Metso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Metso

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Metso

Création 1999
Dates clés 1895 : Naissance de ABM (Ateliers Bergeaud Mâcon)
1975 : Rachat de Bergeaud par Nordberg
1987 : Rauma-Repola rachète Bergeaud et Nordberg
1999 : Nordberg devient Metso
2001 : Metso rachète Svedala
Fondateurs Valmet, Rauma Oy
Forme juridique Corporation
Action OMX : MEO1V METSO OYJ
Slogan « Expect Results »
Siège social Drapeau de Finlande Helsinki (Finlande)
Direction Matti Kähkönen (Président-directeur général)
Activité Équipement Industriel
Produits Machines et services pour les industries de procédés : exploitation minière, construction, pâte et papier, énergie, combustible fossile pétrole et gaz
Effectif 16.000 (2014)
Site web www.metso.com
Capitalisation 3.384 M€ (2013)
Chiffre d’affaires 3.985 M€ (2013)
Résultat net 261 M€ (2013)

Metso (OMX : MEO1VMETSO OYJ) est un groupe industriel finlandais, premier groupe mondial pour l’exploitation des mines et carrières.

Metso est leader en matière de solutions visant à améliorer l'efficacité des procédés industriels dans les secteurs des mines et de la construction ainsi que dans l'industrie du pétrole et du gaz. Metso est aussi connu pour ses solutions d'automatisation de pointe pour les industries de la pâte, du papier et de la production d'énergie. Nous nous concentrons sur le développement continu de solutions intelligentes en faveur du développement durable et de la rentabilité.

Les actions de Metso sont cotées au NASDAQ OMX Helsinki Ltd. Metso opère dans 50 pays avec un effectif de 16 000 professionnels[1].

Metso Corporation a été fondée en 1999, de la fusion de Valmet et de Rauma[2]. Son siège social est situé à Helsinki, en Finlande[3].

Metso a développé des machines innovantes[4] de renommée internationale[5]. Son activité industrielle répond aux besoins croissants en demande de matériaux de construction et au développement des zones urbaines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Metso Group est une entité encore relativement jeune puisque sa création date de 1999. Metso est le résultat de multiples fusions-acquisitions dans le monde entier ayant contribué à la création de ce géant de l'industrie.

Cependant, ses origines remontent aux années 1750. Tout a commencé sur un petit chantier naval à Suomenlinna, proche d' Helsinki. Dans les années 1900, le chantier naval qui appartenait à Valmet devint la propriété de l’état finlandais. Tamfelt, acquis en 2009, a aussi été fondé dans les années 1700[2].

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Metso est né le 1er juillet 1999 de la fusion de Valmet, fournisseur de machines à papier et carton, et de Rauma, spécialisé dans la technologie des fibres, le concassage de roches et les solutions de contrôle de flux[6].

En 1998, Rauma était constitué de :

  • Timberjack (en), machines d’exploitation forestière
  • Sunds Defibrator, équipements de traitement des fibres
  • Nordberg, concasseurs de roches
  • Neles Controls, systèmes de vannes de contrôle

Partant du principe qu’il semble plus facile pour une grosse société de survivre sur le marché international, la fusion devait permettre une meilleure croissance, en particulier dans le domaine de la technologie de procédé. Mais certaines activités, ainsi que leur fond de clientèle, se sont retrouvés en concurrence directe. L’offre de la compagnie était devenue plus diversifiée et la fusion fut critiquée. Matti Sundberg (fi), ancien PDG de Valmet et aujourd'hui PDG de Metso, a déclaré peu après qu’il aurait aimé que la fusion se passe différemment; afin de permette de renforcer l’activité papier, cœur de métier de Valmet. Heikki Hakala, ancien PDG de Rauma, devint alors Président de Metso. Le démarrage de la nouvelle compagnie fut un peu lent et les résultats financiers de la première année assez modestes. La collaboration et le partage du pouvoir entre Hakala et Sundberg n'ont pas fonctionné ; Hakala, qui aurait dû être le « bras droit » de Sundberg, reportait directement au conseil de surveillance présidé par Pertti Voutilainen (fi).

