Merlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Merlin l'Enchanteur)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merlin (homonymie).
Merlin
{{#if:
Personnage de la légende arthurienne
Image illustrative de l'article Merlin
Nom original Myrddin
Autres noms Merlinus, Marzhin, Merzhin
Caractéristiques
Origine Mythologie celtique et/ou personnage historique
Entourage Blaise, le roi Arthur, la fée Viviane
Pouvoirs Métamorphose, enchantement, divination, commandement des animaux et des éléments
Apparitions
Première apparition Poèmes gallois
Manuscrits Geoffrey de Monmouth, Vita Merlini
Robert de Boron, Merlin en vers et en prose
Livres L'Enchanteur, Le Codex Merlin
Films Merlin l'enchanteur, Excalibur
Séries télévisées Merlin
Kaamelott

Merlin est un personnage légendaire, prophète magicien doué de métamorphose, commandant aux éléments naturels et aux animaux dans la littérature médiévale. Le fond de sa légende provient de la mythologie celtique galloise et s'inspire certainement d'un druide divin mêlé à un ou plusieurs personnages historiques. Son image première est assez sombre. Les plus anciens textes concernant Myrddin Wyllt, Lailoken et Suibhne le présentent en « homme des bois » torturé et atteint de folie, mais doté d'un immense savoir acquis au contact de la nature et par l'observation des astres. Après son introduction dans la légende arthurienne grâce à Geoffrey de Monmouth et Robert de Boron, Merlin devient l'un des personnages les plus importants dans l'imaginaire et la littérature du Moyen Âge.

Dans le cycle arthurien, dont il est désormais indissociable, Merlin naît d'une mère humaine et d'un père diabolique. Bâtisseur de Stonehenge, il use de ses sortilèges pour permettre la naissance du Roi Arthur et son accession au pouvoir, grâce à l'épreuve de l'épée Excalibur et à la formation de la Table Ronde. Conseiller du roi et de ses chevaliers, il prédit le cours des batailles, influe sur leur déroulement et entraîne la quête du Graal. Homme sauvage proche du monde animal, Merlin se retire régulièrement en forêt pour y rencontrer son scribe et confident Blaise. Son histoire connaît différentes fins selon les auteurs, la plus connue étant celle où il tombe éperdument amoureux de la fée Viviane, à laquelle il enseigne ses secrets de magicien. Elle finit par l'enfermer à jamais dans une grotte ou une prison d'air, en usant de l'un de ses propres sortilèges.

Merlin est mentionné très régulièrement dans la littérature depuis le Moyen Âge, qui a construit son image par inspiration successive entre les différents auteurs. Archétype du sorcier ou du magicien, son nom est fréquemment associé à la fonction d’« enchanteur », notamment depuis que ce terme a servi de titre à la version française du célèbre dessin animé de Walt Disney dans les années 1960, Merlin l'enchanteur. Il reste une source d'inspiration pour de nombreux auteurs et artistes, comme Guillaume Apollinaire (L'Enchanteur pourrissant), Barjavel (L'Enchanteur) et Stephen Lawhead (Cycle de Pendragon).

Sommaire

Étymologie[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses théories concernant l'origine du nom de Merlin. Il est également connu sous la forme latine « Merlinus », galloise « Myrddin », « Merddin » ou « Myrdhin », bretonne « Merzhin » ou « Mellin »[réf. souhaitée], ou cornique « Marzhin ». D'après l’Oxford English Dictionary, le nom le plus ancien est le gallois Myrddin, via le barde Myrddin Wyllt, l'un des personnages historiques qui auraient inspiré le Merlin légendaire. Geoffrey de Monmouth latinise ce nom en Merlinus vers 1135. Le médiéviste Gaston Paris pense qu'il a choisi la forme « Merlinus » plutôt que le plus logique « Merdinus » afin d'écarter toute homophonie avec le mot anglo-normand « merde » (du latin merda)[1],[S 1]. Henri d'Arbois de Jubainville suppose le résultat de la « tendance du d à se changer en l dans les langues indo-européennes »[Va 1]. D'après Martin Aurell, la forme latine Merlinus est une euphonie de la forme celtique, pour rapprocher Merlin du merle blanc en lequel, avec ses pouvoirs chamaniques, il peut se métamorphoser[2].

Mer[modifier | modifier le code]

Ruines montrant deux murs de pierres.
L'amphithéâtre romain de Moridunum, cité à laquelle Merlin devrait son nom.

La théorie la plus répandue concernant l'origine du nom gallois Myrddin, selon Claude Sterckx, est celle de Caerfyrrdin[St 1]. Elle est proposée par le celtisant Alfred Owen Hughes Jarman, d'après qui Myrddin (mərðɪn) provient du toponyme Caerfyrddin, nom gallois de la ville désormais connue sous le nom de Carmarthen[3]. Elle entre en contradiction avec l'étymologie populaire, selon laquelle le nom de cette ville provient du barde du même nom. Ce qui pourrait être « la ville de Myrddin » serait plutôt une évolution du nom romain (latin) « castrum moridunon » (Moridunum), soit « le Fort du Manoir de la mer »[St 1],[3],[1], mais l'origine de cette étymologie reste peu connue[LRGu 1].

En 1965, Eric P. Hamp propose une étymologie assez proche, Morij:n, soit « le maritime ». Il n'existe pas de lien évident entre Merlin et la mer dans les textes à son sujet[St 1], mais cette théorie s'expliquerait par la nature du père de Merlin dans les textes gallois, Morfryn[4]. Il pourrait être un démon maritime, décrit plus tard comme le Diable ou un incube[WaD 1].

Oiseau[modifier | modifier le code]

Petit oiseau noir au bec jaune-orangé, sur un buisson aux fleurs jaunes.
Un merle mâle (Turdus merula), oiseau dont le nom a peut-être inspiré celui de Merlin en français.

Dans nombre de récits à son sujet, Merlin peut prendre la forme d'un oiseau, c'est le cas notamment dans La Folie de Suibhne (Buile Shuibhne). De plus, en anglais, le Faucon émerillon (Falco columbarius) est surnommé « merlin »[WaD 2] : de nombreux écrivains de fiction n'ont pas manqué de souligner cette analogie[K 1]. En langue française, une association logique est de lier Merlin au merle[WaD 2]. Si cette théorie n'est pas universellement retenue et présente le désavantage de ne s'appliquer qu'au français médiéval, elle explique l'existence de l'« esplumoir Merlin » comme une sorte de nid où il se métamorphose, en abandonnant son apparence d'oiseau[5]. Dans l'imaginaire celtique, le merle est un oiseau de l'Autre Monde, en raison notamment de son chant mélodieux qui rappelle celui des bardes et transporte celui qui écoute. En ce sens, la mythologie du merle est proche du personnage de Merlin[WaD 3].

Le merle blanc est aussi le titre d'un conte populaire français (conte-type 550) dans lequel l'oiseau est l'équivalent d'un enchanteur, capable de rajeunir autrui à volonté, objet d'une quête confiée par un roi vieillissant. Par son pouvoir sur l'écoulement du temps et sa capacité à restaurer le pouvoir de la royauté, cet oiseau magique rappelle Merlin[WaD 4]. Sa blancheur est une marque de sa nature féerique, un motif fréquent dans l'univers celtique. Les analogies entre Merlin et le merle s'apparentent davantage à un rapprochement postérieur qu'à une véritable étymologie, puisque le nom français de Merlin est plus tardif que les autres formes[WaD 5].

Autres théories linguistiques[modifier | modifier le code]

Le gallois Myrddin a donné le français « Martin ». La forme Marzin rappelle aussi les Marses, dont le nom est venu à désigner les sorciers et charmeurs de serpents. La racine de l'ours Arth (que l'on retrouve dans l'étymologie d'Arthur) en est assez proche[WaD 6]. Ce rapprochement est en lien avec saint Martin[6], qui dispose de pouvoirs comparables à ceux de Merlin (bien que les siens proviennent de Dieu, et non de forces panthéistes)[WaD 6]. Le personnage de Merlin l'a vraisemblablement inspiré[7], saint Martin étant à l'origine un avatar gaulois de Merlin qui a été christianisé[WaD 7].

Description[modifier | modifier le code]

Gravure d'un vieil homme barbu vu de dos, face à un corbeau.
Merlin vu par Louis John Rhead dans King Arthur and His Knights, 1923.

Le Merlin connu actuellement à travers les contes et les dessins animés, enchanteur, prophète, homme des bois, maître des animaux et des métamorphoses, sage et magicien proche de la nature, a connu une longue évolution. Merlin n'est pas une création des auteurs du cycle arthurien, son origine est bien plus ancienne. Il est en quelque sorte redécouvert, christianisé et réinventé par différents auteurs pour y figurer[WaD 8]. À l'origine, les textes gallois le voient comme un barde[Va 2]. « Personnage capital du Moyen Âge »[WaD 8], Merlin devient un véritable mythe littéraire grâce à sa popularité[S 2].

Origines[modifier | modifier le code]

Bien avant d'être un personnage littéraire, Merlin appartient à une tradition orale[S 2] galloise : selon les poèmes locaux, il se nomme Myrddin et vit en Cumbrie[K 2]. Un débat ancien oppose les partisans d'une origine historique à ceux d'une origine mythologique[WaD 9]. Il est peu vraisemblable qu'il soit une création littéraire du Moyen Âge[WaD 10]. Pour Claude Lecouteux, il provient « de la littérarisation et de la christianisation d’un individu venu d’ailleurs, d’un lointain autrefois que même les auteurs du XIIe siècle ne comprenaient sans doute plus »[8]. Par ses pouvoirs, Merlin s'apparente davantage à une créature de légende qu'à un être humain[WaD 9]. La théorie la plus probable, soutenue par Philippe Walter (Dr h. c.) et différents universitaires, serait qu'il soit né d'une fusion entre un personnage légendaire celte et un personnage historique, un chef de clan supposé et nommé Myrddin, confondu avec l'Ambrosius dont parle saint Gildas[9].

Druide[modifier | modifier le code]

Les récits légendaires autour de Merlin prennent certainement leurs sources dans un fond celtique ou pré-celtique antérieur aux influences chrétiennes[WaD 8],[WaD 11]. Quelques croyances « folkloriques et édulcorées » autour des rituels druidiques ont pu survivre par l'oralité jusqu'au XIIe siècle, quand les clercs couchent cette matière orale à l'écrit[WaD 12]. Le Merlin primitif commet les « trois péchés du Druide »[LRGu 2] et se retrouve déchu de ses anciennes fonctions, sous l'influence du christianisme qui diabolise la « magie druidique ». Myrddin Wyllt, Lailoken et Suibhne se convertissent tous trois à la foi chrétienne à la fin de leurs récits respectifs[WaD 13]. Philippe Walter voit dans la légende celtique originelle de Merlin celle d'un druide divin lié à des rituels saisonniers calendaires, d'où son image d'homme des bois, d'astrologue, de devin et de magicien[WaD 14]. Merlin pourrait être un ancien druide divin ou un dieu-druide[10], mais l'absence de sources d'époque rend impossible tout lien certain vers un fond mythologique exclusivement celte[WaD 10]. L'existence d'un mythe fondateur autour de Merlin dans la mythologie celtique semble peu probable. Cette théorie ne peut toutefois pas être totalement écartée, les premiers auteurs des écrits mentionnant Merlin s'appuyant sur le folklore populaire oral de leur époque[WaD 15]. Lors de sa christianisation, il perd certaines de ses anciennes caractéristiques comme sa maîtrise du temps, un attribut divin[WaD 16].

Fond chamanique, divinité de la nature[modifier | modifier le code]

Gravure sur métal montrant un homme assis avec des cornes sur la tête, entouré d'animaux, dont un cerf.
Le dieu celte Cernunnos (ici, sur le chaudron de Gundestrup) partage avec Merlin son rapport à la forêt et aux animaux qui y vivent, particulièrement le cerf[WaD 17]

Les pratiques chamaniques montrent beaucoup de points communs avec les pouvoirs attribués à Merlin, laissant à penser qu'il trouverait son origine dans un chamanisme eurasiatique primitif : ensauvagement, prophétisme et transformation en oiseau[S 3],[Va 3]. A. Mac-Culloch trouve des analogies entre le chamanisme pratiqué dans l'Altaï et les pratiques des Celtes[11], mais le celtisant Christian-Joseph Guyonvarc'h réfute l'idée d'un « chamanisme celtique »[12]. Il est tout aussi délicat de lier Merlin à un personnage pré-indo-européen, il ne représente clairement aucune des trois grandes fonctions des Indo-européens (guerre, fécondité et sacerdoce). Il a pu évoluer de roi guerrier vers une fonction plus spirituelle[WaD 18], ce qui l’inclurait aux dieux « protéens » des Celtes et des Indo-européens, dont parle Claude Sterckx[St 2].

Nikolaï Tolstoï et Jean Markale ont suggéré qu'il était un avatar de Cernunnos, divinité celte de la nature[13]. Il rappelle la tradition des divinités et créatures païennes de la nature et des forêts, comme le Sylvain, Sylvanus, le Faune et l'Homme sauvage[WaD 10],[Va 4]. Cette filiation est d'autant plus probable que Merlin raconte lui-même la légende de Faunus et de Diane dans le cycle Post-Vulgate[Va 5]. Le Sylvain peut se présenter comme un vieillard et posséder la force d'un jeune homme, comme Merlin[S 3].

Personnage historique[modifier | modifier le code]

Dès 1868, Henri d'Arbois de Jubainville se pose la question de l'historicité de Merlin, et en conclut que sa légende a été fabriquée de toutes pièces pour expliquer le nom de Carmarthen (en gallois Caerfyrddin)[14]. Par la suite, certains chercheurs comme J. Douglas Bruce soutiennent que Merlin est une invention littéraire de clercs inspirés par les légendes celtiques[Z 1].

L'existence d'un ou de plusieurs « Merlins historiques » est toutefois défendue par de nombreuses personnes, dont la professeur émérite Dr Norma Lorre Goodrich[15] et le doctorant québécois Guy D'Amours[16]. Selon eux, ce Merlin historique a inspiré différents auteurs depuis le VIe siècle, à travers des manuscrits disparus désormais. Deux personnages historiques gallois seraient à l'origine du Merlin littéraire : un chef de clan nommé Ambrosius Aurelianus (cité dans le sermon de saint Gildas pour ses prophéties et sa bravoure au combat) et le barde gallois Myrddin Wyllt[R 1]. Pour Philippe Walter, même si Myrddin est présenté comme un personnage historique dans certaines sources d'époque, cela ne signifie pas qu'il ait réellement existé. Les chroniqueurs médiévaux utilisent beaucoup d'éléments légendaires dans leurs écrits[WaD 15].

Norma Lorre Goodrich et l'occultiste Laurence Gardner défendent une théorie qui rejoint une certaine historicité. Pour Goodrich, « Merlin » est un titre porté originellement par l'évêque qui a couronné le roi Arthur historique[17]. Pour Gardner, Myrddin était à l'origine le titre du devin du roi (« Seer to the king »), Taliesin étant le premier d'entre eux. Certaines personnes portant ces titres auraient inspiré la légende de Merlin[18].

Filiation et naissance[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Incube et Cambion.

La naissance de Merlin n'est détaillée que par les auteurs chrétiens de la légende arthurienne. L’Historia Brittonum mentionne simplement qu'il est un « enfant sans père »[19]. Le nom de sa mère n'est généralement pas précisé, mais elle s'appellerait Adhan selon une vieille version des Prose Brut chronicles[20]. L'identité de son père incube est assez floue. Philippe Walter postule qu'il était peut-être à l'origine un démon maritime ou un « vieux de la mer » (d'où l'étymologie de Mori:jn, « né de la mer », pour le nom de Myrddin[WaD 1]), voire un esprit du souffle ou du vent[S 4]. Une stance des prophéties galloises le qualifie de Myrddin ap Morfryn, soit « Merlin fils de Morfryn », sans autre indication[Go 1].

Dans son Historia regum Britanniae, Geoffrey de Monmouth écrit un commentaire dans lequel il suggère que Merlin est peut-être le fils d'un incube surnaturel, « de la nature des hommes et de celle des anges », qui aurait pris forme humaine pour approcher une femme vierge[21]. Sans doute inspiré par ce commentaire, le trouvère normand Robert de Boron fait de Merlin un cambion, né d'une mère humaine et d'un père démoniaque dont il a hérité ses pouvoirs[22].

Un démon cornu couché au-dessus d'une femme, dans un lit.
La conception de Merlin d'après un manuscrit français attribué à Robert de Boron, XIIIe siècle.

Le démon qui engendre Merlin est nommé Aquipedes (ou enquipedes, equibedes, engibedes), soit « aux pieds de cheval », par référence au cauchemar, dans les œuvres attribuées à Robert de Boron[S 5] :

Suite de Merlin, att. à Robert de Boron Traduction de Henri de Briel[23]
Je voil que tu saiches et croies que je sui filz d’un ennemi qui engingna ma mere, et cele meniere d’enemi qui me conçut a non enquibedes et sont et repairent en l’air. Sache que je [Merlin] suis le fils d'un démon qui a possédé ma mère par ruse. Les démons qui peuvent engendrer s'appellent Ekupedes et vivent dans les airs

Sœur d'une prostituée, la mère de Merlin sait courir un grand danger et demande conseil à son confesseur Blaise, qui lui dit de ne jamais se mettre en colère et de garder une bougie allumée en permanence dans sa chambre, pour en éloigner le Diable. Mais un jour, elle se fâche contre sa sœur, se couche habillée et oublie la bougie. Le démon en profite pour concevoir Merlin qui est destiné, par sa naissance, à être un antéchrist[S 6],[Bo 1]. La mère se repent[Bo 2]. Merlin naît couvert de poils comme un animal, signe de sa filiation diabolique ou d'un rapport avec l'ours[24]. Son père maléfique lui donne la capacité de voir le passé, sa mère touchée par la grâce de Dieu celle de voir l'avenir[S 2].

