Mer des Caraïbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mer des Antilles)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caraïbes.
Mer des Caraïbes
Mer des Antilles
Carte de la mer des Caraïbes.
Carte de la mer des Caraïbes.
Géographie humaine
Pays côtiers Environ 35 pays et territoires des Antilles, de l'Amérique centrale et du nord de l'Amérique du Sud
Géographie physique
Type Mer marginale
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 15° 30′ N 74° 40′ O / 15.5, -74.6615° 30′ Nord 74° 40′ Ouest / 15.5, -74.66  
Subdivisions Golfe du Venezuela, golfe de Darién, golfe du Honduras
Superficie 2 640 000 km2
Longueur 2 415 km
Profondeur
· Maximale 7 686 m

Géolocalisation sur la carte : Amérique centrale et Caraïbes

(Voir situation sur carte : Amérique centrale et Caraïbes)
Mer des CaraïbesMer des Antilles

Géolocalisation sur la carte : Océan Atlantique

(Voir situation sur carte : Océan Atlantique)
Mer des CaraïbesMer des Antilles
Mer des Caraïbes à Bocas del Toro (Panama)

La mer des Caraïbes, ou mer des Antilles, est une mer de l'océan Atlantique, située à l'est de l'Amérique centrale et au sud-est du golfe du Mexique. Elle s'étend sur environ 2 415 km d'est en ouest et en moyenne deux fois moins du nord au sud et couvre une superficie de 2 640 002 km2.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de cette mer trouve son origine dans celui des Caraïbes, un peuple qui habitait cette région jusqu'à l'arrivée des Espagnols au XVe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Organisation Hydrographique Internationale définit les limites de la mer des Caraïbes de la façon suivante[1]:

  • Au Nord:

Une ligne joignant le phare du cap Catoche (21° 36′ 18″ N 87° 06′ 12″ O / 21.605, -87.10333) sur la côte nord-est du Yucatan, au Mexique, au phare du cap San Antonio (21° 52′ 02″ N 84° 57′ 04″ O / 21.86722, -84.95111), à l’extrémité ouest de Cuba; de là vers l'est, le long de la côte sud de Cuba, à la punta Caleta (20° 03′ 59″ N 74° 17′ 48″ O / 20.06639, -74.29667) sur la côte sud-est de cette île; de là, une ligne reliant la punta Caleta jusqu'à la pointe la Perle (19° 40′ 02″ N 73° 26′ 16″ O / 19.66722, -73.43778) ), sur la côte nord-ouest d'Haïti; de là, de la pointe la Perle vers le sud et vers l'est, le long de la côte sud d'Haïti et de la République dominicaine, jusqu'au cabo Engaño (18° 37′ 00″ N 68° 19′ 30.72″ O / 18.61667, -68.3252), à l'extrémité orientale de la République dominicaine; de là, une ligne reliant le cabo Engaño vers l'est jusqu'à la punta Agujereada (18° 30′ 29″ N 67° 08′ 15″ O / 18.50806, -67.1375) sur la côte nord de Porto Rico.

  • À l'Est:

Depuis la cabeza Chiquita (18° 22′ 50″ N 65° 38′ 39″ O / 18.3806, -65.64417) (Puerto Rico) vers le nord, le long du méridien de ce cap jusqu'à la ligne des fonds de 100 brasses (183 m); de là vers l'est puis vers le sud , de telle façon que toutes les îles, hauts-fonds, détroits et chenaux des Petites Antilles soient inclus dans la mer des Caraïbes jusqu'à la pointe Galera (10° 50′ 05″ N 60° 54′ 32″ O / 10.83472, -60.90889), l'extrémité nord-est de l'île de la Trinité. Depuis la pointe Galera à travers Trinité jusqu'à la pointe Galeota (10° 08′ 10.74″ N 60° 59′ 29″ O / 10.1363167, -60.99139), à son extrémité sud-est; et de là une ligne reliant la pointe Galeota vers le sud jusqu'à la punta Baja (9° 30′ 07″ N 60° 57′ 54″ O / 9.50194, -60.965), sur la côte orientale du Venezuela.

  • Au Sud et à l'Ouest:

De la punta Baja, au Venezuela, vers l'ouest et vers le nord, le long de la côte nord de l'Amérique du Sud et la côte orientale de l'Amérique centrale, jusqu'au phare du cap Catoche (21° 36′ 18″ N 87° 06′ 12″ O / 21.605, -87.10333), sur la côte nord-est du Yucatan, au Mexique.

Une autre définition plus vaste englobe le golfe du Mexique, les sections de l'océan Atlantique qui comprennent les Bahamas et les eaux territoriales de la Guyane, du Suriname et du Guyana. Cette définition est donnée par la Convention pour la Protection et le Développement de l'Environnement marin de la région de la Grande Caraïbe, dite Convention de Carthagène, seul traité environnemental régional obligatoire, adoptée à Carthagène (Colombie) le et entrée en vigueur le . Cette Convention compte actuellement 21 États contractants sur les 28 compris dans la région, et ses protocoles constituent un engagement légal pour ces pays, en vue de protéger, développer et gérer les eaux communes, de façon individuelle ou conjointe.

Les principaux États ou îles qui bordent la mer des Caraïbes sont :

Cette mer communique au nord-ouest avec le Golfe du Mexique par le canal du Yucatán, et avec l'océan Atlantique à travers l'archipel des petites Antilles. Elle communique aussi artificiellement avec l'océan Pacifique par le canal de Panama. Le passage du Vent — nom donné à la zone située entre Cuba et Haïti — est une importante route maritime entre les États-Unis et le canal.

Sa profondeur maximale est de 7 686 mètres au niveau de la fosse des Caïmans.

Population[modifier | modifier le code]

Mer des Caraïbes

Les populations des Caraïbes entretiennent des relations privilégiées avec la mer des Caraïbes, qui constitue leur héritage commun, et partagent un intérêt particulier à la voir déclarée Zone Spéciale dans le contexte du Développement du Tourisme durable de l'Organisation des Nations unies (ONU).

Afin de prévenir les conséquences dévastatrices sur l'environnement côtier et marin d'un éventuel accident ou acte terroriste impliquant un chargement de matières nucléaires, les États membres de l'Association des États de la Caraïbe (AEC), se sont toujours opposés de façon véhémente au passage de chargements de déchets nucléaires par la route Canal de Panama-Mer des Caraïbes.

Ces chargements ne représentent pas la seule menace qui pourrait affecter la mer des Caraïbes, l'une des principales voies navigables du monde. Elle est traversée chaque année par environ 63 000 bateaux, qui génèrent près de 82 000 tonnes d'ordures. En outre, environ 1 500 bateaux de pêche circulent dans la région. Les rejets des populations sur la terre ferme, un développement touristique intensif et d'importants chargements de pétrole constituent également des risques pour l'environnement.

Le , les chefs d’État et/ou de gouvernement des pays de l'AEC, réunis sur l'île de Margarita (Venezuela), ont adopté la Déclaration de Margarita[2], « reconnaissant la mer des Caraïbes comme patrimoine commun de la région, et comme un actif inestimable », dans le but de « consolider une identité caribéenne propre ». Ils se sont engagés « à convertir la région de la Grande Caraïbe en zone de coopération », qui « consistera tout d’abord en des actions conjointes dans les domaines établis comme priorités par l’AEC, à savoir le commerce, le tourisme durable, les transports et les catastrophes naturelles ».

Géopolitique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Limites des Océans et des Mers, 3e édition », Organisation hydrographique internationale,‎ (consulté le 31 janvier 2015)
  2. Texte de la Déclaration de Margarita

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :