Metin Kaplan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaplan.

Metin Kaplan est un islamiste fondamentaliste d'origine turque né le 14 novembre 1952 à Erzurum. Il arrive en Allemagne en 1983, muni d'un visa de tourisme. Menacé d'expulsion, il demande l'asile politique, arguant du fait qu'il était menacé de prison et de torture en Turquie « du fait de ses positions radicales au sein du parti fondamentaliste musulman ». Appuyé par les ligues des droits de l'homme, il obtint le statut de réfugié politique en Allemagne.

Il est le fondateur en 1984, avec son père Cemaliddin Kaplan, de l'organisation islamiste radicale Califat de Cologne (Hilafet Devleti). Depuis la mort de son père en mai 1995, il la dirige seul.

Les unités paramilitaires[modifier | modifier le code]

Rapidement, autour du Califat de Cologne, il fédéra un groupe de fondamentalistes islamistes, et créa une première unité paramilitaire. Dans ses discours, l'appel au meurtre des incroyants devint récurrent.

Les envoyés du califat de Cologne recrutèrent des militants pour les troupes d'interventions armées, les exercices militaires de présélection furent dispensés en Allemagne et même en Anatolie. Regroupant plus de 1 500 combattants, dont 1 300 rien qu'en Allemagne, Metin Kaplan, les envoya combattre du côté des musulmans, en Bosnie-Herzégovine, en Afghanistan et en Tchétchénie.

On a attribué à des membres de ses unités paramilitaires, l'élimination, en mai 1997, d'un imam concurrent, un jeune médecin turc Halil Ibrahim Sofu, qui se faisait appeler le « Calife de Berlin ». Interpellé en mars 1999 et maintenu en détention, la Turquie avait réclamé l'extradition de Metin Kaplan, mais le gouvernement allemand avait refusé, arguant d'un refus d'Ankara à lui garantir la vie sauve.

Au premier jour du procès, le 8 février 2000, il déclara : « L'islam et la démocratie ne sont pas compatibles. C'est un procès de l'islam que l'on fait là! ». Metin Kaplan, convaincu par le tribunal de Dusseldorf d'être l'instigateur du meurtre, a été condamné en novembre 2000 à une peine de quatre années d'emprisonnement.

Le terrorisme[modifier | modifier le code]

En avril 1998, lors d'une perquisition au domicile de Metin Kaplan, la police avait saisi 2 millions de deutsche marks en billets de banque et plusieurs kg d'or.

Les enquêtes menées sur un certain nombre d'affaires sont plusieurs fois remontées jusqu'au calife de Cologne :

  • En 2001, d'après un rapport des services secrets turcs, le califat avait planifié un attentat, lors des cérémonies du 75e anniversaire de la création de la République turque en 1998, en faisant sauter le mausolée de Mustafa Kemal Atatürk à Ankara, le fondateur de la Turquie moderne et laïque.

Au cours de son procès, Kaplan ne reconnaitra pas ces accusation comme fondées.

L'activité médiatique[modifier | modifier le code]

Officiellement, l’organisation est interdite sur le sol allemand depuis le 12 décembre 2001. Cependant Metin Kaplan y poursuivit ses activités.

De plus il contrôle directement, à travers le califat de Cologne, deux journaux et la chaîne de télévision Hakk-TV qui émet sur Eutelsat et qui a une très importante audience en Turquie, mais aussi dans les pays d'Europe où résident des turcs, dont la France.

L'actualité[modifier | modifier le code]

En mai 2004, après que la justice allemande eut décidé de son expulsion vers la Turquie qui le réclamait depuis des années, Metin Kaplan s'est enfui. La police allemande a lancé une vaste traque pour le retrouver, avant qu’il ne se présente finalement lui-même à la police et il est expulsé, mardi 12 octobre, d’Allemagne, depuis l’aéroport de Düsseldorf, vers Istanbul, a annoncé le ministère régional de l’intérieur du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Liens externes[modifier | modifier le code]