MiG Alley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte montrant la localisation de la « MiG Alley ».
Carte indiquant les bases aériennes et la « MiG Alley ».

La « MiG Alley » est le surnom donné, durant la guerre de Corée, par les pilotes américains à une région de la Corée du Nord près du fleuve Yalou particulièrement propice aux combats aériens entre l'US Air Force et la Corée du Nord et ses alliés. Les appareils en combat étaient généralement des North American F-86 Sabre côté américain et des Mikoyan-Gourevitch MiG-15 côté coréen.

Participation soviétique[modifier | modifier le code]

MiG-15 soviétique ou nord-coréen touché par un F-86 dans la MiG Alley.

Depuis de nombreuses années, la participation de l'armée de l'air soviétique dans la guerre de Corée a été largement soupçonnée par les forces des Nations Unies mais toujours niée par l'URSS. Avec la fin de la guerre froide, toutefois, les pilotes soviétiques qui ont participé dans le conflit ont commencé à révéler leur rôle[1]. Leur arrivée est due aux médiocres performances de leurs alliés chinois, nord-coréens pourtant équipés d'excellent MIG 15. Elle effectue plus de 125 000 sorties de combat et perdra 315 MiG-15 et 120 pilotes dans ce conflit toute cause confondues[2]. Ainsi si l'on regarde les chiffres de victoires des 60 premiers as soviétiques, il se monte à 500. 2 as comptabilisent plus de 20 victoires. La force des pilotes vient de leur avion mais de leur formation et de leur agressivité. Ceci s'est vu le 12 avril 1951, lors du jeudi noir, où un groupe de 36 B 29 escortés par une centaine de chasseurs est assaillis par une trentaine de MIG 15 qui en abattent 12, qui en font s'écraser 3 et en endommagent 3. Pendant plusieurs mois les Américains cessent les bombardements au niveau du fleuve Yalu.

Les aéronefs soviétiques étaient ornés des couleurs de la Corée du Nord ou de la République populaire de Chine et les pilotes portaient des uniformes soit nord-coréens ou des vêtements civils, afin de dissimuler leur origine. Pour les communications radio, chaque pilote recevait une carte avec des mots en coréen pour les différents termes de vol énoncés phonétiquement en caractères cyrilliques.

Les régiments de Mikoyan-Gourevitch MiG-15 soviétiques opéraient depuis des aérodromes chinois en Mandchourie. Par conséquent, selon les règles d'engagement existantes aux États-Unis, ils ne pouvaient pas être attaqués par les forces américaines. Des troupes soviétiques de défense aérienne ont également commencé à arriver le long du Yalou, mettant en place des installations radar, des centres de contrôle au sol, des projecteurs et un grand nombre de canons anti-aériens pour dissuader toute attaque sur les aérodromes chinois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Steven J. Zaloga, The Russians in MiG Alley: The nationality of the "honcho" pilots is no longer a mystery. The Soviets now admit their part in the Korean War, Air Force Magazine, volume 74, février 1991 http://www.afa.org/magazine/1991/0291russian.asp.
  2. (en)(ru)Korea.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]