Mellon Collie and the Infinite Sadness

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mellon Collie and the Infinite Sadness

Album par The Smashing Pumpkins
Sortie Le 24 octobre 1995
Enregistré Entre mars et août 1995
*Chicago Recording Company
*Pumpkinland
*Bugg
*The Village Recorder
Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 121 min 50 s
Genre Rock alternatif
Heavy metal
Pop
Grunge
Musique électronique
Format Double album
Producteur Alan Moulder
Flood
Billy Corgan
Label Virgin Records

Albums par The Smashing Pumpkins

Mellon Collie and the Infinite Sadness est le troisième album studio des Smashing Pumpkins, sorti le 24 octobre 1995 sous le label Virgin Records.

Produit par Billy Corgan, leader du groupe, assisté de Flood et Alan Moulder, l'album se compose de deux disques intitulés Dawn to Dusk et Twilight to Starlight. Il mêle, dans ses vingt-huit pistes, plusieurs styles musicaux : rock alternatif, pop, heavy metal, grunge, musique électronique. Presque entièrement écrit par Billy Corgan, il marque néanmoins une plus grande implication de la bassiste du groupe D'arcy Wretzky et du second guitariste James Iha.

Aidé par le succès du premier single qui en est extrait, Bullet with Butterfly Wings, Mellon Collie and the Infinite Sadness est le seul album du groupe à se classer en première position au Billboard. Quatre autres singles en sont tirés : 1979, Zero, Tonight, Tonight, et Thirty-Three, tous sortis tout au long de l'année 1996.

Mellon Collie and the Infinite Sadness a été certifié neuf fois disque de platine par la Recording Industry Association of America. Salué par les critiques pour son ambition et sa portée, il offre au groupe sept propositions aux Grammy Awards en 1997.

Genèse et enregistrement[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Après treize mois de tournée pour la promotion du deuxième album des Smashing Pumpkins, Siamese Dream (sorti en 1993), Billy Corgan entame rapidement l'écriture d'un nouvel album[1]. Le groupe a dès le début l'intention de produire un double album. Corgan déclare : « Nous avions presque assez de chansons pour faire de Siamese Dream un double album. Pour ce nouvel album, l'idée me plaisait de créer un champ d'application plus large, dans lequel nous pourrions inclure d'autres genres de matériels que nous écrivions »[2].

Corgan sent que l'approche musicale des Smashing Pumpkins change, et veut que le groupe pense à ce disque comme étant leur dernier[3]. Il décrit alors l'album devant la presse comme étant « The Wall pour la génération X », en comparaison avec le double concept-album de Pink Floyd sorti en 1979[4]. Le groupe s'oriente vers un style plus sombre, montrant un changement radical dans sa musique et ses textes. Corgan déclare à ce sujet : « Nous voulions faire quelque chose d'aussi peu conservateur que possible[5] ».

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le groupe décide de mettre un terme à sa collaboration avec Butch Vig, qui a produit les deux précédents albums, et choisit à sa place Alan Moulder et Flood comme coproducteurs. Corgan explique :

« Pour être entièrement honnête, je pense que nous étions arrivés à un point ou nous étions trop proches de Butch, que cela aurait tourné à notre désavantage [...] J'avais comme senti qu'il fallait forcer les choses, en termes d'acoustique, et que nous devions nous sortir du moule des productions classiques des Smashing Pumpkins. »

Flood a déjà travaillé avec des groupes tels que Depeche Mode et U2, tandis que Moulder est connu pour sa collaboration avec My Bloody Valentine ou encore Oasis. Le choix de ces deux producteurs s'explique par les différences radicales dans leurs méthodes d'enregistrement et de production. En effet, Corgan veut donner à l'album une allure et des sonorités schizophrènes. Ainsi, Flood est considéré comme « maître de la magie blanche », en opposition avec le « grand prêtre de la magie noire » qu'est Moulder[5].

En avril 1995, le groupe débute l'enregistrement dans un local de répétition, plutôt que dans un studio[6]. Flood pousse immédiatement le groupe à modifier ses habitudes d'enregistrement[7]. Lors de ces sessions, le groupe enregistre les morceaux les plus saturés avec Flood. La salle de répétition, qui ne doit servir qu'à enregistrer les sonorités les plus électriques, est utilisée comme base pour le son du disque. Lors des enregistrements avec Flood, le producteur insiste sur le temps consacré chaque jour à l'écriture et aux démos, ce que les Smashing Pumpkins n'ont jamais fait auparavant[2]. Alors que Billy Corgan, assisté de Flood, travaille les voix et les arrangements dans cette salle, Alan Moulder, James Iha, D'arcy Wretzky et Jimmy Chamberlin enregistrent dans un autre studio. Iha et Wretzky ont un rôle important sur ce disque, par rapport à Siamese Dreams où Corgan aurait, selon la rumeur, enregistré lui-même toutes les parties de basse et de guitare[8].

James Iha commente : « Le grand changement est que Billy n'est pas "Monsieur Je-fais-tout". C'est beaucoup mieux. Le groupe a arrangé beaucoup de chansons pour ce disque, et le travail d'écriture était organique. Les circonstances entourant le dernier album et les méthodes de travail étaient vraiment mauvaises »[9].

