Meloidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Meloidae est une famille d'insectes appartenant à l'ordre des Coléoptères. Dans le monde, cette famille compte environ 2,500 espèces divisées en 120 genres[1]. Les adultes fréquentent les fleurs et se nourrissent de pollen. Les larves sont prédatrices d'autres insectes. Certaines espèces de méloé pratiquent l'autohémorrhée, un rejet par la bouche et par les articulations des pattes d'un liquide coloré composé de cantharidine. Une substance chimique très toxique pour les vertébrés.

Description[modifier | modifier le code]

Les adultes de méloé ont un corps mou, de longues pattes et le pronotum plus étroit que la tête. Au sein de cette famille, on retrouve des espèces ailées (genre Lytta et Zonabris) et des espèces aptères aux élytres courts (comme certaines espèces du genre Meloe). Certains arborent des couleurs vives (aposématisme) pour avertir les prédateurs de leur toxicité. La longueur du corps est habituellement comprise entre 0 75-2 cm. Ils peuvent être confondu avec la famille des Oedemeridae[2] et des Tenebrionidae de la sous-famille des Lagriinae.

Systématique[modifier | modifier le code]

  • La famille a été décrite par l'entomologiste suédois Leonard Gyllenhaal en 1810.
  • Le genre type est Meloe Linnaeus, 1758

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Dans le monde, cette famille compte environ 7 500 espèces réparties en 4 sous-familles :

Écologie[modifier | modifier le code]

Développement hypermétabole chez le méloé

Les Meloidae sont des insectes à développement hypermétabole. D'abord, on retrouve le stade de l'oeuf, ensuite une première étape larvaire qui comprend une larve mince et adaptée à la locomotion (appelée triongulin), après il y a une deuxième étape larvaire avec une larve massive et sédentaire, ensuite une nymphe et finalement un adulte. Le développement dure généralement un an. Chez certaines espèces, il peut varié entre 30 jours et 3 ans[5][6][7].

Les triongulins sont insectivores et s'attaquent principalement aux abeilles (Megachilidae et Andrenidae). Ils réussissent à attirer les mâles abeilles à l'aide de signaux chimiques[8]. Quelques espèces se nourrissent des oeufs de criquets[9]. On retrouve également des espèces qui sont parasitoïdes. Les adultes se nourrissent du pollen ou du feuillage de différents groupes de végétaux (Amaranthaceae, Asteraceae, Fabaceae et Solanaceae).

Les Meloidae et l'Homme[modifier | modifier le code]

Santé humaine[modifier | modifier le code]

Le contact de l'hémolymphe de méloé avec la peau peut provoquer des brûlures. Lorsqu'ils sont écrasés ou pressés, ces insectes sécrètent une substance chimique qui contient de la cantharidine, un terpène inodore. Cette toxine cause des brûlures cutanées qui développent des cloques. Bien qu'inconfortable, la brûlure n'est pas douloureuse et se résorbe par elle-même. La manipulation des adultes vivants cause rarement des brûlures.

Le genre Mylabris et Epicauta sont les plus utilisés dans l'extraction de la cantharidine. Les adultes séchés ou broyés sont utilisés abondamment en médecine humaine et vétérinaire. Aux États-Unis, la cantharidine est l'ingrédient actif d'un solvant de verrue plantaire[10] [11].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le genre Epicauta

Intoxication chez les chevaux[modifier | modifier le code]

On retrouve plusieurs cas d'intoxications mortelles de chevaux par l'ingestion de méloé piégés à l'intérieur de balles de foin de luzerne. Il suffit de quelques coléoptères consommés pour tuer un cheval. Dans les zone semi-arides dans l'ouest des États-Unis, les changements dans les techniques de récoltes pourraient augmenter la quantité de cantharidine retrouvée dans le foin. Les nouvelles techniques consistent à récolter les plants et à écraser les tiges mécaniquement pour favoriser un meilleur séchage. Lors de la compression, la machinerie écrase également les insectes qui s'y retrouvent et l'impact libère de la cantharidine dans le fourrage.

Les meloidae sont attirés par les fleurs et les plantes de la famille des fabaceae. Une gestion des mauvaises herbes et l'ajustement du moment des récoltes par rapport à la floraison des plantes permettraient de réduire la quantité de cantharidine[12].

Dommages aux cultures[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces de méloé sont considérés comme des ravageurs en agriculture. À cause de leur comportement grégaire, les espèces Epicauta funebris et Epicauta vittata peuvent endommagées les cultures de luzernes, de la betterave, de la pomme de terre et d'autres cultures[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bologna MA, Pinto JD. 2001. Phylogenetic studies of Meloidae (Coleoptera), with emphasis on the evolution of phorsey. Systematic Entomology 26: 33-72.
  2. Arnett JR RH. (August 2008). False blister beetles, Coleoptera: Oedemeridae. Featured Creatures. EENY-154. (25 November 2013)
  3. Selander, R.B. 1966: A classification of the genera and higher taxa of the meloid subfamily Eleticinae (Coleoptera). Canadian entomologist, 98: 449-481. doi: 10.4039/Ent98449-5
  4. Gyllenhal, L. 1810: Insecta svecica. Classis l. Coleoptera sive Eleuterata. Vol. 1. Part 2. F. J. Leverentz, Scaris, 660 pp
  5. (en) Arnett, R. H., Jr. M. C. Thomas, P. E. Skelley and J. H. Frank, American Beetles, Volume II: Polyphaga: Scarabaeoidea through Curculionoidea, FL,, CRC Press LLC,‎ 2002, 861 p. p. (ISBN 0849309549)
  6. (en) Richard E. White, Peterson Field Guides: Beetles, Boston, Houghton Mifflin Company,‎ 1983, 384 p. p. (ISBN 0-395-33953-7)
  7. (en) Charles S. Papp, Introduction to North American Beetles, Entomography Pubns,‎ 1984
  8. (en) Saul-Gershenz L. S. and Millar J. G., « Phoretic nest parasites use sexual deception to obtain transport to their host's nest », National Academy of Sciences of the United States of America, no vol. 103 no. 38,‎ 2006 (lire en ligne)
  9. Marschalek D. A. 2013. Blister beetles (Coleoptera: Meloidae) of Wisconsin: distribution and ecology. University of Wisconsin - Madison. PhD dissertation. viii+349 pp.
  10. Epstein J, Epstein W. 1960. Cantharidin treatment of digital and periungual warts. California Medicine 93 11-12.
  11. Kartal Durmazlar SP, Atacan D, Eskioglu F. 2009. Cantharidin treatment for recalcitrant facial flat warts: A preliminary study. Journal of Dermatological Treatment 20: 114-119.
  12. (en) « Blister Beetler in Forage Crops », sur www.ext.colostate.edu,‎ août 2010 (consulté le 10 janvier 2015)
  13. (en) « Featured creatures entomology & nematology » (consulté le 10 janvier 2015)

Sur les autres projets Wikimedia :

Références externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]