Mercredi saint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mercredi Saint à Cadix, Espagne

Le Mercredi Saint (appelé Saint et Grand Mercredi dans les Églises orientales, terme issu du grec Μεγάλη Τετάρτη, Megale Tetarte) est un jour de la Semaine sainte avant la fête de Pâques.

Histoire biblique[modifier | modifier le code]

Judas recevant ses trente pièces d'argent au Sanhédrin.

Dans le christianisme occidental, ce jour, parfois appelé mercredi de l'espion[1], fait allusion à Judas Iscariote conspirant avec le Sanhédrin pour Trente pièces d'argent.

Le Sanhédrin était réuni et avait décidé de tuer Jésus avant Pessa'h si possible. Deux jours avant la Pâque juive (Mt. 26, 2; Mc 14, 1), Jésus se trouvait chez Simon Le Lépreux à Béthanie, village qui se trouve au sud-est du mont des Oliviers, à environ 3 km de Jérusalem.

« Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où était Lazare, que Jésus avait ressuscité d'entre les morts. On lui fit là un repas. Marthe servait. Lazare était l'un des convives. Alors Marie, prenant une livre d'un parfum de nard pur, de grand prix, oignit les pieds de Jésus et les essuya avec ses cheveux ; et la maison s'emplit de la senteur du parfum. Mais Judas l'Iscariote, l'un des disciples, celui qui allait le livrer, dit : “ Pourquoi ce parfum n'a-t-il pas été vendu trois cents deniers qu'on aurait donnés à des pauvres ? ” Mais il dit cela non par souci des pauvres, mais parce qu'il était voleur et que, tenant la bourse, il dérobait ce qu'on y mettait. Jésus dit alors : “ Laisse-la : c'est pour le jour de ma sépulture qu'elle devait garder ce parfum. Les pauvres, en effet, vous les aurez toujours avec vous ; mais moi, vous ne m'aurez pas toujours ”. »

— Évangile selon Jean, chapitre 12, versets 1 à 8

Judas se rendit alors chez le Sanhédrin et leur offrit son appui en échange d'argent, comme le décrivent les trois évangiles synoptiques : Matthieu 26:14-16, Marc 14:10-12, Luc 22:3-6.

« L’un des douze apôtres de Jésus, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposèrent trente pièces d’argent. Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? » 1 Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : ’Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.’ » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il leur déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, l’un après l’autre : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Il leur répondit : « Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux l’homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi qui l’as dit ! »

— Évangile selon Matthieu, chapitre 26, versets 14 à 16

Liturgie[modifier | modifier le code]

Liturgie dans le christianisme occidental[modifier | modifier le code]

L'Église catholique débute l'introït par la glorification du saint Nom de Jésus. Bien qu'il soit souvent célébré le Jeudi saint ou le Vendredi saint, l'Office des Ténèbres est souvent célébré ce jour-là. Dans ce service, toutes les bougies sur la table de l'autel sont progressivement éteintes jusqu'à ce que le sanctuaire soit dans l'obscurité totale. Le moment où se produit l'obscurité est un choc symbolisant la mort de Jésus. Le « strepitus » (littéralement « bruit déchaîné ») symbolise le tremblement de terre qui a suivi la mort de Jésus.

« En même temps, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent... Quand le centenier et ceux qui gardaient Jésus avec lui, eurent vu le tremblement de terre et ce qui était arrivé, ils furent fort effrayés et dirent : « Véritablement celui-ci était le Fils de Dieu ». »

— Évangile selon Matthieu, chapitre 27, versets 51 à 66

Durant cette étape du Carême caractérisée par la couleur liturgique violette, l'évêque consacre ou bénit les Saintes Huiles, qui serviront pour les baptêmes et extrêmes onctions pour l'année à venir. L'évêque est entouré des prêtres du diocèse qui renouvellent à cette occasion leurs vœux de fidélité, chasteté et obéissance.

Liturgie dans le christianisme oriental[modifier | modifier le code]

Icône russe de Cassienne de Constantinople tenant un parchemin avec son hymne écrit dessus.

Dans l'Église orthodoxe, le thème du Saint et Grand Mercredi est la commémoration de la femme pécheresse qui oint Jésus avant sa crucifixion ; un second thème est l'accord de trahir Jésus a fait par Judas Iscariote.

La célébration de la Liturgie des Saints Dons Pré-Sanctifiés (en) débute le mardi après-midi. Plus tard dans la soirée, les matines (appelées Orthros dans le rite oriental) suivent la semaine sainte. À la fin de l'Orthros, l'hymne de Cassienne est chanté. La composition musicale de cet hymne exprime la poésie byzantine si fortement qu'elle laisse souvent des gens en larmes pendant la prière. L'hymne peut durer plus de 25 minutes. Il est liturgiquement et musicalement un point culminant de l'année liturgique.

Le mercredi soir, les membres de l'église reçoivent la Sainte Communion puis la Sainte Onction.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter Klein, The Catholic Source Book, Acta Publications,‎ 1985, 508 p.