La compagnie possédait des bureaux dans une cinquantaine de pays et employait 32000 personnes après une réduction de personnel de 2000 personnes. Elle opérait dans quatre secteurs :

  1. Les machines à papier
  2. Les machines d’exploitation forestière (cédé en 2001)
  3. Les technologie des fibres
  4. Les unités de concassage de roches

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Sundberg et Hakala ne sont pas resté longtemps à la direction de Metso. Tor Bergman reprit le flambeau en 2001. Le chiffre d’affaires net de Metso était alors de 4,7 milliards d’euros et la compagnie employait 28500 personnes. Aux commandes de la machine Metso, Bergman s’est efforcé de mettre en avant les valeurs et les principes éthiques de la compagnie, en insistant sur la valeur actionnariale. Selon la philosophie de la direction Bergman, les priorités opérationnelles de Metso étaient d’occuper la place de leader en matière de technologies tout en créant et développant de nouvelles compétences.

Le nouveau groupe Metso fut divisé en trois secteurs d’activité :

  1. La technologie des fibres et du papier
  2. Les techniques d’automatisation et de contrôle
  3. Les machines

La fusion permis de recentrer la compagnie sur :

  • Les technologies de production de pâte, papier et énergie
  • Les équipements nécessaires pour la construction, l’exploitation minière et les industries du recyclage
  • L’automatisation et les systèmes de contrôle pour l’industrie de procédé

Ces différents secteurs ont formé les trois branches principales de Metso : Metso Paper, Metso Minerals et Metso Automation.

Toutes les acquisitions réalisées dans les années 2000 ont permis d’augmenter l’offre de produits et services proposée par Metso. Les activités hors cœur de métier furent vendues. Par exemple, Metso avait acheté en 2000 au fabricant américain de machines à papier Beloit Corporation l’activité revêtements de rouleaux et opérations de service pour les machines à papier ainsi que les technologies de machine à papier, tandis que l’américain John Deere, aussi connu sous le nom de Deere & Company, acquis la société Timberjack (en), fabricant de machines d’exploitation forestière. En 2001, Metso a acheté la société suédoise Svedala Industri AB, fabricant d’équipements pour le traitement des roches et minéraux[7].

En 2002, Metso annonçait une perte de plus 300 millions d’euros pour la période juillet-septembre : Svedala comme cause principale des difficultés. En 2003, une perte de plus de 200 millions fut à nouveau enregistrée ce qui conduit le PDG en place Bergman à démissionner pour mauvais résultats. Jorma Eloranta (fi), fut choisi pour lui succéder en mars 2004. Eloranta a commencé par séparer les objectifs de la situation réelle au sein de l’organisation de Metso où la mise en place de plans et d’une stratégie avait commencé. Des objectifs, des responsabilités et des plannings clairement définis furent assignés aux directeurs. La structure de la compagnie fut fortement rationalisée. Ces mesures permirent de réduire les coûts annuels de 150 millions d’euros. Pendant la période 2004-2007, le chiffre d’affaires net de Metso passa de 3,6 à 6,3 millions d’euros et la marge bénéficiaire passa de 5,5 % à 9,3 %.

Pendant la présidence d’Eloranta, Metso eut augmenté son chiffre d’affaires net et amélioré ses résultats financiers pendant 19 trimestres consécutifs (2004-2008). En 2008, Metso était devenue la neuvième plus grosse compagnie finlandaise, devançant d’autres compagnies d’ingénierie telles que Kone, Wärtsilä et Cargotec.

Les activités de Metso furent divisées en trois secteurs (Metso Paper, Metso Minerals et Metso Automation) avec plus de 28 000 employés et un chiffre d’affaires net de 6,4 milliards d’euros. Il s’agit de la meilleure année de Metso en ce qui concerne le bénéfice d’exploitation, mais face à une situation du marché qui se dégradait au second semestre, Metso fut été obligé de mettre en œuvre d’importantes mesures pour réajuster ses opérations.

Les années 2010[modifier | modifier le code]

En août 2010, Matti Kähkönen, titulaire d’un master en sciences et technologie, est devenu le nouveau Président Directeur Général de Metso. Il dirigeait auparavant la division Mining and Construction.

