Metal Gear (série)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la série de jeux vidéo Metal Gear. Pour le premier jeu de la série, voir Metal Gear (jeu vidéo). Pour la machine, voir Metal Gear (arme).

Metal Gear

Logo de Metal Gear

Logo de Metal Gear

Éditeur Konami
Développeur Konami
Distributeur Konami
Personnalité ayant marqué la série Hideo Kojima
Genre

Action-infiltration

Début de la série 1987: Metal Gear

Plate-forme

Site officiel (en) Konami.jp

Metal Gear est une série de jeux vidéo développée et éditée par Konami sous la direction du créateur Hideo Kojima, apparue en 1987 avec Metal Gear. La série, qui a lancé le genre infiltration, est reconnue internationalement par la critique et la communauté de joueurs et compte plus de 33 millions de jeux vendus.

C'est une œuvre uchronique du genre techno-thriller. L'intrigue tourne autour d'une arme de destruction massive, le Metal Gear. Les jeux suivent le plus souvent les opérations d'un soldat d'élite (Solid Snake, Naked Snake ou Raiden), qui doit s'infiltrer en terrain ennemi pour contrer une menace terroriste en usant de sa discrétion et de ses réflexes et dont la finalité est de détruire Metal Gear, un char bipède avec une capacité de frappe nucléaire. La série est considérée comme l'une des plus matures qui soit de par les sujets qu'elle aborde, et affiche un message ouvertement pacifiste, anti-militariste et anti-nucléaire. Cela reste néanmoins une série de jeux d'action avec ses scènes violentes qui la déconseillent au plus jeune public.

L'univers de la série oscille entre réalisme et science-fiction et, bien que comportant des éléments rationnels et très étudiés par les développeurs, l'univers présente aussi des éléments plus fantasques et humoristiques. Les personnages sont généralement des individus peu communs, ne vivant que pour la guerre et ayant une constitution physique hors norme, mais cela n'empêche pas le jeu d'être très profond et de traiter admirablement les thèmes abordés (théorie du complot, manipulation, la guerre, la violence, la révolte, la liberté de penser, la censure, le nucléaire, la génétique, la mémétique, la liberté, le réel et les faux semblants, le pouvoir, la politique, les relations sociales, l'amitié, l'amour, la confiance, la trahison, la loyauté, les sciences, la culture, l'écologie, la robotique et les technologies). La série est également reconnue pour sa dimension cinématographique très marquée. En féru de cinéma, Hideo Kojima aime aussi parsemer ses jeux de références diverses.

Genèse de la série[modifier | modifier le code]

Le concepteur et producteur Hideo Kojima.

L'idée de la série vient à Kojima en 1987, un an après son arrivée au sein de Konami. L'idée de départ du développer était que le jeune game designer crée un jeu d'action en contexte militaire assez musclé pour la MSX 2[1]. Or la puissance de la machine n'a pas les capacités techniques pour afficher plus de trois soldats à l'écran, avec les trajectoires de balles. Kojima résout donc le problème en décidant que le joueur ne devait plus affronter les ennemis mais les contourner en évitant de se faire repérer sous peine de se retrouver avec des ennemis en surnombre et beaucoup mieux armé, d'où l'introduction de la notion de furtivité. Cette idée lui est venue des parties de cache-cache de son enfance, mais aussi du film La Grande Evasion de John Sturges[1]. Il ajoute ensuite la composante d'infiltration dans le jeu : plutôt que de s'évader d'une base militaire, le joueur va devoir y pénétrer ; là encore, l'inspiration lui vient du cinéma par la série de films de James Bond, dont il est un grand amateur[1]. Les autres composantes du jeu (le joueur sans armes au début du jeu, le monde ouvert et non linéaire) s'ajoutent au fur et à mesure.

Pour ce qui est du scénario, Kojima utilise la culture de son pays, le Japon, encore traumatisé par la force atomique, et développe donc l'ennemi autour de cette peur de la bombe nucléaire[1]. Ainsi apparait le Metal Gear, un tank bipède capable de lancer un missile nucléaire vers n'importe quelle cible sur le globe.

