Metroid Prime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Metroid Prime
Image illustrative de l'article Metroid Prime

Éditeur Nintendo
Développeur Retro Studios
Concepteur Mark Pacini (chef créateur)

Date de sortie GameCube
Icons-flag-jp.png 28 février 2003
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 15 novembre 2002
Icons-flag-eu.png 21 mars 2003

Version «New Play Control» (Wii)
Icons-flag-jp.png 19 février 2009
Genre Action-aventure
Tir subjectif
First-person adventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme GameCube, Wii
Média Disque optique Nintendo
Contrôle Manette de jeu, Wiimote et Nunchuk

Évaluation ESRB : T (Teen)
PEGI : 12+ (12 ans et plus)

Metroid Prime est un jeu vidéo mêlant action-aventure et tir subjectif, développé par Retro Studios et édité par Nintendo sur GameCube en novembre 2002. Il marque un tournant dans la série Metroid, en tant que premier épisode en 3D. Metroid Prime est le premier jeu de la série Metroid à paraître depuis la sortie de Super Metroid en 1994 (dans les marchés autres que nord-américain, Metroid Prime est précédé par Metroid Fusion)[1]. C'est aussi le premier volet d'une trilogie dont les deux éléments suivants sont Metroid Prime 2: Echoes, sorti en 2004, et Metroid Prime 3: Corruption sorti en 2007. En 2009 le jeu est inclus dans la compilation Metroid Prime Trilogy, regroupant les trois volets de Metroid Prime pour la console Wii.

Metroid Prime est la première partie de la trilogie Prime, dont les éléments se déroulent entre le jeu original Metroid et Metroid II: Return of Samus[2],[3]. Comme les autres jeux de la série, Metroid Prime se passe dans un décor de science-fiction où les joueurs contrôlent la chasseuse de primes Samus Aran, en combat contre les Pirates de l'espace et leurs expériences biologiques sur la planète Tallon IV.

Malgré une réaction plutôt négative de la part des fans après l'annonce d'une vue à la première personne[4], le jeu est salué par les critiques et connaît un succès commercial, vendant plus d'un million de jeux en Amérique du Nord[5], devenant l'un des jeux les plus acclamés de tous les temps[6].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Comme dans les précédents épisodes de la série, Metroid Prime se déroule dans un monde non-linéaire où les différentes régions sont reliées via des ascenseurs. Chaque région a son propre réseau de salles séparées par des portes qui peuvent être ouvertes par un tir du rayon ou de l'arme approprié. Le gameplay implique résoudre des énigmes pour mettre à jour des secrets, sauter de plates-formes en plates-formes pour acquérir des objets, et tirer sur des ennemis avec l'aide du verrouillage de cible qui permet de tourner autour de la cible sans empêcher le joueur de viser. Le jeu est le premier de la série à utiliser une vue à la première personne contrairement à la vue en défilement parallaxe des jeux précédents. Malgré cela, une vue à la troisième personne est utilisée lorsque le joueur se déplace en mode boule morphing, quand le costume de Samus se plie en sphère[7].

La protagoniste du jeu, Samus, doit voyager à travers Tallon IV à la recherche de douze Artefacts Chozo qui lui ouvriront le chemin vers le cratère d'impact de la météorite de phazon, tout en collectant des power ups qui donnent au joueur la possibilité d'accéder à de nouveaux endroits ; le Costume Varia, par exemple, protège Samus des hautes températures, ce qui lui permet de traverser des régions volcaniques. Quelques-uns de ces objets sont obtenus après la défaite d'un boss ou d'un mini-boss, des personnages non jouables trouvables dans toutes les régions de Tallon IV excepté les Cavernes du Magmoor.

L'affichage tête haute simule l'intérieur du casque de Samus et contient un radar, une carte, des compteurs de munitions et de santé, ainsi qu'une barre de santé pour un boss si un combat avec celui-ci est en cours. L'affichage peut être changé grâce à un système de viseurs, l'un d'entre eux étant le viseur de combat par défaut, et les autres étant le viseur d'analyse, qui permet de scanner différents objets, le viseur infrarouge, qui affiche les différences thermiques, et le viseur radioscopique, qui permet de voir des éléments invisibles à l'œil nu, comme des fantômes Chozo ou encore des plateformes invisibles[8],[9]. Metroid Prime contient aussi un système d'indice qui donne au joueur une idée générale d'où il sera capable d'avancer dans l'aventure[8].

