Messe pontificale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une messe pontificale est une solennité de la liturgie catholique. Elle est célébrée par un évêque selon les prescriptions du Cæremoniale Episcoporum[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le prélat célèbre la messe sur le trône de sa propre cathédrale ou dans la cathédrale d'un autre évêque, si la permission lui en est accordée. Le cérémonial prévoit l'usage de divers vêtements liturgiques tels que la chape, la chasuble, la dalmatique, la tunique, le grémial, le surplis, la crosse épiscopale, la mitre et d'ustensiles tels la burette, les chandelles, l'encensoir, l'amict, le rochet.

Le cérémonial prévoit aussi la présence de prêtres, de diacres, de sous-diacres, d'acolytes et de servants de messe. Vêtu de la cappa magna, l'évêque entre dans la cathédrale, visite le Saint-Sacrement et se rend à la chapelle, appelée la secretarium, où il assiste à l'office de tierce. Lors du chant des psaumes, il lit les prières et enfile les autres vêtements sacerdotaux.

La procession menée par le thuriféraire, le porteur de croix et les acolytes se rend alors au maître-autel. L'évêque lit les prières au bas de l'autel, enfile le manipule, vénère d'un baiser l'autel et l'évangile, encense l'autel, puis se rend au trône où il officie jusqu'à l'offertoire.

Les cérémonies sont assez semblables à celles des autres messes solennelles ; cependant, l’évêque chante Pax vobis au lieu de Dominus vobiscum, il lit l’épître, le graduel et l’évangile assis sur son trône, donne un baiser de paix à chacun de ses cinq principaux ministres.

Il enlève alors ses gants, se lave les mains, se rend à l'autel et continue la célébration à l'autel.

Il lave ses mains après les ablutions, chante la formule spéciale de la bénédiction épiscopale en faisant trois signes de la croix et commence le dernier évangile de saint Jean sur l’autel en le terminant en revenant sur le trône ou vers le vestimentaire.

Dans une messe pontificale de requiem, les sandales grecques, les gants épiscopaux, la crosse épiscopale et la septième chandelle ne sont pas utilisés. Un évêque titulaire officie ordinairement au prie-Dieu sans les diacres. Une messe pontificale peut aussi être célébrée par un prêtre s'il est abbé ou protonotaire, comme il est précisé dans Inter multiplices curas de Pie X.

À Rome, la messe pontificale célébrée par le pape a des particularités. Un cardinal-évêque agit comme prêtre assistant, un cardinal-diacre agit comme un diacre, un auditeur de la rote romaine est sous-diacre, il y a un diacre et un sous-diacre grec et les autres offices sont remplis par les membres par les assistants du trône pontifical et les membres du collège des prélats, etc. La procession de cardinaux, évêques, prélats et des membres de la capella pontificia, vêtus selon leur rang dans l'ordre prescrit, précèdent le Saint-Père en entrant dans la basilique Saint-Pierre.

Le pape, portant l'amict, la ceinture, l'aube, la croix pectorale, le stolon, la chape et la tiare est porté dans la basilique avec la sedia gestatoria avec les deux flabella sur les côtés. Sept acolytes accompagnent le porteur de la croix. Le pape est reçu à la porte par le cardinal-prêtre et le chapitre ; il visite le Saint-Sacrement et se rend au petit trône pour tierce, où il reçoit l'obéissance des cardinaux, évêques et abbés.

Quand les psaumes sont chantés, il lit les prières pour la préparation de la messe, chausse ses sandales grecques puis chante les prières de la tierce. Après cela, les vêtements sacerdotaux sont enlevés jusqu'à la ceinture et le pape lave ses mains et met le subcinctorium, la croix pectorale, le fanon, le stolon, la tunique, la dalmatique, les gants, la chasuble, le pallium, la mitre et la bague épiscopale. Il donne enfin un dernier baiser de paix aux trois derniers cardinaux-prêtres.

L'épître est chantée d'abord en latin par le sous-diacre apostolique puis en grec par le sous-diacre grec et l'évangile est partiellement chanté ainsi de suite. En élevant l'hostie et le calice, le pape se retourne en demi-cercle vers les épîtres et l'évangile. Après avoir donné le baiser de paix au prêtre assistant et au diacre assistant, il se rend au trône et reçoit la communion debout.

Le diacre élève la patène contenant l'hostie couverte de l'astérisque. Il place ensuite cette hostie dans les mains du sous-diacre, couvertes du linteum pectorale, pour que le sous-diacre la porte au trône. Ensuite le diacre élève le calice et l'apporte au pape devant le trône. Le pape consomme une petite parcelle de l'hostie et communie au calice à l'aide d'un petit tube appelé fistule. Il divise alors la partie restante de l'hostie, donne la communion au diacre et au sous-diacre, leur donne le baiser de paix, puis reçoit le vin de purification contenu dans un autre calice et purifie ses doigts dans une petite coupe.

Le diacre et le sous-diacre, revenus à l'autel, communient au calice avec la fistule ; le sous-diacre consomme une parcelle de l'hostie dans le calice et les deux vont boire l'eau et le vin utilisés dans la purification du calice. Le pape revient à l'autel pour terminer la messe. Après la bénédiction, le prêtre assistant publie l'indulgence plénière. Après la fin du dernier évangile, le pape monte sur le sedia gestatoria, met sa tiare et revient en procession comme il était entré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :