Mervans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mervans
L'Église Saint Maurice de Mervans
L'Église Saint Maurice de Mervans
Blason de Mervans
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Saint-Germain-du-Bois
Intercommunalité Communauté de communes de Bresse Revermont 71
Maire
Mandat
Jean-Luc Naltet
2014-2020
Code postal 71310
Code commune 71295
Démographie
Population
municipale
1 465 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 56″ N 5° 11′ 14″ E / 46.7988888889, 5.1872222222246° 47′ 56″ Nord 5° 11′ 14″ Est / 46.7988888889, 5.18722222222  
Altitude Min. 183 m – Max. 214 m
Superficie 28,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mervans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mervans

Mervans est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mervans fait partie de la Bresse bourguignonne, dans le département de la Saône-et-Loire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Serrigny-en-Bresse La Racineuse, Dampierre-en-Bresse La Chapelle-Saint-Sauveur, La Chaux Rose des vents
Villegaudin N Serley
O    Mervans    E
S
Diconne Devrouze Saint-Germain-du-Bois

Hameaux[modifier | modifier le code]

Il y a pleins de hameaux dans ce village : La Barre, La Blaude, Le Breuil, Le Buteau, Buxy, Charmois, Gouge, La Griffonnière, Le Reversey, Saint-Claude, Toulouse, La Tuilerie, Le Vernois…

Accès et transports[modifier | modifier le code]

La Gare de Mervans est une gare ferroviaire de la ligne de Dijon-Ville à Saint-Amour. C'est une halte ferroviaire de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Bourgogne.

Trois route départementale traverse la commune : La RD970, la RD996 et la RD313.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement il y a dans cette commune des formations sédimentaires du Pliocène[1]. L'altitude varie de 183 mètres à 214 mètres[2]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il y a trois ruisseau qui passe dans la commune : le ruisseau Briant, le ruisseau le Colombier et le ruisseau la Florence qui sont des confluents de la Guyotte. Il y a également des étangs.

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blasonnement : de gueules à l'aigle d'or armée et membrée d'azur

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 mars 2014 Jean-Luc Vernay PS Conseiller général du Canton de Saint-Germain-du-Bois
mars 2014 en cours Jean-Luc Naltet    
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalité[modifier | modifier le code]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 465 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 792 1 559 1 617 1 998 2 118 2 002 2 140 2 068 1 971
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 832 1 832 1 880 1 800 1 835 1 891 1 886 1 961 1 925
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 904 1 940 1 945 1 824 1 887 1 815 1 783 1 777 1 683
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 608 1 598 1 593 1 285 1 231 1 169 1 298 1 331 1 365
2011 - - - - - - - -
1 465 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Stade de Mervans

Sports[modifier | modifier le code]

Il y a un club de football nommé le « Club Sportif Mervans » (CS Mervans).

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique dans l'église du village.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Terroirs et vins de France. Itinéraires œnologiques et géologiques, Éditions BRGM, Carte géologique du vignoble du Jura, p. 102 et 103.
  2. La Saône-et-Loire ; les 573 communes, Mervans, p. 136.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]