Objets[modifier | modifier le code]

À travers le jeu, le joueur doit trouver et collectionner des objets qui améliorent l'arsenal et le costume de Samus, dont des nouveaux rayons, des améliorations du costume de puissance de Samus, ainsi que des objets qui offrent de nouvelles capacités. D'autres aptitudes de Samus sont le mode boule morphing, qui permet à Samus de se plier en sphère et de se faufiler dans d'étroits passages, et le rayon grappin, qui permet de se balancer en s'attachant à des points d'attache et se retrouver de l'autre côté d'un trou, par exemple[8],[9].

Des objets des jeux précédents de la série Metroid font leurs apparitions dans le jeu, mais avec des fonctions modifiées. Des galeries d'art et des cinématiques de fin sont disponibles si un joueur obtient un grand pourcentage d'objets collectés et d'entrées dans la banque de données. Metroid Prime est le premier jeu de la série à montrer la raison pour laquelle Samus commence la partie sans la plupart de ses aptitudes et capacités. L'histoire débute dans un vaisseau des pirates de l'espace en orbite autour de Tallon IV, et Samus possède un certain nombre d'aptitudes et capacités (dont le costume varia, le lance-missiles, et le rayon grappin), mais ceux-ci sont perdus suite à une explosion[10].

Le joueur peut, grâce au câble connectant la GameCube à la Game Boy Advance, utiliser le costume qu'utilise Samus dans Metroid Fusion ainsi que jouer au jeu original Metroid[8],[11].

Intrigue[modifier | modifier le code]

Metroid Metroid#Liste des jeux Metroid Fusion Metroid: Other M Super Metroid Metroid II: Return of Samus Metroid Prime 3: Corruption Metroid Prime 2: Echoes Metroid Prime Hunters Metroid Prime Metroid Zero Mission Metroid (jeu vidéo)

Metroid Prime accorde une plus grande importance à l'intrigue que dans les jeux précédents de la série[12]. De courtes cinématiques apparaissent avant des combats importants, et le viseur d'analyse peut être utilisé pour lire les chroniques de l'histoire des Chozo ou des pirates de l'espace.

Le jeu commence quand Samus reçoit un signal de détresse d'un vaisseau des pirates de l'espace, en orbite autour de Tallon IV, dont l'équipage a été tué par les sujets d'expériences génétiques effectuées par les pirates de l'espace. En arrivant dans le cœur du réacteur du vaisseau, elle combat un parasite de taille anormalement géante dû aux expériences des pirates, puis quitte le vaisseau qui, souffrant de dommages importants, est sur le point de s'auto-détruire. Une surtension électrique cause la perte de beaucoup de ses capacités et aptitudes, notamment le lance-missiles et la boule morphing. Après avoir vu Ridley s'envoler vers Tallon IV, Samus rentre dans son vaisseau et se prépare à atterrir sur la planète[9],[13].

Après avoir voyagé dans les différentes régions de Tallon IV et avoir récolté les différents power ups, Samus part à la recherche des douze artefacts Chozo répartis autour de la planète. Ces artefacts sont les clés vers le cratère d'impact d'une météorite contenant du phazon, une substance radioactive, toxique et extrêmement mutagène qui élimina les Chozo de Tallon IV. Cette substance est recherchée par les pirates de l'espace parce qu'elle augmente les capacités physiques des organismes qui y ont été exposés, mais provoque des mutations indésirables et une agressivité importante. Les Chozos, incapables d'arrêter les effets du Phazon, enfermèrent la météorite dans le cratère d'impact et scellèrent l'entrée. Quand Samus, munie des douze artefacts, arrive au cratère d'impact, elle combat un métroïde muté appelé Metroid Prime avant de quitter la planète[9],[13].

Développement[modifier | modifier le code]

Depuis Super Metroid, les fans de la série attendaient une suite. Il était prévu de produire un épisode sur Nintendo 64 ou sur le Nintendo 64DD, et bien qu'un jeu ait été mentionné, la production n'a jamais été lancée[14]. Selon le producteur de Nintendo EAD Shigeru Miyamoto, c'était parce que Nintendo « n'avait pas d'idées concrètes[15]. »

