Michał Kleofas Ogiński

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michał Kleofas Ogiński

Michał Kleofas Ogiński, né à Guzów (Pologne) le et mort à Florence (Italie) le [1] est un homme d'État polonais, également connu comme compositeur, notamment pour ses 22 polonaises dont les célèbres Adieux à la patrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le politique[modifier | modifier le code]

Conseiller du roi de Pologne Stanislas Auguste Poniatowski pendant la période de la Grande Diète (1788-1792), il occupe à partir de 1790 des postes diplomatiques, aux Pays-Bas, en France, en Turquie, puis, en 1793 devient trésorier du Grand-duché de Lithuanie. En 1794, il participe à l'insurrection de Kosciuszko et s'exile après la défaite qui entraîne le dernier partage de la Pologne ; il s'installe en France.

Il approuve d'abord la création par Napoléon du duché de Varsovie en 1807, puis déçu, part en 1810 à Wilno rejoindre le prince Adam Czartoryski, partisan de l'alliance avec le tsar Alexandre. Oginski est alors nommé membre du Sénat de l'Empire russe. De nouveau déçu, cette fois par l'action du tsar, il s'exile en 1815 et abandonne la vie politique.

Le musicien[modifier | modifier le code]

Ogiński joue du violon, du clavicorde et de la balalaika.

Dans les années 1790, il compose des chansons et marches militaires populaires auprès des insurgés de 1794. Selon certains historiens de la musique[2], Ogiński aurait composé la musique de la mazurka Jeszcze Polska nie zginęła (la Pologne n'a pas encore péri) qui deviendra l'hymne national polonais.

Il a composé un grand nombre de pièces pour piano : polonaise, marches, romances, mazurkas, valses.

Le jeune Chopin s'inspirera de ses œuvres pour ses premières compositions.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrzej Zaluski, The Times and Music of Michal Kleofas Oginski, Londres, 1997.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 15 octobre selon la Grande Encyclopédie polonaise, éd. 2003
  2. Pascale Fautrier, Chopin, Gallimard, 2009, p. 61