En septembre 2012, Metso annonce une réduction de personnel concernant plus de 600 employés finlandais dans plusieurs de ses unités au service de l’industrie papetière[8], due à la dégradation de la compétitivité et de la rentabilité de la branche papier : augmentation de la concurrence et diminution de la demande de machines à papier et de produits de fonderie[8] Les clients recherchant également des solutions moins chères[8]. À la même période, Metso prévoie de verser des dividendes supplémentaires à ses actionnaires ; mais cette décision critiquée par le personnel et les représentants politiques finlandais parce que faisant suite à l’annonce de la réduction d’effectif, est annulée[9].

Identité de marque[modifier | modifier le code]

Coq de Bruyère (Tetrao urogallus) identité de la marque Metso

Le nom "Metso" fut choisi à l’issue d’un concours interne. Parmi 6 500 suggestions, le nom Metso revint trois fois. En Finnois, Metso signifie Coq de Bruyère, aussi connu sous le nom de Grand Tétras (Tetrao urogallus). Le coq de bruyère est le plus gros des gallinacé et habite les forêts de pins finlandaises. Le logo Metso représente un coq de bruyère stylisé[6].

Les couleurs du logo sont le terracotta et le vert sapin, venant rappeler l'activité d'extraction du sol et l'origine nordique de Metso.

L'oiseau, emblème de la marque, est aussi un symbole de vie hérité des anciennes mines de charbon. À l'époque, des canaris et des pinsons étaient utilisés pour sonner l'alarme quand les émanations de monoxyde de carbone se faisaient menaçantes. S'ils s'agitaient ou venaient à mourir, les mineurs étaient avertis de la présence du gaz inodore.

Organisation[modifier | modifier le code]

Metso est un fournisseur de technologie et de services. Aujourd’hui les opérations de Metso sont réparties en trois secteurs de marché (trois segments de reporting)[10] :

  1. Metso Pulp, Paper and Power : qui comprend les branches Papier, Fibres, Énergie et Services
  2. Metso Mining and Construction : qui comprend les solutions Traitement des Minéraux, Equipement de Concassage et de Classage, et Services
  3. Metso Automation : qui comprend les Systèmes d’Automatisation du Procédé, Contrôle de débit et Services

Metso a aussi une filiale en dehors de ces secteurs d’activités : le fabricant de véhicules Valmet Automotive[3].

Metso Pulp, Paper and Power[modifier | modifier le code]

Metso Pulp, Paper and Power est l’un des principaux fabricants mondiaux de machines et matériel pour l’industrie forestière, connu auparavant sous le nom de Valmet Paper Machinery. Avec ce segment, Metso offre procédés, machines, équipements, services, papier, habillages de machines et de filtres pour les industries de la pâte, du papier et de la génération d’énergie. L’offre couvre la totalité du cycle de vie du procédé, en particulier les lignes de production neuves, les reconstructions et les services. Le segment comprend quatre branches d’activité : Papier, Fibres, Énergie et Services. Metso est un fournisseur global de lignes de fabrication de pâte, de carton et de tissue, couvrant la totalité des procédés depuis la fabrication de la pâte jusqu’à l’emballage des bobines finies. Metso a fourni plus de 1 500 machines à papier et les équipements pour plus de 800 lignes de production de pâte dans le monde entier.

Au cours du premier semestre 2009, Metso a licencié plus de 700 employés et fermé plusieurs petites unités, à Tampere, Turku, Oulu ou encore Hollola. Les opérations des unités fermées ont été intégrées dans les unités de Järvenpää et de Jyväskylä. La stratégie de Metso pour les années 2000 était de construire des machines à papier larges et à grande vitesse et de cesser la production de ses concepts de machine traditionnels.

En 2011 le chiffre d’affaires net du segment Pulp, Paper and Power était de 2 703 millions d’euros et la plus grosse branche d’activité était celle des Services avec un chiffre d’affaires net de 916 millions d’euros, suivi par le Papier (795 millions d’euros), l’Énergie (715 millions d’euros) et la Fibre (397 millions d’euros)[11]. En 2011, le segment employait 12 528 personnes. L’Europe, L’Amérique du Sud et Centrale, l’Asie et l’Amérique du Nord étaient tous de grosses zones de marché du segment[12].