Metroid Prime a été développé en collaboration avec Retro Studios et des membres importants de Nintendo EAD et de R&D1. Retro Studios a été créé en 1998 par une alliance entre Nintendo et l'ancien fondateur d'Iguana Entertainment, Jeff Spangenberg. Après avoir établi ses bureaux à Austin, au Texas, en 1999, Retro reçoit cinq idées de jeux pour la future console GameCube, dont une idée pour un nouveau volet de Metroid[16], bien qu'ils n'aient pas les kits de développement[17]. Des membres de Nintendo, comme Shigeru Miyamoto, Kensuke Tanabe, et Kenji Miki, ainsi que le designer de Metroid, Yoshio Sakamoto, communiquent avec le studio du Texas via des courriers électroniques, des coups de téléphones mensuels, et des réunions. Le jeu est au départ censé avoir une vue à la troisième personne, mais après l'intervention de Miyamoto, cette idée est abandonnée en faveur de la perspective à la première personne, ce qui provoque le rejet de la quasi-totalité de ce qui a déjà été développé. Une des raisons de ce changement sont les techniques de Rare de vue à la troisième personne dans Jet Force Gemini, que les développeurs de Metroid Prime ne trouvent pas suffisamment intuitives[17]. Les développeurs du jeu ont aussi trouvé que l'exploration est mieux mise en valeur dans une perspective subjective[17]. Le directeur du jeu, Mark Pacini, annonce que Retro essaye de créer le jeu de façon à ce que les seuls moments difficiles soient les combats contre les boss, pour que les joueurs n'aient pas « peur d'explorer, » car « le défi du jeu est d'y trouver son chemin[18]. »

« Nous ne voulions pas créer encore un autre jeu de tir subjectif. [...] Créer un jeu de tir subjectif aurait été une solution radine et facile de développer le jeu. Mais nous voulions faire en sorte que les thèmes et les concepts de Metroid soient conservés. Et transformer ces choses en 3D fut un vrai défi. Par exemple, transformer la boule morphing en 3D a été une des choses les plus difficiles à faire. »

— Michael Kelbaugh, président de Retro Studios depuis 2003[17].

En 2000, trois jeux sont annulés pour que les développeurs se concentrent sur Metroid Prime, et en 2001, le quatrième autre projet (un RPG appelé Raven Blade) est annulé de façon à ce que Metroid Prime soit le seul jeu en développement[19]. La première apparence publique du jeu est une vidéo de dix secondes sur SpaceWorld en 2000. À l'E3 de 2001, le jeu est officiellement annoncé par Nintendo, et reçoit des réactions partagées au vu de l'utilisation d'une caméra subjective et d'un environnement en 3D[20].

Kenji Yamamoto, avec l'aide de Kouichi Kyuma, compose la musique de Metroid Prime. La bande originale du jeu contient des remix de pistes des jeux précédents de la série, car Yamamoto souhaite « satisfaire les vieux fans de Metroid. C'est comme un cadeau pour eux[21]. » La musique de la Surface de Tallon est un remix de la musique de Brinstar dans Metroid, et celle des Cavernes du Magmoor est un remix d'une musique de Super Metroid. Tommy Tallarico Studios a aussi participé au développement des effets sonores[22].

Kraid, un boss de Metroid et de Super Metroid, est censé faire une apparition dans Metroid Prime, et le designer Gene Kohler l'a développé et modelé dans ce but. Mais Kraid n'a pas été rajouté dû à des contraintes temporelles. Bien qu'un modèle bêta l'affiche dans les Mines de Phazon, Kohler déclare qu'il n'a pas été remplacé par le Pirate Oméga[23].

Accueil[modifier | modifier le code]

Metroid Prime est l'un des jeux de GameCube les mieux vendus, avec environ 1,49 million de jeux vendus aux États-Unis[5], rapportant plus de 50 millions de dollars en revenu[24]. C'est aussi le huitième jeu le mieux vendu en Australie[25], il se vend à plus de 78 000 exemplaires au Japon[26] et à plus de 250 000 exemplaires en Europe, rentrant donc dans la collection Player's Choice dans la région PAL[27].

Critiques et récompenses[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Edge (GB) 9 / 10[28]
EGM (US) 10 / 10
Famitsu (JP) 33 / 40[29]
Nintendo Power (US) 5 / 5
Presse numérique
Média Note
Gamekult (FR) 9 / 10[30]
GameSpot (US) 9.7 / 10[7]
IGN (US) 9.8 / 10[12]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 96,3 % (basé sur 83 critiques)[31]
Metacritic 97 % (basé sur 70 critiques)[6]

