Messimy (Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Messimy
Blason de Messimy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Vaugneray
Intercommunalité Communauté de communes des Vallons du Lyonnais
Maire
Mandat
Catherine Di Folco
2014-2020
Code postal 69510
Code commune 69131
Démographie
Gentilé Messimois
Population
municipale
3 346 hab. (2011)
Densité 301 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 56″ N 4° 40′ 29″ E / 45.6988888889, 4.6747222222245° 41′ 56″ Nord 4° 40′ 29″ Est / 45.6988888889, 4.67472222222  
Altitude 350 m (min. : 257 m) (max. : 606 m)
Superficie 11,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Messimy

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Messimy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Messimy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Messimy

Messimy est une commune française située dans le département du Rhône et la région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Messimy se situe dans les Coteaux du Lyonnais, région du Sud-Ouest Lyonnais, à une vingtaine de kilomètres du centre de Lyon. Elle fait partie de la Communauté de Communes des Vallons du Lyonnais (CCVL) et se réfère au canton de Vaugneray.

Les principaux quartiers qui la composent sont entre autres Le Bourg, Malataverne, Quinsonnas, La Bruyère, Les Granges, Le Mouchetier, etc.

Le point le plus haut de la commune se situe au Plat Saint-Romain, à 606 mètres d'altitude. Le point le plus bas correspond au cours de la rivière du Garon, à 257 mètres d'altitude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Messimy provient du latin Maximus de Maximiacum, « domaine de Maximus », d'où Maissimeu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un ancien village fortifié succède à une occupation romaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2008   Catherine Di Folco DVD  
1995 2008 Michel Simon DVD  
1983 1995 Charles André    
1977 1983 Marcel Geay    
1945 1977 Joseph Thollet    
1944 1945 Pierre Ville    
1920 1944 Jean Parrel    
1919 1920 Etienne Brun    
1912 1919 Nicolas Monvernay    
1911 1912 Alexandre Boyrivent    
1904 1911 Pierre Jean François Pitiot    
1896 1904 Pierre Chantre    
1892 1896 Jacques Brun    
1888 1892 Emile Wedrychowski    
1882 1888 Pierre Chantre    
1880 1882 Jacques Brun    
1870 1880 Léon Wedrychowski    
1867 1870 Pierre Chantre    
1858 1867 Jean François Brun    
1856 1858 Claude Chantre    
1848 1856 Etienne Brun    
1838 1848 Pierre Brossard    
1831 1838 Jean François Chatard    
1830 1831 François Brun    
1827 1830 Hypolite Derozière    
Les données manquantes sont à compléter.

Catherine Di Folco élue sénatrice UMP du Rhône en 2014.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 346 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 816 838 897 1 112 1 302 1 310 1 392 1 385
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 403 1 448 1 420 1 363 1 406 1 306 1 347 1 305 1 242
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 232 1 212 1 059 928 884 929 973 968 1 012
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
957 1 154 1 384 1 605 2 017 2 696 2 995 3 128 3 265
2011 - - - - - - - -
3 346 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les traces du vingtain, enceinte fortifiée dans laquelle les habitants venaient se mettre à l'abri en cas d'attaque, sont encore visibles.

  • À Visiter : Chapelle romane XIIe siècle, adossée à l'église contemporaine (XIXe siècle), au centre du bourg.
  • Maison forte de la Chatelaise, et château de la Feuillade.
  • Mairie : 8 avenue des Alpes, construite en pierre de Vaugneray, à la fin du XIXe siècle a abrité l'école primaire jusqu'en 1985 environ.
  • Points remarquables : Rives du Garon, Belvédère avec table d'orientation sur la route de Chateauvieux, Croix à gros ventre, près du pont du Garon.
  • Informations sur l'histoire et le folklore local et des monts du lyonnais auprès de l'Araire (1, passage de l'Araire) ou de l'association Messimy Entre temps.
  • Développement du Parc d'Activités des Lats, qui héberge une cinquantaine d'entreprises, dont les Laboratoires Boiron depuis 1996 (430 salariés en 2009).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Fougerouse, "Chababoudrand : histoire et économie rurale d'un lieu-dit en ruine à Messimy en lyonnais", éditions Manoirante.
  • Christian Fougerouse, "Les paysans de Quinsonnas: histoire et économie rurale d'une ferme à Messimy en lyonnais", éditions Manoirante.
  • Christian Fougerouse, "Christophe Fahy (1748-1816): premier maire de Messimy en lyonnais", éditions Manoirante.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]