Messery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Messery
Blason de Messery
Blason
Messery
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Sciez
Intercommunalité CC du Bas-Chablais
Maire
Mandat
Serge Bel
2014-2020
Code postal 74140
Code commune 74180
Démographie
Gentilé Messerolins[1]
Population
municipale
2 135 hab. (2012)
Densité 232 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 02″ N 6° 17′ 37″ E / 46.3506, 6.293646° 21′ 02″ Nord 6° 17′ 37″ Est / 46.3506, 6.2936  
Altitude Min. 372 m – Max. 451 m
Superficie 9,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Messery

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Messery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Messery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Messery
Liens
Site web http://www.messery.fr/

Messery est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes. Elle fait partie du Chablais français.

Géographie[modifier | modifier le code]

Encadré par Nernier à l’Est et Chens à l’Ouest, Messery développe une façade de 3,25 km sur le Léman dont 0,4 km de domaine public en deux sites différents « La Pointe » et « Sous les Prés ». Son altitude varie de 372 à 456 m entre lac et arrière-pays. Les 922 ha du territoire communal se déclinent en deux entités : 20 % constituent des zones construites ou à construire telles qu’elles sont définies dans le P.L.U. (plan local d’urbanisme) ; 80 % représentent un domaine non constructible associant terres agricoles (1/4 de l’espace total) et une grande zone naturelle protégée (dont 330 ha de forêt ou taillis, c’est-à-dire plus de 35 % de la superficie de la commune).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Messery, au lendemain de l'Annexion de la Savoie à la France de 1860, intègre le canton de Douvaine[2]. Elle appartient, depuis 2015, au canton de Sciez, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 25 communes[3].

La commune est membre, avec dix-sept autres, de la Communauté de communes du Bas-Chablais.

Messery relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la Cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[4].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Ponthieu Bernard ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Messerolins[1].

En 2012, la commune comptait 2 135 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
439 483 493 560 669 676 606 586 609
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
619 611 626 616 636 604 521 566 513
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
503 505 456 425 433 430 336 393 580
1982 1990 1999 2006 2007 2012 - - -
844 1 145 1 434 1 951 2 025 2 135 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Chablais… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale du bassin annécien. France 3 et sa station régionale France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Chablais, le Courrier savoyard.

Économie[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Messery bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Messery

Les armes de Messery se blasonnent ainsi : De gueules à la croix d'argent cantonnée de deux épis de blé d'or au I et IV .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Messery », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 22 mars 2015), Ressources - Les communes.
  2. Notice communale de Messery sur le site de l'EHESS.
  3. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ 21 février 2014 (consulté en octobre 2014).
  4. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 22 mars 2015).
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012
  7. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).