Mercier (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mercier.
Mercier
Localisation de la ville dans la MRC de Roussillon
Localisation de la ville dans la MRC de Roussillon
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Comté ou équivalent Roussillon
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Lise Michaud
2014 -
Constitution 1er juillet 1855
Démographie
Gentilé Mercierois(e)
Population 12 399 hab. (2014)
Densité 270 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ 00″ N 73° 45′ 00″ O / 45.316672, -73.75000545° 19′ 00″ Nord 73° 45′ 00″ Ouest / 45.316672, -73.750005  
Superficie 4 595 ha = 45,95 km2
Divers
Fuseau horaire -5
Indicatif +1-450
Code géographique 67045
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Mercier

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Mercier
Liens
Site web http://www.ville.mercier.qc.ca/

Mercier est une ville dans la municipalité régionale de comté de Roussillon au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Montérégie[1].

Au recensement de 2006, on y a dénombré 10 121 habitants[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois nommée Sainte-Philomène, cette localité changea son nom en 1968 dans le but de rendre hommage à l'ancien premier ministre du Québec, Honoré Mercier, qui servit de 1887 à 1891[3]. Le changement de nom est également dû à la proximité avec le pont Honoré-Mercier et vise aussi à doter la ville d'un nom plus commercialisable et moins déplaisant en anglais.

De plus, le culte voué à Sainte Philomène était de plus en plus incertain et avait survécu grâce à la dévotion dont il était entouré au XIXe siècle. Cette dernière raison précipita la décision de changer le nom de la ville.

Avant 1855, la paroisse était connue sous le nom de Sainte-Philomène-de-Châteauguay. En 1855, la paroisse devient autonome et acquiert un statut de municipalité en se dissociant de Châteauguay. Un peu plus d'un siècle plus tard, le 8 juin 1964, la municipalité devient officiellement une ville.

Fait à noter, un premier conseil municipal a été constitué à Sainte-Philomène en 1845 et a siégé, conformément à la loi, durant deux ans donc le premier maire a été Antoine Couillard (1845-1846).

Depuis son changement de nom (1968) cette municipalité a eu sept maires.

  • Dieudonné Constantineau (1961-1969)
  • Roger Tougas (1969-1985)
  • Jocelyn Lazure (1985-1993)
  • Alain Desjardins (1993-2001)
  • Jean Luc Colpron (2001-2005)
  • Jacques Lambert (2005-2013)
  • Lise Michaud (2013- )

En 2007, cette ville a mis en ligne son nouveau site web.

Les lagunes de Mercier[modifier | modifier le code]

Mercier fut et demeure encore le site d'une des plus grandes contaminations de nappe phréatique en Amérique du Nord. Cette contamination commença en 1968 lorsque le gouvernement autorisa l'implantation d'un lieu d'enfouissement d'huiles lourdes sur le site d'une ancienne sablière. La situation n'a fait qu'empirer, en 1973, lorsque le gouvernement de Robert Bourassa autorisa l'installation temporaire (initialement trois mois) d'un incinérateur de déchets organiques. L'incinérateur est en réalité toujours présent à ce jour. Les lieux contaminés s'étendent sur Mercier et sur les villes voisines de Sainte-Martine, Saint-Isidore et Saint-Urbain-Premier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Mercier », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Statistique Canada : Mercier
  3. Toponymie : Mercier

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel Ville de Mercier



Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Châteauguay Châteauguay Rose des vents
Châteauguay N Saint-Isidore
O    Mercier    E
S
Sainte-Martine Saint-Urbain-Premier Saint-Isidore