Meurtre de Meredith Kercher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 06′ 54″ N 12° 23′ 29″ E / 43.114885, 12.391402

Le meurtre de Meredith Kercher est un faits divers criminel qui s'est déroulé à Pérouse en Italie, le 1er novembre 2007.

Synthèse[modifier | modifier le code]

Meredith Kercher, qui a 21 ans au moment du meurtre, est étudiante à l'université britannique de Coulsdon, au sud de Londres. Elle passe un an à Pérouse dans le cadre d'un échange universitaire où elle partage un appartement avec trois autres jeunes filles, Amanda Knox et deux jeunes italiennes.

Elle est retrouvée morte à demi nue sur le sol de sa chambre, poignardée par 47 coups de couteau. L'autopsie révélera que Meredith Kercher a également été violée[1]. Certains de ses effets personnels — deux cartes de crédit, deux téléphones cellulaires et la clé de l'appartement — lui ont été volés ainsi que de l'argent. En arrivant le lendemain, Amanda Knox rapporte le tout, avançant la thèse du vol.

Rudy Guede, immigré ivoirien, est déclaré coupable du viol et du meurtre de Meredith Kercher le 28 octobre 2008. Sa condamnation est confirmée et il purge une peine réduite de 16 ans de prison. Raffaele Sollecito, un étudiant italien, est coaccusé ainsi qu'Amanda Knox, une étudiante américaine, et une des colocataires.

Knox et Sollecito sont déclarés dans un premier procès coupables d'agression sexuelle et de meurtre en décembre 2009, et condamnés à 26 et 25 années de prison respectivement. Ils font appel du verdict et, le 3 octobre 2011, un jury de six citoyens italiens et de deux juges professionnels les acquitte du meurtre de Meredith Kercher.

Le jury condamne en parallèle Amanda Knox pour calomnie après qu'elle a faussement accusé du meurtre son ancien employeur Patrick Lumumba. Les avocats de Knox avancent les quatorze heures d'interrogatoire qui ont précédé ces accusations comme défense de l'accusée.

Après cassation du jugement d'appel par la Cour suprême, en mars 2013, un nouveau procès les condamne, en janvier 2014, respectivement à 28 ans et demi et à 25 ans de prison.

Les procès sont couverts par de nombreux articles de presse dans le monde, surtout en Italie, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Les réactions à l'affaire se polarisent entre ceux qui voient en Knox et Sollecito les victimes d'une erreur judiciaire, et ceux qui pensent qu'ils sont impliqués dans le meurtre de Meredith Kercher.

Les protagonistes[modifier | modifier le code]

La victime, Meredith Kercher[modifier | modifier le code]

Meredith Susanna Cara Kercher, connue de ses amis sous le surnom de « Mez » , est née le 28 décembre 1985 à Southwark (Londres). Elle vit à Coulsdon, au sud de Londres. Elle a deux frères et une sœur ainés. Son père est journaliste indépendant, et sa mère, d'origine indienne, est femme au foyer.

Kercher effectue sa scolarité à la Old Palace School de Croydon, puis obtient un diplôme en European Studies à l'université de Leeds. Au moment du meurtre, elle compte passer un an à l’université de Pérouse dans le cadre du programme d’échange Erasmus. À Pérouse, elle partage un appartement avec Amanda Knox et deux jeunes filles italiennes.

Son corps est trouvé dans sa chambre l'après-midi du 2 novembre 2007 par la police et ses colocataires. Deux téléphones mobiles, deux cartes de crédit et 300 € en liquide sont volés lors du meurtre. Ses funérailles se tiennent le 14 décembre à l'église paroissiale de Croydon, suivies par plus de trois cents personnes. Elle obtient un diplôme à titre posthume de l'université de Leeds.