Metroid Prime est salué par la critique, et reçoit un score parfait de la part du magazine Electronic Gaming Monthly[32], et de nombreuses récompenses en tant que « Jeu de l'année ». Le jeu est acclamé pour ces graphismes détaillés, contenant des effets spéciaux et des environnements variés[33], une bande originale et des effets spéciaux bien pensés[12], un bon level design[34], une atmosphère immersive[7], et un gameplay novateur centré sur l'exploration contrairement à l'action des jeux comme Halo, tout en restant fidèle à la formule Metroid[35]. Certains spécialistes sont plus acerbes : Game Informer cite son système inhabituel de manipulation, qu'il qualifie de gênant[36]; Entertainment Weekly insiste sur le manque de concentration dans l'histoire du jeu, qui pousse à le comparer à un « jeu d'arcade des années 1990, rempli de séquences de combat exagérées, d'effets visuels spectaculaires – et une intrigue plutôt faible[37] » ; et GamePro mentionne le fait que le joueur doit souvent revenir sur ses pas, ainsi les joueurs inexpérimentés « pourraient trouver cela épuisant de devoir sans arrêt revisiter les mêmes endroits encore et encore et encore[38]. »

Metroid Prime reçoit de nombreux prix de la part d'institutions ou de publications dédiées au jeu vidéo. Il reçoit notamment l'Achievement Awards du meilleur jeu Console First-Person Action lors des 6e Interactive Achievement Awards ainsi que le prix Excellence in Level Design (excellence en création de niveau) lors de la Game Developers Conference de 2003. Il se voit aussi décerné les prix Editor's Choice et 2002 Game of the Year runner-up par IGN[39], Editor's choice et 2002 Game of the Year par GameSpot[40], 2002 Game of the Year par GameSpy[41], Platinum Award et Game of the Year (2002) par Electronic Gaming Monthly, Game of the Year (2002) par Nintendo Power, ainsi que Editor's Choice et 2002 Game of the Year par Edge[28].

En octobre 2010, le site Game Rankings (qui effectue des moyennes à partir de nombreuses publication) estime que Metroid Prime est le jeu le mieux noté de l'année 2002 et le jeu le mieux noté de l'histoire de la GameCube avec une moyenne de 96,3 %[31]. Le jeu est régulièrement sélectionné dans des classements de jeux : il est à la 52e place du Top 100 d'IGN Entertainment[42], à la 29e place d'un classement de cent jeux choisis par des membres de GameFAQs[43], et dixième dans le « Top 200 Nintendo Games Ever » de Nintendo Power[44]. GameSpy le choisit comme étant le troisième meilleur jeu GameCube de tous les temps, derrière The Legend of Zelda: The Wind Waker et Resident Evil 4[45], tandis qu'IGN le place au premier rang d'une liste similaire[46].

Héritage[modifier | modifier le code]

Trois autres jeux de la série Metroid jouables dans une vue à la première personne sont sortis après Metroid Prime, ainsi qu'un spin-off. Le premier jeu est Metroid Prime 2: Echoes, sorti en novembre 2004 sur la GameCube, où Samus voyage vers la planète Ether et découvre qu'une météorite de Phazon s'y est écrasé et a créé un univers parallèle. L'ennemi principal de Samus dans ce second volet de la trilogie Prime est un double malveillant appelé Samus Sombre qui se nourrit de l'énergie du Phazon. Le jeu suivant est Metroid Prime Pinball, un spin-off où les événements de Metroid Prime sont racontés dans un jeu de flipper, sorti en 2005 sur la console portable Nintendo DS[47].

Le jeu suivant est Metroid Prime Hunters sur Nintendo DS. L'histoire se déroule entre les événements de Metroid Prime et de Echoes. Une démo du jeu, intitulée Metroid Prime Hunters — First Hunt, est offert à l'achat de la Nintendo DS. La version complète du jeu sort le 20 mars 2006 en Amérique du Nord, et le 5 mai 2006 en Europe. L'histoire du jeu suit Samus tandis qu'elle part à la recherche d'un « pouvoir ultime », tout en rivalisant avec six autres chasseurs de primes. Hunters n'a pas été développé par Retro Studios, mais par Nintendo Software Technology. Le jeu est plus centré sur les aspects FPS que Metroid Prime et Echoes, avec le retrait du verrouillage de cibles, un gameplay plus orienté vers l'action, et divers modes multijoueurs[48].

Le troisième et dernier volet de la trilogie Metroid Prime est Metroid Prime 3: Corruption, sorti le 27 août 2007 sur la Wii[49]. Dans l'histoire de Corruption, Samus est corrompue par le Phazon après avoir été attaquée par Samus Sombre, qui a pris le commandement d'un groupe de Pirates de l'espace pour envoyer des graines de Phazon (appelées « Léviathans ») pour corrompre des planètes. Corruption marque des changements dans le gameplay : un tir libre via la Wiimote remplace le verrouillage de cible de Prime et de Echoes et un système de mises à jour d'armement succède aux rayons interchangeables[50].