Jeux de la série[modifier | modifier le code]

  • Metal Gear: Snake's Revenge sort en 1990 sur NES. Kojima n'eut aucun lien avec ce titre prévu comme la suite de Metal Gear en Amérique. Aujourd'hui, ce titre est écarté de l'histoire officielle de la série.
  • Metal Gear Solid: Ghost Babel, connu sous le nom de Metal Gear Solid en Amérique et en Europe, sort en 2000 sur Game Boy Color. Il s'agit d'une sorte de hors-série, le scénario développé dans cet opus n'est pas lié à la saga principale.
  • Metal Gear Solid 3: Snake Eater est sorti en 2004 sur PlayStation 2. Il ressortit en 2008 dans Metal Gear Solid : The Essential Collection également sur PlayStation 2. En plus de l'aspect infiltration, il intègre un aspect novateur : la survie en milieu hostile. Contrairement à ce que le titre pourrait faire penser, le joueur n'incarne pas Solid Snake, mais son « géniteur » : Big Boss.
  • Metal Gear Acid est sorti en 2005 sur la console portable PSP. Il offre un gameplay différent, étant un « Card-base RPG » qui teste la stratégie du joueur plus que son habilité ; à l'instar de Metal Gear Solid: Ghost Babel il s'agit d'un épisode à part dans la saga.
  • Metal Gear Acid 2 est sorti fin 2005 sur PSP. Toujours sur le même principe que l'opus précédent, il a la particularité de proposer des graphismes en Cell-Shading.
  • Metal Gear Solid: Peace Walker, annoncé le 2 juin 2010, lors de la conférence de Sony pendant l'E3 2009, sorti finalement le 17 juin 2010. Il fait suite à MGS3 et MGS: Portable Ops. Pour l'événement de sortie, Kojima, Yoji Shinkawa et plusieurs autres membres de la Kojima Productions se sont rendus à la Fnac de Saint-Lazare à Paris pour une séance de dédicaces. Par la même occasion, des dessins originels de Shinkawa sur MGS étaient exposés dans la salle de dédicace aux yeux des fans.

Chronologie des épisodes[modifier | modifier le code]

Logo de la série Metal Gear Solid
Metal Gear Rising: Revengeance Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty Metal Gear Solid Metal Gear 2: Solid Snake Metal Gear (jeu vidéo) Metal Gear Solid V: The Phantom Pain Metal Gear Solid: Peace Walker Metal Gear Solid: Portable Ops Metal Gear Solid 3: Snake Eater

Épisodes retirés de la chronologie[modifier | modifier le code]

Chronologie simplifiée des évènements[modifier | modifier le code]

Avant 1964[modifier | modifier le code]

Tous les évènements géopolitiques réels et fictif avant 1964 font partie de la chronologie officielle de Metal Gear. Voici la chronologie propre à la série durant cette période :

  • 1947 - The Boss dissout l'unité Cobra.

La crise de Groznyj Grad[modifier | modifier le code]

Metal Gear Solid 3: Snake Eater est le premier titre dans la chronologie de la série Metal Gear.

1962. En plein milieu de la guerre froide, la crise des missiles de Cuba vient d'être désamorcée, un traité secret est signé entre les États-Unis et l'URSS. Ce traité stipule que Nikolai Stephanovich Sokolov, scientifique soviétique et créateur du système "multi-moteurs" des fusées spatiales, qui a fait défection en Amérique, doit retourner à sa patrie en échange du retrait des missiles. Les États-Unis, malgré leur manque d'informations sur les travaux du scientifique, rendent Sokolov aux soviétiques. Sokolov était en fait le directeur de la création d'une nouvelle arme de destruction massive, le Shagohod, un tank qui transporte des ogives nucléaires.

Août 1964. La CIA, qui a réalisé la gravité de la situation, déploie l'unité Fox dans la grande base soviétique de Groznyj Grad pour récupérer Sokolov. L'unité FOX envoie un agent en solo pour mener cette mission d'infiltration. C'est ainsi que Jack, nom de code Naked Snake, effectue le premier saut HALO de l'histoire en destination de la jungle hostile de Tselinoyarsk.

La péninsule de San Hieronymo[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Metal Gear Solid: Portable Ops. Big Boss est capturé par les revolutionnaires de l'unité FOX dissoute peu de temps avant par le Major Zero. Ce dernier est tenu pour responsable et arrêté. Big Boss détruit le premier Metal Gear épaulé par Roy Campbell, béret vert à l'époque et aussi grâce aux rebelles soviétiques. On découvre que Sokolov est vivant et le jeune Frank Jaeger, futur Gray fox.

