Metal Slug (série)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Metal Slug

Logotype des jeux de la série

Logotype des jeux de la série

Éditeur SNK Playmore
Développeur SNK Playmore
Mega Enterprise
Nazca
Noise Factory
Genre

Jeux d'arcade
beat'em all


Metal Slug (メタルスラッグ) est une série de jeux vidéo d'arcade de type beat'em all voire run and gun (sous-genre du shoot them up et du jeu de plates-formes) parue à l'origine sur Neo-Geo MVS et Neo-Geo AES et qui connaît un succès grandissant grâce à l'émulation.

Leurs graphismes détaillés, leurs animations soignées, leur action frénétique et leur humour parodique sont à l'origine de la notoriété des Metal Slug. Le nom Metal Slug est lié à un char d'assaut, utilisable dans le jeu, nommé Super Vehicle-001 et surnommé Metal Slug (littéralement : limace de métal).

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le gameplay est semblable à celui du jeu Contra, le joueur (seul ou accompagné d'un second joueur) doit constamment tirer sur les ennemis et éviter leurs tirs pour atteindre la fin d'une mission où il doit affronter un boss massif, lourdement armé et très résistant. En chemin, le joueur doit délivrer des prisonniers offrant, en guise de reconnaissance, des bonus (points supplémentaires, munitions) et de nouvelles armes (pistolet mitrailleur, fusil, lance-roquette, grenade...). Des véhicules surarmés fournissant un bouclier (uniquement dans le cas de véhicules mécaniques, les montures animales n'apportant aucune protection) apportent une puissance de destruction supplémentaire.

Le système de contrôle du jeu est composé d'un axe directionnel à huit directions et de trois boutons (A, B et C) pour les actions principales (tirer, sauter et lancer une grenade). Le jeu n'utilise que très peu de combinaisons de touches, une pour lancer une attaque-suicide de véhicule sur l'ennemi (combinaison seulement dans Metal Slug, Metal Slug 2, Metal Slug X et Metal Slug 3 car dans Metal Slug 4 et Metal Slug 5, elle sera remplacée par l'utilisation d'un quatrième bouton D) et une pour effectuer une glissade (uniquement dans Metal Slug 5). Le bouton D sert à changer d'arme (dans Metal Slug 6 et Metal Slug 7).

Le style graphique fait très dessin animé, et l'ambiance générale est inspirée de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre du Viêt Nam, des monstres surnaturels et des envahisseurs extraterrestres. On peut ainsi traverser des villes en ruine, des jungles marécageuses et des vaisseaux spatiaux.

La musique ne gâche rien et est cohérente avec l'ambiance du jeu. Il existe d'ailleurs une bande originale pour la plupart des titres de la série, disponible sur CD.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les armes de poing phares de la série, ces derniers ressemblant au M1911 et au Webley Mk I-VI calibre .455

Metal Slug met en scène la redoutable escouade des Peregrine Falcons (les troupes d'élite de l'armée régulière) affrontant l'armée rebelle du Général Morden, une caricature de Saddam Hussein.

Dans Metal Slug 2, Metal Slug X (un remake de Metal Slug 2) et Metal Slug 3, les Peregrine Falcons, rejoints par la Sparrows Intelligence Agency (le service de renseignements de l'armée régulière) luttent à nouveau contre l'armée rebelle du Général Morden mais également contre des menaces surnaturelles affrontant à cette occasion des momies, des mutants, des zombis, des yétis et des extraterrestres.

Metal Slug 4 revient à une histoire plus réaliste, décrivant un nouvel affrontement avec l'armée rebelle du Général Morden sur fond de cyber-terrorisme.

Retrouvant une inspiration surnaturelle, Metal Slug 5 oppose l'armée régulière à l'armée ptolémaïque, dirigée par un gourou soi-disant possédé par une puissance démoniaque et disposant ainsi de pouvoirs magiques. Les aliens ont leurs place dans Metal Slug 6 et l'armée rebelle du futur débarque dans Metal Slug 7.

Personnages[modifier | modifier le code]

L'armée régulière[modifier | modifier le code]

Logo de L'armée régulière (à gauche), une possible référence au Nazi Svastika (à droite). Logo de L'armée régulière (à gauche), une possible référence au Nazi Svastika (à droite).
Logo de L'armée régulière (à gauche), une possible référence au Nazi Svastika (à droite).


La série débute avec Marco Rossi et Tarma Roving, membres des Peregrine Falcons comme seuls personnages jouables (le premier étant automatiquement attribué au premier joueur, le second au second joueur).

Metal Slug 2 introduit deux nouveaux personnages, Eri Kasamoto et Fio Germi, membres de la Sparrows Intelligence Agency.

Dans Metal Slug 4, Trevor Spacey et Nadia Cassel, respectivement membres des Peregrine Falcons et de la Sparrows Intelligence Agency, font leurs débuts et remplacent respectivement Tarma et Eri (ces deux personnages sont cependant présents, tiennent un rôle dans l'intrigue du jeu et aident occasionnellement le joueur au cours des missions).

Metal Slug 5 voit la disparition de Trevor et Nadia et le retour d'Eri et Tarma.

Dans Metal Slug 6, les 4 héros sont rejoints par Clark Still et Ralf Jones. De plus, chaque héros possède des capacités spéciales (Eri peut lancer des grenades plus loin, Tarma contrôle mieux les véhicules...).

Dans Metal Slug Advance sur Game Boy Advance, Eri, Fio, Tarma et Marco laissent leur place à Walter et Tyra.

Dans Metal Slug 7 sur NDS ,les personnages sont les mêmes que dans l'opus 6 de Metal Slug, et ils possèdent tous une capacité spéciale.

Le remake du 7, Metal Slug XX, sorti sur PSP et Xbox360, voit l'apparition d'un nouveau personnage aux côtés des 6 personnages du 6 et du 7, il s'agit de Leona Heidern, qui est téléchargeable via DLC.

L'armée rebelle[modifier | modifier le code]

Présente dans Metal Slug, Metal Slug 2, Metal Slug X, Metal Slug 3, Metal Slug 4 et Metal Slug 7, l'armée rebelle est dirigée par le Général Donald Morden, secondé dans sa tâche par le Sergent Allen O'Neil.

Son objectif affiché est d'instaurer une dictature militaire sur l'ensemble de la planète. Pour atteindre cet objectif, suite à son échec dans Metal Slug, Morden s'allie successivement à des extraterrestres (dans Metal Slug 2, Metal Slug X et Metal Slug 3), à un groupe cyber-terroriste nommé Amadeus (dans Metal Slug 4) et même à son armée provenant du futur (Metal Slug 7)

Les extraterrestres[modifier | modifier le code]

Supposément venus de Mars, les extraterrestres ont pour ambition de conquérir la Terre.

Pour parvenir plus facilement à leurs fins, ils soutiennent l'armée rebelle afin que celle-ci et l'armée régulière s'affaiblissent mutuellement, facilitant ainsi l'invasion extraterrestre à laquelle ne s'opposerait plus qu'une faible résistance.

Les plans extraterrestres sont systématiquement mis en échec par une alliance temporaire entre les troupes de l'armée régulière et les troupes de l'armée rebelle.

Amadeus[modifier | modifier le code]

Apparaissant dans Metal Slug 4, Amadeus est à la base un virus informatique qui infiltra tous les systèmes de sécurité et a aussi récupéré les plans du char Metal Slug pour parvenir à ses fins. Ce virus est en fait créé par un scientifique délirant désireux d'envahir le monde. Les Agissements d'Amadeus attirent l'attention de Donald Morden, chef des rebelles avec qui il finit par s'allier. Le scientifique crée des machines redoutables au services de la rébellion, une mystérieuse série de droïdes à l'effigie humaine (celle de Morden par exemple) et deux Metal Slug, immenses gardiens de son centre de contrôle encore plus redoutable (dernier boss). Il est évident qu'Amadeus est très dangereuse et ses inventions vous donneront du fil à retordre.

L'armée ptolémaïque[modifier | modifier le code]

Une armée spécialisée dans les expéditions archéologiques. Lors d'une expédition dans l'Afrique profonde, l'armée ptolémaïque découvrit un temple appelé « Le Couloir De Feu » et qui contiendrait un puissant démon armé d'une faux appelé « La Machine de fin du Monde », bien avant que l'on connaisse le vrai nom de cet ennemi ; les fans de Metal Slug l'appelaient « Scyther » (Scythe, en anglais, signifie « Faux ») du fait qu'il en porte une. Peu après cette découverte, l'armée ptolémaïque décidèrent de voler les plans du Metal Slug et notamment du dernier et le plus puissant Metal Slug : le Slug Gunner.

