Metz-Robert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Metz (homonymie) et Robert.
Metz-Robert
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Troyes
Canton Canton de Chaource
Intercommunalité Communauté de communes du Chaourçois
Maire
Mandat
Daniel Coutord
2014-2020
Code postal 10210
Code commune 10241
Démographie
Population
municipale
50 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 38″ N 4° 06′ 37″ E / 48.0772, 4.110348° 04′ 38″ Nord 4° 06′ 37″ Est / 48.0772, 4.1103  
Superficie 4,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Metz-Robert

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Metz-Robert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Metz-Robert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Metz-Robert

Metz-Robert est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur une colline à 3 km de Chaource, le petit village de Metz-Robert domine la vallée de l'Armance, elle-même longée par le chemin de Lorry, ancienne voie romaine venant de Pomblin et se dirigeant vers Chaource.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une source qui donnait une eau chimiquement pure avait déjà été exploitée dans les dernières années du XIXe siècle par les soins du régisseur du domaine de Crogny : Henri Jannès. L'exploitation cessa à la mort de ce dernier.

En 1970, une entreprise commerciale : "La Société d'exploitation des eaux de table de Metz-Robert", sous la direction de Gilles Bressolier, reprit l'exploitation à grande échelle après avoir fait procéder à la construction de vastes bâtiments industriels. L'eau de la source, qui se trouve à 9.8m de profondeur, était relevée par une pompe aspirante et dirigée par des canalisations dans deux cuves d'une contenance de 105 000 litres.

L'eau était vendue à l'état naturel avec étiquette bleue ou avec adjonction de gaz carbonique avec étiquette verte, sous conditionnement en bouteilles en verre. Cette industrie qui employait environ 100 ouvriers en été et 50 en hiver, commercialisait en été jusqu'à 5 millions de bouteilles. En 1976, la Société étend son activité avec la fabrication de Pepsi cola et de Gini, suivie en 1977 de fruité pour le groupe Evian et en 1978, de Blancart pastis sans alcool. Par ailleurs les Ets Bressolier ont très longtemps de la fin des années 60 et jusqu'en 1985 été embouteilleur de la marque Orangina pour les départements alentour , Gilles Bressolier étant un membre influent du syndicat des boissons sans alcool. La Société a également développé l'utilisation des boites métalliques par exemple pour le beaujolais 1988.

Dans les années 1990, l'usine a été victime de la conjoncture économique et la Société mise en redressement judiciaire a dû cesser son activité qui a été reprise par la SADEM pendant 18 mois avant de fermer définitivement ses portes. L'ensemble des bâtiments industriels a été racheté par l'entreprise Chazelle qui a revendu à nouveau les installations : une partie à la Société Recyclages troyens Morin, l'autre partie à M Clément Royer pour abriter ses vieux tracteurs. Après la vente de la collection Royer, Eric Meurville a repris ces bâtiments pour remiser à son tour ses tracteurs anciens. En 2012, un hangar de la Société Recyclages troyens sert d'entrepôt pour des rouleaux d'étoffe disponibles à la vente.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 M. Daniel Coutord[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 50 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
110 131 133 100 113 117 134 123 126
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
107 99 113 111 110 110 92 77 84
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
69 76 86 51 51 54 51 40 39
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
34 42 37 49 47 51 60 50 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux[modifier | modifier le code]

Le hameau du Vau comptait 11 habitations au XIXe siècle et seulement 6 au début du XXe. Y vivait alors une fermière : Marie Mathieu, dite Maria du Vau, qui fabriquait son fromage qu'elle allait vendre de porte en porte avec son petit cabriolet attelé d'un poney. Elle vendait des fromages frais ou passés, alignés sur des feuilles de platane, ancêtres du chaource.

La ferme du Pâtis, avec son colombier, ancien fief appartenant aux XVIe et XVIIe siècles à la famille Guichard, dépend de Metz-Robert alors que tout à côté, la ferme de la Quenotte se situe sur le finage de Chaource.

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église, sous le vocable de l'Assomption de la Vierge, est en forme de croix latine. La nef du XIIe siècle est en bois et voutée sur entraits. L'abside et le transept d'un gothique finissant (XVIe siècle) sont en pierre, et voûtés également.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :