Michaël Milon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michaël Milon Karate pictogram.svg
Illustration manquante : importez-la
Contexte général
Sport Karaté
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance 3 mars 1972
Lieu de naissance Tours
Décès 13 mars 2002 (à 30 ans)
Lieu de décès Paris

Michaël Milon, né le 3 mars 1972 à Tours et mort le 13 mars 2002 à Paris (XVe), est un champion de karaté français. Il a été, en kata, trois fois champion du monde, trois fois vainqueur de la coupe du monde, douze fois champion d'Europe, 9 fois champion de France et 9 fois vainqueur de la coupe de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a commencé le karaté Shotokan dès l'âge de 9 ans et excellait dans l'art des kata grâce à un style rapide, fluide et puissant. Triple champion du monde de kata individuel en 1994, 1996 et 2000, il avait mis fin à sa carrière sportive fin 2000 et était devenu entraîneur national de l'équipe cadet pour la FFKDA début 2001.

À la fin de sa carrière sportive, il a été très sollicité par les médias et le monde du showbiz. Il a ainsi pu réaliser un de ses rêves, celui de devenir acteur[1]. Il tint le premier rôle du long métrage Koan, aux côtés d'Alain Figlarz et Bérénice Bejo. Koan devait être le pilote d'une série éponyme, mais le décès de Michaël a mis fin au projet.

Michaël Milon est décédé le 13 mars 2002 d'une surdose de cocaïne[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

1987 :

  • 3e de la coupe de France minimes (novembre)

1988 :

  • Vice-Champion de France minimes (février)
  • 2e à la Coupe de France cadets (novembre)

1989 :

  • 1er Champion de France Cadets (février)

1989 :

  • 1er à la Coupe de France Cadets (novembre)

1990 :

  • 1er aux Championnats d'Europe Cadets (février)
  • 1er aux Championnats de France Cadets (février)
  • 3e aux Championnats d'Europe Séniors (avril)
  • 1er à la Coupe Jeux méditerranéens Séniors (juin)
  • 3e aux Championnats du Monde par équipe (novembre)
  • 1er à la Coupe de France Séniors (décembre)

1991 :

  • 1er aux Championnats d'Europe Equipe séniors (mars)
  • 1er aux Championnats de France Juniors (mars)
  • 1er à la Coupe internationale de Zurich Séniors (octobre)
  • 1er à la Coupe de France Juniors (novembre)

1992 :

  • 1er à la Coupe Internationale de Genève Séniors (avril)
  • 1er aux Championnats de France Juniors
  • 1er aux Championnats d'Europe par équipe Séniors (mai)
  • 1er aux Championnats de France FNSU

1993 :

  • 1er aux Championnats de France (mars)
  • 1er aux Championnats de France FNSU
  • 1er à la Coupe Internationale Genève séniors (avril)
  • 1er à la Coupe du Monde à Alger Séniors (octobre)
  • 1er à la Coupe de France Séniors (novembre)

1994 :

  • 1er à la Coupe de France Séniors
  • 1er aux Championnats d'Europe de kata Individuel et Equipe (mai)
  • 1er à la Coupe Internationale de Finlande (septembre)
  • 1er à la Coupe Internationale de Zurich (octobre)
  • 1er à la Coupe de France (novembre)
  • 1er aux Championnats du Monde de kata individuel en Malaisie (décembre)
  • 2e aux Championnats du Monde de kata par équipe en Malaisie (décembre)

1995 :

  • 1er aux Championnats de France
  • 1er aux Championnats d'Europe Individuel d'Helsinki (mai)
  • 1er aux Championnats d'Europe Equipe d'Helsinki (mai)
  • 1er à l'Open de Finlande (septembre)
  • 1er à la Coupe du Monde de Francfort (octobre)
  • 1er à la Coupe de France (décembre)

1996 :

  • 1er aux Championnats de France Sénior
  • 1er aux Championnats d'Europe de Kata individuel (mai)
  • 1er aux Championnats d'Europe de Kata par équipe
  • 1er aux Championnats du Monde de Kata Individuel (novembre)
  • 2e aux Championnats du Monde de Kata par Equipe (novembre)

1997 :

  • 1er à la Coupe de France
  • 1er au Championnat de France Sénior (mai)
  • 1er au Championnat d'Europe individuel Ténérife (mai)
  • 1er au Championnat d'Europe par Equipe Ténérife (mai)
  • 1er à la Coupe du Monde à Manille (septembre)

1998 :

  • 1er aux internationaux de France Paris
  • 1er aux Championnats de France (mars)
  • Arrachement des ligaments croisés antérieurs à l'entraînement. Greffe du tendon rotulien (mai)
  • 2e au Championnat du Monde individuel Brésil (octobre)

2000:

  • 1er au Championnat du Monde individuel Munich (octobre)

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Avant je regardais les gens qui étaient devant moi, et maintenant qu'ils sont derrière moi, c'est plus un combat contre moi-même que je me livre. » Michael Milon, La nouvelle république du centre ouest, lundi 29 mai 1995.
  • « Je suis devenu l'homme à abattre. C'est motivant et agréable. Ma force est d'aller vite dans les mouvements tout en conservant ma stabilité. L'objectif est d'être de plus en plus rapide. "
  • « J'ai choisi cette activité parce que c'est plus artistique, parce que c'est le karaté pur et dur, le geste et le mental associés et sans cesse améliorés. » Michael Milon, La nouvelle république du centre Ouest, lundi 12 décembre 1994.
  • « Lorsque je l'ai vu faire ses premiers mouvements quand il a débuté à 8 ans, il se passait quelque chose ". " Avec son accord, je n'ai pas hésité à l'envoyer aux quatre coins de la France pour qu'il participe à des stages avec les plus grands maîtres. » « Il s'assumait tout en sachant très bien qu'il pouvait compter sur son père et sur sa mère. » Michel Milon, son père. La nouvelle république du centre Ouest, lundi 12 décembre 1994.
  • « Un journaliste a écrit ceci à la mort de Michael : « En Grèce, les dieux demandaient aux héros s'ils désiraient une vie courte et palpitante ou une vie longue et monotone. Ils choisissaient la vie courte. Michael a vécu la vie d'un héros. » Michel Milon, son père[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://artsmartiauxbercy.kazeo.com/le-karat/portrait-de-karateka-michael-milon,a672910.html
  2. Article du Parisien du 22 mars 2002
  3. Michel Milon : au nom du fils. 02/03/2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]