Les Plutoniens[modifier | modifier le code]

Ils apparaissent dans la mission 2 de Metal Slug 6 dans lequel ils dévorent les extra-terrestre, ils veulent détruire la Terre. Ils font d'un membre du pérégrine (cela dépend du personnage joué, par exemple si on joue avec Marco, Fio sera possédé) un de leur soldat grâce à des créatures possédant les gens. Leurs plans sont mis en déroute par une alliance entre l'armée régulière, l'armée rebelle et l'armée extra-terrestre.

L'armée rebelle du futur[modifier | modifier le code]

Apparaissant dans Metal Slug 7, ils reviennent dans le passé via un portail temporel afin d'aider Morden à conquérir le monde. Ils possèdent un tout nouveau uniforme et leurs casques possèdent des antennes. Ils n'utilisent plus les armes conventionnels mais utilisent des armes laser.

Clins d'œil cinématographiques[modifier | modifier le code]

Dans la saga Metal Slug, les clins d'œil sont nombreux.

  • Depuis Metal Slug 2, un prisonnier spécial, lorsqu'il est délivré, nous aide grâce à des Kamehameha ou Hadouken jusqu'à notre mort. C'est une allusion au célèbre manga japonais Dragon Ball et au jeu vidéo Street Fighter.
  • Dans le niveau de la ville de "Metal Slug 2", ressemblant fortement à Hong Kong, on peut voir une affiche du film "The Killer" où Chow Yun-fat tient un appareil photo au lieu d'un fusil à lunettes. Dans Metal Slug X, remake du 2, l'affiche toujours au même endroit est cette fois si une référence à Fist of Legend, encore une fois Jet Li tient un appareil photo au lieu de menacer de son poing.
  • À la toute fin de Metal Slug 2 et X, un avion vient s'écraser dans la soucoupe volante extraterrestre. C'est une parodie de la fin du film Independence Day.
  • Il y a un clin d'œil à Star Wars à la fin de Metal Slug X quand le général Morden est attaché sur une plaque de carbonite, comme Han Solo à la fin de l'Empire contre-attaque (ce dernier est cependant cryogénisé, et non attaché).
  • Les dernières missions de Metal Slug 2, X et 3 sont une grosse référence aux films d'E.T. américains des années 1950 et principalement au film La Guerre des mondes de 1952 : on peut voir en effet les mêmes quadrupèdes rouges et les soucoupes extraterrestres caractéristiques du film.
  • La seconde forme du boss du niveau 2 de Metal Slug 3 fait tomber sur vous des blocs de pierres taillés en guise d'attaque, c'est une référence au fameux monolithe de 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick. D'autant que l'atmosphère qui plane autour de ce combat rappelle beaucoup la scène sur la lune du même film. Le nom de ce boss est d'ailleurs "Les dix commandements de Moïse", ("The Ten Commandments of Moses" en Anglais) qui est bien sûr une référence au recueil d'instructions morales et religieuses du même nom.
  • Metal Slug 3, persistant dans ces références et ses inspirations de grandes oeuvres de science-fiction, fait plusieurs références à Starship Troopers de Paul Verhoven sorti en 1997 (1998 en France). Dans le niveau 1 et 4 sont repris les gros insectes volants capables d'emporter un humain en plein vol. Puis, lors d'un des nombreux embranchements secrets du niveau 4, le joueur se retrouve face à des ennemis qui sont plus qu'inspirés, d'une ressemblance flagrante avec le Cerveau du même film, une référence très poussé des développeurs.
  • La musique dans la capsule spatiale de la dernière mission de Metal Slug 3 est très inspirée du thème de la première série télévisée Star Trek.
  • Dans la dernière mission de Metal Slug 4, on rencontre plusieurs clins d'œil à Terminator comme des ennemis ayant un endosquelette métallique ou le sous-boss qui se révèle être un T-800.
  • Un ennemi de Metal Slug 6 ressemble beaucoup aux Graboids, ces vers géants rencontrés dans la saga Tremors.
  • Le boss du niveau 4 de Metal Slug 2 et X est une parodie du croiseur Yamato de la série éponyme.
  • Dans "Metal Slug 7" et "Metal Slug XX" le portail d'où apparaît l'armée du futur ressemble fortement au portail de l'univers de fiction Stargate.

Clins d'œil vidéoludiques[modifier | modifier le code]

Il y a aussi quelques clins d'œil concernant le jeu vidéo.

  • Un passage de la dernière mission de Metal Slug 3 se passe à la verticale dans l'espace. Un retour aux premiers jeux du genre shoot them up.
  • Le boss de la mission 3 de Metal Slug 6 est une parodie de « Mother Brain » de la série Metroid.
  • Dans Metal Slug 6, les créatures volantes qui possèdent les civils sont une référence aux crabes de tête, ces créatures rencontrées dans la saga Half Life.
  • La façon dont certain plutoniens attaquent dans Metal Slug 6 ressemble au spin dash de Sonic.
  • Tout un embranchement (celui avec les caméras) du niveau 3 de Metal Slug 3 ainsi que le boss de ce même niveau (Jupiter King) est une référence ouverte au jeu Metal Gear.

Liste des jeux[modifier | modifier le code]

La série comprend sept épisodes principaux, tous initialement sorti sur borne d'arcade, ainsi que divers épisodes annexes et compilations pour systèmes familiaux. Sauf mention contraire, les jeux ont été développés par SNK (SNK Playmore à partir de 2000).

Metal Slug 7 Metal Slug 6 Metal Slug 5 Metal Slug 4 Metal Slug 3 Metal Slug X Metal Slug 2 Metal Slug: Super Vehicle-001

Épisodes principaux[modifier | modifier le code]

Réédité sur PlayStation, Saturn (1997), PlayStation 2, PlayStation Portable (2007) et Wii
Réédité sur PlayStation, Saturn (1997), PlayStation 2 et PlayStation Portable (2007)
Réédité sur PlayStation 2, Xbox (2004), Xbox 360 (2008) et PC (2014)
Réédité sur PlayStation 2 (2004) et Xbox (2005)
Réédité sur PlayStation 2 et Xbox (2005)

Épisodes annexes[modifier | modifier le code]

Consoles de jeux :

Téléphones Portables :

  • 2004 : Metal Slug (MEGA Enterprise)
  • 2004 : Metal Slug: Mobile (Digital Bridge)
  • 2004 : Metal Slug STG
  • 2005 : Metal Slug: Allen's Battle Chronicles (Part 1)
  • 2005 : Metal Slug Mobile Impact (I-Play)
  • 2006 : Metal Slug: Allen's Battle Chronicles (Part 2)
  • 2006 : Metal Slug Soldiers
  • 2006 : Metal Slug Survivors
  • 2007 : Metal Slug Mobile 3 (I-Play)
  • 2009 : Metal Slug Mobil 4 (originairement nommé Metal Slug Survivors)
  • 2014 : Metal Slug Defense (sur iOS et Android)

Compilations[modifier | modifier le code]

Plateforme(s)[modifier | modifier le code]

Neo Geo Arcade et Console Atomiswave Arcade System Neo Geo CD-console Sega Saturn PS PS2 Xbox GBA Neo Geo Pocket Wii PSP Nintendo DS X360 PC Android
Metal Slug Black x.svg Black x.svg Black x.svg Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug 2 Black x.svg Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug X Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug 3 Black x.svg Black x.svg Black x.svg Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug 4 Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug 5 Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug 6 Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug 7 Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug 3D Black x.svg
Metal Slug Advance Black x.svg
MS: 1st Mission Black x.svg
MS: 2nd Mission Black x.svg
MS Anthology Black x.svg Black x.svg Black x.svg
Metal Slug XX Black x.svg Black x.svg

Réception[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La majeure partie des fans de la série considèrent que Metal Slug 3 et Metal Slug X sont les meilleurs titres de la série, grâce à un level design complexe et inspiré et une trame scénaristique comique bien au-dessus des autres titres. Metal Slug 4 et Metal Slug 5 sont souvent considérés par les fans comme étant les titres les moins agréables : bien plus courts et graphiquement inférieurs à Metal Slug 3, ils n'ont pas été édités par SNK en raison de sa faillite, mais par Playmore.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]