Dans le Lancelot-Graal, le Diable se présente à une femme vierge sous l'apparence d'un bel homme étranger. La naissance de Merlin est très différente dans le cycle Post-Vulgate, où un homme sauvage viole une femme endormie dans la forêt. Les écrivains modernes, comme Stephen R. Lawhead (1950-), auteur du Cycle de Pendragon, laissent eux aussi courir leur imagination sur la naissance de Merlin. Ce dernier le lie à la légende de l'Atlantide. Charis, fille du Roi Avallach d'Atlantide, sa mère, en serait native. Son père Taliesin est un breton, fils d'Elffin le roi de Caer Dyvi[25]. Michel Rio fait de Merlin le fruit d'un viol incestueux entre son grand-père (surnommé « le Diable ») et sa mère dans sa trilogie Merlin, le faiseur de rois[26].

Dans tous les textes médiévaux, Merlin naît porteur d'une grande sagesse et montre une exceptionnelle précocité intellectuelle[27], comme en témoigne l'épisode où, enfant, il défie les mages de Vortigern qui souhaitent le sacrifier[28]. Dès sa naissance, il est capable de parler et de prophétiser[Bo 3]. Les auteurs de l'époque romantique, entre autres Edgar Quinet, ne manquent pas de souligner ce savoir exceptionnel et inné :

« L'enfant vint au monde, sans bruit, sans gémissements, obscurément, dans un coin du cloître ; mais quel ne fut pas l'étonnement de sa mère, qui n'osait pas même lui présenter le sein, lorsqu'elle entendit l'enfant lui dire d'une voix d'homme : « Mère, ne pleurez pas, je vous consolerai ! » Son étonnement redoubla lorsqu'elle le vit, échappé de ses langes, marcher à grands pas un livre à la main : « Qui t'a appris à lire, Merlin ? — Je le savais avant de naître. » »

— Edgar Quinet, Merlin l'enchanteur[29]

Personnalité et capacités[modifier | modifier le code]

Miniature montrant un cerf marron avec cinq cornes et un pied blanc face à un personnage couronné assis sur un trône.
Merlin, changé en cerf au pied blanc, rencontre l'empereur Jules César. Manuscrit anonyme du cycle Lancelot-Graal, 1286.

L'une des caractéristiques les plus évidentes chez Merlin, comme l'évoque bien son surnom d'« enchanteur », est sa capacité à pratiquer la magie, à prophétiser, se métamorphoser et transformer l'apparence d'autrui. Il est aussi un bâtisseur fabuleux[S 2] grâce à sa connaissance des secrets des pierres, doté d'une science et d'un savoir sans limites[Z 2]. Insoumis aux lois du temps, Merlin peut se présenter alternativement comme un enfant ou un vieillard. Ses traits de personnalité rappellent autant l'enfant « par son goût du jeu, du déguisement et du canular », que le vieillard par « son détachement, sa sagesse et son expérience »[28]. Pour prédire les événements, Merlin voyage à volonté dans le passé ou le futur[WaD 16],[Note 1]. Par son talent, il est aussi un maître ou une divinité de la parole qui représente la « véritable essence de son être »[S 7],[WaD 19]. Comme dans la tradition druidique où elle est langue sacrée des dieux, magie, prophéties et poésie découlent de ses paroles[S 8]. Bien qu'il possède d'immenses pouvoirs et sache tout du passé comme de l'avenir, Merlin est rempli de contradictions. Dans les romans français, il est trahi par ses élèves en magie, Viviane et Morgane. Dans les récits britanniques, il connaît des périodes de folie et d'immense tristesse dans la forêt[R 1].

Robert de Boron insiste sur sa position « au cœur de la lutte entre le bien et le mal », par sa naissance (il est le fils du Diable) et la rédemption de sa mère. Merlin utilise ses pouvoirs pour servir les desseins divins (aider l'avènement d'Arthur, la création de la Table Ronde et la quête du Graal, notamment par Perceval) ou des objectifs plus troubles[R 1],[Z 3]. Au service des rois, il lutte contre les envahisseurs de la Bretagne mais son apparence effrayante et ses métamorphoses suscitent peur et méfiance[R 1].

Métamorphoses[modifier | modifier le code]

Merlin peut revêtir beaucoup de formes : enfant, vieillard, bûcheron, homme sauvage, génie sylvestre[R 1]… Dans le Roman de Merlin[Note 2], il apparaît au roi Arthur sous la forme d'un enfant de quatre ans pour lui reprocher d'avoir péché en faisant l'amour avec sa sœur Morgane, puis sous celle d'un vieillard où il annonce qu'un chevalier à naître (Mordred) causera la perte du royaume[30].

Merlin peut aussi se changer en animaux. Les pouvoirs du Suibhne irlandais s'apparentent à ceux d'un chaman tels que les décrit Mircea Eliade, par sa capacité à voler et à se métamorphoser, notamment en oiseau[WaD 5],[Note 3]. Une autre métamorphose habituelle chez Merlin est celle du cerf, notamment dans les romans en prose[S 9] :

Lancelot-Graal, manuscrit BnF fr. 91, pl. 1229. Traduction[31]

Lors jeta son enchantement et se mua en merveillouse figure. Car il devint uns cers li plus grans et li plus merveillous que nus eüst onques veü, et il ot un des piés devant blanc et .V. branches en son chief, les greignoures c’onques fuissent veües sur cerf

Il jeta alors son enchantement et prit un aspect merveilleux. En effet, il se transforma en un cerf, le plus grand et le plus extraordinaire qu'on ait jamais vu : l'une de ses pattes avant était blanche et il portait des bois à cinq branches, les plus imposants qu'un cerf ait jamais portés.

Sous sa forme animale, Merlin conserve ses pouvoirs et la capacité de parler[31]. Il est également capable de transformer l'apparence d'autrui, Uther Pendragon prenant l'aspect de Gorlois afin de concevoir Arthur sous l'effet de son sortilège[K 3].

Bâtisseur[modifier | modifier le code]

Merlin construisant Stonehenge, d'après un manuscrit de la British Library contenant une version abrégée du roman de Brut.

Ses talents de bâtisseur sont réputés et grâce à sa maîtrise de la pierre, Merlin peut construire des mégalithes. L'un de ses hauts faits serait d'avoir construit Stonehenge[Note 4]. Gerbert de Montreuil, continuateur de Chrétien de Troyes, raconte aussi qu'il érige un pilier magique enchanté sur le Mont Douloureux, sous le règne d'Uther Pendragon. La présence de ce pilier rend fous les mauvais chevaliers[S 10]. Ce talent de bâtisseur s'associe avec sa connaissance des choses cachées, notamment dans le fameux épisode de la tour du roi Vortigern / Vertigier :

« Voulez-vous savoir, dit Merlin à Vertigier, pourquoi l’ouvrage s’écroule et qui l’abat ? Je vous l’expliquerai clairement. Savez-vous ce qu’il y a sous cette terre ? Une grande nappe d’eau dormante et sous cette eau deux dragons aveugles. L’un est roux et l’autre blanc ; ils sont sous deux rochers, ils sont énormes et connaissent chacun l’existence de l’autre. Quand ils sentent le poids de l’eau sur eux, ils se retournent avec un tel fracas de l’eau que tout ce qui est au-dessus chavire : ce sont eux qui font s’écrouler la tour. »

— Robert de Boron, Merlin[Bo 4]

Quête du savoir, astrologie et prophéties[modifier | modifier le code]

Merlin détient un savoir inaccessible au commun des mortels, notamment en astronomie[WaD 17]. Ses connaissances sont acquises en marge de la société, par l'observation[WaD 20],[BaA 1]. Il pratique également l'astrologie. Dans la Vita Merlini, il apprend le remariage de sa femme et l'existence de son amant par les astres[WaD 20]. La discussion entre Merlin et Taliesin s'y apparente à une conférence théologique et druidique[WaD 21] entre savants : avec Maeldin, ils forment par ailleurs une triade druidique[WaD 12]. Philippe Walter suppose que Merlin acquière ses connaissances dans un observatoire en pierres, semblable à certains monuments mégalithiques comme Stonehenge[WaD 20]. Ces particularités le rapprochent nettement des druides de l'Antiquité, qui discutent de la nature du monde et des astres puis transmettent leurs observations aux jeunes, selon Jules César[WaD 21].

Merlin est prophète grâce à son savoir, et si la plupart de ses révélations concernent des événements tragiques, il prédit aussi des règnes à venir, notamment celui d'Uther Pendragon[BaA 2]. En ce sens, il est un astrologue au service exclusif des rois de Bretagne[BaA 3]. Cet aspect est absent des romans français, qui le présentent comme un « enchanteur » sans préciser la nature de son savoir. L'astrologie étant une pratique condamnée par l'Église, Robert de Boron et ses continuateurs taisent cet aspect. Parmi les auteurs modernes, seule Marion Zimmer Bradley, dans Les Dames du Lac, attribue à Merlin un rôle d'astrologue[BaA 4]

Folie et rire[modifier | modifier le code]

Merlin vu par Aubrey Beardsley, 1893.
Extrait de Merlin, faiseur de rois, 2006
Seul Merlin a compris que la sagesse, pour être sage, doit se teinter d'un peu de folie, sous peine d'être folle[Rio 1].
Michel Rio

Les sources médiévales présentent souvent Merlin comme un « fou »[S 11]. Cette folie suit une défaite guerrière dans la Vita Merlini et la Vie de Saint Kentigern (Lailoken devient fou après une vision, et se cache en forêt). Dans La Folie de Suibhne, l'état est consécutif à la bataille de Magh Rath. Merlin est toujours transformé physiquement et mentalement pendant ses périodes de folie[WaD 22]. Philippe Walter l'analyse comme une rage ou mélancolie « canine » provoquée par un déterminisme astral, une conjonction de planètes ou l'influence lunaire[WaD 23], résultat d'une possession[S 11]. Merlin devient un sauvage, un homme-bête dont le comportement s'approche de celui des divinités sylvestres et des lycanthropes[WaD 24]. Cette folie ne se déclencherait qu'à une date précise du calendrier celtique[WaD 23]. Dans la Vita Merlini, ce serait aux trois jours des Rogations de mai, pendant la lune rousse. Dans la Vie de Saint Kentigern, c'est à l'arrivée de la saison claire pendant la fête de Carnaval[WaD 24]. Sa folie mélancolique s'apparente bien plus au délire scientifique et à un état second permettant de révéler des vérités qu'à une pathologie mentale[WaD 25].

Guy D'Amours voit dans la folie de Merlin une expression d'éveil spirituel, en se basant sur la psychologie analytique de Carl Gustav Jung[32]. Dans la plupart des textes médiévaux (et certaines adaptations modernes[Note 5]), ces périodes de folie aboutissent à une conversion au christianisme, par probable analogie avec la passion du Christ[S 12]. René Barjavel traite longuement de la folie dans son roman L'Enchanteur (1984), à travers un combat dans l'esprit même de Merlin. Il en guérit en faisant corps avec la forêt, pour se fondre en elle[Ba 1]. L'association avec la forêt, lieu où Merlin vit ses périodes de folie, est elle aussi une constante dans les textes de toutes les époques[32].

Robert de Boron n'accorde pas une grande place à la folie de Merlin, mais chez lui, le rire affiche l'altérité de son esprit[33]. Merlin est fréquemment hilare, ce rire peut être l'expression de sa folie[S 11] mais serait plutôt à rapprocher de celui de l'Homme sauvage. Avec sa connaissance du temps et de l'Autre Monde, Merlin (comme Démocrite) rit de l'inconséquence des hommes avant de prophétiser des tragédies. Il a l'intuition de toutes les vérités et des événements à venir, il peut parcourir le temps à l'envers. Son rire de devin renvoie à sa très haute sagesse et sa connaissance sans limites[S 13], suivant une longue tradition d'hommes sauvages et de devins rieurs[WaD 26]. C'est « le signe d'une connaissance surnaturelle qui permet à Merlin de percevoir les choses cachées »[34], notamment les trésors souterrains[WaD 27]. Dans la Vita Merlini, il rit d'un mendiant assit devant une porte parce qu'il devine qu'un trésor est enterré en dessous, puis d'un passant achetant des chaussures et de quoi réparer ses semelles alors qu'il sait que le malheureux va se noyer[BaR 1].

Rapport au monde[modifier | modifier le code]

Tableau d'un vieil homme barbu et courbé, tenant à la main un bâton.
Par sa vie d'ermite proche de la nature et son association au monde animal, Antoine le Grand est comparable à Merlin[S 12]
Article connexe : Homme sauvage.

Merlin entretient des rapports étroits avec les forces de la nature, notamment la forêt, le pommier et le dragon. Sa sagesse provient de son contact avec la nature[BaA 5]. C'est aussi un personnage nettement marginalisé. Anne Berthelot le voit comme le reflet d'une humanité déformée, à la limite de la bestialité en raison de son rapport avec les mascarades, mais Stephen Thomas Knight suppose que cette marginalisation résulte de l'immensité de son savoir[K 3]. La sauvagerie de Merlin en fait « l'homme des bois le plus célèbre du Moyen Âge »[WaD 28]. L'ensemble des forces sylvestres, aussi bien la forêt elle-même que les animaux qui la peuplent, est entièrement acquis à sa cause. La frontière entre Merlin et le monde sylvestre est elle-même floue. Il est sensible au rythme des saisons avec ses périodes de déclin (folie) et de renouveau. Il est capable de prendre l'apparence d'animaux et se compare lui-même à certains arbres[WaD 29] : c'est le maître du temps et l'esprit du végétal[WaD 30]. Le saint chrétien ermite Antoine le Grand est proche de lui : victime de possessions démoniaques, associé au sanglier, fuyant les hommes pour se rapprocher du divin[S 12].

Les arbres et la forêt[modifier | modifier le code]

La forêt forme l'environnement naturel et favori de Merlin[WaD 28], les romans français évoquent ses disparitions de la cour d'Arthur pour s'y réfugier, en compagnie de son confident Blaise en Northumberland. Si la forêt de Merlin est située au Nord de la Britannia dans les plus anciens textes, elle est décrite comme étant la forêt de Brocéliande au fil du temps[K 4]. Dans les sources plus anciennes, comme la Vita Merlini, son rapport avec la forêt est différent puisqu'il se réfugie en Calédonie par réaction à une malédiction[WaD 28]. Ce lien le rapproche des divinités celtiques[WaD 28] dont la forêt est le domaine habituel[LRGu 3], et des personnages d'inspiration chamanique, comme l'esprit des forêts toungouses[WaD 28] décrit par Uno Harva, qui monte les bêtes sylvestres et se métamorphose lui-même[35]. Le mythe de l'homme sauvage compte les faunes romains et inclut la légende de Merlin[WaD 1]. Dans la mythologie celtique, la forêt est un passage vers l'Autre Monde, un monde habité par les forces divines[WaD 31]. Pour Merlin, elle est aussi un lieu de science où la présence de la nature préserve les forces magiques : selon la Vita Merlini, c'est dans la forêt que Merlin choisit d'établir sa demeure à soixante-dix portes et soixante-dix fenêtres, où il étudie l'astronomie et l'astrologie[WaD 32].

Le pommier est l'arbre favori de Merlin[WaD 31]. Il en pousse abondamment sur l'île d'Avalon[36]. Cet arbre symbolise la connaissance, l'initiation et l'immortalité[WaD 33]. Le poème « Les pommiers de Merlin », dans le Livre noir de Carmarthen (v. 1250)[37] en montre l'importance, tout comme le début de la Vita Merlini[38] où il se réfugie dans un pommier qui le rend invisible, pour échapper aux troupes ennemies de son seigneur Gwenddolau[WaD 33]. Philippe Walter pense que le pommier, arbre magique auquel Merlin peut s'adresser dans ses périodes de folie, est aussi son arbre protecteur et providentiel, un dispensateur du savoir sacré lié à la divination et à la parole[WaD 34]. Les arbres sont, de manière générale, des dispensateurs de pouvoirs divinatoires et de science pour tous les druides[WaD 35],[LRGu 4]. Merlin se compare occasionnellement à un « chêne pourrissant »[Note 6], arbre des druides, dans la Vita Merlini[WaD 29].

Les animaux et le dragon[modifier | modifier le code]

Tête d'un cerf aux longues cornes en train de bramer, la gueule ouverte.
Un cerf, animal lié à Merlin.