« Les Enfants Terribles »[modifier | modifier le code]

Projet lancé en 1972 et ayant pour but de cloner Big Boss, considéré comme le meilleur soldat du monde à l'époque, pour obtenir des soldats parfaits. Les scientifiques ont ainsi pu obtenir après recherches les gènes caractérisants le soldat parfait. Un embryon de l'assistante japonaise Dr. Clark a été fécondé avec l'ADN de Big Boss et transférés dans l'utérus d'EVA, un autre membre des Patriotes, utilisée comme mère porteuse. Après plusieurs essais ratés ils réussissent enfin, huit clones ont été faits et seuls trois ont survécu officiellement : Solid Snake, Liquid Snake et Solidus Snake (Liquid parle de 8 cellules-œufs créés en tout et 2 qui ont survécu, car il ne connaissait pas l'existence de Solidus). Il est aussi théoriquement possible que sur les cinq autres cellules, d'autres aient survécu). Solid ayant hérité des gènes dominants et donc supérieurs, Liquid des gènes récessifs et donc inférieurs, on apprend en réalité par la suite que c'est exactement l'inverse qui s'est produit, les deux Snake ayant été manipulés par les Patriots, mais Liquid et Solid ne possèderaient pas le même code génétique que Big Boss (d'où le problème pour désactiver les IA des Patriots dans Metal Gear Solid 4 où ils avaient besoin du code génétique exact de Big Boss) et Solidus apparemment d'après la fin de Metal Gear Solid 4 serait le clone parfait de Big Boss. Liquid mourra dans Metal Gear Solid par l'action du virus FoxDie et Solidus mourut dans Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty, après avoir combattu son ( fils ), Raiden.

La révolte de Outer Heaven (1995)[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Metal Gear.

L'unité Fox Hound est chargée d'infiltrer Outer Heaven, une forteresse située en Afrique du Sud, construite apparemment par des mercenaires. Big Boss, alors chef de Fox Hound, envoie Gray Fox sur le terrain. Celui-ci, avant de se faire capturer, laisse filtrer deux mots : « Metal Gear ». Pensant qu'il s'agit d'une réelle menace, Fox Hound n'a d'autre choix que d'envoyer un « bleu », de nom de code Solid Snake, sur le terrain…

L'insurrection de Zanzibar Land (1999)[modifier | modifier le code]

Ces événements sont relatés dans Metal Gear 2: Solid Snake.

Les événements de Metal Gear 2 surgissent dans un contexte très particulier : les ressources en pétrole s'amenuisent et s'ensuit une véritable crise mondiale. Dans ce contexte, une nouvelle nation militaire, Zanzibar Land, est née en Asie centrale et compte bien donner aux soldats la reconnaissance et le respect qu'ils n'ont jamais eu. Profitant de la crise générale, les dirigeants de Zanzibar Land enlèvent un scientifique, Kio Marv, féru de jeux vidéo et ayant découvert par erreur le prototype, OILIX, qui pourrait permettre de sortir de la crise énergétique. Solid Snake est rappelé par le colonel Roy Campbell, désormais chef de Fox Hound, pour une nouvelle mission : infiltrer Zanzibar Land, retrouver le scientifique et récupérer les données de l'OILIX.

L'incident de l'île Shadow Moses (2005)[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Metal Gear Solid.

Solid Snake est rappelé une nouvelle fois au service par Roy Campbell pour affronter son ancienne unité, Fox Hound. Celle-ci a pris le contrôle d'un site de recyclage d'armes nucléaire en Alaska et menace de lancer un missile nucléaire sur les États-Unis. Tout n'est pas si simple et Snake découvrira qu'en fait d'une part, Fox Hound l'a manipulé depuis le début afin de voler le prototype secret Metal Gear Rex développé dans la base souterraine cachée sous le site, d'autre part Jim Houseman le secrétaire à la défense l'a utilisé comme porteur du virus FoxDie pour tuer les leaders de Fox Hound quand Snake rentrerait en contact avec eux et mettre fin à la rébellion.

Le naufrage du Tanker (2007)[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans le premier chapitre de Metal Gear Solid 2.

Solid Snake travaille pour l'organisation Philantropy qui lutte contre les Metal Gear à travers le monde. Il est secondé par Otacon au moyen du codec, pour infiltrer un tanker pour prendre des photographies d'un nouveau Metal Gear baptisé « Ray ». Une mission qui coûte officiellement la vie à Solid Snake et qui ternit aussi l'image de Philantropy.

L'assaut de la Big Shell (2009)[modifier | modifier le code]

Ces évènements surviennent dans le deuxième chapitre de Metal Gear Solid 2.

