Metapneumovirus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Métapneumovirus sont des virus du groupe des mononegavirales. Ce sont des virus à ARN.


Groupe[modifier | modifier le code]

Les metapneumovirus de l'homme (hMPV) ont été isolés pour la première fois en 2001 aux Pays-Bas chez des enfants infectés[1] en utilisant la technique PAR-PCR (ARN arbitrairement amorcée PCR) pour l'identification des virus inconnus (de plus en plus dans des cellules en culture). Les hMPV sont des virus à ARN monocaténaire négatif de la famille des Paramyxoviridae et sont étroitement liés aux metapneumovirus aviaire (AMPV) de sous-groupe C. C'est sans doute la deuxième cause (après le virus respiratoire syncytial) d'infections des voies respiratoires inférieures chez les jeunes enfants. Ils appartiennent au groupe des mononegavirales.

Génétique[modifier | modifier le code]

L'organisation génomique du hMPV est analogue au RSV. Au hMPV manque toutefois des structures géniques, ns1 et NS2, et l'ARN contient huit légères différences. L'hMPV est génétiquement semblable eu virus de la pneumonie aviaire A, B et en particulier de type C. L'analyse phylogénétique de hMPV a démontré l'existence de deux grandes lignées génétiques appelées sous-type A et B, qui contiennent au sein de ces sous-groupes A1/A2 et B1/B2.

Identification[modifier | modifier le code]

L'identification du hMPV est principalement basée sur la transcriptase inverse, réaction en chaîne par polymérase (RT-PCR) pour l'amplifier directement à partir d'ARN extraits de spécimens respiratoires. Des alternatives plus économiques aux approches de détection de hMPV par acide nucléique ont été utilisées et elles incluent: 1) détection des antigènes hMPV dans les sécrétions du nasopharynx par immunofluorescence-test de détection des anticorps 2) l'utilisation de marquages par immunofluorescence anticorps monoclonaux pour détecter le hMPV dans les sécrétions du nasopharynx et cultures ex-vivo 3) tests d'immunofluorescence pour la détection des hMPV-anticorps spécifiques 4) l'utilisation des anticorps polyclonaux et diriger l'isolement dans des cellules en culture.

Infection[modifier | modifier le code]

Le virus est responsables de pneumopathies ou d'infections des voies aériennes supérieures.

Il est responsable de davantage d'hospitalisations chez l'enfant de moins de cinq ans, et surtout, de moins d'un an[2]. Par rapport au virus respiratoire syncytial, l'infection du metapneumovirus humain a tendance à se produire chez les enfants plus âgés et à provoquer une maladie qui est moins sévère. Des co-infections par deux virus peuvent se produire, et sont généralement associées à des formes plus graves.

Les metapneumovirus humains représentent environ 20 % des infections des voies respiratoires de l'enfant qui ne sont pas liés à des agents infectieux connus précedemment[3], ce qui correspond à une pneumopathie sur dix. Le virus semble être dispersé dans le monde entier et avoir une répartition saisonnière avec son incidence comparable à celle de la grippe pendant l'hiver. Les études Sérologiques ont montré qu'à l'âge de cinq ans, pratiquement tous les enfants ont été exposés au virus.

Le virus serait responsable de près de 10 % des pneumopathies infectieuses de l'adulte[4] et pourrait être associé à des exacerbations de broncho-pneumopathie chronique obstructive[5] ou d'une maladie asthmatique[6]. Il est retrouvée chez les adultes[7] et les enfants[8] hospitalisés pour infection pulmonaire avec une fréquence équivalente à celle du virus respiratoire syncytial ou à celle du virus de la grippe.

Le portage asymptomatique du virus est courant[9].

La maladie est habituellement bénigne mais elle peut être plus grave chez certains sujets, comme la personne âgée[10] ou les patients ayant une greffe de poumon où l'infection pourrait favoriser la survenue d'un rejet[11].

Le virus peut provoquer une maladie proche chez le rat[12] et chez les primates[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. van den Hoogen BG, de Jong JC, Groen J et al. A newly discovered human pneumovirus isolated from young children with respiratory tract disease, Nat Med, 2001;7:719-724
  2. Edwards KM, Zhu Y, Griffin MR et al. Burden of human metapneumovirus infection in young children, N Engl J Med, 2013;368:633-643
  3. Williams JV, Harris PA, Tollefson SJ et al. Human metapneumovirus and lower respiratory tract disease in otherwise healthy infants and children, N Engl J Med, 2004;350:443-450
  4. Falsey AR, Erdman D, Anderson LJ, Walsh EE, Human metapneumovirus infections in young and elderly adults, J Infect Dis, 2003;187:785-790
  5. Martinello RA, Esper F, Weibel C, Ferguson D, Landry ML, Kahn JS, Human metapneumovirus and exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease, J Infect, 2006;53:248-254
  6. Williams JV, Crowe JE Jr, Enriquez R et al. Human metapneumovirus infection plays an etiologic role in acute asthma exacerbations requiring hospitalization in adults, J Infect Dis, 2005;192:1149-1153
  7. Widmer K, Zhu Y, Williams JV, Griffin MR, Edwards KM, Talbot HK, Rates of hospitalizations for respiratory syncytial virus, human metapneumovirus, and influenza virus in older adults, J Infect Dis, 2012;206:56-62
  8. Williams JV, Edwards KM, Weinberg GA et al. Population-based incidence of human metapneumovirus infection among hospitalized children, J Infect Dis, 2010;201:1890-1898
  9. Walsh EE, Peterson DR, Falsey AR, Human metapneumovirus infections in adults: another piece of the puzzle, Arch Intern Med, 2008;168:2489-2496
  10. Liao RS, Appelgate DM, Pelz RK, An outbreak of severe respiratory tract infection due to human metapneumovirus in a long-term care facility for the elderly in Oregon, J Clin Virol, 2012;53:171-173
  11. Hopkins P, McNeil K, Kermeen F et al. Human metapneumovirus in lung transplant recipients and comparison to respiratory syncytial virus, Am J Respir Crit Care Med, 2008;178:876-881
  12. Hamelin ME, Yim K, Kuhn KH et al. Pathogenesis of human metapneumovirus lung infection in BALB/c mice and cotton rats, J Virol, 2005;79:8894-8903
  13. Kuiken T, van den Hoogen BG, van Riel DA et al. Experimental human metapneumovirus infection of cynomolgus macaques (Macaca fascicularis) results in virus replication in ciliated epithelial cells and pneumocytes with associated lesions throughout the respiratory tract, Am J Pathol, 2004;164:1893-1900