Merlin entretient un rapport privilégié avec les animaux forestiers, notamment le cerf qu'il chevauche (selon Geoffrey de Monmouth), un animal omniprésent dans les cultes celtiques et préceltiques[WaD 36]. Le Loup gris (Canis lupus) l'accompagne durant l'hiver[WaD 28] (le nom de son Maître Blaise est en rapport étroit avec celui du loup, Bleizh en vieux breton[WaD 37]), le sanglier[S 12] et/ou le porc (ses disciples sont surnommés « petits cochons » dans les poèmes gallois[39]), et enfin l'ours (il naît poilu comme un ours[WaD 20]) font également partie de ses compagnons. Il comprend les animaux et se fait comprendre d'eux[WaD 37]. Ces caractéristiques renvoient au chamanisme[WaD 28].

Son rapport avec le dragon est particulier. Au contraire des chevaliers de la Table Ronde qui combattent les reptiles, Merlin n'est pas un sauroctone. Il apprivoise les dragons, prenant sur eux un ascendant de nature druidique et magique. Le roi Vortigern (Vertigier selon Robert de Boron) trouve un « enfant sans père », Merlin, qui lui apprend qu'un dragon rouge et un dragon blanc se battent sous les fondations de son château[Note 7]). Dans le roman de Robert de Boron, il vient en aide à la famille Pendragon, notamment Uther à qui il permet de coucher avec la femme de ses rêves pour concevoir Arthur. Plus tard, Merlin interprète favorablement l'apparition d'un reptile dans le ciel pendant une bataille. Pour aider Arthur, il utilise une enseigne en forme de dragon vivant[S 14] qui « jette feu et flammes par la gueule »[S 15]. Le dragon revêt pour lui un côté protecteur et totémique[S 16], Merlin est par ailleurs représenté sous forme de dragon lui-même dans une chronique de Jean de Würburg concernant Guillaume François d'Autriche[40].

Entourage[modifier | modifier le code]

Merlin prophétisant devant le roi Vortigern. Manuscrit anonyme des Prophetiae Merlini de Geoffrey de Monmouth, British Library, v. 1250-1270.

Merlin est entouré d'autres personnages littéraires provenant d'un fond mythologique celtique ou de la légende arthurienne. Les plus connus sont le scribe Blaise qui consigne son histoire, le roi Arthur qu'il veille et protège, et la fée Viviane qu'il aime. Morgane et Viviane sont ses élèves. Malgré tout son savoir, Merlin est piégé par les ruses de ces deux femmes[R 1].

Taliesin[modifier | modifier le code]

Article connexe : Taliesin.

Le personnage mythique de Taliesin, dont l'histoire provient du même fond de mythologie celtique brittonique que les plus anciens textes concernant Merlin, est très proche de lui. Sa naissance est chamanique, puisque son père Gwion Bach se change en grain de blé puis se fait avaler par la sorcière Ceridwen sous forme de poule. Neuf mois plus tard, le premier mai, elle donne naissance à Taliesin (qui peut être vu comme Gwion Bach lui-même) et l'abandonne sur un bateau[41]. Taliesin, comme Merlin, est en quelque sorte un enfant sans père[S 17]. Il est prédestiné, ses actions et les grandes dates de sa légende sont en relation étroite avec le calendrier celtique[S 18]. Les Triades galloises citent Merlin et Taliesin côte à côte. Ils sont peut-être issus d'un même druide divin celtique[WaD 31].

Blaise[modifier | modifier le code]

Article connexe : Blaise.
Merlin dictant un poème à l’historien Blaise[42]
(Enluminure d’un manuscrit français du XIIIe siècle).

Maître Blaise est, dans les romans français (depuis Robert de Boron) le scribe et confident personnel de Merlin. Confesseur de la mère de Merlin, son rôle est par la suite d'écrire tout ce que lui raconte l'enchanteur, y compris ses prédictions[WaD 37]. En cela, il répartit les rôles : Merlin est un conteur oral mais pas un écrivain, fonction entièrement dévolue à Blaise[S 19]. L'apparition de Blaise dans les récits renvoie concrètement à la création littéraire médiévale, l'écrivain n'étant le plus souvent que celui qui adapte un récit de tradition orale[S 7].

Pour Philippe Walter, Blaise est à l'origine un homme-loup (d'où le rapprochement en vieux breton avec le nom de l'animal), dont la fonction est d'être le double de Merlin[WaD 37]. Cette association expliquerait l'apparence animale de Merlin à la naissance et le nom de Lailoken, « le jumeau ». Elle ferait de Merlin et Blaise des jumeaux divins[WaD 38],[S 20].

Uther, Arthur et les chevaliers de la Table Ronde[modifier | modifier le code]

Gravure en noir et blanc montrant, au fond d'un paysage de ruines de châteaux, un roi et un vieil homme barbu les bras écartés, côte à côte.
Merlin conseillant Arthur, illustration de Gustave Doré pour Idylles du roi de Lord Alfred Tennyson, 1868.
Articles connexes : Roi Arthur et Chevaliers de la Table Ronde.

La plupart des ouvrages qui parlent de Merlin évoquent aussi Arthur et les chevaliers de la Table ronde. Ces textes datent pour la plupart du XIIIe siècle au XVe siècle. Son rôle dans la légende arthurienne est d'aider à l'accomplissement du destin du royaume de Bretagne (ou royaume de Logres, la Loegrie)[Note 8]. Grâce à sa sagesse, il devient l'ami et le conseiller du roi Uther Pendragon. À la mort de celui-ci, il organise le défi de l'épée Excalibur qui permet à Arthur, fils illégitime d'Uther, de succéder à son père. Puis il incite Arthur à instituer la Table ronde afin que les chevaliers qui la constituent puissent se lancer dans des missions, notamment la fameuse quête du Graal. Malgré toutes ses connaissances, Merlin ne peut rien contre la destinée du royaume ni la fin tragique du roi Arthur[43].

Vie amoureuse[modifier | modifier le code]

Article connexe : Fée Viviane.
Dans une forêt fleurie, un homme âgé aux cheveux gris allongé regarde la jeune femme qui se tient debout devant lui en tenant un livre.
Merlin séduit par Nimue (The Beguiling of Merlin), toile d'Edward Burne-Jones, 1874. Conservée à la Galerie d'art Lady Lever, Port Sunlight.

La vie amoureuse de Merlin est généralement marquée par son attirance pour de très belles jeunes femmes[R 1]. Dans la Vita Merlini, il a pour épouse Gwendoline (Guendolonea) mais nourrit une passion pour sa sœur Ganieda (Gwendydd). Il apprend l'infidélité de sa femme, enfourche un cerf et se rend au palais en compagnie d'animaux forestiers. Celle-ci l'aperçoit depuis une fenêtre avec son amant, et éclate de rire. Merlin arrache les cornes de son cerf et les jette à la tête de l'homme qui périt sur le coup. D'après Claude Gaignebet, cette scène provient d'un ancien rite carnavalesque où le cocufié est en relation avec le cerf[44].

Robert de Boron supprime de ses textes la relation incestueuse de Merlin et Ganieda pour la remplacer par la fée Viviane, tradition suivie par de nombreux continuateurs. Inspirée de Ganieda[WaD 39], Viviane a pour avatars la Dame du Lac et l'enchanteresse Nimue. La séduction de Merlin est toujours racontée de la même façon par les auteurs médiévaux : la jeune femme séduit le sage Merlin qui succombe à ses charmes, et lui livre ses secrets de magicien qu'elle finit par retourner contre lui pour l'emprisonner[Z 4]. Le couple est inspiré de celui de Diane et Faunus dans la mythologie romaine[S 9], d'où la crainte de Viviane de perdre sa virginité, en écho à la légende de Diane. Dans le Lancelot-Graal, Merlin apparaît comme un être lubrique et la sage Viviane (âgée de douze ans[45]) souhaite se protéger de ses ardeurs[S 21]. Une tradition récente du château de Comper, en Bretagne, veut que pour plaire à Viviane, Merlin lui ait érigé un château visible d'elle seule au fond des eaux du lac de Comper[46].

La fée Morgane n'a pas de relation amoureuse avec Merlin[Note 9], mais apprend elle aussi ses secrets de magicien, et les emploie pour contrarier les desseins du roi Arthur et de Lancelot (dans les textes plus tardifs)[R 1].

Disparition[modifier | modifier le code]

Article connexe : Esplumoir Merlin.
Witches' Tree, gouache sur papier d'Edward Burne-Jones dans The Flower Book (1905).

La fin de Merlin est évoquée de différentes façons selon les auteurs. Il ne connaît généralement pas de mort véritable, mais il est « retiré du monde »[47] et repose « au cœur d'une inaccessible prison forestière, ni mort ni vivant »[48]. Dans les textes gallois, il reste pour toujours dans la forêt. Dans la Vita Merlini, il passe son temps à observer les astres depuis sa demeure aux soixante-dix fenêtres, avec sa sœur[BaA 6]. Une autre version évoque une tour de cristal[47]. Il peut aussi faire retraite pour toujours avec son confesseur Blaise. Dans le Perceval en prose, Merlin se retire jusqu'à la fin du monde dans son esplumoir[43].

La version la plus connue est toutefois celle de « l'enserrement », à partir du Lancelot-Graal[43]. La fée Viviane trahit Merlin, qui lui a raconté au préalable la légende de Diane emprisonnant Faunus, montrant ainsi sa connaissance de son propre destin. Or, il ne peut s'empêcher de révéler à Viviane la manière d'emprisonner un homme à jamais, sortilège qu'elle retourne contre lui. Merlin est enfermé pour l'éternité dans son esplumoir, dans une chambre ou une prison d'air (selon la plupart des romans français), sous un rocher (selon Le Morte d'Arthur de Thomas Malory), ou encore dans une grotte. Pour Francis Dubost, cet échec de Merlin est dû à son statut d'être fantastique, et donc d'« humain incomplet », qui ne peut réellement connaître l'amour[49]. D'autres spécialistes supposent la jalousie de Viviane envers Morgane à qui Merlin enseigne aussi, ou bien le désir de la fée de protéger sa virginité[50]. Quoi qu'il en soit, la mort du roi Arthur est consécutive à l'impossibilité qu'a Merlin de veiller sur le destin du royaume[43].

Histoire littéraire[modifier | modifier le code]

Les références à Merlin sont rattachées à la mythologie celtique galloise et à la littérature irlandaise autant qu'à celle de l'Angleterre et de la France du Moyen Âge, ce qui montre le peu de cloisonnement de la littérature médiévale[WaD 8],[WaD 11]. À l'époque de la rédaction des plus anciens textes, l'Angleterre et une partie de la France sont réunis par le baronnage anglo-normand[S 22]. Il n'existe pas de récit fondateur, le personnage de Merlin étant le résultat d'une longue évolution littéraire. Chaque auteur s'appuie plus ou moins sur ses prédécesseurs[S 23]. D'après Philippe Walter :

« L'histoire romanesque de Merlin s'est construite par étapes grâce à la fusion progressive de traditions orales d'origine galloise, parfois étrangères les unes aux autres, mais aussi grâce à l'édulcoration proprement littéraire permise par les réécritures successives de la légende. »

— Philippe Walter, Merlin ou le savoir du monde[S 23]

Pour autant, ces différents auteurs ne reprennent pas tous les éléments plus anciens concernant Merlin :

« Le mythe littéraire de Merlin se présente comme une sorte de grande décharge dans laquelle des débris, des morceaux de mythes sont éparpillés. Les auteurs contemporains viennent y puiser leurs idées et recyclent ces débris de mythe pour recréer un Merlin toujours nouveau, en mouvement [...][51]. »

— Gaëlle Zussa, Merlin. Rémanences contemporaines d’un personnage littéraire médiéval dans la production culturelle francophone

Merlin est réinterprété et réinventé par confrontation avec le christianisme[WaD 40]. Son obsession pour les prophéties et le messianisme témoigne de cette influence religieuse. Le Merlin littéraire mêle finalement l'origine celtique à la culture chrétienne[WaD 10]. Il suscite la méfiance de l'Église, qui cherche à marginaliser ce « prophète païen ». Le Liber exemplorum (1275) présente un démon qui affirme « connaître parfaitement Merlin »[S 24]. D'autre part, il est écrit dans le Lancelot-Graal que Merlin n'a jamais été baptisé ni n'a rien fait de bon dans sa vie, sinon des œuvres démoniaques[52].

Sa popularité se développe après 1066, l'installation des barons normands en Angleterre favorisant une culture commune et de nombreux échanges entre les îles Britanniques et l'actuel territoire français. Aliénor d'Aquitaine, férue de poésie et de roman, promeut la légende arthurienne qui rencontre un grand succès aux XIIe siècle et XIIIe siècle[S 22]. Merlin connaît alors une nette évolution. Suibhne, Myrrdin, Lailoken et le Merlinus de la Vita Merlini sont des rois divins et vaincus, exilés dans la forêt où ils se muent en devins et connaissent la folie. Ils constituent trois variations autour d'un même thème mythique[WaD 41]. Originellement savant et devin, Merlin devient le conseiller du roi Arthur et l'amant malheureux de la fée Viviane dans les récits français[WaD 41].

Épisode de la légende de Merlin Sources notables
Naissance, par une mère vierge et un démon Robert de Boron, Merlin en vers et Merlin en prose[S 25]
Vortigern cherche un « enfant sans père » sur les conseils de ses savants, pour le sacrifier afin que son sang consolide la tour de son château Historia Brittonum, Historia Regum Britanniae[R 2]
Construction de Stonehenge Historia Regum Britanniae[R 2]
Blaise consigne l'histoire de Merlin Merlin en prose, att. à Robert de Boron[53]
Folie à la suite de la bataille d'Arfderydd (v. 573) Annales Cambriae[54], Livre noir de Carmarthen[K 5]
Uther Pendragon prend l'apparence du duc de Cornouailles grâce à un sortilège de Merlin, et conçoit Arthur avec Ygerne, dont il est amoureux. Historia Regum Britanniae[R 2]
Merlin se change en cerf au pied blanc pour rencontrer Jules César Lancelot-Graal[55]
Merlin choisit les chevaliers de la Table Ronde Merlin en prose, att. à Robert de Boron[Go 2]
Arthur est prévenu de la naissance de Mordred et de la chute prochaine de son royaume Post-Vulgate[K 6]
Merlin pousse les chevaliers de la Table Ronde à partir en quête du Graal Perceval en prose[45]
Enserrement par la fée Viviane Lancelot-Graal[45], Le Morte d'Arthur[K 7]

Sources britanniques et irlandaises[modifier | modifier le code]

Article connexe : Ambrosius Aurelianus.

Les plus anciennes références possibles à Merlin figurent dans De Excidio et Conquestu Britanniae, et sont attribuées à Gildas le Sage qui mentionne Ambrosius Aurelianus, chef romain combattant avec les Bretons contre les Pictes au VIe siècle. Bède le Vénérable reprend ce récit[Z 5]. Bien que le nom de Merlin n'y apparaisse toujours pas, l'Historia Brittonum, composée jusqu'à la fin du IXe siècle, forme le premier texte qui puisse véritablement lui être lié[56]. Il introduit l'usurpateur Vurtigern et un certain Arthur aux côtés d'Ambrosius[Z 5], enfant sans père qui prédit la victoire des Bretons sur les Saxons après avoir révélé la présence d'un dragon rouge et d'un dragon blanc sous la tour du château de Vurtigern[57]. Il y a probablement eu volonté de créer un seul personnage avec Ambrosius Aurelianus et un « enfant sans père » légendaire, rattaché au souvenir de Dinas Emrys[Z 6], voire à un chef de clan gallois nommé Myrrdin[Z 7]. Différents auteurs attestent aussi d'une confusion entre Merlin Ambrosius et le Myrddin des légendes galloises. Giraud de Barri distingue ainsi Ambrosius, prophète de l'époque du roi Vortigern, du Merlin sauvage de la forêt calédonienne dans son Itinerarium Cambriae[58].

Myrddin[modifier | modifier le code]

Première page de l'édition 1907 du Livre noir de Carmarthen par les éditions J. G. Evans, présentant l’Ymddiddan (le dialogue) entre Myrddin (Merlin) et Taliesin.
Article détaillé : Myrddin Wyllt.

Myrddin Wyllt, tout comme Ambrosius, apparaît avant la période arthurienne. Les poèmes gallois[59] parlant de lui, plus authentiques que les sources françaises[S 23], proviennent d'un fond légendaire oral[WaD 10]. Qu'il soit inspiré d'un personnage réel ou légendaire, Myrddin a acquis une certaine célébrité avant l'écriture de ces textes[Va 2]. Ce « Merlin primitif »[S 23] est présenté sous un jour assez sombre[WaD 8]. Myrddin est un fou vivant une existence misérable dans la forêt calédonienne, ruminant sur sa triste existence et la sanglante bataille qui l'a précipité si bas. Il acquiert le don de prophétie[58]. Les allusions de ces poèmes parlent des événements de la bataille d'Arfderydd. Pour Philippe Walter, Myrddin est un roi à l'origine, dépossédé de sa souveraineté guerrière pour être cantonné à la seule souveraineté magique[WaD 42].

