Merindad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La merindad est un type de juridiction espagnole, hérité du Moyen Âge, et particulièrement implanté en Navarre et en Vieille-Castille. Le terme apparaît au Xe siècle lors de l'organisation du comté de Castille par Ferdinand González de Castille. Les merindades sont décrites dans le "Becerro de Behetrías" sous le règne de Pierre Ier de Castille. Le berceau originel de la Castille porte encore le nom des merindades de la province de Burgos.

La merindad, un territoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, les merindades désignent avant tout un territoire, un district sis autour d'une ville ou d'un bourg important, jouissant du statut de villa. Ce territoire (plus ou moins vaste, selon les cas), outre la ville-centre, regroupait des terres agricoles, des bois, mais aussi des villages (aldeas, lesquelles pouvaient être de simples hameaux), qui bénéficiaient d'un statut inférieur à celui de la villa, leurs habitants n'ayant pas les mêmes droits que ceux de la villa, qui portaient le nom de vecinos. Il revenait à la ville-centre de diriger et de défendre les intérêts de la merindad.

La Navarre, par exemple, était divisée en six merindades : Pampelune, Sangüesa, Olite, Tafalla, Tudela, et Saint-Jean-Pied-de-Port (cette dernière ayant été détachée lors de l'annexion de la Navarre par la Castille en 1512). Elles existent toujours en tant que divisions territoriales historiques, remplacées en matière juridique par les districts.

La merindad, une juridiction administrative et judiciaire[modifier | modifier le code]

Au territoire de la merindad correspond une juridiction propre, de type administratif et judiciaire. Cette juridiction était dirigée par un merino, appelé également merino menor, sorte de juge auquel correspondait essentiellement l'autorité judiciaire, mais qui pouvait intervenir dans d'autres domaines. Sa fonction était également appelée merindad.

Le merino menor était nommé par le merino mayor, choisi et nommé par le roi, et qui disposait de pouvoirs administratifs et judiciaires beaucoup plus étendus. Le territoire de sa juridiction était plus ou moins vaste, selon le nombre et la taille des merindades qui le composait. Certains exerçaient leur autorité sur une seule province, c'est souvent le cas dans le nord de la péninsule où le morcellement territorial et la diversité du droit, deux caractéristiques héritées des longs siècles du Haut Moyen Âge durant lesquels l'autorité royale eut du mal à contenir les forces centrifuges exercées par l'aristocratie, et même le clergé. Dans le terres reconquises à partir du XIe siècle, les rois castillans et léonais purent organiser plus à leur convenance les nouveaux territoires, et tentèrent donc d'opérer une unification juridique sur ces espaces nouvellement rattachés à leur couronne. Les merinos mayores exercent alors souvent sur la totalité d'une royaume : Tolède, Murcie, Séville, etc.

Les nobles et le clergé échappaient bien entendu à leur emprise, car ils jouissaient de statuts juridiques exclusifs, malgré les tentatives du roi Alphonse X de les soumettre d'une certaine manière à la justice commune. Le roi exerçait néanmoins son pouvoir judiciaire sur tous, et les cas les plus litigieux parvenaient jusqu'à la cour, où le monarque jugeait en dernier ressort, et ce, pour tous, nobles, clercs…

La configuration juridico-territoriale de la merindad s'insère dans le système juridique ibérique médiéval, qui ne connaissait pas les formes les plus abouties de la féodalité, quoique cette question anime les spécialistes depuis des lustres. Quoi qu'il en soit, la merindad semble devoir être considérée davantage comme une juridiction inscrite dans un cadre juridique nettement dominé par la royauté, et échappant à l'emprise seigneuriale, et ce, à des degrés divers, selon les époques et les régions.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]