary Project (consulté le 7 mars 2012)
  17. (en) « Mike Cammalleri - 2002-2003 Game log », sur NHL.com (consulté le 7 mars 2012)
  18. LA Kings Media Guide 2011-2012, p. 151
  19. (en) « Mike Cammalleri - 2003-2004 Game logs », sur NHL.com (consulté le 7 mars 2012).
  20. LA Kings Media Guide 2011-2012, p. 152
  21. (en) « 2003-04 AHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 mars 2012)
  22. (en) « Feuille de match pour le Match des Étoiles de la LAH 2005 », sur TheAHL.com (consulté le 12 octobre 2012)
  23. (en) « 2004-05 AHL League Leaders », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 mars 2012)
  24. (en) « Trophy Case - Willie Marshall Award », sur American Hockey League Hall of Fame (consulté le 7 mars 2012)
  25. (en) « 2004-05 AHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 mars 2012)
  26. (en) « Kings agree to terms with three players », sur Los Angeles Kings,‎ 10 août 2005 (consulté le 7 mars 2012)
  27. LA Kings Media Guide 2011-2012, p. 153
  28. NHL records 2010, p. 73
  29. Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Suède (20 mai 2006) », sur Hockeyarchives (consulté le 7 mars 2012)
  30. Jérémie Dubief, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Finlande (21 mai 2006) », sur Hockeyarchives (consulté le 7 mars 2012)
  31. (en) « Kings re-sign Cammalleri to one-year deal », sur Los Angeles Kings,‎ 26 juillet 2006 (consulté le 8 mars 2012)
  32. (en) Associated Press, « Devils vs. Kings - 11/27/2006 - Los Angeles Kings - Recap », sur Los Angeles Kings,‎ 27 novembre 2006 (consulté le 7 mars 2012)
  33. LA Kings Media Guide 2011-2012, p. 154
  34. LA Kings Media Guide 2011-2012, p. 210
  35. Nicolas Leborgne, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - États-Unis (7 mai 2007) », sur Hockeyarchives (consulté le 8 mars 2012)
  36. Marc Branchu, « Championnats du monde de hockey sur glace 2007 », sur Hockeyarchives (consulté le 8 mars 2012)
  37. Jérémie Dubief, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Finlande (13 mai 2007) », sur Hockeyarchives (consulté le 8 mars 2012)
  38. (en) « Kings come to terms with Michael Cammalleri », sur Los Angeles Kings,‎ 7 août 2007 (consulté le 8 mars 2012)
  39. (en) Associated Press, « Ducks vs. Kings - 09/29/2007 - Los Angeles Kings - Recap », sur Los Angeles Kings,‎ 29 septembre 2007 (consulté le 8 mars 2012)
  40. (en) « Kings vs. Wild - 03/02/2008 - Los Angeles Kings - Recap », sur Los Angeles Kings,‎ 3 mars 2008 (consulté le 8 mars 2012)
  41. LA Kings Media Guide 2011-2012, p. 155
  42. (en) « Kings vs. Raners - 02/05/2008 - Los Angeles Kings - Recap », sur Los Angeles Kings,‎ 5 février 2008 (consulté le 8 mars 2012)
  43. LA Kings Media Guide 2011-2012, p. 159
  44. « Les mouvements au repêchage », sur RDS.ca,‎ 20 juin 2008 (consulté le 9 mars 2012)
  45. (en) « Flames vs. Canucks - 27/11/2008 - Calgary Flames - Recap », sur flames.nhl.com,‎ 27 novembre 2008 (consulté le 9 mars 2012)
  46. Calgary Flames Media Guide 2011-12, p. 145
  47. Calgary Flames Media Guide 2011-12, p. 276
  48. (en) Eric Francis, « Mikey likes it! », Calgary Sun,‎ 13 janvier 2012, S2
  49. La Presse Canadienne, « Nous sommes plus talentueux », sur RDS,‎ 1er juillet 2009 (consulté le 9 mars 2012)
  50. « Cammalleri a vécu un grand moment », sur RDS,‎ 5 décembre 2009 (consulté le 9 mars 2012)
  51. Frederic Rappaz, « "La" série de victoires s'arrête à quatre », sur Canoë, Québecor,‎ 28 décembre 2009 (consulté le 9 mars 2012)
  52. La Presse Canadienne, « Cammalleri : absence de six semaines », sur RDS,‎ 2 février 2010 (consulté le 9 mars 2012)
  53. (en) La Presse Canadienne, « Cammalleri joins Habs all-time greats with playoff scoring », sur TSN,‎ 13 mai 2010 (consulté le 9 mars 2012)
  54. « 2009-2010 Séries éliminatoires - Canadiens de Montréal - Stats », sur Canadiens de Montréal (consulté le 9 mars 2012)
  55. (en) « 2009-2010 - Playoffs - All Skaters - Summary - Total Goals », sur NHL.com (consulté le 9 mars 2012)
  56. (en) John Molinaro, « Habs' Cammalleri suspended 1 game », sur CBC,‎ 4 octobre 2010 (consulté le 9 mars 2012)
  57. (en) Chris Stevenson, « It'll be a tough break for Cammalleri », sur Ifpress.com,‎ 20 janvier 2011 (consulté le 9 mars 2012)
  58. La Presse Canadienne, « Cammalleri de retour à l'entraînement », sur RDS,‎ 14 février 2011 (consulté le 9 mars 2012)
  59. Éric Leblanc, « Le Canadien perd la dernière bataille », sur RDS,‎ 27 avril 2011 (consulté le 9 mars 2012)
  60. a, b et c Communiqué de presse, « Le trophée Jean-Béliveau décerné à Michael Cammalleri », sur Canadiens de Montréal,‎ 26 septembre 2011 (consulté le 9 mars 2012)
  61. (en) « Cammalleri frustrated with Canadiens' 'losing attitude' », sur TSN.ca,‎ 11 janvier 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  62. « Le CH échange Cammalleri à Calgary », sur Réseau des sports,‎ 12 janvier 2012 (consulté le 9 mars 2012)
  63. (en) Aaron Vickers, « Darryl wins Sutter battle as Kings top Flames 4-1 », sur NHL.com,‎ 15 janvier 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  64. (en) « 2011-2012 Conference Standings - NHL.com - Standings », sur NHL.com (consulté le 12 octobre 2012)
  65. (en) La Presse Canadienne, « Michael Cammalleri's hat trick propels Flames to win », sur CBC Sports,‎ 14 février 2013 (consulté le 27 avril 2013)
  66. « Les Devils offrent 25 millions pour cinq ans à Mike Cammalleri », sur La Presse,‎ 1er juillet 2014 (consulté le 2 juillet 2014)
  67. « Cammalleri au repos », sur Canoë,‎ 15 janvier 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  68. Communiqué de presse, « Cammalleri souligne le courage de nos soldats », sur Canadiens de Montréal,‎ 11 octobre 2009 (consulté le 15 octobre 2012)
  69. (en) « Michael Cammalleri hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • (en) Los Angeles Kings, 2011/2012 LA Kings Media Guide,‎ 2011, 350 p.
  • (en) Calgary Flames, 2008-09 Calgary Flames Media Guide,‎ 2008, 286 p.
  • (en) Calgary Flames, 2011-12 Calgary Flames Media Guide,‎ 2011, 308 p.
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 novembre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.