Des éléments de Metroid Prime apparaissent dans d'autres jeux, comme dans le jeu Wii Super Smash Bros. Brawl où la Frégate Orphéon apparait en tant que terrain jouable où la Reine Parasite apparait dans le décor du terrain[51]. Le style de gameplay de Metroid Prime a également influencé des jeux de tir subjectifs, tels que Geist[52] et Star Wars: Republic Commando[53].

Depuis le 19 février 2009, le jeu Metroid Prime est disponible sur Wii au Japon. Il fait partie de la collection Nouvelle façon de jouer !, qui adapte des jeux GameCube sur Wii[54]. Le public occidental a pour sa part accueilli une compilation regroupant les trois jeux sous un seul disque avec Metroid Prime Trilogy. Les deux premiers volets se voient adaptés à la manière du troisième et dernier volet afin d'offrir l'expérience aux joueurs n'ayant jamais mis la main sur les titres lancés sur la Gamecube.

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

Retro Studios[modifier | modifier le code]

NCL[modifier | modifier le code]

  • Producteur exécutif : Satoru Iwata
  • Producteur : Shigeru Miyamoto, Kenji Miki
  • Coproducteurs : Kensuke Tanabe, Akira Otani
  • Coordination : Risa Tabata
  • Musique : Kenji Yamamoto
  • Musique (assistant) : Kouichi Kyuuma
  • Programmation connectivité : Tomohiro Kawase, Hideaki Shimizu
  • Support technique : Hironobu Kakui, Yoshihito Ikebata, Yoshito Yasuda
  • Superviseur (modèle de Samus) : Tomoyoshi Yamane, Chiharu Sakiyama
  • Éditeur : Leslie Swan