Le joueur contrôle un « bleu » du nom de Raiden, dont la mission est d'infiltrer la « Big Shell » (« Grande Coquille » en français) contrôlée par des terroristes surnommés « Sons of Liberty » (en français, « Fils de la Liberté »), et dont le chef serait Solid Snake, officiellement mort deux ans plus tôt ! Mais on découvre que c'est Solidus Snake, le leader des "Sons of Liberty". Celui-ci était Président lors de la conception de Metal Gear Rex mais démis de ses fonctions à cause de l'incident de Shadow Moses. Raiden sera secondé par le "colonel", Rose (sa petite amie), et un certain Pliskin, ressemblant fortement à Solid Snake

L'insurrection d'Outer Haven (2014)[modifier | modifier le code]

Ces évènements surviennent dans Metal Gear Solid 4.

Après les évènements de Metal Gear Solid 2, les interventions militaires des États-Unis se sont fortement réduites à l'extérieur, favorisant l'émergence des SMP. L'attention de l'ONU est attirée par la société Outer Haven, qui dirige les cinq plus grandes SMP au monde. Cette société est dirigée par Liquid Ocelot, qui compte utiliser ses troupes pour conquérir le monde. Roy Campbell trouve Solid Snake, condamné à court terme, car atteint du syndrome de Werner, afin que ce dernier aille tuer son frère avant que celui-ci ne commette l'irréparable. Snake accepte et part pour le Moyen-Orient vivre sa dernière mission…

L'affaire Desperado Enforcement LLC. (2018)[modifier | modifier le code]

Ces évènements surviennent dans Metal Gear Rising.

La chute des Patriotes en 2014 devait entrainer l'arrêt de l'économie de guerre. Si les principales SMP autrefois contrôlées par les Patriotes ont effectivement été dissoutes, de nombreuses autres sociétés subsistent ou sont nées. Pire encore, toutes les technologies très avancées tenues secrètes par les Patriotes ont été rendues publiques, immédiatement réutilisées et surtout améliorées à une vitesse sidérante. En effet, la plupat des technologies secrètes des Patriotes avaient déjà atteint un stade permettant la production de masse à moindre frais et l'évolution constante des performances. C'est le cas des technologies cyborgs, qui ont alors déferlés sur le monde et chamboulés les mondes de la médecine et de la guerre.

En 2018, Raiden fait partie d'une SMP a but pacifique nommée Maverick Security Consulting, Inc., fondée par Boris, un ancien agent de la Paradise Lost Army. Lors d'une mission de protection en Afrique, Raiden et le cortège présidentiel sont attaqués par les membres d'une SMP concurrente, Desperado Enforcement LLC. Les choses tournent mal et N'mani, le président sous protection, est tué. Raiden lui est grièvement blessé par un cyborg inconnu. Trois semaines plus tard, remit sur pied et bénéficiant d'un nouveau corps cyborg encore plus puissant, Raiden est envoyé par Boris en Abkhazie pour une mission de sauvetage en pleine guerre civile. Des évènements qui semblent étrangement liés aux activités de Desperado...

Les personnages[modifier | modifier le code]

Certains personnages ont plusieurs noms, ou nom de code, cette liste les récapitule tous par ordre alphabétique, en privilégiant le nom sur le prénom quand il y en a un.

Les organisations[modifier | modifier le code]

Réelles[modifier | modifier le code]

Fictives[modifier | modifier le code]

Termes propres à l'univers Metal Gear[modifier | modifier le code]

Affichage d'un lieu avec le Radar Soliton.
  • Codec : appareil de communication (cf. codec) basé sur les nanotechnologies inventé par Mei Ling. Il permet au personnage principal de discuter avec les autres protagonistes, notamment les membres de l'équipe de soutien. Élément indissociable de la série, il est présent depuis le premier opus en 1987 (où il est connu sous le terme de « transcepteur »). L'écran dédié affiche le portrait du héros et de son interlocuteur, la fréquence de communication et une retranscription écrite des dialogues. Si certaines transmissions sont automatiques et permettent le déroulement de l'intrigue, d'autres peuvent à tout moment être créées par le joueur afin d'obtenir des indices sur les objectifs à réaliser ou des informations complémentaires sur l'équipement, les lieux, les ennemis, etc. Suivant l'interlocuteur et la situation, les dialogues peuvent être plus ou moins cocasses, avec des anecdotes, des proverbes, des traits d'humour, etc.
  • FoxDie
  • Héritage des Philosophes
  • Plan S3
  • Radar Soliton : technologie radar inventé par Mei Ling. Il affiche la position et le champ de vision des soldats ennemis dans le coin supérieur droit de l'écran. Il peut être rendu inactif aux moyens d'un brouillage électromagnétique. Le procédé apparaît dès le second épisode de la série en 1990 (sous une autre appellation). Historiquement, il a tendance à « flancher » facilement une fois le personnage repéré...
  • Soldat génome: membres de Fox Hound ayant reçu le patrimoine génétique de Big Boss