Les accusés[modifier | modifier le code]

Amanda Knox[modifier | modifier le code]

Amanda Knox (née le 9 juillet 1987 à Washington) est étudiante en langues à l'université de Washington. Elle partage, à l'époque du meurtre, un appartement avec Meredith Kercher et deux autres colocataires à Pérouse, où elle passe une année à l'université pour étrangers, y faisant des études d'italien, d'allemand et de création littéraire. Amanda Knox rencontre un étudiant italien, Raffaele Sollecito, à un concert de musique classique le 25 octobre 2007, auquel elle assiste avec Meredith. Cette dernière quitte le concert à l'entracte pendant lequel Amanda Knox lie connaissance avec Raffaele.

Raffaele Sollecito[modifier | modifier le code]

Raffaele Sollecito (né le 26 mars 1984, Giovinazzo, Bari) a 23 ans à l'époque des faits. Il suit des études d'informatique à l'université de Pérouse ; il obtiendra son diplôme d'ingénieur en prison.

Rudy Guede[modifier | modifier le code]

Rudy Hermann Guede (né le 26 décembre 1986, Abidjan, Côte d'Ivoire) a 20 ans au moment des faits. Il est venu à Pérouse à l'âge de 5 ans avec son père, qui était ouvrier dans les années 1990. À 16 ans, quand son père quitte l'Italie, Guede est adopté de manière informelle par la famille d'un homme d'affaires local. Guede acquiert la double nationalité, étudie de façon sporadique la comptabilité et travaille comme gardien d'hôtel. Il joue également dans l'équipe de basket jeunes de Pérouse pour la saison 2004-2005. Il vit parfois avec sa tante à Lecco, à environ 50 km au nord de Milan, et travaille à l'occasion dans les bars de Milan, retournant parfois à Pérouse.

Le meurtre[modifier | modifier le code]

Meredith Kercher et Amanda Knox habitaient dans les appartements supérieurs d'une maison sur la Via della Pergola 7, Pérouse. La maison est sur une colline au sud du centre ville, près d'une autoroute aux limites de la ville. Deux italiennes louaient l'appartement de quatre chambres en août 2007. Meredith Kercher a loué l'une des chambres à partir de début août. Amanda Knox a loué la chambre restante et a emménagé le 20 septembre 2007, rencontrant Meredith Kercher pour la première fois.

Dans la soirée du 1er novembre 2007, les appartements au-dessus de celui de Kercher et Knox étaient inoccupés, l'un des colocataires italiens était sorti en ville et Amanda Knox était à l'appartement de Sollecito. L'appartement du dessous, occupé par quatre garçons italiens était également vide, car ses locataires étaient en ville.

Vers 18 h, Meredith Kercher a commencé à souper avec trois autres filles anglaises chez l'une d'elles et a regardé un DVD sur un ordinateur portable. Meredith Kercher a dit qu'elle se sentait fatiguée et qu'elle voulait rentrer tôt pour la nuit. Elle a emprunté un livre d'histoire, et s'est retirée pour rentrer chez elle avec l'une de ses amies, Sophie. Elle a quitté cette dernière vers 20 h 55 et a fait seule les 460 derniers mètres jusqu'à son appartement.

Amanda Knox s'attendait à travailler au bar Le Chic ce soir-là, mais à 20 h 18 son patron, Patrick Lumumba, lui a envoyé un SMS lui disant qu'on n'avait pas besoin d'elle pour cause de sous-activité. Elle a répondu par SMS à 20 h 35. Quand un ami arriva à l'appartement de Sollecito vers 20 h 40, Amanda a ouvert la porte.

D'après les premières investigations et les examens post-mortem, Meredith Kercher est morte dans l'appartement entre 21 h et 23 h, plus tard corrigé entre 21 h et h du matin.