Produits et Services[modifier | modifier le code]

En plus des pièces de rechange et des services d’expert et de maintenance, le secteur d’activité Metso Pulp, Paper and Power offre à ses clients[11] :

  • Lignes et équipements de fabrication de pâte chimique
  • Lignes et équipements de fabrication de pâte mécanique
  • Lignes et machines de fabrication de papier et carton et reconstructions
  • Lignes et machines de fabrication de tissue et reconstructions
  • Centrales de production d’énergie et chaudières de récupération de produits chimiques, évaporateurs, systèmes d’épuration de fumées et environnementaux, reconstruction et modernisation de chaudières, centrales à biomasse
  • Services d’expert et de maintenance
  • Toiles et filtres pour les industries de la pâte, du papier, de l’énergie et de l’exploitation minière.

Clients[modifier | modifier le code]

Les clients du secteur d’activité sont[11] :

  • Producteurs de papier, carton et tissue
  • Producteurs de pâte à papier chimique et de pâte mécanique
  • Producteurs d’énergie industriels, municipalités et fournisseurs d’utilités

Acquisition de sociétés[modifier | modifier le code]

L’activité machine à papier de Metso a été créée par l’acquisition/fusion des compagnies suivantes par Metso Paper ou son prédécesseur Valmet Paper Machinery :

  • Canadian Dominion Engineering Inc
  • Karlstads Mekaniska Werkstad KMW (aujourd’hui l’unité Metso de Karlstad)
  • Tampella Paper Machinery
  • Wärtsilä Paper Machinery (aujourd’hui l’usine Metso de Järvenpää)
  • La fabrication de machine à papier d’Ahlström (en) Oy (Karhula Oy, devenu ensuite l’unité Metso de Karhula, vendu depuis à Mesera Corporation)
  • Beloit’s paper machine technology
  • Mitsubishi’s paper machine technology
  • Rotomec S.p.A.
  • Strecker
  • Appleton
  • Tamfelt Oyj
  • Valmet-Xian
  • D’autres petites compagnies

Concurrents[modifier | modifier le code]

Les concurrents les plus importants de Metso dans le secteur de la pâte à papier et de l’exploitation minière depuis la faillite de l’américain Beloit en 1999 sont l’autrichien Andritz et l’allemand Voith. Metso a acquis son savoir-faire avec les usines de machines à papier de Valmet. En 2008 Metso faisait l’acquisition de la Mitsubishi’s paper machine technology et de la part de Mitsubishi de la société Beloit’s paper machine technology que les deux compagnies avaient acquise conjointement après la faillite de la compagnie américaine en 2000[13].


Dans le domaine de la génération d’énergie, les concurrents principaux sont Alstom, Austrian Energy & Environment, et Foster Wheeler.

Metso Mines et Construction[modifier | modifier le code]

Metso Mines et Construction fournit des technologies, des procédés, des machines et des services pour la production d’agrégats de construction, l’exploitation minière et le traitement des minéraux.

Il y a trois branches d’activité : Solutions de Traitement des Minéraux, Équipements de concassage et de Classage et Services. En 2011 la plus grosse branche d’activité était celle des Services avec un chiffre d’affaires net de 1 389 millions d’euros. Pour la même année, le chiffre d’affaires net de la branche Solutions de Traitement des Minéraux était de 906 millions d’euros et celui de la branche Équipements de Concassage et de Classage de 465 millions d’euros[14]. Ce secteur d’activité comprend entre autres les unités suédoises de Svedala Industri AB acquises en 2001 et les anciennes usines de Oy Lokomo (en) Ab à Tampere. Le centre de Technologie de Procédé Metso à Colorado Springs, États-Unis, développe des machines virtuelles basées sur des modèles multi-physiques sophistiqués. L’utilisation de cette technologie est rare au sein de l’industrie minière, ce qui fait de Metso le leader dans la simulation des problèmes complexes[15].