Les Triades galloises citent Taliesin et Myrddin Wyllt parmi les bardes. Le Livre rouge de Hergest contient quelques poèmes de Merlin[Z 8]. Les Annales Cambriae mentionnent : « Année 129 (v. 573) : La bataille d'Arfderydd entre les fils d'Elifer, et Guendoleu fils de Keidau ; durant laquelle bataille Guendoleu tomba ; et Merlin (Merlinus) devint fou[Note 10] ». Elles sont souvent citées pour justifier l'existence d'un Merlin historique au VIe siècle[K 5]. Rhydderch Hael, roi de Strathclyde, aurait massacré les forces de Gwenddolau, tandis que Myrddin serait devenu fou en regardant la défaite. Le Livre noir de Carmarthen compte trois poèmes autour de Merlin : « Les Pommiers », « Le Dialogue entre Merlin et Taliesin » où Merlin et Taliesin parlent de sept batailles qui rempliront sept rivières de sang, et « Le Dialogue entre Merlin et sa sœur Gwendydd ». Les deux derniers sont formés de considérations sur l'histoire passée du pays. Gwendydd surnomme son frère le Juge du Nord, le Prophète, le Loin-Renommé, le Maître du Chant, le Mélancolique, le Sage et Le Combattant d'Arfderydd[Z 9]. Dans « Les Pommiers », (Afallen), Merlin (Myrddin) s'adresse à un arbre en déplorant la mort de son seigneur Gwenddolau, au service duquel il était barde[K 8]. Il n'est plus au service de seigneurs, et vit à l'état sauvage[K 5].

Lailoken[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lailoken.
Vitrail montrant un homme d'église en soutane qui lève une main pendant qu'un autre homme, barbu, est agenouillé à sa droite et lui présente ses mains.
Saint Kentigern convertit Merlin (Myrddin) à la foi chrétienne, d'après un vitrail à Stobo Kirk en Écosse.

La légende de Lailoken est préservée dans deux manuscrits écossais rédigés en latin au XIIe siècle, autour de saint Kentigern[R 3]. Dans Lailoken et Kentigern, Lailoken est un poète et prophète qui perd l'esprit durant la bataille d'Arfderydd[60], à la suite du passage d'une troupe de démons aériens[WaD 42]. Il combat pour le Roi Gwenddolau ap Ceidiaw contre Rhydderch Hael, avant de s'enfuir vers l'Écosse[60]. Saint Kentigern de Glasgow rencontre en un lieu désert ce fou nu et échevelé nommé Lailoken, que d'aucuns appellent Merlynum ou Merlin, et qui déclare être condamné à errer en compagnie des bêtes sauvages à cause de ses péchés. Il ajoute avoir été la cause de la mort des personnes tuées durant la bataille « en la plaine entre Liddel et Carwannok ». Après avoir raconté son histoire, le fou s'éloigne et fuit la présence du saint pour retourner à son état sauvage. Il demande finalement les derniers sacrements, prophétisant être sur le point de mourir d'une « triple mort »[Note 11]. Le saint exauce le souhait du fou ; alors les bergers du roi Meldred le capturent, le frappent à coups de bâton, le jettent dans la rivière Tweed où son corps est percé par un pieu, sa prophétie se trouvant ainsi accomplie[R 3].

Dans Le roi Meldred et Lailoken, l'homme sauvage est emprisonné trois jours pour refus de répondre aux questions du roi, et a une crise d'hilarité en voyant une feuille accrochée aux cheveux de l'épouse royale[R 3].

Suibhne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Buile Shuibhne.

La Folie de Suibhne, texte irlandais anonyme et peu connu du monde francophone, raconte des faits sensés se dérouler historiquement au Ve siècle. Il symbolise bien le versement du fond oral celtique vers la littérature chrétienne[WaD 11]. Suibhne est un « fou des bois » comparable à Lailoken[61]. Il rappelle les anciens dieux de la forêt[62]. Il est frappé de folie après une défaite en bataille, sous l'effet d'une malédiction lancée par saint Ronan dont il a jeté les livres à l'eau et tué l'un des clercs. Il vit dans les bois au creux d'un if[LRGu 5]. Sa femme le quitte pour rejoindre un autre roi. Dans ses moments de folie, il peut s'envoler sous la forme d'un oiseau. Dans les bois, il acquiert une connaissance parfaite des secrets de la nature. Un mari jaloux finit par l'assassiner[WaD 2]. Ce personnage, en partie à l'origine de Merlin, présente de flagrantes analogies avec le monde du chamanisme[58].

Geoffrey de Monmouth[modifier | modifier le code]

Les sources latines donnent véritablement « ses lettres de noblesse » au personnage de Merlin, et jouent un rôle décisif dans son statut de « héros breton »[S 26]. Dans la première moitié du XIIe siècle, Geoffrey de Monmouth introduit Merlin dans la légende arthurienne en s'inspirant du fond oral de la mythologie celtique[WaD 11]. Son récit rencontre rapidement le succès, particulièrement au Pays de Galles[63]. En tant que moine, Monmouth s'est certainement inspiré de la Bible dans ses récits[Z 10]. Il est le premier à décrire Merlin comme un magicien, en même temps qu'un prophète[Z 2].

Merlin est un personnage central dans ses trois livres, Prophetiae Merlini (Prophéties de Merlin), Historia regum Britanniae (Histoire des rois de Bretagne), et la Vita Merlini (Vie de Merlin). Les prophéties consistent en une longue suite de prédictions concernant le règne des Saxons et l'indépendance de la Bretagne[Z 11]. Le second conte rapporte comment Merlin crée Stonehenge, ayant pour fonction d'être la sépulture d'Aurelius Ambrosius. Le troisième conte narre comment Merlin transforme l'apparence d'Uther Pendragon, lui permettant ainsi d'entrer dans le château de Tintagel pour y engendrer son fils Arthur.

Historia Regum Britanniae[modifier | modifier le code]
Un groupe de personnes dans un château, dont un roi, regarde un dragon rouge et un dragon blanc se battre.
Manuscrit de l’Historia Regum Britanniae montrant le combat des deux dragons révélé par Merlin au roi Vortigern, XVe siècle.
Article connexe : Historia Regum Britanniae.

Vers 1135, Geoffrey de Monmouth synthétise dans son Histoire des rois de Bretagne (Historia Regum Britanniae) des récits disparates[WaD 43]. Première attestation du nom de Merlin dans la littérature, ce texte définit les principales caractéristiques du personnage dans la légende arthurienne. Il le présente comme un orphelin de père. Les mages de Vortigern souhaitent le sacrifier pour consolider la tour de son château qui ne cesse de s'effondrer, mais Merlin devine la présence des deux dragons souterrains qui perturbent les travaux[64],[R 2]. Le récit de l'Historia Brittonum est ainsi repris presque sans changement[Z 12]

L’Histoire des rois de Bretagne présente aussi des prophéties de Merlin sur l'avenir de l'île britannique, la construction de Stonehenge pour Ambrosius Aurelianus à partir de pierres qu'il fait venir du mont Killaraus en Irlande, et sa ruse en faveur d'Uther Pendragon pour qu'il puisse concevoir Arthur avec Ygraine, dont il est amoureux[R 2],[Z 13]. Wace adapte l’Historia Regum Britanniae de Monmouth dans le roman de Brut (1155), où Merlin joue un rôle secondaire de conseiller pour Uther Pendragon, afin de concevoir Arthur. Il y est très effacé, ce qui d'après P. Walter témoigne de son introduction récente dans la légende arthurienne[S 27]. Wace ajoute à son récit la construction de la Table Ronde[45].

Vita Merlini[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Vita Merlini.

La Vie de Merlin (Vita Merlini), rédigée v. 1150[WaD 43], est le texte médiéval le plus centré sur Merlin lui-même[WaD 11] et s'ancre dans le fond légendaire Breton[45]. Synthèse des récits gallois autour de Myrddin Wyllt[WaD 43] (notamment de poèmes[K 9]), Merlin y est présenté comme un roi, devin et prophète maudit[WaD 11], mais ses aspects les plus sombres sont gommés[K 10]. Il perd une bataille avec son armée, et entre dans la forêt où il connaît une période de folie (rabies, proche d'une rage animale[WaD 42]). Il est capturé et amené à la cour où il fait différentes prédictions, dont celle de la triple mort du fils de la reine après une crise d'hilarité. De retour dans la forêt pour plusieurs années, il voit le présage d'un remariage pour sa femme, enfourche un cerf et encorne son rival, ce qui lui vaut d'être une seconde fois capturé. Après deux autres prédictions justes, il retourne en forêt pour mieux connaître les secrets du monde[WaD 44]. Une fontaine apparue au printemps le guérit de sa folie. Il rencontre Taliesin et un troisième devin, Maeldin. Ganieda, sa sœur, rejoint la triade et se met à prophétiser avec eux[WaD 22],[K 11]. La recherche spirituelle de Merlin le rapproche du christianisme, le texte se conclut sur sa rédemption[S 28].

Ce texte s'appuie sur un mythe légèrement restauré plutôt que sur des sources historiques[WaD 6]. D'après Philippe Walter, l'œuvre est à lire comme un palimpseste : elle comporte beaucoup d'éléments légendaires (la majorité purement celtiques) intégrés à un récit biographique en latin[WaD 45], dans le but probable de présenter Merlin en exemple pour les évangélisateurs chrétiens[S 24],[WaD 21]. Geoffrey de Monmouth adapte son récit à son époque, mais semble avoir respecté ses sources[WaD 46]. Merlin est un savant et un devin, « initié et initiateur »[WaD 41].

Sources françaises[modifier | modifier le code]

Les sources françaises coïncident avec un rayonnement exceptionnel de la légende de Merlin[S 23]. Elles redistribuent son rôle et celui d'Arthur. Alors que Merlin était vu à l'origine comme un roi à la fois guerrier et magicien, il devient le dépositaire du seul savoir magique. Arthur représente au contraire la souveraineté guerrière[WaD 42]. Robert de Boron consacre une grande partie de son œuvre à Merlin.

Robert de Boron[modifier | modifier le code]

Article connexe : Robert de Boron.

Composés à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, le poème de Robert de Boron et le roman qui en est issu[Note 12] constituent les sources les plus connues des médiévistes au sujet de Merlin[WaD 8]. C'est véritablement lui qui donne toute son importance au personnage dans le cycle arthurien[S 27] et qui lie les deux traditions britanniques, celle de l'enfant prophète sans père et celle de l'homme sauvage[45]. Il consacre l'essentiel de son œuvre à Merlin, non sans l'entourer d'autres personnages importants de la légende arthurienne comme Blaise, Vortigern, la famille Pendragon, Ygerne (Ygraine) et le duc de Cornouailles[Go 3]. Il s'inspire de différentes sources plus anciennes, sans pour autant réadapter directement Wace et Monmouth[65], et développe le personnage[Go 3]. Seules quelques lignes de son poème sont parvenues. La version en prose devient populaire et s'incorpore dans le Petit cycle du Graal (Joseph d'Arimathie, Merlin, Perceval) et dans le Lancelot-Graal (Estoire del Saint Graal, Merlin, Lancelot, Queste del Saint Graal, Mort du roi Arthur)[66].

Si le fond de l'œuvre de Robert de Boron reste attaché à ses origines celtiques, sa christianisation sous l'influence des clercs est nettement palpable, notamment dans l'épisode de la naissance de Merlin. Robert de Boron conte dans son Merlin en vers (v. 1190) la tentative ratée du Diable pour faire naître un antéchrist dans le sein d'une vierge, en s'inspirant de la tradition chrétienne de son époque. Cet épisode qui fait de Merlin le fils du Diable et d'une vierge rachetée par Dieu devient indissociable de la légende du personnage[45]. Il a probablement remplacé le dieu païen d'une tradition plus ancienne par le Diable chrétien[67]. Philippe Walter pense que cette version de la naissance de Merlin est une invention de Boron, inspirée par l'évangile de Nicodème et la mention d'incubes dans l'œuvre de Monmouth[S 25]. Boron explique le pouvoir de Merlin à deviner passé et futur par son ascendance à la fois diabolique et divine[Go 3]. Il le présente, durant son enfance, comme un être à la fois dérangeant et prodigieux, d'une incroyable précocité[Go 4], et ne manque pas d'évoquer les efforts de Merlin pour échapper à l'influence de son ascendance diabolique[Go 5]. Il développe beaucoup de scènes où Merlin rit (notamment lorsqu'il pratique la magie), certainement en écho à ses origines[Go 6].

Il conserve aussi le lien du personnage avec la forêt (inspiré par la Vita Merlini), Merlin partant régulièrement se réfugier en Northumberland pour y rencontrer Blaise[Go 2]. Le texte de Boron introduit en effet Blaise, maître de Merlin, dépeint comme transcrivant la geste que l'enchanteur lui dicte lui-même, et expliquant comment cette geste devra être connue et préservée[53]. Merlin devient, sous sa plume, celui qui choisit les chevaliers de la Table Ronde[Go 2] et le conseiller militaire d'Uther. Il garde le récit de la ruse pour concevoir Arthur, Merlin se présentant successivement comme un vieil homme pour enlever le nouveau-né, puis comme un « prudhomme » pour le remettre à Antor[Go 7]. Uther accepte tous les plans et toutes les ruses que Merlin lui propose[Go 8].

Perceval en prose et Lancelot-Graal[modifier | modifier le code]

Merlin dans le Lancelot-Graal, manuscrit de Bonn.

Le Lancelot-Graal (ou cycle de la Vulgate, v. 1220), contrairement à l’Estoire de Merlin attribuée à Robert de Boron, le présente comme un être diabolique et repoussant[52] par opposition à Viviane[68]. Il introduit ainsi la chute de Merlin, causée par l'amour qu'il porte à la Dame du Lac (présentée comme étant la fée Viviane ou encore Nimue dans des récits plus tardifs). Elle lui extorque ses secrets magiques en les retournant contre lui pour l'emprisonner à jamais. Ce thème de « l'enserrement » de Merlin devient l'un des plus populaires de sa légende[45]. Il a probablement été inventé pour faire disparaître Merlin des récits, et ainsi expliquer l'échec de la bataille de Camlann où Arthur est mortellement blessé. Avec ses pouvoirs, Merlin aurait pu en inverser le cours. Son acceptation d'un destin qu'il connaît (l'enserrement) est expliquée par sa volonté de ne pas aller à l'encontre de Dieu[43]

Le Perceval en prose fait quant à lui de Merlin l'initiateur de la quête du Graal[45]. Le Lancelot-Graal compte le récit d'une rencontre entre Merlin et l'empereur Jules César. La femme de l'empereur romain est suivie d'une douzaine de demoiselles, en fait des hommes déguisés. Merlin rencontre une princesse d'Allemagne déguisée en écuyer, Grisendole. Un soir, César s'effraie après le rêve d'une truie couronnée caressée par douze louveteaux. L'empereur reste silencieux pendant tout le banquet. Merlin se transforme en cerf, court au palais et s'agenouille devant César en lui disant : « Cesse de ruminer ton rêve. Attend l'homme sauvage »[55].

L'empereur confie à Grisendole la mission de trouver cet homme sauvage. Elle rencontre le cerf qui lui dit de préparer un pâté de porc, et s'exécute, ce qui fait apparaître l'homme sauvage noir et hirsute. Il dévore le pâté et s'endort. Grisendole le ligote et le ramène à César. L'homme sauvage interprète le rêve : la truie est l'impératrice et les douze louveteaux, ses demoiselles. César les fait déshabiller er révèle qu'elles sont en fait des hommes. L'impératrice et ses douze jeunes gens sont immédiatement brûlés sur un bûcher. L'homme sauvage demande que Grisendole soit mise à nu et, face à la découverte de sa féminité, César se signe. Il demande conseil à l'homme sauvage qui lui propose de l'épouser. César voulant savoir qui est le cerf, l'homme sauvage trace des caractères hébreux qui brûlent une porte, puis s'en va. César épouse Grisendole, puis un messager finit par déchiffrer ces lettres en hébreu : le cerf et l'homme sauvage ne font qu'un[55].

L'entrée de merlin à Rome sous la forme d'un cerf gigantesque donne naissance à une abondante iconographie de miniatures médiévales, témoignant du succès de ce récit [31].

Post-Vulgate[modifier | modifier le code]

Article connexe : Post-Vulgate.

Merlin devient, dans le cycle Post-Vulgate (Merlin-Huth, v. 1250), celui qui avertit Arthur de ses malheurs à venir, en particulier la naissance de Mordred[Note 13]. Il joue un rôle d'observateur et de commentateur, et n'est plus guère l'initiateur de la quête du Graal[K 6]. En revanche, il prédit avec justesse que Girflet sera le dernier chevalier à voir Arthur vivant[K 4]. Ce roman rend un aspect plus merveilleux au personnage et présente Viviane de manière négative[52], bien que Merlin y soit toujours le fruit de l'union d'une femme vertueuse et d'un incube[Go 9]. L'ouvrage contient une suite de prophéties confiées par Merlin à Blaise, et présente le Graal comme le point central de toutes ses prophéties[Go 10].

Littérature prophétique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prophéties de Merlin.

Une abondante littérature prophétique est attribuée à Merlin[Z 14] et se divise en deux grands courants, les prophéties des îles britanniques et celles du continent européen, différentes par leur objet et leur inspiration[Z 15]. La littérature galloise comporte nombre d'exemples prédisant la victoire militaire des peuples celtes de Grande-Bretagne, qui se rassembleraient pour rejeter les Anglo-Saxons — et par la suite les Normands — à la mer. Certaines de ces œuvres ont été interprétées comme des « prophéties de Myrddin ». Henri VIII utilise ce thème pour présenter son père, le roi gallois Henri VII, comme le sanglier annoncé par Merlin, qui partit de la péninsule armoricaine de Bretagne et soutenu par des guerriers bretons, aurait accompli la prophétie de Merlin de la revanche des Celtes sur les Saxons[69],[Note 14]. La récupération de ces prophéties par les Anglais ne remonte qu'au XIVe siècle, l'immense majorité des textes attribués à Merlin dans les îles britanniques étant en faveur des peuples celtes[Z 16].