À 12 h 7 le lendemain, Knox a appelé sur le portable de Meredith Kercher, faisant sonner pendant seize secondes. Amanda Knox a reconnu que Meredith Kercher se promenait toujours avec ce téléphone, parce qu'elle attendait des nouvelles de sa mère malade. Une minute plus tard, elle a appelé sa colocataire, Filomena, disant qu'elle était retournée à l'appartement, avait trouvé la porte ouverte, et du sang dans la salle de bains. Amanda Knox a alors appelé le second mobile de Meredith Kercher et rappelé le premier téléphone de nouveau. Sa colocataire a appelé Knox en retour trois fois. Durant le dernier appel, qui a commencé à 12 h 34, Amanda Knox a dit que la fenêtre de la chambre de Filomena était cassée et que la pièce était « un bordel ». À 12 h 47, Knox a appelé sa mère à Seattle, qui lui a dit d'appeler la police. Sollecito a alors fait deux appels au numéro d'urgence 112, à 12 h 51 et 12 h 54. Il a rapporté une effraction, du sang, une porte fermée et une personne manquante.

Avant que la police italienne arrive en réponse à ces appels, deux officiers de la Police des PPT sont arrivés à h 35 pour enquêter sur la découverte du téléphone portable de Meredith Kercher prés d'une autre maison. Amanda Knox et Sollecito étaient dehors et ont dit à ces agents qu'ils attendaient les Carabiniers, qu'une fenêtre était cassée et qu'il y avait des taches de sang dans la salle de bains.

Pendant qu'Amanda Knox montrait aux deux agents la pièce avec la fenêtre cassée, la porte fermée et le sang dans la salle de bains, sa colocataire qu'elle avait appelée auparavant arriva avec trois amis. On a confirmé que les téléphones portables appartenaient à Meredith Kercher. Les Carabiniers n'étaient pas encore arrivés, et les policiers des télécoms hésitaient à casser la porte fermée. Vers 13 h 15, un des amis d'un colocataire l'ouvrit à coups de pied. Le corps de Meredith Kercher était sur le sol, couvert par un duvet taché de sang. Les agents ont ordonné à toutes les personnes présentes de quitter l'appartement, et le quartier fut sécurisé en tant que scène de crime.

La maison fut fermée en tant que scène de crime du 2 novembre 2007 jusqu'en avril 2009, quand un jury l'a visité pendant le procès de Knox et de Sollecito. Elle fut restaurée et ré-occupée à la fin 2009.

L'enquête judiciaire[modifier | modifier le code]

Le 5 novembre 2007, après que Sollecito a confirmé que lui et Knox avaient passé la nuit du meurtre à son appartement, la police annonce qu'un Sollecito « confus et nerveux » confessa que Knox aurait pu partir de son appartement pendant qu'il dormait. La police interroge Knox, qui avait accompagné Sollecito au poste de police. À partir de 23 h ce soir-là, Knox est interrogée par la police d'abord seule, puis en la présence d'un procureur. Elle clame avoir été initialement interrogée en italien - bien qu'elle n'ait étudié cette langue que pendant deux mois - sans la présence d'un avocat et sans être enregistrée. Ces plaintes sont refusées par les procureurs. Elle soutient plus tard qu'elle a subi un interrogatoire hostile pendant 14 heures, qu'elle était privée de nourriture et de boisson, et invitée à faire des déclarations incriminantes. À la fin, elle a signé une déclaration en italien disant, entre autres, qu'elle a vu Patrick Lumumba (son patron) et Kercher entrer dans la chambre de Kercher.

Knox a déclaré que pendant son interrogatoire, la police lui a demandé d'imaginer ce qui aurait pu se passer à son appartement si elle avait été là, et qu'elle a expliqué cette vision de Lumumba à la scène du crime en réponse à cette question. Lumumba fut arrêté le 6 novembre 2007 suite aux déclarations de Knox.
Knox fut arrêtée le matin du 6 novembre. Plus tard dans la journée, elle a écrit une note à la police disant qu'elle se sentait confuse parce qu'on lui a dit pendant l’interrogatoire qu'il y avait de fortes preuves qui la situaient à son appartement au moment du meurtre, et qu'ainsi les souvenirs et les « flash d'images floues » ont commencé à se mélanger dans sa tête pendant l'interrogatoire. Elle a partiellement rétracté sa dernière déclaration. Knox à écrit : « En regard de cette « confession » que j'ai faite la nuit dernière, je veux clarifier que j'ai de fort soupçons sur la véracité de mes déclarations parce qu'elles ont été faites sous la pression du stress, du choc et de la fatigue extrême. Non seulement on m'a dit que je serais arrêtée et mise en prison pour trente ans, mais je recevais un coup sur la tête quand je ne me rappelais pas un fait correctement. Elle a également écrit qu'elle « ne pouvait pas totalement se rappeler les événements qu'elle a déclarés avoir eu lieu dans le logement de Raffaele au moment où Meredith était assassinée », ajoutant que, bien qu'elle « comprenne que la police soit sous une forte pression » et donc qu'elle « comprenne le traitement qu'elle a reçu », elle nie toute implication dans le meurtre.