Les compilations[modifier | modifier le code]

  • 2007 - Le coffret Metal Gear 20th anniversary Metal Gear Solid Collection vendu uniquement au Japon[4] ;
  • 2008 - Metal Gear Solid: The Essential Collection est une compilation regroupant les trois premiers Metal Gear Solid sur PS2 ;
  • 2012 - Metal Gear Solid: HD Collection est une compilation regroupant MGS 2, MGS 3 et Peace Walker sur PS3 et Xbox 360. Celle sur PlayStation Vita ne regroupe que les deux premiers titres ;
  • 2012 - Le coffret Metal Gear 25th anniversary Metal Gear Solid Collection limité à 2500 exemplaires, uniquement au Japon ;
  • 2013 - Metal Gear Solid: The Legacy Collection est une compilation qui comprend les titres de Metal Gear Solid: HD Collection plus Metal Gear Solid ainsi que son add-on Metal Gear Solid : Missions spéciales et Metal Gear Solid 4[5].

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Un projet cinématographique américano-japonais tiré du célèbre jeu vidéo éponyme fut initialement prévu. L'action devait se dérouler essentiellement en Alaska[6], conformément à la trame du troisième opus de la série ; à savoir Metal Gear Solid (1998). Toutefois, la production de ce film fut annulé. Bien avant que l'annulation du film ne soit annoncée, beaucoup de rumeurs ont circulé concernant le casting de cette œuvre cinématographique. Toutefois, des sources sûres (à l'époque) donnaient Kurt Wimmer[7] aux commandes du film en tant que réalisateur avec Kurt Russell comme acteur principal dans la peau de l'agent Solid Snake. La distribution du film devait être réalisée par Columbia Pictures[8].[réf. nécessaire]

Évolution de l'actualité du film[modifier | modifier le code]

Lors de l'E3 de 2006 se déroulant à Los Angeles, Hideo Kojima annonce son souhait de réaliser un film basé sur l'histoire de Metal Gear Solid[9]. Il annonce également, par l'intermédiaire d'une brochure distribuée par Konami, que le film sera produit en anglais.

Entre temps, Hideo Kojima refusera catégoriquement que Uwe Boll réalise le film[10].

Le 8 février 2009, c'est au tour de Sony Pictures Entertainment de se révéler comme étant le studio de développement du film. Cette information sera d'ailleurs confirmée par la suite par Michael De Luca. Hideo Kojima devait être le producteur exécutif.

Le 12 janvier 2010, De Luca annonce à la presse que le projet du film est dans l'impasse et que le projet est donc annulé : « Je ne pense pas que le projet avancera car il n'y a pas la même volonté de faire ce film chez tous les partis concernés. Et je le comprends tout à fait car le problème avec beaucoup de ces adaptations est qu'il s'agit d'énormes licences pour les sociétés de jeux vidéo, auxquels un film ne peut faire que du mal. C'est vrai : si le film est génial, vous n'allez probablement plus vendre de jeux. […] De plus, les sociétés de jeux vidéo sont très protectrices avec leurs franchises mais il y a aussi certaines libertés qu'un studio doit avoir pour distribuer et vendre un film dans le monde et, parfois, faire coïncider ces deux impératifs est vraiment difficile. Dans le cas de Metal Gear Solid, il était simplement impossible d'y parvenir »[11].

À l'occasion des 25 ans de la serie Metal Gear, Hideo Kojima a confirmé qu'un film Metal Gear etait en préparation.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Comic Book & Digital Graphic Novel

Metal Gear Solid: Official Comic Book est une adaptation de Metal Gear Solid en comic book. Dessiné par Ashley Wood et publié par IDW Publishing, le premier numéro est sorti en septembre 2004. Il est traduit en France par Soleil Productions. Metal Gear Solid: Digital Graphic Novel, sorti en 2006, est une adaptation du comic sur la console PlayStation Portable.