De tous temps, l'attribution de prophéties à Merlin permet de faire passer des idées politiques. Joachim de Flore écrit ainsi le Verba Merlini, hostile à l'empereur Frédéric II[Z 17]. Les Prophéties de Merlin rédigées en langue française en 1276 prennent la forme de prophéties politiques intercalées entre des récits romanesques de la légende arthurienne[70], et sont attribuées à maître Richard d'Irlande bien que l'auteur original soit un vénitien[Z 18]. Présentées sous la forme d'un dialogue entre Merlin et un scribe, elles font de Merlin un prophète chrétien d'essence divine. Il y choisit délibérément d'être enfermé par Viviane[52]. La plupart de ces prophéties sont relatives à des événements politiques de l'Italie du treizième siècle, tandis que d'autres sont révélées par le fantôme de Merlin après sa mort.

Textes postérieurs, traductions et études[modifier | modifier le code]

Morte d'Arthur[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Thomas Malory et Le Morte d'Arthur.
Merlin dans Le Morte d'Arthur, illustré par Aubrey Beardsley.

Après une longue absence de nouvelles créations littéraires autour de Merlin en France, le Morte d'Arthur est rédigé en Angleterre vers 1485, reprenant quelques éléments des récits français[52]. L'œuvre commence par la naissance de Merlin[Go 11]. Il y interprète les rêves du roi Arthur mais la nature magique de ses pouvoirs est minimisée[K 7], Thomas Malory réduit l'aspect merveilleux du personnage dans son œuvre. Merlin y devient assez indéfinissable, empruntant à l'humain, au dieu et au démon[Go 11]. Malory conserve l'épisode de sa séduction par Viviane / Nimue[K 7],[Go 11], qui devient la principale source d'inspiration des auteurs romantiques au XIXe siècle[52].

Traductions[modifier | modifier le code]

En dehors de la France et des îles Britanniques, la légende médiévale de Merlin connaît un succès moindre. Les œuvres en langue allemande sont essentiellement des traductions tardives (la plus ancienne est le Dialogus Miraculorum, en 1220). Wilhelm von Österreich (1324) dresse de Merlin un portrait d'élément de la nature plutôt négatif, et le Morlin d'Ulrich Füterer (v. 1475) en fait le grand-père d'Arthur[71].

De la Renaissance à l'époque Romantique[modifier | modifier le code]

Merlin sous les traits d'un moine, vu par Wenceslas Hollar dans The life of Merlin, sur-named Ambrosius en 1641.

De la Renaissance au XVIIIe siècle, en France, le personnage connaît une éclipse, comme toute la littérature arthurienne[BaA 7],[71]. Il reste néanmoins populaire dans la littérature de colportage et la tradition orale[71] puisqu'il reste possible au XIXe siècle de recueillir en Bretagne Armoricaine des chansons et des contes sur Merlin. La Villemarqué (Myrdhin) et Luzel, d'abord sceptiques à ce sujet, en publient plusieurs. Cette matière date dans sa grande majorité du XIIIe siècle[72]. En Angleterre, le Morte d'Arthur de Thomas Malory reste une source d'inspiration constante[71]. The life of Merlin, sur-named Ambrosius, paraît en 1641[73].

Études[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Myrdhinn ou l'enchanteur Merlin.

Dans Myrdhinn ou l'enchanteur Merlin (1868), Théodore Hersart de la Villemarqué tente de synthétiser les informations connues autour de Merlin, qu'il présente à la fois comme historique et mythologique. Théophile Briant s'en inspire plus d'un siècle plus tard dans son œuvre pseudo-historique et occultiste Le Testament de Merlin (1975)[74], qui présente Merlin en architecte et poète, comme « le Druide blanc de Brocéliande »[75].

La professeur américaine Norma Lorre Goodrich défend l'idée d'un Merlin historique et redonne ses lettres de noblesse à Geoffrey de Monmouth. Le Merlin historique serait de trente ans plus âgé que le roi Arthur historique, né au Pays de Galles et mort en Écosse. Elle postule aussi que « Merlin » est un titre, celui d'un évêque nommé Dubricius, qui a couronné Arthur[17]. Nikolaï Tolstoï, au contraire, pense que Monmouth a volontairement fusionné le Myrddin des poèmes gallois avec un autre personnage pour n'en faire qu'un seul, et que le Merlin originel représente « le dernier des druides »[17]. Philippe Walter étudie Merlin à travers des articles et deux ouvrages, mettant en lumière la nature calendaire et chamanique du personnage primitif[58], ainsi que son aspect et son psychisme d'enfant-vieillard[S 2].

Si les écrits de Jean Markale ont été beaucoup diffusés et même traduits en anglais, permettant de faire découvrir la légende arthurienne à de nombreuses personnes, ses ouvrages (dont Merlin l'enchanteur[76] publié en 1981[77], en anglais : Merlin: Priest of Nature[78]) ne sont pas reconnus comme fiables par la communauté scientifique[79].

Toponymes[modifier | modifier le code]

Les toponymes associés à Merlin se trouvent essentiellement en Grande-Bretagne (Dinas Emrys, Merlin's Cave, Carmarthen et l'île de Bardsey) et en Bretagne, dans la forêt de Paimpont-Brocéliande (siège et tombeau de Merlin). Un grand nombre d'entre eux sont situés au Pays de Galles, les plus anciennes sources littéraires associent Merlin à ces lieux. Carmarthen est réputée être la ville de naissance d'une des personnes historiques qui ont inspiré le Merlin légendaire[Go 12]. Une tradition locale à l'île de Bardsey (île des Bardes) rapporte qu'il s'y est retiré dans une maison de verre[80].

Dinas Emrys[modifier | modifier le code]

Dinas Emrys, où la légende situe la tentative de construction de la tour de Vortigern.
Article détaillé : Dinas Emrys.

Dinas Emrys (en gallois : « forteresse d'Ambrosius ») est une colline boisée située non loin de Beddgelert dans le Gwynedd, au Pays de Galles. Le site est naturellement lié à Myrddin Emrys et Ambrosius Aurelianus[Z 19],[Go 13]. Les Gallois l'appellent localement Eryri. La tradition y situe la tentative de construction du château de Vortigern, et la fameuse tour qui ne cesse de s'écrouler jusqu'au moment où Merlin révèle la présence de deux dragons[81]. Ainsi, Dinas Emrys est le lieu où Merlin révèle pour la première fois l'étendue de son pouvoir[82]. Le fabuleux trésor de l'enchanteur est réputé pour y être enterré au plus profond, sous la colline. Les recherches archéologiques montrent des traces d'occupation du site depuis le Ve siècle[83].

Merlin's Cave[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de falaises côtières dans lesquelles se distingue l'entrée d'une grotte.
Merlin's Cave près du château de Tintagel, en Cornouailles.
Article détaillé : Merlin's Cave.

Merlin's Cave (en anglais : « grotte de Merlin ») est le surnom d'une grotte située en dessous du château de Tintagel, à 5 km au sud-ouest de Boscastle, en Cornouailles (Angleterre). Elle s'étend sur 100 mètres[84] en passant à travers Tintagel Island, vers Tintagel Haven[85]. Cette grotte est devenue un site rituel néopaganiste, réputé être « un point focal pour la révélation » et « un endroit pour se connecter avec les énergies féminines essentielles »[86], en relation avec une déesse de la Terre[87].

Tombeau et siège de Merlin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tombeau de Merlin.

Au centre de la Bretagne, la forêt de Paimpont est réputée être la forêt de Brocéliande. De nombreux lieux y sont associés à la légende arthurienne, mais la revendication du tombeau de Merlin ne remonte pas au-delà du XIXe siècle. Brocéliande reste une forêt légendaire sans localisation précise jusqu'au début du siècle. Le poète Auguste Creuzé de Lesser écrit en 1811 que Merlin y serait enseveli[88]. En 1825, Blanchard de la Musse associe une allée couverte du nord de la forêt de Paimpont au tombeau de Merlin. Théodore Hersart de la Villemarqué localise lui aussi le tombeau de Merlin dans ces lieux[89]. Dans le Val sans retour, près de Tréhorenteuc, quelques rochers se font connaître sous le nom de « siège de Merlin » à la suite du déplacement du toponyme légendaire en 1850. La topographie actuelle de la forêt de Paimpont est définie par Félix Bellamy à la fin du XIXe siècle. La valorisation touristique de Paimpont-Brocéliande commence à la même époque, mais les habitants locaux montrent une certaine réticence[88], bien que le folklore populaire oral associe bien Merlin à ce lieu[90].

La localisation du tombeau du XIXe siècle est revue à la suite de l'enterrement du docteur Guérin. Dans les années 1970, Yann Brekilien s'oppose à la construction des routes d'accès et à la perte du caractère légendaire de Paimpont-Brocéliande. Il faut attendre les années 1990 pour qu'une politique de valorisation se mette en place grâce au maire de Ploërmel et au Centre de l'imaginaire arthurien, permettant des visites guidées et la mise en place d'un périmètre de protection autour du tombeau de Merlin[88]. Les visiteurs y laissent de petits papiers où ils écrivent les vœux qu'ils souhaitent voir exaucés par Merlin[91].

Symbolique[modifier | modifier le code]

Gravure d'un vieil homme barbu assis devant un gros livre.
Merlin l'enchanteur vu par Howard Pyle, dans l'édition 1903 de The Story of King Arthur and His Knights.

Dans ses plus anciennes expressions, selon Philippe Walter, Merlin incarne une souveraineté magique et une royauté chamanique, assez éloignée des fonctions guerrières et sacerdotales. Son pouvoir est essentiellement spirituel[WaD 10]. De manière plus générale, il représente la connaissance et le « savoir du monde »[S 2], une quintessence de l'esprit druidique[WaD 16] qui peut prendre toutes les formes : Merlin guide, aide, sauve, prédit et juge grâce à son savoir[K 12]. L'une de ses particularités est d'échapper à toute tentative de classification rationnelle. Il ne se présente jamais comme celui que l'on attend[92]. En ce sens, il incarne l'Autre[93]. Certaines interprétations ont pu faire de lui un Trickster en raison de son côté rieur et comique, mais il n'en possède pas toutes les caractéristiques, notamment la transgression et le côté subversif. Par ses actions, Merlin participe à l'ordre du monde plutôt qu'à son désordre[S 29].

Il est lié à l'alchimie, par la similitude entre son nom et celui de Mercure, la présence d'une source qui guérit de la folie (rappelant celle des alchimistes) dans la Vita Merlini, ou encore le motif des deux dragons (rouge et blanc) qui se battent. Deux textes tardifs le présentent en adepte de la science hermétique[94], ce qui lui permet d'acquérir une certaine notoriété dans le monde des alchimistes[95]. La figure de Merlin resurgit dans le tarot de Marseille, la lame de L'Ermite (IX) y étant peut-être liée[96]. Le psychanalyste Heinrich Zimmer, proche de Carl Gustav Jung, voit en Merlin l'incarnation du vieux sage, un être d'une sagesse si grande qu'elle en est presque inaccessible. Il a pour fonction de guider la personnalité consciente représentée par le roi Arthur et ses chevaliers[97].

Les œuvres témoignent d'une dégradation progressive des pouvoirs qui lui sont attribués et d'une dé-sanctification de son rôle de savant, en le laissant être abusé par Viviane ou affublé d'un chapeau pointu comique[K 12]. Il est souvent vu désormais comme le plus fameux des sorciers ou magiciens[98]. D'après Stephen Thomas Knight, il incarne un conflit entre connaissance et pouvoir : symbole de sagesse dans les premiers récits gallois, il devient conseiller des rois au Moyen Âge, symbole d'intelligence dans la littérature anglaise, puis instructeur et éducateur dans les productions du monde entier depuis le XIXe siècle[K 13].

Merlin dans l'Art et la culture populaire moderne[modifier | modifier le code]

Claudine Glot explique les points communs et différences entre Merlin et Gandalf.

Jusqu'au XXIe siècle, Merlin est surtout conté dans les pays anglo-saxons et celtiques, mais aussi dans la poésie[99] et la littérature allemande et française[100]. Les auteurs romantiques sont les premiers à redonner ses lettres de noblesse au personnage après le Moyen Âge[56]. Depuis le XXe siècle, Merlin est un personnage important des films et programmes télévisés. Son rôle y est surtout celui d'un mentor ou d'un enseignant[K 14], fonction qu'il partage avec des personnages proches de lui, comme Gandalf[101],[Note 15]. Merlin est source d'inspiration d'une longue tradition de personnages sorciers dans la culture populaire, incluant ceux de J. R. R. Tolkien (Gandalf, Saroumane…) et de la saga Harry Potter (Albus Dumbledore)[102],[103].

Si son image populaire est souvent devenue celle d'un vieux mentor barbu, portant un chapeau pointu et une baguette magique, à l'inverse, les mouvements New Age voient en Merlin un druide qui accède à tous les mystères du monde[K 15]. Les productions artistiques francophones tendent depuis la fin du XXe siècle à éluder les aspects chrétiens du personnage au profit des aspects païens et de la « tradition sylvestre »[104]. Le mythe de Merlin est en quelque sorte « déchristianisé »[105] pour le présenter en porte-parole du retour à la nature[106].

Barbe blanche, robe bleue, chapeau pointu et baguette magique[modifier | modifier le code]

Une jeune femme en robe, à gauche, tend un doigt vers le front d'un vieil homme barbu, à droite.
Merlin et Viviane
Photo de Julia Margaret Cameron, 1874.
Article connexe : L'Épée dans la pierre.

Depuis l'époque romantique, Merlin figure sur des représentations graphiques et notamment préraphaélites. Gustave Doré et Howard Pyle l'ont abondamment illustré. La plupart des artistes le dépeignent comme un vieil homme barbu, à quelques exceptions notables. Edward Burne-Jones imagine Merlin assez jeune et imberbe dans ses deux toiles représentant la séduction par Viviane/Nimue[107]. Toutefois, au début du XXe siècle, la représentation du Merlin âgé est presque devenue la norme. La publication du roman à succès de Terence Hanbury White intitulé L'Épée dans la pierre (1938) fixe son apparence dans l'imaginaire populaire comme celle d'un vieux mentor sorcier à longue barbe et moustaches blanches, chapeau pointu et baguette magique, dont la robe est décorée des signes du zodiaque[107],[K 16]. Les studios Disney reprennent cette apparence dans leur film d'animation Merlin l'enchanteur avec la robe de sorcier bleue, ce qui ne manque pas d'accroître le phénomène[108]. Au début du XXIe siècle, si la robe bleue et la baguette magique peuvent être dissociées du personnage, la barbe et la moustache sont devenus de véritables archétypes. J.K. Rowling emploie d'ailleurs « barbe de Merlin » comme expression du monde des sorciers de la saga Harry Potter, dans le quatrième tome[109].

Littérature[modifier | modifier le code]

Les œuvres de fiction littéraires sont nombreuses à faire de Merlin un personnage central. Au début du XXe siècle, son image littéraire se dégrade[110]. Dans les années 1980, en France, le rythme des publications autour de Merlin s'accélère, témoignant d'un intérêt renouvelé pour le mythe[75].

Poèmes et œuvres du Romantisme[modifier | modifier le code]

Les poètes romantiques anglais du XIXe siècle comme Robert Southey, Matthew Arnold et Alfred Tennyson accordent une large place à Merlin dans leurs textes, tout comme Goethe, Heinrich Heine, Edgar Quinet, Jean Lorrain, Walter Scott, William Wordsworth et Mark Twain[111]. Son image y est souvent celle d'un vieil érudit un peu naïf, qui succombe aux charmes d'une femme fatale[K 15]. Les versions où Merlin acquière la plénitude du savoir grâce à Viviane sont toutefois plus nombreuses que celles où cette relation tourne en sa défaveur[112], mais l'enserrement de Merlin par Viviane le place dans l'impossibilité de sauver le royaume de Bretagne[113]. Il est davantage présenté comme vivant en symbiose avec la nature que dans les romans médiévaux[114]. Un autre thème central du Romantisme est celui de la confrontation entre Merlin et d'autres enchanteurs ou sorciers qu'il parvient à vaincre[115].

Ralph Waldo Emerson et Edwin Arlington Robinson (Merlin) font ressortir en lui « l'esprit noble du barde »[K 15]. L'Allemand Karl Leberecht Immermann (Merlin: eine Mythe)[116] met l'accent sur la quête spirituelle que représente la conquête du Graal, tout comme Friedrich Werner von Oesteren avec Merlin, ein Epos[117]. Edgar Quinet construit dans son Merlin l'enchanteur, en 1860, un mythe littéraire autour du personnage, inspiré de multiples traditions et d'écrits plus anciens. Il fait de Merlin un prophète, poète, enchanteur puissant mais néanmoins enseveli vivant par la femme qu'il aime[118]. Les poèmes romantiques mettent également en avant la dualité du personnage issu d'un père démoniaque, grâce à des dialogues entre Merlin et le Diable[119]. D'autres en font un personnage obsédé par la quête de la connaissance, via l'astrologie et l'alchimie[112]. En 1909, le jeune poète français Guillaume Apollinaire, âgé de dix-huit ans, écrit sa première œuvre publiée, L'enchanteur pourrissant. Mélange de théâtre, de poème et de roman, cet ensemble très désenchanté constitue le creuset de la poésie d'Apollinaire[120].