En février 2009, Knox a parlé au tribunal de son interrogatoire de 2007, déclarant : « j'ai été traitée comme une personne seulement après avoir fait ma déclaration. C'est à ce moment-là que l'on m'a apporté quelque chose à boire, et qu'ils m'ont laissé aller à la salle de bains. » Un officier de police a témoigné que Knox avait été questionnée « fermement mais poliment ». En juin 2009, Knox a répété sa description de l'interrogatoire au tribunal. Son avocat, résumant à la fin du procès, a déclaré que les interrogatoires s'étalant sur quatre jours et d'une durée totale de cinquante-trois heures, ont provoqué « stress et peur ». Knox a également déclaré qu'il n'y avait pas d’interprète présent. Le procureur Giuliano Mignini était dans la pièce, conduisant l’interrogatoire contesté dans lequel la conduite des officiers était mise en cause. À la fois la police et Mignini ont rejeté ses allégations selon lesquelles elle aurait été abusée et interrogée sans interprète. Elle a été accusée de calomnie dans un procès séparé.

La Cour suprême italienne a jugé que les droits de l'homme dans le cas de Knox ont été violés, du fait que la police italienne ne lui a pas lu ses droits, ne lui a pas fourni d'avocat ni d’interprète officiel. La Cour a également décidé que la déclaration signée par la jeune femme était inadmissible pour le procès criminel de Knox et de Sollecito. Toutefois, la Cour a permis que la déclaration soit utilisée devant la cour civile, dans le procès en diffamation que Lumunba a intenté contre Knox. Les deux procès ont le même jury qui a entendu le témoignage de Knox.

Lumumba fut détenu pendant deux semaines jusqu'à l'arrestation de Guede. Au début, des doutes sur son alibi furent rapportés dans la presse, mais finalement il fut complètement blanchi.

En 2013, Luciano Aviello, un mafieux emprisonné en Italie, qui fut membre de la Camorra, la mafia napolitaine, affirme que son frère Antonio a tué Meredith Kercher. Aviello écrit à trois reprises à la Cour durant le procès, prétendant que son frère lui a avoué le crime[2],[3].

Arrestation de Guede[modifier | modifier le code]

Nick Squires du Daily Telegraph écrivit que Guede « […] devint un suspect deux semaines après la découverte du corps de mademoiselle Kercher, quand on remarqua que des tests ADN sur une empreinte digitale de sang et des échantillons pris sur le corps collaient avec des échantillons que la police possédait déjà dans ses fichiers suite à ses précédentes arrestations. » Une chasse à l'homme pour un quatrième suspect commença le 19 novembre 2007 car une empreinte de sang trouvée sur un oreiller de Kercher correspondait à Guede. Il avait quitté Pérouse par le train quelques jours avant le meurtre.

Interpol avait suivi la trace d'un ordinateur qu'il avait utilisé en Allemagne pour accéder à Facebook et pour répondre à un message d'un journaliste du Daily Telegraph. Dans ce message, Guede a dit qu'il était au courant qu'il était un suspect et qu'il voulait blanchir son nom. Le 20 novembre 2007, la Bundespolizei l'arrêta dans un train vers Mayence, pour avoir voyagé sans billet. Quand on l'interrogea, il déclara qu'il retournait en Italie pour se rendre. Il fut extradé vers l'Italie le 6 décembre 2007.