Produits et Services[modifier | modifier le code]

Lokotrack™ LT106 à Manhattan

En plus des pièces de rechange et de l'expertise du service/maintenance, le secteur d’activité offre à ses clients[14] :

  • Solutions complètes pour l’industrie de l’exploitation minière
  • Broyeur et solutions de broyage
  • Concasseur, solutions de concassage, équipements de procédé de type pompes, filtres, épaississants, équipements de séparation
  • Concasseurs et classeurs mobiles
  • Solutions de manutention des matières en vrac et transporteurs
  • Groupes mobile de concassage-criblage LokotrackTM

Clients[modifier | modifier le code]

Les clients du secteur de l'industrie extractive travaillent dans l’exploitation minière et l’industrie de la construction (par exemple carrières et entrepreneurs)[14].

Le secteur est représenté par la SIM, Société de l'Industrie Minérale.

Concurrents[modifier | modifier le code]

Metso Mines et Construction est leader du marché en matière de broyeurs, concasseurs pour l’exploitation minières et installations de concassage et de classage pour l’industrie de la construction. Ses plus gros concurrents dans l’industrie de l’exploitation minière sont FLSmidth, Outotec et ThyssenKrupp, et dans l’industrie de la construction Terex, Atlas Copco, Wirtgen, Caterpillar et Sandvik[14].

20 marques, 1 seul constructeur[modifier | modifier le code]

CFBK[16], Dragon, GFA, Bergeaud, Nordberg, Babbitless, Svedala, Allis, Barmac, Altairac, Emisa, Neyrtec, Attila, Loro Parasini, Yernaux, Lokomo, Hewitt Robbins, DYB, Masterskreens, Denver

Metso Automation[modifier | modifier le code]

Usine de Metso Rautpohja à Jyväskylä en Finlande

Metso Automation fournit à l’industrie de procédé des solutions de contrôle des flux, des systèmes et des applications d’automatisation et de gestion des informations, et des services. Le secteur d’activité est né en 1999 de la fusion du fabricant de systèmes d’automatisation du procédé Valmet Automation et de Neles Controls, fabricant de vannes de contrôles et de systèmes de contrôles des flux.

Metso Automation est composé de trois branches d’activités : Systèmes d’automatisation des procédés, Contrôle des flux et Services. En 2011, la plus grosse branche d’activité était celle du Contrôle des Flux avec un chiffre d’affaires net de 378 millions d’euros. La même année, la branche Services affichait un chiffre d’affaires net de 205 millions d’euros et la branche Systèmes d’automatisation du procédé un chiffre d’affaires net de 188 millions d’euros[17].

Produits et Services[modifier | modifier le code]

En plus des services d’expert et de cycle de vie, le secteur d’activité propose à ses clients[17] :

  • Des réseaux d’applications et des systèmes d’automatisation du procédé et de gestion des informations
  • Des systèmes de mesure du procédé et des analyseurs
  • Des vannes de contrôles, des vannes tout ou rien ou des vannes d’arrêt d’urgence (ESD)
  • Des positionneurs intelligents et des dispositifs de suivi de l’état

Clients[modifier | modifier le code]

Cette branche d’activité s’adresse à des clients travaillant dans la génération d’énergie, le pétrole, le gaz, la pâte, le papier, l’exploitation minière et l’industrie de la construction[17].

Concurrents[modifier | modifier le code]

Les concurrents de Metso dans le domaine des systèmes d’automatisation sont ABB et Honeywell, et dans le domaine des vannes Emerson Electric Company, General Electric et Flowserve (en). Metso Automation est un des leaders du marché pour les vannes et solutions d’automatisation pour l’industrie de la pâte et du papier[17].

Autres activités et entités séparées[modifier | modifier le code]

Technologie des matériaux[modifier | modifier le code]

Metso Material Technology fournit et développe des matériaux métalliques pour différentes industries[18]. Metso Technologie des Matériaux a aussi pris part aux projets CERN LHC[19] et ITER[20].