Adaptations romancées[modifier | modifier le code]

Jean Cocteau écrit en 1937 la pièce Les Chevaliers de la Table Ronde, dans laquelle il fait ressortir beaucoup d'aspects négatifs chez Merlin, un « vieil enchanteur génial et cruel […] logé comme une araignée au centre de sa toile ». Cette image est liée aux « enchantements de la drogue », l'opium que Cocteau consomme alors en abondance[75]. Le Cycle de Merlin de Mary Stewart (1970-1979) reprend la matière médiévale. Il compte cinq tomes : La grotte de cristal, Les collines aux mille grottes, Le dernier enchantement (tous trois parus chez Calmann-Lévy en 2006) ainsi que deux romans jamais traduits en français, The Wicked Day, et The Prince and the Pilgrim. Michel Rio a écrit Merlin en 1989, roman d'une trilogie regroupée en un seul tome en 2006 sous le titre de Merlin, le faiseur de rois[Rio 2]. Le personnage y naît d'un inceste entre son grand-père et sa mère[121], il est désabusé, plus philosophe et homme d'état qu'enchanteur. Les thèmes de la mort et de la guerre sont récurrents[75]. Jean Markale, auteur d'une adaptation des romans du Graal, a imaginé un épilogue original dans son roman La fille de Merlin. Elle rencontre le barde Taliesin à la recherche de l'épée Excalibur, dérobée par les Saxons au roi Arthur après sa mort[122].

Graal (2003) et Graal Noir (2010) forment une série de Christian de Montella, dans laquelle Merlin est le fils du diable. Avec ses pouvoirs, il aide les chevaliers de la Table ronde à accomplir leur destin. Les mémoires de Merlin de Guy D'Amours présentent un « Merlin historique » au début du Moyen Âge, après la chute de l’Empire romain[123].

L'Enchanteur[modifier | modifier le code]
Article détaillé : L'Enchanteur.
Extrait de L'Enchanteur, 1984
Il y a plus de mille ans vivait en Bretagne un enchanteur qui se nommait Merlin. Il était jeune et beau, il avait l’œil vif, malicieux, un sourire un peu moqueur, des mains fines, la grâce d'un danseur, la nonchalance d'un chat, la vivacité d'une hirondelle. Le temps passait sur lui sans le toucher. Il avait la jeunesse éternelle des forêts[Ba 2].
René Barjavel

Plus connu pour ses œuvres de science-fiction, René Barjavel parle longuement de Merlin dans L'Enchanteur[124]. Ce roman dans le registre du conte est nettement optimiste, féerique et merveilleux[75]. Comme la plupart des œuvres de Barjavel, il est centré sur l'amour, célébrant tout entier l'union impossible de Merlin et Viviane[124] : Merlin ne doit pas se laisser aller à aimer Viviane sous peine de perdre ses pouvoirs, qui dépendent de sa virginité. L'Enchanteur se présente comme un magicien capable de se métamorphoser en cerf et en oiseau (notamment en corbeau blanc), un « maître du monde végétal »[125] et des forces du vent[Ba 3]. Entièrement vêtu de vert, les paysans le prennent pour un ancien dieu forestier[75]. Il naît « couvert de poils comme un enfant sanglier »[125], sa première apparition se fait sous l'apparence du cerf blanc[Ba 4], en écho à l'histoire de Grisandole[75]. Il aide à l'établissement de la Table Ronde et lance les chevaliers sur la quête du Graal[Ba 5], le roman s'achève par l'union éternelle de Merlin et Viviane, dans une « chambre d'air » invisible, une « chambre d'amour que le temps promène »[126].

Cycle de Pendragon[modifier | modifier le code]

Le Cycle de Pendragon, écrit par Stephen Lawhead entre 1987 et 1999, présente Merlin comme étant à lui seul différents personnages cités dans les sources historiques. Il fait remonter les origines de la légende arthurienne, et donc de Merlin, à la chute de l'Atlantide. Ce cycle est parfois qualifié de semi-historique (dans la mesure où le cadre historique est davantage mis en avant que l'aspect magique), et parfois de fantasy. Merlin est le narrateur du second tome du cycle et du quatrième, Pendragon. Il aide l'avènement du roi Arthur, destiné à sauver la Bretagne sur les plans spirituels et politiques[127]. Ces romans rencontrent un grand succès dans de nombreux pays[128]. Stephen Lawhead s'est appuyé sur les Mabinogion et les écrits de Geoffrey de Monmouth[129], ses textes sont également nettement influencés par la culture chrétienne[127].

Fantasy[modifier | modifier le code]

Photo d'un homme en chemise bleu-gris, à la barbe courte et grisonnante, portant des lunettes.
Robert Holdstock, auteur du Codex Merlin et de sa suite Le Bois de Merlin, aux Imaginales 2004.
Article connexe : Fantasy arthurienne.
Articles détaillés : Merlin d'Ambre, Le Codex Merlin et Le Pas de Merlin.

Les œuvres littéraires modernes autour de Merlin appartiennent majoritairement au genre fantasy, la fantasy arthurienne étant un sous-genre à elle seule[130].

L'Américaine Andre Norton écrit en 1975 Le miroir de Merlin (Merlin's mirror), où Myrddin est engendré par des extraterrestres et s'oppose à Nimue, la Dame du Lac, pour permettre l'avènement du roi Arthur en Angleterre après la chute de l'Empire romain[131]. Dans son roman initiatique Le retour de Merlin, Deepak Chopra imagine la résurrection de Merlin et Mordred dans une petite ville anglaise à l'époque moderne[132]. Jean-Louis Fetjaine écrit la série Le Pas de Merlin de 2002 à 2004, œuvre qui présente Merlin en barde du VIe siècle, assez éloigné du personnage médiéval de la légende arthurienne, sur une île de Bretagne menacée par les invasions des Pictes et des Gaëls[133]. D'après Anne Besson, son univers est une fusion entre la légende médiévale habituelle et la fantasy définie par Tolkien, puisque Merlin y est de nature merveilleuse, mi-homme et mi-elfe[130]. La suite, Brocéliande, raconte la quête des origines de Merlin en forêt de Brocéliande[134]. Robert Holdstock, dans Le Codex Merlin (trois tomes : Celtika, Le Graal de Fer et Les royaumes brisés, publiés chez Pocket et Le Pré aux clercs), présente Merlin comme un être immortel et éternellement jeune, en quête de savoir. Il rencontre le Grec Jason dans la quête de la Toison d’or[135]. Son roman Le Bois de Merlin se déroule en forêt de Brocéliande après la mort du magicien[136].

Merlin d'Ambre est le personnage central de la seconde partie de la saga des Neuf Princes d'Ambre (ou Cycle de Merlin) par Roger Zelazny. Fils de Corwin et de Dara, il est féru d'informatique et très doué dans la pratique de la magie. D'autres cycles de fantasy mentionnent Merlin sans en faire un personnage central, ainsi la saga de Harry Potter, écrite par J. K. Rowling, présente Merlin comme le plus grand et célèbre sorcier de tous les temps[137]. La Quête d'Ewilan, trilogie écrite par Pierre Bottero, raconte que Merlin serait Alavirien, un dessinateur hors pair. Il s'appellerait en réalité Merwyn Ril'Avalon. Dans sa saga Les Dames du lac, Marion Zimmer Bradley fait de Merlin un druide sage et mortel, évacuant de son œuvre toute référence à la magie[130].

Ouvrages jeunesse[modifier | modifier le code]

Certaines œuvres sont dédiées au jeune public, comme l'adaptation illustrée de Claudine Glot La Légende de Merlin[138]. Dans la série Azilis de Valérie Guinot (L'épée de la liberté, La nuit de l'enchanteur et Le sortilège du vent), qui se déroule au Ve siècle, l'héroïne homonyme devient l'élève de Myrddin[139] et tombe amoureuse de lui[140]. Dans la série L'Apprentie de Merlin, par Fabien Clavel, l'héroïne Ana apprend aussi les secrets magiques de Merlin. Les Descendants de Merlin d'Irene Radford, paru en 2007 chez Points, a pour protagoniste Wren, la fille de Merlin et d'une grande prêtresse de Dana. La série de romans Merlin, écrite par Laurence Carrière depuis 2009, raconte l'enfance et l'adolescence du jeune Merlin en mêlant données historiques et éléments de fantasy. Elle compte six tomes : L'école des druides, L'épée des rois, Le monde des ombres, Les portes de glace, L'étrange pays des fées et La colère des géants.

Humour[modifier | modifier le code]

Certaines œuvres sont imprégnées d'humour, c'est le cas du roman de Mark Twain, Un Yankee à la cour du roi Arthur (en anglais : A Connecticut Yankee in King Arthur's Court), écrit en 1889. Et de Merlin l'Ange Chanteur, troisième tome du cycle Quand les dieux buvaient de Catherine Dufour, dans lequel Merlin est un Archange griffu se nourrissant de foi et de souffrance humaine. L'oulipien Jacques Roubaud a beaucoup travaillé sur la légende arthurienne, avec ses deux œuvres Graal fiction (1978)[141] et Graal théâtre (chez Gallimard). Dans la première, sur un ton humoristique, il relit et réécrit certains passages de la légende arthurienne pour en expliquer les mystères[75].

Autres productions culturelles[modifier | modifier le code]

Opéra, théâtre et musique[modifier | modifier le code]

En 1887, Károly Goldmark créé son second opéra, Merlin. Myrdhin est le second opéra du compositeur breton Paul Ladmirault, composé en 1909. Merlin apparaît également dans l'opéra d'Ernest Chausson, Le Roi Arthus, créé le 30 novembre 1903, quatre ans après la mort du compositeur.

Boris Vian, dans la pièce et l'opéra Le Chevalier de neige (respectivement en 1953 et 1957), présente Merlin comme « l'Homme Vert », incarnation du bien par opposition à la Fée Morgane[BaA 7]. Laurence Naismith interprète le personnage de Merlyn dans la version filmée de la comédie musicale Camelot (basée sur l'œuvre de T. H. White)[142]. Merlin ou la terre dévastée (Merlin oder das wüste Land), pièce de théâtre allemande assez complexe jouée pour la première fois en 1981, prend la forme d’un spectacle-fleuve où Merlin est à la fois scénariste et spectateur du mythe arthurien[143]. Le groupe de rock néerlandais Kayak a intitulé son huitième album Merlin. The Myths and Legends of King Arthur and the Knights of the Round Table, album conceptuel de Rick Wakeman sorti en 1975, compte une chanson consacrée à Merlin (Merlin the Magician), et constitue l'une des plus intéressantes adaptations de la légende arthurienne sur support musical[144]. En Bretagne, le harpiste celtique Rémi Chauvet a pris pour pseudonyme le nom de « Myrdhin », en référence à Merlin[145].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Claudine Glot explique les différences entre le Merlin de John Boorman et celui des légendes médiévales.

À partir des années 1960, le cinéma succède au théâtre pour mettre en scène Merlin. L'une de ses représentations les plus connues au cinéma est celle du film d'animation Merlin l'enchanteur en 1963, inspiré du roman L'Épée dans la pierre[142]. Ce film d'animation des Studios Disney réalisé par Wolfgang Reitherman montre une image puérile du personnage, dont les pouvoirs se limitent à la métamorphose[BaR 2]. Jouant sur l'humour, il est destiné à un jeune public[143]. Le film Excalibur de John Boorman, réalisé en 1981 avec Nicol Williamson dans le rôle de Merlin[142], offre un propos bien différent. Boorman a toujours considéré Merlin comme « le personnage le plus intéressant des légendes ». Il présente l'enchanteur comme « un mythe dont la Bretagne (Britain) a besoin ». Le Merlin de Boorman réunit une combinaison d'archétypes jungiens : vieil homme sage, métamorphe et Trickster, doué de prescience, d'une affinité avec le monde animal (il parle aux chevaux) et avec le dragon, il est chargé de l'éducation d'Arthur, tout en formant un élément humoristique du film[146]. En 1996 sort Les Nouvelles Aventures de Merlin l'Enchanteur (en vo : Merlin's Shop of Mystical Wonders), film d'horreur américain.

Dans le film d'animation de Chris Miller Shrek le troisième, sorti en 2007, on rencontre un Merlin à la retraite et incapable de faire correctement de la magie. Le personnage est présent aussi dans le film La Dernière Légion où l'on suit la destinée d'un certain druide Ambrosinus (en réalité Merlin) qui devient tuteur du dernier empereur de Rome et de son fils Arthur[147]. Dans L'Apprenti sorcier, sorti en 2010, le personnage principal apprend qu'il est le dernier descendant de Merlin et qu'il doit combattre la fée Morgane.

Télévision[modifier | modifier le code]

Tout comme le cinéma, la télévision ne manque pas de consacrer régulièrement des productions au personnage de Merlin. On rencontre un Merlin retiré du monde et vivant de nos jours dans la série Monsieur Merlin diffusé sur CBS (1981-1982). Dans le téléfilm de 1998 Merlin, réalisé par Steve Barron, le protagoniste (joué par l'acteur Sam Neill) combat la déesse païenne Mab[142]. Une suite a été tournée en 2006, L'Apprenti de Merlin[BaR 3]. Le téléfilm Le Retour de Merlin, réalisé en 2000[BaR 4], reçoit un mauvais accueil critique[148].

Merlin contre les esprits d'Halloween, un téléfilm d'animation créé en 2006, est inspiré de la bande-dessinée de Joann Sfar. Toujours en France, la série humoristique Kaamelott (2005-2009), réalisée par Alexandre Astier, voit Jacques Chambon jouer un Merlin incompétent[BaR 5]. La BBC One diffuse de 2008 à 2012 la série Merlin, avec Colin Morgan dans le rôle du protagoniste dont la jeunesse est racontée. Le personnage apparaît aussi au centre de la série CamelotJoseph Fiennes interprète un Merlin manipulateur et torturé par son usage de la magie. Le téléfilm français en deux parties Merlin, réalisé par Stéphane Kappes avec Gérard Jugnot dans le rôle de Merlin, a été diffusé à la télévision en France et en Belgique fin 2012. Il a reçu un mauvais accueil critique en raison notamment de ses effets spéciaux[149].

Certaines séries télévisées consacrent un épisode particulier à Merlin ou en font un personnage secondaire, ainsi dans Au cœur du temps (The Time Tunnel) en 1967, Christopher Cary incarne Merlin, the Magician dans l'épisode homonyme[142]. Dans Stargate SG-1 (de Brad Wright et Jonathan Glassner, 1997-2002), Matthew Walker joue le rôle de Merlin. Le téléfilm réalisé par Roger Young en 1998, Le Chevalier hors du temps, voit Ian Richardson incarner le magicien[BaR 6].

Bande dessinée et livres d'illustration[modifier | modifier le code]

Merlin apparaît dans l'univers de DC Comics, dans lequel toute la mythologie autour du personnage est reprise, avec notamment la fée Morgane et Nimue. De même, Thor (1962-), série de Comics de Marvel, présente un super-vilain nommé Merlin. Philippe Le Guillou campe un Merlin contemplatif dans l'ouvrage Immortels: Merlin et Viviane, avec Paul Dauce[BaA 7]. Brucero a abondamment illustré Merlin sur les textes de Catherine Quenot dans Le livre secret de Merlin[150].

Merlin (1999-2003) est une série de bande dessinée humoristique retraçant l'enfance de Merlin, dont le scénario est signé Sfar. Les deux séries Merlin (2000-2009, BD réaliste retraçant la jeunesse de Merlin) et Merlin, la quête de l'épée (2009-), scénarisées par Jean-Luc Istin, appartiennent au genre fantasy et présentent un personnage d'origine païenne. Elles connaissent un grand succès[151].