Éléments légaux[modifier | modifier le code]

Preuves scientifiques[modifier | modifier le code]

Le corps de Kercher fut trouvé sur le sol de sa chambre, avec du sang à différents endroits dans la pièce. En tout elle portait quarante-sept plaies, dont certaines résultaient de sa défense. Elle avait trois coupures au nez ainsi que des ecchymoses suggérant qu'elle aurait été étranglée. On a également trouvé des traces d'agression sexuelle. Le médecin légiste a déterminé que la cause de la mort était une combinaison de la perte de sang et de la suffocation. Des traces d'ADN correspondant à celle de Guede furent trouvées sur le corps de Kercher, ainsi que sur son t-shirt, son soutien-gorge et son sac à main. Une empreinte digitale ensanglantée trouvée sur un oreiller sous le dos de Kercher, était également de Guede. Le procureur a fait valoir que plusieurs pièces du soutien-gorge de Kercher, dont ses attaches, ont révélé des traces d'ADN à la fois d'elle-même et de Sollecito. Les avocats de Knox ont fait valoir que les preuves ADN ont été contaminées pendant l’enquête sur la scène du crime et quand les enquêteurs ont bougé par accident la preuve pendant le temps de récupération des échantillons. Un rapport de juin 2011 des experts médico-légaux de la cour a conclu qu'il n'y avait pas assez d'ADN sur la boucle de soutien-gorge pour re-tester, que le relevé de la preuve sur celle-ci ne se conformait pas aux procédures internationalement acceptées, et que le relevé était dans un environnement hautement sujet à la contamination.

Le Luminol a montré des traces de pas dans l'appartement dont le procureur a fait valoir qu'elles étaient compatibles avec les pieds de Knox et de Sollecito. Toutefois, un consultant au service de Knox a attesté que le rapport se trompait : « En contradiction avec ce qui était présent dans le rapport technique déposé par la police scientifique, et également ce qui a été dit en cour, que, non seulement le test au Luminol effectué sur ces traces, mais également le diagnostic générique pour la présence de sang, à l'aide de tétraméthylbenzidine, se sont révélés négatifs sur tous les éléments de preuves à partir desquelles il était possible d'obtenir un profil génétique.[citation nécessaire] »

Néanmoins, le juge n'a pas accepté cette vision et a conclu que les traces révélées par le Luminol dans la chambre de Knox, le couloir et la chambre de Filomena, avaient pour origine les pieds ensanglantés de Knox.

L'ADN de Knox correspondait à celui retrouvé sur la poignée d'un couteau de cuisine découvert dans l'appartement de Sollecito. Le procureur a fait valoir que l'ADN de Knox était sur la lame. Un rapport de juin 2011 remis par des experts médico-légaux a conclu que les précédents résultats indiquant que l'ADN de Kercher était sur la lame du couteau sont apparus « non fiables car non reconnus par des procédures analytiques scientifiquement valides.[citation nécessaire] » Les témoins de l'accusation ont fait valoir que le couteau aurait pu provoquer une des trois blessures sur le nez de Kercher.

Carlo Torre, un professeur de science criminelle basé à Turin, employé par Knox, a témoigné que les trois blessures ont pour origine un autre couteau qui a une lame quatre fois plus petite que celui retrouvé à l'appartement de Sollecito. Pendant son procès, l'avocat de Knox a plaidé que sa cliente a utilisé des couteaux pour faire la cuisine chez Sollecito.

Il n'y avait pas de preuves judiciaires indiquant que Knox a été dans la chambre dans laquelle Kercher a été assassinée. Les empreintes digitales de Knox n'ont pas été trouvées dans la chambre de Kercher, pas plus que dans sa propre chambre. Les enquêteurs ont argué qu'un cambriolage a été mis en scène à l'appartement, en partie parce que la fenêtre semble avoir été cassée après que la pièce ait été saccagée.

