Mengli Ier Giray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mengli Giray et son fils Mehmed reçus par Bayezid II.

Mengli Ier Giray (1445-1515) est un khan de Crimée et le sixième fils du fondateur Haci Giray.

Règne[modifier | modifier le code]

Il monte sur le trône en 1466, pour quelques mois, puis est déposé par son frère Nur Devlet Giray. Il recouvre son trône en janvier 1469, puis le reperd en mars 1475, à la suite d'une rébellion de ses frères et de la noblesse, après que les Ottomans ont pris le contrôle de la colonie génoise de Caffa et mis fin à la principauté de Théodoros.

En 1476, Ahmed de la Horde d'or attaque le khanat de Crimée, chasse le khan Nur Devlet Giray et soumet la Crimée où il nomme comme gouverneur l'un de ses protégés nommé Djanibeg. Mengli Giray s'enfuit chez les Ottomans à Istanbul.

Après avoir reconnu la suzeraineté de la Sublime Porte sur le khanat, il peut remonter sur le trône en 1478. Il contribue fortement au développement de l'État tatar de Crimée. Il est notamment le fondateur de la forteresse d'Özü.

En 1480, Mengli Giray effectue un complet renversement d'alliance : il abandonne son alliée traditionnelle, l'Union de Pologne-Lituanie, et conclut un accord avec le grand prince Ivan III de Russie, ce qui permet à la Russie de faire face victorieusement à l'ultime offensive de la Horde d'or lors de la grande halte sur la rivière Ougra en 1480, et une vingtaine d'année après au khanat de Crimée de mettre fin à cette même Horde d'or.

En 1502, après avoir défait le dernier khan de la Horde d'or, il prend le contrôle de sa capitale, Saraï. Il revendique alors l'autorité de la Horde sur les autres khanats de la Volga.

Postérité[modifier | modifier le code]

Mengli Giray laisse cinq fils :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Grousset, L’Empire des steppes, Attila, Gengis-Khan, Tamerlan', Payot, Paris, 1938 (réédition 1980) (ISBN 2228272515).
  • Chantal Lemercier-Quelquejay et Alexandre Bennigsen, « Le khanat de Crimée au début du XVIe siècle : De la tradition mongole à la suzeraineté ottomane », dans Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 13, n° 3, p. 321-337.