Metal Gear Drama

Metal Gear Drama est un feuilleton radiophonique, découpé en 18 sessions hebdomadaires, diffusé en 1998 et 1999 au Japon dans le cadre du programme radio « club DB » de Konami. Réalisé par Shuyo Murata, le feuilleton fait suite à Metal Gear Solid, mais les évènements abordés sont considérés parallèles à la série, mettant surtout en lumière la personnalité des personnages. Le feuilleton est divisé en trois épisodes : la mission de Meryl Silverburgh en république de Basra et ses retrouvailles avec Solid Snake et Roy Campbell ; la mission de Mei Ling et Snake dans la République du San Chago ; et la mission de sauvetage de Roy Campbell, fait prisonnier en République d'Esteria. Quelques personnages inédits font leur apparition. Une compilation CD du feuilleton, Metal Gear Drama CD, fut éditée en deux volumes en 2001 au Japon.

The Document of Metal Gear Solid 2

The Document of Metal Gear Solid 2 est un documentaire interactif sur la création de Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty, commercialisé en 2002 au Japon et États-Unis. Il est inclus la même année dans la version PlayStation 2 européenne de Metal Gear Solid 2: Substance.

Metal Gear Saga

Metal Gear Saga est une collection de documentaires en deux volumes sur DVD. Le premier volume fut proposé en édition limitée en 2006 en Amérique du Nord dans le cadre d'une campagne de réservation de Metal Gear Solid 3: Subsistence. D'une durée de 30 minutes, il relate l'histoire de la série (les cinq premiers épisodes), contient une interview d'Hideo Kojima et quelques informations sur Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots. Le second volume est proposé en 2008 en Amérique du Nord dans le cadre d'une campagne de pré-commande de la version collector de Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots. D'une durée de 25 minutes, le film est centré sur les personnages de Big Boss, Liquid, Solidus et Solid Snake. Il contient toutes les bande-annonces du quatrième épisode jusqu'au TGS 2007.

Metal Gear Solid 4 Database

Metal Gear Solid 4 Database est une base de données interactive sur l'univers de la série Metal Gear. Proposé gratuitement en téléchargement (77MB) au format PlayStation 3, le programme est disponible depuis le au Japon et aux États-Unis et le en Europe. Les archives couvrent sept des épisodes principaux de la série, de Metal Gear à Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots. Metal Gear Solid: Peace Walker et Metal Gear Rising: Revengeance ne sont pas pris en compte dans la base de donnée car sortit ultérieurement pour le premier, et encore en développement pour le second. Les données se divisent en trois parties : l'encyclopédie (plus de 550 entrées réparties entre les personnages, les organismes, la science, l'armée, les évènements historiques, les lieux et divers), le schéma relationnel entre les personnages et la chronologie complète de l'histoire. Cela dit et pour des raisons inconnues, Sony a retiré de son catalogue en ligne PSN la dite "Database" des serveurs européens et ne devrait plus être proposée.

Apparitions extérieures[modifier | modifier le code]

  • Un des trailers de Front Mission Evoled datant de 2010 faisant un clin d'œil à la série.
  • Dans Saints Row IV il y a une mission d'infiltration dans une base secrète, il y a une partie où le joueur se cache dans un carton, et on combat son jumeau maléfique à la fin de cette mission.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Nicolas Courcier et Mehdi El Kanafi, Metal Gear Solid : Une œuvre culte de Hideo Kojima, Console Syndrome éditions,‎ 2012, 193 p. (ISBN 978-2-919719-04-4).
  2. (ja) Site Metal Gear Arcade de Konami
  3. (en) Article sur Metal Gear Arcade
  4. « Metal Gear Solid : le coffret collector. », sur Gamekult,‎ 5 juillet 2007
  5. « Metal Gear Solid : The Legacy Collection confirmé au Japon », sur Playfrance,‎ 25 avril 2013
  6. (en) « Metal Gear Solid: The Movie », JeuxFrance.com (consulté le 30 avril 2006)
  7. (en) Tom Bramwell, « Kojima confirms MGS movie », Eurogamer,‎ 2 mai 2006 (consulté le 10 août 2007)
  8. [1]
  9. Annonce de Metal Gear Solid au Cinéma
  10. Metal Gear au cinéma : Uwe Boll écarté
  11. http://www.excessif.com/cinema/actu-cinema/news/metal-gear-solid-au-cinema-youpi-c-est-mort-5633018-760.html Annonce de l'annulation de la réalisation du film

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites officiels[modifier | modifier le code]