Jeux[modifier | modifier le code]

L'univers des jeux fait lui aussi régulièrement appel à Merlin. Dans la série de livres-jeux Quête du Graal (1984-1987), il est le mentor du héros, Pip. En 1998, le jeu de société Merlin, destiné aux jeunes, est créé par Reinhard Staupe. Il est réédité en 2003[152]. Dans la série de jeux vidéo Paper Mario (2000-), le personnage de Merlon est présenté comme le cousin de Merlin[153]. D'autres jeux sont inspirés de licences cinéma ou télévisées, c'est le cas de Merlin: A Servant of Two Masters sur Nintendo DS, sorti en 2012 et inspiré par la série télévisée de la BBC[154], ainsi que pour la série de jeux vidéo Kingdom Hearts, où la version Disney du personnage de Merlin apparaît dans quelques épisodes de la série (Kingdom Hearts, Kingdom Hearts 2 et Kingdom Hearts: Birth by Sleep).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il rappelle les enfants de Cronos, qui parlent aux animaux et possèdent une sagesse supérieure tout comme lui, voir Walter 2000, p. 79
  2. Manuscrit de Huth.
  3. Chez les chamanes, la transformation en oiseau permet d'acquérir le pouvoir des esprits et d'accompagner les âmes des morts vers l'Autre Monde, voir Walter 1999, p. 15 citant Mircea Eliade.
  4. Cette légende, racontée par Geoffrey de Monmouth, est la plus ancienne connue revendiquant la construction de Stonehenge
  5. C'est le cas dans le Cycle de Pendragon.
  6. Voir sur ce thème l'œuvre de Guillaume Apollinaire, L'Enchanteur pourrissant.
  7. D'après Philippe Walter, le combat entre deux dragons lors des calendes de mai est un thème celtique récurrent, notamment dans Lludd a Llefelys. Il serait lié à trois jours de pénitence au mois de mai pour lutter contre les forces maléfiques. Voir N. Stalmans, « Les affrontements des calendes d'été dans les légendes celtiques », et Walter 1999, p. 22-23
  8. Le Français Robert de Boron parle du royaume de Bretagne, tandis que l'Anglais Geoffrey de Monmouth évoque plutôt le royaume de Logres.
  9. Sauf dans deux poèmes romantiques, dont La Tour d'ivoire de Victor de Laprade. Voir Koberich 2008, p. 387
  10. Version originale en latin : Bellum armterid inter filios Elifer et Guendoleu filium Keidiau ; in quo bello Guendoleu cecidit : Merlinus insanus effectus est. Voir Goodrich et Lacy 2003, p. 124
  11. Le motif de la triple mort se retrouve aussi dans la Vita Merlini, ce qui a permis de rapprocher Lailoken du personnage de Merlinus.
  12. Il n'y a aucune certitude en ce qui concerne la paternité du Merlin en prose attribuée à Robert de Boron. Toutefois, le Merlin en vers en est bien la source.
  13. Inquiété par cette prédiction, le roi Arthur fait enfermer tous les nouveau-nés sur un navire qui fait naufrage, mais Mordred est précisément le seul survivant.
  14. Henri VII eut pour enseigne le dragon rouge des Gallois qu'il introduisit dans les armes du royaume d'Angleterre, et nomma symboliquement son fils Arthur, la famille Tudor prétendant se rattacher à la lignée de Brutus de Bretagne et du roi Arthur.
  15. Selon Claudine Glot, Gandalf est toutefois davantage inspiré par la culture germanique, et plus christianisé que Merlin, voir : Mafiou 44 et Amélie Tsaag Valren, Interview de Claudine Glot, 12 février 2011, Vidéo disponible sur Wikimedia Commons

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Merlin », Oxford English Dictionary,‎ 2008 (lire en ligne)
  2. Martin Aurell, « Excalibur et les mystères de la table ronde » dans Au cœur de l'histoire, Europe 1, 6 avril 2011, 13:30 [lire en ligne]
  3. a et b (en) John T. Koch, Celtic Culture: A Historical Encyclopedia, ABC-CLIO,‎ 2006 (ISBN 1-85109-440-7, lire en ligne)
  4. Claude Sterckx, Dieux d'eau: Apollons celtes et gaulois, Bruxelles, Société belge d'études celtiques,‎ 1996, 186 p. (ISBN 2872850503 et 9782872850501), p. 44
  5. (en) W. A. Nitze, « The esplumoir Merlin » dans Speculum no 18, 1949, p. 69-79
  6. Berthet 1992, cité par Walter 1999, p. 16
  7. Berthet 1992
  8. Claude Lecouteux, « Merlin : éléments d’étude stratigraphique » dans Iris no 21, 2001, p. 9
  9. Saint Gildas (trad. C. Kerboul-Vilhon) De excidio britannia - Décadence de la Bretagne, cité par Walter 1999, p. 9
  10. Expression empruntée à Françoise Le Roux par Philippe Walter dans Walter 1999, p. 10
  11. (en) A. Mac-Culloch, Celtic mythology. The mythology of all races, Boston, 1918, t.3, p. 111-112
  12. Christian-J. Guyonvarc'h, « L'erreur du chamanisme celtique » dans Magie, médecine et divination chez les Celtes, Payot, 13 septembre 2007, (ISBN 2228902365 et 978-2228902366), p. 219-220
  13. (en) Nikolaï Tolstoï, The Quest for Merlin, Londres, Hamish Hamilton Press, 1985 et Markale 2009, cités par Berthelot 1999, p. 178
  14. d'Arbois de Jubainville 1868, p. 569, cité par Walter 1999, p. 8
  15. Goodrich 1989
  16. Guy D'Amours, « Fausses croyances », sur Le site de Merlin (consulté le 18 septembre 2013)
  17. a, b et c (en) The Mammoth Encyclopedia of the Unsolved, Constable & Robinson Ltd, 2001, (ISBN 1780337051 et 9781780337050), chap. King Arthur and Merlin
  18. (en) Nadine Wolf, The Arthurian Legends and Their Legacy, GRIN Verlag, 2007, (ISBN 363873305X et 9783638733052), p. 31
  19. Micha 2000, p. 178
  20. (en) Bulletin bibliographique de la Société Internationale Arthurienne, vol. LIX, 2007, p. 108, objet 302
  21. Historia regum Britanniae, chap. 106-111, cité par Walter 2000, p. 42
  22. (en) Katharine Mary Briggs, An Encyclopedia of Fairies, Hobgoblins, Brownies, Boogies, and Other Supernatural Creatures, New York, Pantheon Books,‎ 1976 (ISBN 978-0-394-73467-5), p. 440
  23. Henri de Briel, Le Roman de Merlin l'enchanteur, Paris, Klincksieck,‎ 1971, p. 31
  24. Walter 1996, p. 121
  25. Stephen Lawhead, Merlin, t. II du cycle de Pendragon, Buchet-Chastel,‎ 1997, 465 p. (ISBN 2283017165 et 9782283017166)
  26. Fabienne Pomel, « La naissance de Merlin chez Michel Rio ou la réécriture palimpestueuse et spéculaire », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, no 19,‎ 2010 (lire en ligne)
  27. Walter 1996, p. 119
  28. a et b Walter 1996, p. 124
  29. Revue des deux mondes, Vol. 5 ; 29 ; 136, Bureau de la Revue des deux Mondes, 1860, p. 184. Lire sur Wikisource
  30. Walter 1996, p. 127
  31. a, b et c Irène Fabry-Tehranchi, « Comment Merlin se mua en guise de cerf » : écrire et représenter la métamorphose animale dans les manuscrits enluminés de la Suite Vulgate », Textimage (consulté le 26 septembre 2013)
  32. a et b Guy D'Amours, « La figure de Merlin : folie ou éveil spirituel ? », sur Le site de Merlin (consulté le 16 septembre 2013)
  33. Danielle Quéruel, Christine Ferlampin-Acher et Catherine Blons-Pierre, Merlin: roman du XIIIe siècle, Robert de Boron, C.A.P.E.S./Agrégation: Lettres, Ellipses Marketing, 2000, (ISBN 2729802851 et 9782729802851), p. 70
  34. Gabriela Tanase, Jeux de masques, jeux de ruses dans la littérature française médiévale (XIIe-XVe siècles), Vol. 101 de Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, Honoré Champion, 2010, (ISBN 2745320777 et 9782745320773), p. 130
  35. Uno Harva, Les Représentations religieuses des peuples altaïques, Paris, Gallimard, 1959, p. 270-273
  36. M.-Th. Chotzen, « Emain Ablach, Ynis Awallach, Insula Avallonis, Isle d'Avallon » dans Études celtiques, no 4, 1948, p. 255-274
  37. C. Lord-Morgan, « Chêne, pommier, noisetier : trois aspects de l'arbre dans la tradition galloise » dans PRIS-MA, no 5, 1889, p. 57-62
  38. Trad. de L. Fleuriot dans Récit et poèmes celtiques. Domaine brittonique VIe-XVe siècle, Paris, Stock, 1981, p. 218-219
  39. Berthelot 1999
  40. Schiprowski 1933, p. 30
  41. P.-Y. Lambert, Les Quatre Branches du Mabinogi, Paris, Gallimard, 1993, p. 331-351.
  42. He learnt his craft from a master, Bleise, portrayed here as an historian recording the deeds of Arthur's reign, as reported by Merlin. (Manuscript illustration, c.1300.), dans (en) Arthur Cotterell, The Encyclopedia of Mythology, Lorenz Books/Anness Publishing Limited, 1996-1999, p. 114 (ISBN 1-85967-164-0).
  43. a, b, c, d et e Richard Trachsler, Clôtures du cycle arthurien: étude et textes, Volume 215 de Publications romanes et françaises, Librairie Droz, 1996, (ISBN 2600001549 et 9782600001540), p. 82
  44. Claude Gaignebet, Le Carnaval, p. 135-136, cité par Walter 1999, p. 35
  45. a, b, c, d, e, f, g, h et i Koberich 2008, p. 12
  46. François Le Divenah et Thierry Jigourel, Bretagne, terre d'enchantement, Paris, Petit Futé,‎ 2010, 123 p. (ISBN 978-2-84768-209-0, OCLC 650437667, lire en ligne), p. 91
  47. a et b Koberich 2008, p. 138
  48. Arnaud De La Croix, Arthur, Merlin Et Le Graal, Éd. du Rocher,‎ 2001, 184 p. (ISBN 2268038378 et 9782268038377), p. 121
  49. Dubost 1991, p. 740
  50. Alain Montandon, Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècles, vol. 11 de Cahiers de recherches médiévales, Honore Champion,‎ 2004, p. 188
  51. Zussa 2009, p. 1
  52. a, b, c, d, e et f Koberich 2008, p. 13
  53. a et b Micha 2000, p. 190
  54. Goodrich et Lacy 2003, p. 124
  55. a, b et c (en) Lucy Allen Paton, « The story of Grisandole: A Study in the Legend of Merlin (L'histoire de Grisandole : étude d'une légende de Merlin) », PMLA, Modern Language Association, vol. 22, no 2,‎ 1907, p. 234-276 (lire en ligne)
  56. a et b Koberich 2008, p. 11
  57. Historia Brittonum, chap. 42
  58. a, b, c et d Jean-Michel Picard, « Merlin, Suibhne et Lailoken. A propos d'un livre récent », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 80, no 4,‎ 2002, p. 1495-1503
  59. (en) « The Welsh Myrrdin Poems » dans R. S. Loomis ed., Arthurian Litterature in the Middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1959, p. 21-30
  60. a et b (de) Bernhard Maier, Lexikon der keltischen Religion und Kultur, Stuttgart, Kröner-Verlag,‎ 1994 (ISBN 3-520-46601-5)
  61. (en) K. H. Jackson, Studies in Early Celtic Narure Poetry et (en) J. Carney, Studies in Irish Litterature and History, cités par Philippe Walter dans Walter 1999, p. 7
  62. (en) P. Ó. Riain, « A study of the Irish legend of the wild man » dans Éigse 14/3, Samhradh, 1972, p. 179–206
  63. (en) Ceridwen Lloyd-Morgan, « Narratives and Non-Narratives: Aspects of Welsh Arthurian Tradition », Arthurian Literature, no 21,‎ 2004, p. 115–136
  64. (de) Meyers Großes Konversations-Lexikon. Directmedia Publ., Berlin 2004, DVD-ROM-Ausgabe, 6. Auflage 1905 - 1909, (ISBN 3-89853-500-2), t. 13, p. 640.
  65. Claude Letellier et Denis Hüe, Le Roman de Brut: entre mythe et histoire, vol. 47 de Medievalia, Paradigme, 2003, (ISBN 2868782396 et 9782868782397), p. 83
  66. Micha 2000, p. 215
  67. Koberich 2008, p. 354
  68. Richard Trachsler, Clôtures du cycle arthurien: étude et textes, Volume 215 de Publications romanes et françaises, Librairie Droz, 1996, (ISBN 2600001549 et 9782600001540), p. 83
  69. Georges Minois, Henri VIII, éd. Fayard, 1989, (ISBN 2213023158 et 978-2213023151), p. 306.
  70. « Prophéties de Merlin », BnFc (consulté le 14 octobre 2013)
  71. a, b, c et d Koberich 2008, p. 14
  72. Goulven Peron, « Mutation d'une légende bretonne : La Santirine » dans Revue du C.G.H.P., no 24 de Kaier ar Poher, 2009.
  73. (en) Richard Pennington, A Descriptive Catalogue of the Etched Work of Wenceslaus Hollar 1607-1677, Cambridge University Press, 2002, (ISBN 0521529484 et 9780521529488), p. 314
  74. Théophile Briant (préf. Fernand Guériff), Le Testament de Merlin, Paris, éditions Champion-Slatkine,‎ 1985
  75. a, b, c, d, e, f, g et h Bouloumié 2004, p. 181-193
  76. « Jean Markale donne aussi un Merlin l'Enchanteur. Faut-il l'évoquer ici ? Ce n'est pas sûr. […] A Jean Markale on reproche de trop vulgariser dans des domaines trop larges » dans Bien dire et bien aprandre: bulletin du Centre d'études médiévales et dialectales de l'Université Lille III., Numéro 13, 1994, p. 163
  77. Markale 2009
  78. Jean Markale, Merlin: Priest of Nature, Inner Traditions/Bear, 1995, (ISBN 0892815175 et 9780892815173), 240 p.
  79. Voir la critique de Christian-Joseph Guyonvarc'h dans Textes Mythologiques Irlandais, Rennes, Ogam-Celticum, n°11/1 & 2, 1978, p. 39, et celle de Michel Meslin dans « Compte rendu de J. Markale, Les Celtes et la civilisation celtique. Mythe et histoire », Archives des sciences sociales des religions, 1970, 30, p. 223-224, lire en ligne
  80. (en) Emma Jung et Marie-Louise von Franz, The Grail Legend, Princeton University Press, 1998, (ISBN 0691002371 et 9780691002378), p. 115
  81. (en) Gareth Knight, Merlin and the Grail Tradition, Skylight Press, 2011, (ISBN 1908011335 et 9781908011336), p. 10
  82. (en) W. Jenkyn Thomas, The Welsh Fairy Book, Abela Publishing Ltd, 2010, (ISBN 1907256687 et 9781907256684), p. 69
  83. (en) Christopher W. Bruce, The Arthurian Name Dictionary, Routledge, 2013, (ISBN 1136755373 et 9781136755378), art. Dinas Emrys (livre numérique)
  84. (en) Eric Bird, Coastal Geomorphology: An Introduction, Chichester, John Wiley & Sons. [n.p.],‎ 2008 (ISBN 978-0-470-51729-1, lire en ligne)
  85. (en) Gilbert Wilson, Introduction to Coastline Development, Cambridge, MA, Steers - MIT Press,‎ 1971 (ISBN 0-262-19089-3), « The Influence of Rock Structures on Coastline and Cliff Development Around Tintagel, North Cornwall », p. 152
  86. (en) Dave Evans, Journal for the Academic Study of Magic 2, Mandrake, 2004, (ISBN 1869928725 et 9781869928728), p. 219
  87. (en) Gary R. Varner, Menhirs, Dolmen, and Circles of Stone: The Folklore and Magic of Sacred Stone, Algora Publishing, 2004, (ISBN 0875863515 et 9780875863511), p. 134
  88. a, b et c Calvez 2010
  89. Théodore Hersart de la Villemarqué, « Visite au tombeau de Merlin » dans Revue de Paris, deuxième série, 1837, XLI, p. 45-62
  90. Foulon Ménard 1878, p. 3-21
  91. Ludovic Dunod et Alice Milot, Si loin si proche : La Forêt de Brocéliande ou l’imaginaire au pouvoir sur RFI, août 2011, rediffusion partielle.
  92. Walter 1996, p. 117-133
  93. Dubost 1991
  94. Koberich 2008, p. 237
  95. Daniel 2006, p. 401
  96. Christian Morris, Le tarot: Miroir d'éternité, L'Originel, coll. « Sciences hermétiques »,‎ 1995, 266 p. (ISBN 2910677125 et 9782910677121), p. 94
  97. (en) Ira Progoff, Jung's psychology and it's social meaning, Routledge, 1953 (ISBN 0415191327 et 9780415191326), p. 236
  98. Torregrossa 2004, p. 168
  99. Schiprowski 1933
  100. Dean 1992
  101. Torregrossa 1999, p. 54–65
  102. (en) John Matthews, Wizards: The Quest for the Wizard from Merlin and Gandalf to Harry Potter, Godsfields press, coll. « Mind, Body, Spirit Series »,‎ 2005, 144 p. (ISBN 1841812641 et 9781841812649)
  103. Torregrossa 2004, p. Voir l'ensemble de l'article
  104. Zussa 2009, p. 10
  105. Zussa 2009, p. 11
  106. Zussa 2009, p. 13
  107. a et b Torregrossa 2004, p. 170
  108. Torregrossa 2004, p. 170-171
  109. Torregrossa 2004, p. 172
  110. Zumthor 2000, cité par Bouloumié 2004, p. 181-193
  111. Koberich 2008, p. 4° de couverture
  112. a et b Koberich 2008, p. 104
  113. Koberich 2008, p. 106
  114. Koberich 2008, p. 107
  115. Koberich 2008, p. 105
  116. (de) Karl Leberecht Immermann, Merlin: eine Mythe, P. Reclam (rééd. Dietmar Klotz, 2000), 103 p.
  117. Koberich 2008, p. 49
  118. Griffiths 1999, p. Présentation thèse
  119. Koberich 2008, p. 103-104
  120. Jean Burgos, Apollinaire et L'enchanteur pourrissant: genèse d'une poétique, éditions Calliopées,‎ 2009, 239 p. (ISBN 2916608176 et 9782916608174), Résumé du livre
  121. Zussa 2009, p. 5
  122. Jean Markale, La fille de Merlin: roman, Pygmalion Éditions, 2000, (ISBN 2857046456 et 9782857046455), 315 p.
  123. Guy D'Amours, Les mémoires de Merlin, éditions De Courberon,‎ décembre 2007, 312 p. (ISBN 978-2-922930-08-5)
  124. a et b Valérie Thivent, « L'Enchanteur de René Barjavel et la matière arthurienne » dans Réception du Moyen Âge dans la culture moderne (dir. Danielle Buschinger), Presses du Centre d'études médiévales, Université de Picardie-Jules Verne, 2002, p. 193-199
  125. a et b Laurence Delord-Pieszczyk, L'œuvre de René Barjavel: de la science-fiction au Moyen Âge, ou l'itinéraire d'une symbolique, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 118-119
  126. Alain Montandon, Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècles, Volume 11 de Cahiers de recherches médiévales, Honoré Champion, 2004, p. 186
  127. a et b Anne Besson et Isabelle Cani, Le roi Arthur, au miroir du temps: la légende dans l'histoire et ses réécritures contemporaines, Rennes, Terre De Brume, coll. « essais »,‎ 2007 (ISBN 2843623634 et 9782843623639), p. 153
  128. « Le Cycle de Pendragon », Elbakin.net (consulté le 20 octobre 2013)
  129. (en) Frances Sinclair, Fantasy Fiction, School Library Association, 2008, (ISBN 1903446465 et 9781903446461), p. 61
  130. a, b et c Anne Besson (dir. Isabelle Durand-Le Guern), « Le mythe culturel en fiction : deux relectures de la préhistoire arthurienne par la fantasy contemporaine » dans Images du Moyen Âge, PU de Rennes « Interférences », 2006, p. 175-184. [lire en ligne]
  131. Andre Norton (Trad. François Truchaud, ill. Jean-Mihel Nicollet), Le miroir de Merlin, NéO, juillet 1983, (ISBN 2-7304-0213-6), 204 p.
  132. Deepak Chopra, Le retour de Merlin, J'ai Lu, coll. « L'Aventure secrète »,‎ 12 novembre 1998, 539 p. (ISBN 229005013X et 978-2290050132), Quatrième de couverture
  133. Sylvadoc, « Le Pas de Merlin », Elbakin.net,‎ 23 mai 2004 (consulté le 22 septembre 2013)
  134. Gillossen, « Brocéliande », Elbakin.net,‎ 23 mai 2004 (consulté le 22 septembre 2013)
  135. « Le Codex Merlin », Elbakin.net (consulté le 22 septembre 2013)
  136. Gillossen, « Le Bois de Merlin », Elbakin.net,‎ 25 juin 2005 (consulté le 22 septembre 2013)
  137. (en) Anne-Christin Hirsch, Names and Their Underlying Mythology in J.K. Rowling's Harry Potter-Novels, GRIN Verlag,‎ 2008, 56 p. (ISBN 3640164121 et 9783640164127), p. 8
  138. Claudine Glot (ill. Jean-Noël Rochut), La Légende de Merlin, Ouest-France, coll. « L'Histoire illustrée »,‎ 19 mai 2003, 64 p. (ISBN 2737330513 et 978-2737330513)
  139. Valérie Guinot, Azilis : L'épée de la liberté, t. 1, Rageot,‎ 2007, 426 p. (ISBN 2700232771 et 978-2700232776)
  140. Valérie Guinot, Azilis : Le sortilège du vent, t. 3, Rageot,‎ 20 octobre 2010, 408 p. (ISBN 270023751X et 978-2700237511)
  141. Jacques Roubaud, Graal fiction, Gallimard,‎ 1978, 226 p.
  142. a, b, c, d et e Morton 2008
  143. a et b Zussa 2009, p. 6
  144. (en) Barbara Tepa Lupack, Adapting the Arthurian Legends for Children, Palgrave Macmillan,‎ 2004 (ISBN 1403982481 et 9781403982483), p. 233
  145. Erwan Delon, Jeunes Bretons ou l'identité enchanteresse ?, éditions L'Harmattan, 2007, (ISBN 229618152X et 9782296181526), p. 235
  146. (en) Brian Hoyle, The Cinema of John Boorman, Rowman & Littlefield,‎ 2012, 273 p. (ISBN 0810883953 et 9780810883956), p. 129
  147. « La Dernière Légion : critiques », Première (consulté le 20 octobre 2013)
  148. « Le Retour de Merlin », Allociné (consulté le 20 octobre 2013)
  149. « Merlin sur TF1 : Des effets spéciaux cheap ou magiques ? (VIDEO) », Télé Loisir (consulté le 16 octobre 2013)
  150. Catherine Quenot et Brucero, Le livre secret de Merlin, Glénat, 30 octobre 2007, (ISBN 2723462161 et 978-2723462167), 104 p.
  151. Zussa 2009, p. 8
  152. « Merlin », TricTrac (consulté le 19 septembre 2013)
  153. Voir le livret du jeu
  154. [vidéo] Présentation du jeu sur YouTube
  1. p. 207
  2. p. 50
  3. p. 356
  4. p. 372
  5. p. 357
  6. p. 355
  • (fr) Robert Baudry, « Merlin astrologue : d'hier à aujourd'hui », dans L'Astrologie: hier et aujourd'hui, Presses universitaires Rouen Havre,‎ 2008 (ISBN 2877756041 et 9782877756044, lire en ligne), p. 85-103
  1. p. 87
  2. p. 92-93
  3. p. 93
  4. p. 96
  5. p. 89
  6. p. 86
  7. a, b et c p. 94
  • (en) Peter Goodrich et Norris J. Lacy, Merlin: A Casebook, vol. 7 de Arthurian Characters and Themes Series, Garland Science,‎ 2003, 400 p. (ISBN 0203503066 et 9780203503065)
  1. p. 105
  2. a, b et c p. 292
  3. a, b et c p. 289
  4. p. 290
  5. p. 291
  6. p. 293
  7. p. 295
  8. p. 296
  9. p. 301
  10. p. 307
  11. a, b et c p. 324
  12. p. 119
  13. p. 116
  1. p. 22
  2. p. 1
  3. a et b p. 53
  4. a et b p. 75
  5. a, b et c p. 2
  6. a et b p. 74-75
  7. a, b et c p. 93-94
  8. p. 1-2
  9. p. 34
  10. p. 35
  11. p. 33
  12. a et b p. xii
  13. Présentation éditeur
  14. Chapitre 4
  15. a, b et c p. xiii
  16. p. xi
  1. p. 405
  2. p. 121-123
  3. p. 228-231
  4. p. 152-157
  5. p. 147-148
  • (fr) Danièle James-Raoul (dir.), Merlin l'Enchanteur, Le Livre de Poche,‎ 2011, 125 p. (ISBN 2253158763 et 9782253158769)
    Livre numérique. Compilation de sources médiévales commentées
  1. a, b, c, d, e, f, g et h Chap. « Présentation »
  2. a, b, c, d et e Chap. « Histoire des rois de Bretagne »
  3. a, b et c Chap. « Saint Kentigern et Lailoken »
  • (fr) Claude Sterckx, Les dieux protéens des celtes et des indo-européens, Bruxelles, Société belge d’études celtiques, coll. « Mémoires de la Société belge d'études celtiques »,‎ 1994, 201 p. (ISBN 2872850481 et 9782872850488)
  1. a, b et c p. 52
  2. Étude citée par Walter 1999, p. 11
  • (fr) Yves Vadé, Pour un tombeau de Merlin: Du barde celte à la poésie moderne, José Corti Editions, coll. « Les Essais »,‎ 2008, 304 p. (ISBN 2714309666 et 9782714309662)
  1. p. 45
  2. a et b p. 38
  3. p. 132-134
  4. p. 90-91
  5. p. 93
  1. a, b et c p. 27
  2. a, b et c p. 12
  3. p. 13
  4. p. 14
  5. a et b p. 15
  6. a, b et c p. 16
  7. Berthet 1992 cité p. 38
  8. a, b, c, d, e et f p. 5
  9. a et b p. 8
  10. a, b, c, d, e et f p. 10
  11. a, b, c, d, e et f p. 6
  12. a et b p. 42
  13. p. 47
  14. p. 7-8
  15. a et b p. 9
  16. a, b et c p. 48
  17. a et b p. 36
  18. p. 11
  19. p. 34
  20. a, b, c et d p. 37
  21. a, b et c p. 41
  22. a et b p. 20
  23. a et b p. 22
  24. a et b p. 23
  25. p. 44
  26. p. 33
  27. p. 38
  28. a, b, c, d, e, f et g p. 24
  29. a et b p. 31
  30. p. 32
  31. a, b et c p. 28
  32. p. 36-37
  33. a et b p. 29
  34. p. 30
  35. p. 30-31
  36. p. 35-36
  37. a, b, c et d p. 25
  38. p. 26
  39. p. 43
  40. p. 7
  41. a, b et c p. 46
  42. a, b, c et d p. 21
  43. a, b et c p. 52
  44. p. 19
  45. p. 17
  46. p. 18
  1. p. 66
  2. a, b, c, d, e et f p. Présentation éditeur
  3. a et b p. 80
  4. p. 67
  5. p. 115-116
  6. p. 53
  7. a et b p. 169
  8. p. 170
  9. a et b p. 182
  10. p. 90-91
  11. a, b et c p. 172
  12. a, b, c et d p. 27
  13. p. 156
  14. p. 130-131
  15. p. 141
  16. p. 142
  17. p. 39
  18. p. 40
  19. p. 168
  20. p. 64
  21. p. 183
  22. a et b p. 13
  23. a, b, c, d et e p. 14-15
  24. a et b p. 28
  25. a et b p. 52
  26. p. 12
  27. a et b p. 29
  28. p. 26
  29. p. 157
  • (fr) Paul Zumthor, Merlin le prophète: un thème de la littérature polémique de l'historiographie et des romans, Slatkine,‎ 2000 (1re éd. 1943), 302 p. (ISBN 2051018170 et 9782051018173, lire en ligne)
  1. (en) The Evolution of Arthurian Romance from the Beginnings Down to the Year 1300, 1958, cité p. 5
  2. a et b p. 33
  3. p. 131
  4. p. 266
  5. a et b p. 9-11
  6. p. 14
  7. p. 25
  8. p. 56
  9. p. 58
  10. p. 26
  11. p. 21
  12. p. 19
  13. p. 32
  14. p. 5
  15. p. 107
  16. p. 70
  17. p. 100
  18. p. 101
  19. p. 13

