Metallica (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Black Album et Metallica.

Metallica

Album par Metallica
Sortie 13 août 1991
Enregistré octobre 1990 - juin 1991
One on One Studios, Los Angeles, Californie
Durée 62:39
Genre Heavy metal
Producteur Bob Rock, Hetfield & Ulrich
Label Drapeau des États-Unis Elektra Records
Drapeau du Royaume-Uni Vertigo
Critique

Albums par Metallica

Singles

  1. Enter Sandman
    Sortie : 29 juillet 1991
  2. The Unforgiven
    Sortie : 28 octobre 1991
  3. Nothing Else Matters
    Sortie : 20 avril 1992
  4. Wherever I May Roam
    Sortie : 31 juillet 1992
  5. Sad But True
    Sortie : 10 janvier 1993

Metallica (aussi connu sous le nom de Black Album étant donné sa couverture) est le cinquième album studio du groupe de heavy metal Metallica sorti le 13 août 1991.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'album Metallica sort en 1991. Avec sa pochette presque entièrement noire, il devient rapidement surnommé le Black Album tant par les fans que les membres du groupe. Cet album est à l'heure actuelle le plus grand succès commercial du groupe, avec plus de 30 millions d'exemplaires vendus à travers le monde.

L'album marque une évolution importante dans le style du groupe. Les tempos sont plus lents, les morceaux sont plus courts et leurs structures beaucoup plus simples, aspirant ainsi à du simple rock. C'est principalement un album de heavy metal, et il n'y a plus beaucoup de traces de thrash metal. Par son côté plus « commercial » que les précédents albums du groupe, qui a déplu à un certain nombre de fans de la première heure, il lui a permis d'atteindre un plus large public. C'est aussi le premier album du groupe produit par Bob Rock qui restera leur producteur jusqu'à St. Anger. Comme dans ...And Justice for All, Jason Newsted ne collabore qu'à un seul titre dans l'écriture des chansons.

Les titres les plus connus sont Enter Sandman, Sad but True, The Unforgiven, Nothing Else Matters, Wherever I May roam (tous sortis en single).

Malgré son côté plus accessible, l'album Metallica reste une production respectée dans le milieu du heavy metal. On note par ailleurs l'importance croissante que prennent les ballades ou power ballads pour Metallica (Nothing Else Matters, The Unforgiven, deux ballades très connues).

Jason Newsted utilisera pour la première fois dans un album de Metallica une basse 12 cordes, dans Wherever I May Roam. Enter Sandman fut notamment composé par Lars Ulrich, en élaborant sur un premier riff que Kirk Hammett ait composé à 3h15 du matin.

James Hetfield nous informe dans le documentaire "Classic Albums: Metallica" (2002), que la plupart des chansons partaient d'un simple riff, qui fut exploité et poussé jusqu'au maximum.

Certaines personnes diront que : "cet album est heavy sans être thrash, donc mesuré mais puissant" (David Fricke, éditeur du magazine Rolling Stone). D'autres diront qu'avec cet album Metallica devient "Le Led Zeppelin d'une génération" (Cliff Burnstein : Co-Manageur). Les paroles de cet album sont souvent plus personnelles que celles des albums précédents. The God That Failed en est l'exemple le plus concret, James Hetfield y parlant de la secte religieuse dans laquelle ses parents étaient embrigadés.

20e anniversaire de l'album[modifier | modifier le code]

Pour fêter le 20e anniversaire de la sortie du Black Album, le groupe décide de partir en tournée et de rejouer l'intégralité de l'album en live. Petite originalité, ils jouent l'album à l'envers donc en commencent par The Struggle Within et en terminant par Enter Sandman, et en commençant comme d'habitude désormais par The Ecstasy of Gold, reprise d'Ennio Morricone. Ils jouent également d'autres succès du groupe, tels que Master of Puppets, One, Seek and Destroy, mais aussi Hell and Back, présente sur l'EP Beyond Magnetic qui contient des pistes non-retenues de l'album Death Magnetic.

Thèmes des paroles[modifier | modifier le code]

Metallica[modifier | modifier le code]

Holier than Thou[modifier | modifier le code]

C'est un titre très rythmé et qui traduit la colère du groupe envers les critiques des médias. C'est un message adressé à quelqu'un qui ne doit pas juger les autres (ici, c'est le groupe ou l'autre personnage de la chanson) et ferait mieux de se regarder plutôt de juger ; puis on lui demande s'il n'a pas autre chose de mieux à faire. L'arrogance et l'ignorance sont éternelles puisqu'ils vont main dans la main.

Le personnage de la chanson lui fait clairement comprendre que ce sont les autres qui ont fait de sa vie ce qu'il est devenu et selon la chanson « doit reconstruire des ponts avec de la richesse ».

Le début de la chanson est particulièrement énergique avec la partie où Lars Ulrich fait une rythmique à la batterie pendant les 30 premières secondes de la chanson.

James Hetfield a déclaré dans une interview en avril 2001 que Holier than Thou était une chanson « sotte » selon ses termes et était plus inspirée d'un style d'écriture ancien.

Lors de la tournée qui a suivi la sortie de l'album Metallica, Holier than Thou a été peu interprétée en live mais fut cependant interprétée à quelques reprises lors des futures tournées du groupe, notamment en 1996 et 2003-2004.

Through the Never[modifier | modifier le code]

Les paroles de la chanson relatent que tout ce qui existe aujourd'hui dans le monde se tordra et se tournera à travers le néant (« All that is, ever, everwas, will be ever twisting, turning through the never »). Il est dit aussi que les gens ont faim de vivre avec l'obligation de survivre. De plus les personnages de la chanson vont aller dans le néant et qu'ils ne reviendront jamais.

Le second couplet du morceau s'attarde sur certaines choses en particulier comme le fait de contempler le vent des cieux, de poursuivre une certaine quête et de dire que la curiosité titille tout le monde (en étant seuls dans le système solaire).

Lars Ulrich a déclaré que cette chanson était une des plus rapides de l'album et que si le groupe avait composé ce morceau dans les années 1980 le rythme à la batterie aurait été beaucoup plus rapide tandis qu'ici comme sur la plupart des chansons de cet album le rythme à la batterie est plus tempéré et modéré. De plus il a ajouté qu'il voyait les choses différemment aujourd'hui (cette déclaration date de 1991) et que si les fans n'appréciaient pas ce revirement, qu'ils ne se gênent pas pour envoyer des lettres afin de dire ce qu'ils pensent.

Of Wolf and Man[modifier | modifier le code]

Le titre de la chanson est une référence au roman de John Steinbeck Des souris et des hommes (Of Mice and Men).

La chanson relate les similitudes existant entre le loup et l’homme ; de plus elle parle surtout du fait de se transformer en loup-garou (l’expression shape shift est beaucoup utilisée dans le morceau ainsi que Hair Stands on the Back of my Neck) et parle de préserver ses instincts naturels et la nature en elle-même et ne pas laisser la culture nous déshumaniser. Puis la chanson relate peut-être le fait de ne pas oublier notre côté humain et sans doute aussi de vivre une vie plus sauvage et de dire d’une certaine manière non à la société. Il y a une part de loup dans chaque être humain (Seek the Wolf in Thyself).

Of Wolf and Man fut interprétée en concert lors du concert symphonique S & M en 1999 à San Francisco et fut jouée par le groupe en septembre 2008 lors de prestations télévisées avant d’entamer en octobre 2008 leur tournée à la suite de la parution de leur album Death Magnetic. Elle fut également jouée en juillet 2009, au concert à Werchter.

My Friend of Misery[modifier | modifier le code]

La chanson commence par un riff de basse qui est joué seul pendant 15 secondes avant que la guitare et la batterie ne viennent jouer à leur tour. Ce même riff de basse revient vers la 3e minute (après le deuxième couplet) pour être joué environ pendant 30 à 45 secondes puis la batterie vient à son tour avant qu'un solo de guitare ne surgisse (plutôt calme); on entend toujours ce riff de basse mais moins.

Au départ cette chanson devait être entièrement instrumentale et parle des gens qui endossent de lourdes responsabilités et qui découvrent que ceux qu'ils représentent ne les soutiennent pas. La chanson a été écrite autour de la ligne de basse de Jason Newsted un peu comme Sweet Emotion d'Aerosmith selon Lars Ulrich.

Cette chanson de Metallica parle de la misère présente dans le monde. Les paroles s'adressent directement à "elle". Le chanteur trouve que la misère prend un poids trop important dans notre société, et qu'elle n'est pas faite pour ça, donc qu'elle ne devrait pas exister (" Misery, you insist that the weight of the world should be on your shoulders") (" Misère, tu insistes pour que le poids du monde soit sur tes épaules").

Le second couplet justifie plus ou moins sa présence sur terre. Il dit que nous sommes dans une époque où la nature humaine est exploitée, comme pour s'en servir comme des cobayes. La dernière phrase de ce couplet résume bien d'ailleurs la place que prend la misère dans ce monde: Remember, misery loves company (Souviens toi, la misère aime la compagnie).

The Struggle Within[modifier | modifier le code]

Le début de la chanson commence par une intro militaire à la caisse claire puis vient le riff de guitare avant que James Hetfield ne chante avec une voix assez enragée (tout comme sur Holier than Thou, Through the never). De plus la chanson est énergique tout comme les deux chansons précédemment citées. Le solo de guitare apparait vers la 2e minute et 20 secondes et dure environ une quinzaine de secondes avant de redémarrer vers la 2e minute 50 seconde pour ne durer qu'entre 5 et 10 secondes.

Les paroles semblent raconter le combat de l'intérieur d'une personne (The Struggle Within) qui notamment donne un coup de pied à un cheval mort et ne semble pas avoir envie de montrer sa gratitude envers qui que ce soit ou quoi que ce soit. Ces paroles sont extraites du premier couplet.

Le second couplet dit que la maison du personnage de la chanson n'en est pas une et que ce dernier la transforme en enfer puis en une cellule de prison ; de plus ce personnage se bat contre lui-même et qu'il lutte à l'intérieur de son enfer.

