Miécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Miécourt
Localité suisse
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Jura
District Porrentruy
Commune La Baroche
Code postal 2946
N° OFS 6794
Démographie
Population 413 hab. (1er janvier 2007[1])
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 45″ N 7° 10′ 35″ E / 47.429168, 7.17640747° 25′ 45″ Nord 7° 10′ 35″ Est / 47.429168, 7.176407  
Altitude 479 m
Superficie 646 ha = 6,46 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Jura

Voir sur la carte administrative du Canton du Jura
City locator 14.svg
Miécourt

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Miécourt

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Miécourt
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Miécourt (ancien nom allemand : Mieschdorf) est une ancienne commune suisse du canton du Jura, située dans le district de Porrentruy. Après décision des citoyens de la commune le 13 juillet 2008[4], elle a fusionné le 1er janvier 2009 avec Asuel, Charmoille, Fregiécourt et Pleujouse pour former la commune de La Baroche.

Monument Walter Flury[modifier | modifier le code]

Walter Flury est un aérostier de Granges (SO) dont le ballon captif a été abattu par un avion allemand, le 7 octobre 1918, au-dessus de Miécourt. La mort du lieutenant Flury provoqua une vive émotion en Ajoie. Walter Flury observait le ciel depuis environ une heure, lorsque deux avions allemands venus de Ferrette obliquèrent brusquement à gauche, près de Pfetterhouse. L'un d'eux, après avoir survolé l'engin suisse, qui se trouvait à une altitude de 800 à 900 mètres, l'attaqua à la mitrailleuse. Le ballon s'enflamma aussitôt et la nacelle s'écrasa. L'officier, vraisemblablement tué sur le coup par un projectile, fut retrouvé presque complètement carbonisé

Un monument a été érigé en sa mémoire à Miécourt, à quelques centaines de mètres de la frontière française.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Population résidante moyenne selon les communes », Office fédéral de la statistique,‎ 2007 (consulté le 1er mars 2008)
  2. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. Agence ATS 13.07.2008