Citations d’œuvres[modifier | modifier le code]

  1. p. 69
  2. p. 9
  3. p. 19, cité par Bouloumié 2004, p. 181-193
  4. p. 8
  5. p. 119-120
  1. p. 25-32
  2. p. 42
  3. p. 43
  4. p. 74
  1. p. 264
  2. Refonte en un seul volume de la trilogie Merlin (1989), Morgane (1999) et Arthur (2001)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

Sources médiévales[modifier | modifier le code]

  • Daniel Poirion (dir.) et Philippe Walter (dir.), Le livre du Graal : Joseph d'Arimathie - Merlin - Les Premiers Faits du roi Arthur, t. 1, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade »,‎ 16 mai 2001, 1918 p. (ISBN 2070113426 et 978-2070113422)
    Contient le texte original en ancien français et la traduction.
  • Geoffroy de Monmouth (trad. Isabelle Jourdan), La Vie de Merlin, Climats, coll. « Micro-climats »,‎ 1996, 90 p. (ISBN 2841580350 et 978-2841580354)
    Traduction de la Vita Merlini de 1148.

Analyses modernes[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Berthet, Merlin et saint Martin ou les chemins qui ne mènent pas à Rome, Grenoble, Mémoire de maîtrise de littérature du Moyen Âge sous la direction de Philippe Walter, Université Stendhal, Bibliothèque de Lettres,‎ 1992
  • Guy D'Amours, La problématique du père dans la légende de Merlin, Université Laval,‎ 1996, 178 p.
    Mémoire. Étude psychanalytique du personnage.
  • Catherine Daniel, Les prophéties de Merlin et la culture politique, XIIe ‑ XVIe siècle, Brepols,‎ 2006 (ISBN 2503523137 et 9782503523132)
  • (en) Christopher Dean, A study of Merlin in English Literature from the Middle Ages to the Present Day, E. Mellen Press,‎ 1992, 371 p. (ISBN 0773495320 et 9780773495326)
  • Francis Dubost, « Le fils du Diable, le fils de l'homme sauvage, L'enchanteur enchanté », dans Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale, Paris, Champion,‎ 1991
  • (en) Norma L. Goodrich, Merlin, HarperCollins,‎ 1989, 400 p. (ISBN 0060971835 et 9780060971830)
    Professeur émérite à Claremont Colleges, Norma L. Goodrich postule dans cet ouvrage l'existence d'un Merlin historique.
  • Simone Bernard Griffiths, Le mythe romantique de Merlin dans l’œuvre d’Edgard Quinet, Paris, Honoré Champion,‎ 1999, 682 p.
  • Nicolas Koberich, Merlin, l'enchanteur romantique, L'Harmattan, coll. « Littératures comparées »,‎ 2008, 472 p. (ISBN 229606762X et 9782296067622)
  • Jean Markale, Merlin l'Enchanteur, Albin Michel,‎ mars 2009, 272 p.
    Ouvrage considéré comme non-fiable par la communauté universitaire
  • Alexandre Micha, Étude sur le Merlin de Robert de Boron: roman du XIIIe siècle, vol. 151 de Publications romanes et françaises, Librairie Droz,‎ 2000, 239 p. (ISBN 2600004475 et 9782600004473, ISSN 0079-7812)
  • (de) Erwin Alex Schiprowski, Merlin in der deutschen Dichtung [Merlin dans la poésie allemande], Antonius-Verlag,‎ 1933, 128 p.
  • Philippe Walter, « Merlin, L'Enfant-Vieillard », dans L'imaginaire des âges de la vie, Grenoble, D. Chauvin, Ellug,‎ 1996, 117-133 p.

Articles[modifier | modifier le code]

  • Emmanuèle Baumgartner, « Les métamorphoses de l'enchanteur Merlin », L'Histoire, no 263,‎ mars 2002, p. 58-63
  • Arlette Bouloumié, « Le mythe de Merlin dans la littérature française du XXe siècle (Jean Cocteau, René Barjavel, Jacques Roubaud, Théophile Briant, Michel Rio) », Cahier de recherches médiévales et humanistes, no 11,‎ 2004, p. 181-193 (lire en ligne)
  • Anne Berthelot, « Merlin et les petits cochons », dans Mythologies du porc, Grenoble, Éditions Jérôme Millon,‎ 1999 (ISBN 2841308634 et 9782841308637, lire en ligne), p. 177-190
  • Anne Berthelot, « Merlin magicien ? », dans Magie et illusion au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence,‎ 1999 (ISBN 9782901104438, lire en ligne), p. 51-64
  • Marcel Calvez, « Druides, fées et chevaliers dans la forêt de Brocéliande : de l'invention de la topographie légendaire de la forêt de Paimpont à ses recompositions contemporaines », Festival international de géographie. Programme scientifique, Saint-Dié-des-Vosges,‎ 2010 (lire en ligne)
  • Henri d'Arbois de Jubainville, « Merlin est-il un personnage réel ? ou les origines de la légende de Merlin », Revue des questions historiques,‎ 1868, p. 559-569
  • Patrice Marquand, « Merlin, de la tradition brittonique médiévale à la littérature orale de Basse-Bretagne », Session de formation de la Société de Mythologie Française, Landeleau,‎ 2006 (lire en ligne)
  • Dr J. Foulon Ménard, « La tradition de Merlin dans la forêt de Brocéliande », Mélanges historiques, littéraires, bibliographiques. Publiés par la société des bibliophiles bretons,‎ 1878, p. 3-21 (lire en ligne)
  • (en) Jennie M. Morton, « Of Magicians and Masculinity: Merlin and the Manifestation of the New Man », Culture and the Medieval King, ed. Christine Havens, Keith Russo et Richard Utz, numéro spécial. UNIversitas: The University of Northern Iowa Journal of Research, Scholarship, and Creative Activity, no 4.1,‎ Printemps 2008
  • (en) Michael Torregrossa, « Merlin Goes to the Movies: The Changing Role of Merlin in Cinema Arthuriana », Film & History: An Interdisciplinary Journal of Film and Television Studies, no 29.3–4,‎ 1999, p. 54–65
  • (en) Michael Torregrossa, « The Way of the Wizard: Reflections of Merlin on Film », dans The Medieval Hero on Screen: Representations from Beowulf to Buffy, Jefferson, NC: McFarland, Martha W. Driver et Sid Ray,‎ 2004, 167–191 p.
  • Gaëlle Zussa, « Merlin. Rémanences contemporaines d'un personnage littéraire médiéval dans la production culturelle francophone (fin xxe siècle et début xxe siècle) : origines et pouvoirs », Perspectives médiévales, no 33,‎ 2009 (lire en ligne)
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 1er décembre 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.