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Metroid Fusion release dates », GameSpot (consulté le 23 février 2007)
  2. (en) « Historique de Metroid », metroid.jp (consulté le 1 octobre 2007)
  3. (en) Rus McLaughlin, « IGN Presents The History of Metroid », IGN,‎ 24 août 2007 (consulté le 17 février 2008)
  4. (en) « No Metroid For You », N-sider,‎ 19 février 2001 (consulté le 16 septembre 2007)
  5. a et b (en) « US Platinum Videogame Chart », www.the-magicbox.com (consulté le 28 novembre 2010)
  6. a et b (en) « Metroid Prime reviews », Metacritic (consulté le 8 septembre 2006)
  7. a, b et c (en) Greg Kasavin, « Metroid Prime review », GameSpot,‎ 15 novembre 2002 (consulté le 29 janvier 2006)
  8. a, b, c et d (en) (en) Nintendo, Manuel d'instruction du jeu, Nintendo of America, Inc.,‎ 2002
  9. a, b, c et d « Commandes basiques », SuperMetroidPrime.com
  10. (en) Bryan Williams, « Metroid Prime review », GameSpy,‎ 19 novembre 2002 (consulté le 21 janvier 2007)
  11. (en) « Metroid Prime, Fusion connection revealed », GameSpot,‎ 25 octobre 2002 (consulté le 10 avril 2007)
  12. a, b et c (en) Fran Mirabella, « Metroid Prime review », IGN,‎ 11 novembre 2002 (consulté le 8 septembre 2006)
  13. a et b « Solution du jeu », SuperMetroidPrime.com
  14. (en) « News Archives: 1996 – 1999 », Metroid Database (consulté le 21 février 2006)
  15. (en) « Metroid Prime Roundtable QA », IGN,‎ 15 novembre 2002 (consulté le 20 février 2008)
  16. (en) « Metroid Primed », The Escapist,‎ 4 avril 2006 (consulté le 16 septembre 2007)
  17. a, b, c et d (en) « MIGS 2007: Retro Studios On The Journey Of Metroid Prime », Gamasutra,‎ 27 novembre 2007 (consulté le 3 décembre 2007)
  18. (en) « INTERVIEW: Retro Studios », Edge,‎ 26 décembre 2007 (consulté le 27 janvier 2008)
  19. (en) « Histoire de Retro Studios », N-sider,‎ 17 décembre 2004 (consulté le 19 juillet 2007)
  20. (en) « Metroid Prime development », N-sider (consulté le 20 août 2008)
  21. (en) « Interview with Metroid Prime 3: Corruption Sound Team at Retro Studios and Composer Kenji Yamamoto », Music4Games,‎ 5 octobre 2007 (consulté le 27 janvier 2008)
  22. (en) Tommy Tallarico, « www.tallarico.com — Metroid Prime » (consulté le 17 septembre 2007)
  23. (en) « Did You Know? Classic Metroid enemy Kraid was planned to be in Metroid Prime », Generation N (consulté le 16 septembre 2007)
  24. (en) Colin Campbell et Joe Keiser, « The Top 100 Games of the 21st Century: 39–30 », Next-gen.biz,‎ 29 juillet 2006 (consulté le 22 octobre 2007)
  25. (en) « Australia's Choice »,‎ 16 octobre 2006 (consulté le 30 mars 2007)
  26. (en) « Japan GameCube charts », Japan Game Charts (consulté le 3 décembre 2007)
  27. (en) « New Player's Choice titles! », n-europe,‎ 3 octobre 2003 (consulté le 30 mars 2007)
  28. a et b (en) « Metroid Prime review », Edge numéro 115,‎ 15 novembre 2002
  29. (en) « Metroid Prime articles and reviews », GameStats (consulté le 21 juillet 2007)
  30. Nicolas Verlet (Puyo), « Test de Metroid Prime », Gamekult,‎ 19 mars 2003 (consulté le 28 novembre 2010)
  31. a et b (en) « Metroid Prime Reviews », GameRankings (consulté le 8 septembre 2006)
  32. (en) « Metroid Prime Reviews », Game Rankings (consulté le 28 novembre 2010)
  33. (en) Juan Castro, « The Top Ten Best-Looking GameCube Games », IGN,‎ 29 avril 2005 (consulté le 16 septembre 2007)
  34. (en) « Metroid Prime review », Eurogamer,‎ 21 mars 2003 (consulté le 3 octobre 2007)
  35. (en) « Entertainment Gaming Monthly reviews », 1UP.com (consulté le 24 février 2007)
  36. (en) Andrew Reiner, « Metroid Prime review », Game Informer (consulté le 27 mars 2007)
  37. (en) « Space Craft », Entertainment Weekly,‎ 22 novembre 2002 (consulté le 14 octobre 2007)
  38. (en) « Review: Metroid Prime », GamePro,‎ 15 novembre 2002 (consulté le 15 octobre 2007)
  39. (en) l « 2002 Overall Game of the Year », IGN,‎ 23 janvier 2003 (consulté le 27 mars 2007)
  40. (en) « GameSpot's Best and Worst of 2002: Game of the Year », GameSpot (consulté le 19 juillet 2007)
  41. (en) « Game of the Year 2002 », GameSpy (consulté le 19 juillet 2007)
  42. (en) « IGN's top 100 games of all time », IGN.com (consulté le 28 octobre 2006)
  43. (en) « GameFAQs: 10-Year Anniversary Contest — The 10 Best Games Ever », GameFAQs (consulté le 4 octobre 2006)
  44. (en) « Top 200 Nintendo Games Ever », Nintendo Power numéro 200,‎ février 2006
  45. (en) « Top 25 GameCube Games of All-Time - #3: Metroid Prime », GameSpy,‎ 12 août 2005 (consulté le 13 septembre 2007)
  46. (en) « The Top 25 GameCube Games of All Time », IGN.com,‎ 16 mars 2007 (consulté le 13µ/09/2007)
  47. (en) « Metroid Prime Pinball », Nintendo (consulté le 19 juillet 2007)
  48. (en) Bob Colayco, « Metroid Prime: Hunters review », GameSpot,‎ 12 mars 2006 (consulté le 28 novembre 2010)
  49. (en) « Metroid Prime 3 Details Emerge », IGN.com,‎ 3 août 2005 (consulté le 30 mars 2007)
  50. (en) Kevin VanOrd, « Metroid Prime 3: Corruption review », GameSpot,‎ 27 aout 2007 (consulté le 28 novembre 2010)
  51. (en) « Frigate Orpheon », smashbros.com,‎ 18 décembre 2007 (consulté le 18 décembre 2007)
  52. (en) Christian Nutt, « Geist interview », GameSpy,‎ 12 août 2005 (consulté le 28 novembre 2010)
  53. (en) Bob Colayco, « Star Wars: Republic Commando review », GameSpot,‎ 25 février 2005 (consulté le 28 novembre 2010)
  54. « Remakes GC/Wii : Metroid aussi en 2009 », Gamekult,‎ 3 octobre 2010 (consulté le 28 novembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 mars 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.