Mesrop Machtots

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Machtots

Mesrop Machtots
Մեսրոպ Մաշտոց

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Illustration de Mesrop Mashtots (manuscrit de 1776).

Naissance 362
Hatsekats, région de Taron
Décès 17 février 440 (à 78 ans)
Etchmiadzin
Nationalité Arménie
Profession
Moine
Autres activités
Créateur de l'alphabet arménien

Saint Mesrop (prononcé Mesrob en arménien occidental), dit aussi Machtots (en arménien Մեսրոպ Մաշտոց), né en l'an 362 dans le village de Hatsekats (région de Taron) en Arménie occidentale et mort le 17 février 440, est un moine arménien également créateur en 405 de l'alphabet arménien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce que l'on sait de sa vie et de son œuvre vient de son disciple Korioun. Il occupe d'abord des fonctions administratives et militaires à la chancellerie des Arsacides. Il se consacre ensuite à l'état religieux et entreprend d'évangéliser la région de Goght'en. Convaincu que la conversion des païens serait facilitée par la traduction arménienne des Évangiles, il s'en ouvre au catholicos Sahak. L'alphabet inventé par un évêque syrien appelé Daniel ne lui semblant pas adéquat, Machtots se livre lui-même à des recherches en Syrie dans le but de concevoir un meilleur système. Les spécialistes placent la date de cette invention entre 392 et 406.

Postérité[modifier | modifier le code]

Selon le poète moderne Parouir Sévak, Mesrop Machtots fut « le plus grand homme politique que l'Arménie ait connu »[1]. En effet, en créant l'alphabet arménien, ce fondateur sauva non seulement la langue arménienne, mais aussi la culture. Sans aucun doute, Machtots pour les Arméniens d'hier et d'aujourd'hui, représente la plus éminente figure ; c'est l'homme qui sauva son peuple en sauvant sa langue. Il fut, par l'envergure de son esprit, dans le domaine des lettres, ce que Tigrane II le Grand fut dans le domaine de la guerre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parouir Sévak, « La plume contre l'épée  », article littéraire datant d'avril 1962, dans l'édition de l'œuvre du poète par A. Aristakessian, Volume V, Erevan, Arménie 1974, p. 164-184.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :