Michèle Lacrosil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michèle Lacrosil, née le 21 février 1911 à Basse-Terre, morte le 18 décembre 2012 à Paris[1], est une femme écrivain française, originaire de la Guadeloupe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michèle Lacrosil est l'auteur de seulement trois romans. Son œuvre a davantage été étudiée par des universitaires américains que par des Français[1].

Ses deux premiers livres sont écrits à la première personne, à la différence du troisième, sans doute en réaction aux critiques reçues[2]. Ils sont le témoignage des « déchirements culturels que ressent une jeune Guadeloupéenne »[3], notamment confrontée au racisme. Les points communs des deux romans peuvent laisser penser que les personnages principaux, Sapotille et Cajou, ne sont qu'une même personne[4].

Écrit à la troisième personne, le dernier roman revêt davantage un caractère de fresque sociale historique[5]. Ses obsèques ont lieu au cimetière de Montmartre[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Smith, Michèle Lacrosil : Novelist with a Color complex, The French Review, mars 1974
  • Christiane Perrin Makward, Madeleine Cottenet-Hage, Dictionnaire littéraire des femmes de langue française : De Marie de France à Marie NDiaye, éd. Khartala, 1996, 641 p.
  • (en) Femi-Ojo Ade, Being Black, Being Human : More essays on black culture, Africa World Press, 1996, 322 p.
  • Susan B. Rinne, Joëlle Vitiello-Yewell, Elles écrivent des Antilles : Haïti, Martinique, Guadeloupe, 1997, 397 p.
  • Nathalie Schon, L'auto-exotisme dans les littératures des Antilles françaises, éd. Khartala, 2003, 326 p.
  • (en) Dawn Fulton, Cajou's Reason: Michele Lacrosil and Post-War Intellectual Liberalism, The Romanic Review, vol.95, 2004
  • (en) Daniel Balderston, Mike Gonzalez, Encyclopedia of Latin American and Caribbean Literature, 1900-2003, Routledge, 2004, 666 p. Lire en ligne

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décès de la romancière Michèle Lacroisil, France Antilles, 21 décembre 2012
  2. Susan B. Rinne, Joëlle Vitiello-Yewell, Elles écrivent des Antilles : Haïti, Martinique, Guadeloupe, Michèle Lacrosil : La libération par l'écriture ou comment vomir de soi, L'Harmattan, Paris, 1997, 397 p., p. 123 Lire en ligne
  3. Nathalie Schon, L'auto-exotisme dans les littératures des Antilles françaises, éd. Khartala, 2003, 326 p., p. 74 Lire en ligne
  4. (en) Femi-Ojo Ade, Being Black, Being Human : More essays on black culture, Africa World Press, 1996, 322 p., p. 120 Lire en ligne
  5. Christiane Perrin Makward, Madeleine Cottenet-Hage, Dictionnaire littéraire des femmes de langue française : De Marie de France à Marie NDiaye, éd. Khartala, 1996, 641 p., p. 343 Lire en ligne
  6. RCI : Obsèques de Michèle Lacrosil