Valmet Automotive[modifier | modifier le code]

Valmet Automotive réalise des études dans le domaine de l’automobile, fabrique des véhicules, des systèmes de toit ouvrant et propose des services dans le domaine de l’automobile. En 2012, la société employait 1 700 personnes en Finlande, Allemagne, Pologne, Suède, Chine et États-Unis.

Recyclage[modifier | modifier le code]

Metso Recycling propose des équipements et des services pour le recyclage des métaux et des déchets dans le monde entier. Le 1er septembre 2011, Metso annonce que l’activité Recyclage sera gérée comme une entité séparée tandis que Metso étude de nouvelles stratégies pour ce secteur[21]. Dans le cadre de ce processus, Metso a aussi bien évalué les options internes qu'externes. Le 25 octobre 2012, Metso annonce que Metso Recycling sera intégré à Metso Mining and Construction le 1er décembre 2012[22].

Metso en France[modifier | modifier le code]

Mines, carrières, industrie[modifier | modifier le code]

Metso en France, de sa raison sociale Metso Minerals (France) SAS, est un constructeur de matériel de concassage, de broyage et de criblage pour l’exploitation de la roche en mines et carrières, mais aussi un acteur de l'industrie.

Le siège social est situé à Mâcon (Bourgogne, Saône-et-Loire) sur un site d'une superficie de 51 000 m2 où se trouve l'usine de production historique (anciennement Nordberg-Bergeaud). La division Metso en France est chargée de la recherche et développement des broyeurs à cône HP, des broyeurs à percussion NP et des machines vibrantes : alimentateurs, scalpeurs et cribles.

Metso donne les moyens aux exploitants de casser la roche, de la transformer et de la valoriser en granulats. Activité très peu connu du grand public, Metso est pourtant une entreprise sans laquelle les infrastructures de la vie moderne n’existeraient pas : les routes, les autoroutes, les voies ferroviaires, le bâtiment, les réseaux d’eau, d’énergie et de communication, le génie civil (ponts, tunnels) et enfin les grands projets (ouvrages d’art, barrages, centrales nucléaires…).

Développeur de technologies, le siège français est aussi un pôle d'ingénierie des installations de carrières et des mines. Le service commercial opère sur toute la gamme de produits Metso en France ; et plus largement les DOM-COM, le Maghreb, l'Afrique subsaharienne, les Comores, Madagascar, le Moyen-Orient mais également la Belgique, la Suisse et la Grèce.

Actions[modifier | modifier le code]

Les actions de Metso sont cotées à la Bourse d’Helsinki (OMX Helsinki)[23]. Jusqu’au 14 septembre 2007, les actions étaient cotées à la Bourse de New York, les transactions se font maintenant sur le marché de gré à gré[23].

Metso figure depuis 2013 dans le DJSI (Dow Jones Sustainbility Index), un index listant les entreprises les plus performantes sur le plan du développement durable.

Actionnaires[modifier | modifier le code]

En septembre 2012, les plus gros actionnaires inscrits de Metso sont[24] :

  • Solidium (en) Oy 11,1 %
  • Cevian Capital Ii Master Fund L.P 6,8 %
  • Ilmarinen Mutual Pension Insurance Company 4,0 %
  • Varma Mutual Pension Insurance Company 2,6 %
  • The State Pension Fund 1,3 %
  • Nordea Funds 1,0 %
  • Mandatum Life Insurance Company Limited 0,9 %
  • Svenska litteratursällskapet i Finland r.f. 0,8 %
  • OP Funds 1,1 %
  • The Local Government Pensions Institution 1,0 %
  • Les actions nominatives représentent 38,8 % des actions totales[24].


Cession d’actifs[modifier | modifier le code]

En septembre 2008, Metso a vendu 83 % de sa fonderie en Suède à un groupe d’investissement constitué par la société d’investissement Primaca[25] pour un prix de 15 millions d’euros[25]. La fonderie employait 120 personnes[25]. Les fonderies Metso de Karlstadt était spécialisée dans la production d’éléments pour la génération d’énergie éolienne, de blocs moteurs diesel et de cylindres Yankee pour machine à papier[25]. Metso a vendu cette société parce que son plus gros potentiel de croissance est le secteur de l’énergie éolienne et que Metso ne considère pas cela comme faisant partie de son cœur de métier[25].