En 2009, un groupe d'experts médico-légaux américains a écrit une lettre ouverte exprimant son inquiétude sur le fait que les procédures utilisées dans la plupart des laboratoires aux États-Unis pour s'assurer de résultats précis n'ont pas été suivies dans cette affaire. Ils ont fait valoir qu'un test chimique sur le sang a donné un résultat négatif, que les quantités d'ADN étaient suffisantes uniquement pour un profil ADN partiel, et qu'il était peu probable que toutes les traces de sang puissent avoir été enlevées du couteau tout en retenant l'ADN qui a été découvert.

En décembre 2010, le juge présidant le jugement en appel de Knox et de Sollecito a ordonné un ré-examen des preuves ADN concernant le couteau et la fermeture du soutien-gorge. Le rapport a conclu que les preuves ADN utilisées pour les condamner ne suivaient pas les standards internationaux en prélèvement et analyse d'ADN, que les preuves étaient peu fiables, et que les résultats des test précédents auraient pu être la conséquence de contamination. Le rapport conclut que la police, soit a malmené les preuves, soit n'a pas suivi la procédure légale correcte cinquante-quatre fois.

Arguments de l'accusation et de la défense[modifier | modifier le code]

Le procureur a également proposé qu'il ait pu s'agir d'un « sacrifice religieux »[4]. Mignini a nié avoir jamais dit que Kercher était la victime d'un « sacrifice rituel ». Plus tard, l'accusation a émis l’hypothèse que le meurtre de Kercher ait un lien avec un jeu sexuel qui aurait mal tourné, que la victime ait refusé de participer à une orgie, ou que Knox ait été motivée par la « jalousie ». L'accusation a également suggéré que Guede soit allé au cottage pour rencontrer Knox, que Knox ait volé de l'argent à Kercher pour payer Guede pour de la drogue, que Kercher soit rentrée au mauvais moment et agressée sexuellement puis tuée. Au procès, l'accusation a fait valoir que Knox n'aimait pas les personnes avec qui elle n'était pas d’accord et que le temps était venu pour elle de se venger de Kercher. À une autre occasion, l'accusation a proposé la théorie selon laquelle elle avait été la proie « d'une rage provoquée par la consommation de marijuana ». La défense a fait valoir que l'accusation a par la suite changé de motif pour, cette fois-ci, un motif économique. Le magazine Rolling Stone, citant un procureur disant « nous vivons dans un âge de violences sans mobile », a rapporté que l'accusation ne pouvait pas prouver ni les motivations, ni les intentions.

Lors du procès de Knox et Sollecito, l'accusation a cherché à prouver que le cambriolage dans la scène du meurtre a été mis en scène, argumentant que rien dans la pièce à la vitre cassée n'a été signalé volé, et que les auteurs ont voulu faire diversion de « ceux qui avaient les clés de l'appartement ». Un policier a déclaré que des morceaux de verre de la fenêtre cassée ont été trouvés sur les vêtements éparpillés tout autour de la pièce, suggérant que la fenêtre a été cassée après que la pièce a été saccagée. Un officiel de la police et témoin de la défense a témoigné que le cambriolage n'a pas été mis en scène et que la fenêtre de l'appartement de Kercher a été cassée de l’extérieur. En guise de preuve, il a présenté une vidéo pour reconstituer la façon dont la pierre a été lancée.

Les éléments de la police ont montré que Knox et Sollecito n'avaient pas d'alibi au moment du meurtre. Les analystes informaticiens de la police ont déclaré que son ordinateur n'avait pas été utilisé entre 21 h 10 le soir du meurtre et h 32 le matin suivant. Knox a maintenu qu'elle était avec Sollecito à ce moment-là, mais durant son interrogatoire après 22 h le lundi 5 novembre 2007, Sollecito a dit qu'il ne pouvait pas être certain qu'elle était avec lui pendant qu'il dormait. Leur version des faits était en contradiction avec un témoin, qui a déclaré qu'il a vu Knox et Sollecito discuter de façon animée sur un terrain de basket environ cinq fois entre 21 h 30 et minuit la nuit du meurtre. Durant le jugement en appel, le témoin, un SDF héroïnomane et qui est apparu dans un certain nombre de procès de meurtres, a donné des témoignages contradictoires concernant la date à laquelle il a vu Knox et Sollecito, et d'autres détails cruciaux. Un commerçant de Pérouse a témoigné que Knox est passée à son magasin à h 45 le matin après le meurtre, au moment où elle était, d’après sa déposition, encore chez Sollecito. Le commerçant a informé pour la première fois la police de ce souvenir des mois après que le crime a eu lieu, sur la demande d'un journaliste qui était son ami. Un employé du magasin a témoigné qu'il n'avait pas vu Knox.