Enfin le refrain dit que le combat de l'intérieur va bien à ce personnage et qu'il est sa ruine tout en scellant son destin dans un cercueil qu'il s'apprête à construire.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Toutes les paroles sont écrites par James Hetfield

No Titre Musique Durée
1. Enter Sandman James Hetfield, Lars Ulrich, Kirk Hammett 5:32
2. Sad but True James Hetfield, Lars Ulrich 5:25
3. Holier than Thou James Hetfield, Lars Ulrich 3:48
4. The Unforgiven James Hetfield, Lars Ulrich, Kirk Hammett 6:27
5. Wherever I May Roam James Hetfield, Lars Ulrich 6:44
6. Don't Tread on Me James Hetfield, Lars Ulrich 4:00
7. Through the Never James Hetfield, Lars Ulrich, Kirk Hammett 4:04
8. Nothing Else Matters James Hetfield, Lars Ulrich 6:30
9. Of Wolf and Man James Hetfield, Lars Ulrich, Kirk Hammett 4:16
10. The God That Failed James Hetfield, Lars Ulrich 5:10
11. My Friend of Misery James Hetfield, Lars Ulrich, Jason Newsted 6:50
12. The Struggle Within James Hetfield, Lars Ulrich 3:53

Composition du groupe[modifier | modifier le code]

Charts[modifier | modifier le code]

Pays Charts Meilleure
position
Nombre de
semaines
Réf
Drapeau de l'Australie Australie ARIA 1 109 [3]
Drapeau de l'Autriche Autriche Ö3 Austria Top 40 5 44 [4]
Drapeau de la Belgique Belgique néerlandophone Ultratop 50 56 5 [5]
Drapeau du Danemark Danemark Tracklisten 5 4 [6]
Drapeau de l'Espagne Espagne PROMUSICAE 49 12 [7]
Drapeau des États-Unis États-Unis Billboard 200 1 284 [8]
Drapeau de la Finlande Finlande Mitä hittiä 4 23 [9]
Drapeau de la France France SNEP 53 35 [10]
Drapeau du Japon Japon Oricon 3 8 [11]
Drapeau du Mexique Mexique Regional Mexican Albums 42 70 [12]
Drapeau de la Norvège Norvège VG-lista 1 28 [13]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande RIANZ 1 66 [14]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas MegaCharts 6 148 [15]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni UK Albums Chart 1 77 [16]
Drapeau de la Suède Suède Sverigetopplistan 4 123 [17]
Drapeau de la Suisse Suisse Swiss Music Charts 1 29 [18]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Industrie Certifié Ventes Réf
Drapeau de l’Argentine CAPIF Disque de platine Platine 300 000
Drapeau de l'Australie ARIA Disque de platine Platine 560 000 [19]
Drapeau de l'Autriche IFPI Disque de platine Platine 100 000 [20]
Drapeau du Canada CRIA Disque de diamant Diamant 1 000 000 [21]
Drapeau de la France SNEP Disque de platine Platine 300 000 [22]
Drapeau de la Finlande IFPI Disque de platine Platine 112 856 [23]
Drapeau de l'Allemagne BVMI Disque de platine Platine 500 000 [24]
Drapeau des Pays-Bas NVPI Disque de platine Platine 200 000 [25]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande RIANZ Disque de platine Platine 10× 150 000 [26]
Drapeau de la Norvège IFPI Disque de platine Platine 150 000
Drapeau du Royaume-Uni BPI Disque de platine Platine 300 000 [27]
Drapeau des États-Unis RIAA Disque de platine Platine 15× 15 980 000 [28]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Critique de l'album », sur allmusic.com
  2. (en) « Critique de l'album », sur ollingstone.com
  3. (en) « Australian charts », sur australian-charts.com
  4. (de) « Austrian charts », sur austriancharts.at
  5. (nl) « Belgian (nl) charts », sur ultratop.be
  6. (en) « Danish charts », sur danishcharts.com
  7. (en) « Spanish charts », sur spanishcharts.com
  8. (en) « U.S charts », sur billboard.com
  9. (en) « Finnish charts », sur finnishcharts.com
  10. « French charts »
  11. (ja) « Japanese charts », sur oricon.co.jp
  12. (en) « Mexican charts », sur mexicancharts.com
  13. (en) « Norwegian charts », sur norwegiancharts.com
  14. (en) « N.Z charts », sur charts.org.nz
  15. (nl) « Dutch charts », sur dutchcharts.nl
  16. (en) « U.K charts », sur officialcharts.com
  17. (en) « Swedish charts », sur swedishcharts.com
  18. (de) « Swiss charts », sur hitparade.ch
  19. (en) « ARIA », sur aria.com.au
  20. (de) « IFPI », sur ifpi.at
  21. (en) « CRIA », sur cria.ca
  22. « SNEP », sur infodisc.fr
  23. (fi) « IFPI », sur ifpi.fi
  24. (de) « BVMI », sur musikindustrie.de
  25. (nl) « NVPI », sur nvpi.nl
  26. (en) « RIANZ », sur radioscope.net.nz
  27. (en) « BPI », sur bpi.co.uk
  28. (en) « RIAA », sur riaa.com

Liens externes[modifier | modifier le code]