Reconnaissances et récompenses[modifier | modifier le code]

En 2012, Mika Viljanmaa, employé de Metso, reçoit le prix Marcus Wallenberg de 2 millions de SEK, prix souvent surnommé le « Prix Nobel de l’industrie forestière »[26].

Mika Viljanmaa est un inventeur prolifique avec à son actif 120 inventions protégées, parmi lesquelles 57 concernent la technologie de courroie métallique. Le prix lui a été décerné pour son développement révolutionnaire du calandrage par courroie métallique destiné à la fabrication de papier et de carton[26]. Le calandrage par courroie métallique améliore les caractéristiques de surface du papier, augmente l’efficacité de production, réduit la consommation de matière première fibreuse et favorise le pressage et le séchage[26]. Par rapport au calandrage traditionnel, le calandrage par courroie métallique produit un papier et un carton avec un meilleur lissé[26]. La recherche et les tests initiaux de cette technologie ont été réalisés pendant la période 1996–2000, et la première application a vu le jour en 2006. Aujourd’hui la capacité de production globale basée sur cette technologie est de 2,2 millions de tonnes par an.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « About us on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-29)
  2. a et b (en) « Our history on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-22)
  3. a et b (en) « Metso Corporation Company on Hoover's website », Hoovers.com (consulté le 2012-10-29)
  4. http://www.metso.com/news/newsdocuments.nsf/Web3NewsDoc/EF5E13AD7E506197C2257B320022DA12?OpenDocument&ch=ChMetsoMineralsWebEng&id=EF5E13AD7E506197C2257B320022DA12&#.Unev8BDRh8E
  5. http://www.metso.com/Automation/process_prod.nsf/WebWID/WTB-120319-22575-33075#.UnexzRDRh8E1
  6. a et b (en) « Our history The late 1990's - Metso is born on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-22)
  7. (en) « Our history 21st century - Acquisitions and divestments on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-22)
  8. a, b et c (en) « Metso to adjust its Finnish operations in response to structural change and weaker demand in the paper industry on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-29)
  9. (en) « Metso Corporation bows to pressure and cancels planned extra dividend on International edition of Helsingin Sanomat », Helsingin Sanomat (consulté le 2012-10-29)
  10. (en) « Our businesses at a glance on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-22)
  11. a, b et c (en) « Pulp, Paper and Power on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-22)
  12. (en) « About Metso's Pulp, Paper, Power segment on Metso's website », Metso (consulté le 2012-04-04)
  13. (en) « Beloit on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-29)
  14. a, b, c et d (en) « Mining and Construction on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-22)
  15. (en) « High-tech modeling contributes to more sustainable mining machines » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2010-12-28
  16. CFBK est une marque déposée par Sandvik. Metso propose les pièces et services pour toute la gamme CFBK «classic»
  17. a, b, c et d (en) « Automation on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-22)
  18. (en) « Metso Materials Technology Website », Metso (consulté le 2009-07-08)
  19. (en) « Metso Materials Technology and CERN LHC », Metso (consulté le 2009-07-08)
  20. (en) « Metso Materials Technology and ITER », Metso (consulté le 2009-07-08)
  21. (en) « Stock exchange release September 1st, 2011 », Metso (consulté le 2012-04-04)
  22. (en) « Stock exchange release October 25th, 2012 », Metso (consulté le 2012-12-12)
  23. a et b (en) « Metso share on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-29)
  24. a et b (en) « Top shareholders on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-29)
  25. a, b, c, d et e (en) « Metso to divest majority of Metso Foundries Karlstad in Sweden to Primaca Group on Metso's website », Metso (consulté le 2012-10-29)
  26. a, b, c et d (en) « Resource saving metal belt calendering giving better paper surface awarded the 29th Marcus Wallenberg Prize on The Marcus Wallenberg Foundation's website », The Marcus Wallenberg Foundation (consulté le 2012-10-29)

Liens externes[modifier | modifier le code]