Knox a dit à la cour qu'elle était avec Sollecito à l'appartement du jeune homme la nuit du meurtre. La défense a fait valoir que, malgré plusieurs théories différentes, l'accusation avait produit des preuves peu convaincantes sur le mobile du meurtre. Knox a témoigné qu'elle considérait Kercher comme son amie et qu'elle n'avait pas de raison de la tuer.

La défense a cherché à montrer que Guede aurait pu être un tueur solitaire. Un directeur d'école a témoigné que Guede a été pris, dans une école proche de Milan le 27 octobre 2007, avec un couteau volé de 410 mm et qu'il était aussi en possession d'un ordinateur portable et d'un téléphone précédemment volés dans le bureau d'un avocat de Pérouse, cambriolé à l'aide d'une pierre pour casser une fenêtre. Guede a dit qu'il a acheté l'ordinateur et le téléphone dans une gare à Milan. La directrice d'école a témoigné qu'une petite quantité d'argent a également disparu après qu'elle a trouvé Guede en train de fouiller dans un placard de l'école.

Procès de Guede[modifier | modifier le code]

Procès de Knox et de Sollecito[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Premier jugement (2009)[modifier | modifier le code]

Knox et Sollecito sont reconnus coupables en 2009 du meurtre de Meredith Kercher.

Appel et cassation (2011-2013)[modifier | modifier le code]

La condamnation est annulée en appel le 3 octobre 2011. Sollecito soutient qu'il a été traité « avec violence et coercition » par la police.

La Cour suprême italienne casse en mars 2013 l'arrêt de la cour d'appel, notant des « contradictions et des incohérences », et renvoie l'affaire devant la justice.

Deuxième jugement (2014)[modifier | modifier le code]

La cour d'appel italienne ouvre à nouveau le dossier le 26 mars 2013. Lors de son procès, Amanda Knox reste aux États-Unis et ne se présente pas au procès, refusant de se mettre « entre les mains de ceux qui veulent absolument m'envoyer en prison pour quelque chose que je n'ai pas fait[5].,[1] » Amanda Knox et Raffaele Sollecito sont de nouveau jugés et condamnés le jeudi 30 janvier 2014, du meurtre de Meredith Kercher par le tribunal de Florence qui avait annulé l'acquittement dont ils ont bénéficié en premier appel.

Amanda Knox, qui se trouve toujours aux États-Unis, est condamnée à 28 ans et demi de prison. Raffaele Sollecito est condamné à 25 ans de prison.

Réactions[modifier | modifier le code]

Amanda Knox, qui a passé quatre années en prison, a toujours nié avoir tué son ancienne colocataire. « Je suis effrayée et attristée par ce verdict injuste », a-t-elle déclaré dans un communiqué diffusé peu après l'annonce de la décision de la Cour d'appel de Florence.

Raffaele Sollecito a été maintenu en liberté avec interdiction de sortir d'Italie dans l'attente de l'issue d'un nouvel appel dont son avocate a annoncé le dépôt dès jeudi soir.

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Amanda Knox déclarée coupable », TVA nouvelles, 30 janvier 2014.
  2. Voir sur telegraph.co.uk.
  3. Voir sur edition.cnn.com.
  4. The theory prosecutors Giuliano Mignini and Manuela Comodi first put forward for the motive in the murder involved a Satanic ritual orgy, similar to the charges of belonging to a Satanic sect that Mignini had unsuccessfully leveled at 20 others in the Monster of Florence case. À traduire...
  5. Mentionné dans le New York Times.