Après les sessions dans la salle de répétitions, le groupe enregistre les overdubs aux studios de la Chicago Recording Company[1]. Certaines pistes sont enregistrées aux studios Pumpkinland, Bugg, et The Village Recorder[5]. Pro Tools est utilisé pour l'enregistrement des overdubs de guitare autant que pour les boucles d'effets en post-production[7],[10]. Wretzky enregistre également quelques chœurs, mais tous ont été retirés, à l'exception de ceux enregistrés pour Beautiful[11]. À la fin de l'enregistrement, le groupe cumule un total de cinquante-sept chansons terminées qui ont pour prétention d'être incluses à Mellon Collie and the Infinite Sadness[12]. L'album doit comprendre trente-deux pistes, mais le nombre est une nouvelle fois revu à la baisse pour arriver à un total de vingt-huit chansons[13]. Au total, le groupe passe quatorze heures par jour et six jours par semaines en studio. Malgré cela, l'enregistrement se déroule dans de bien meilleures conditions que celui du précédent album[5].

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Structure de l'album[modifier | modifier le code]

Vingt-huit pistes sont présentes sur Mellon Collie and the Infinite Sadness. La version double album CD et cassette est divisée en deux disques, intitulés Dawn to Dusk et Twilight to Starlight[14]. La réédition publiée en 2012 comprend trois disques supplémentaires contenant versions alternatives et inédits ainsi qu'un DVD live.

Disque un – Dawn to Dusk
  1. Mellon Collie and the Infinite Sadness – 2 min 52
  2. Tonight, Tonight – 4 min 14
  3. Jellybelly – 3 min 01
  4. Zero – 2 min 41
  5. Here Is No Why – 3 min 45
  6. Bullet With Butterfly Wings – 4 min 18
  7. To Forgive – 4 min 17
  8. Fuck You (An Ode to No One) – 4 min 51
  9. Love – 4 min 21
  10. Cupid de Locke – 2 min 50
  11. Galapogos – 4 min 47
  12. Muzzle – 3 min 44
  13. Porcelina of the Vast Oceans – 9 min 21
  14. Take Me Down (Iha) – 2 min 52
Disque deux – Twilight to Starlight
  1. Where Boys Fear to Tread – 4 min 22
  2. Bodies – 4 min 12
  3. Thirty-Three – 4 min 10
  4. In the Arms of Sleep – 4 min 12
  5. 1979 – 4 min 25
  6. Tales of a Scorched Earth – 3 min 46
  7. Thru the Eyes of Ruby – 7 min 38
  8. Stumbleine – 2 min 54
  9. X.Y.U. – 7 min 07
  10. We Only Come Out at Night – 4 min 05
  11. Beautiful – 4 min 18
  12. Lily (My One and Only) – 3 min 31
  13. By Starlight – 4 min 48
  14. Farewell and Goodnight (Corgan/Iha) – 4 min 22

La version vinyle se répartit en trois disques comportant six faces. Elle contient également deux chansons bonus (Tonite Reprise et Infinite Sadness), et un ordre des chansons totalement différent[15]. Toutes les chansons sont écrites par Billy Corgan, sauf celles signalées.

Face une – Dawn
  1. Mellon Collie and the Infinite Sadness – 2 min 52
  2. Tonight, Tonight – 4 min 14
  3. Thirty-Three – 4 min 10
  4. In the Arms of Sleep – 4 min 12
  5. Take Me Down (Iha) – 2 min 52
Face deux – Tea Time
  1. Jellybelly – 3 min 01
  2. Bodies – 4 min 12
  3. To Forgive – 4 min 17
  4. Here Is No Why – 3 min 45
  5. Porcelina of the Vast Oceans – 9 min 21
Face trois – Dusk
  1. Bullet with Butterfly Wings – 4 min 18
  2. Thru the Eyes of Ruby – 7 min 38
  3. Muzzle – 3 min 44
  4. Galapogos – 4 min 47
  5. Tales of a Scorched Earth – 3 min 46
Face quatre - Twilight
  1. 1979 – 4 min 25
  2. Beautiful – 4 min 18
  3. Cupid de Locke – 2 min 50
  4. By Starlight – 4 min 48
  5. We Only Come Out at Night – 4 min 05
Face cinq – Midnight
  1. Where Boys Fear to Tread – 4 min 22
  2. Zero – 2 min 41
  3. Fuck You (An Ode to No One) – 4 min 51
  4. Love – 4 min 21
  5. X.Y.U. – 7 min 07
Face six – Starlight
  1. Stumbleine – 2 min 54
  2. Lily (My One and Only) – 3 min 31
  3. Tonite Reprise – 2 min 40
  4. Farewell and Goodnight (Corgan/Iha) – 4 min 22
  5. Infinite Sadness – 4 min 02

La réédition de 2012 comprends 3 disques bonus qui incluent des version alternatives, des démos, et des inédits.

Disque bonus 1 – Morning Tea
  1. Tonight, Tonight (Strings Alone mix) - 2:41
  2. Methusela (Sadlands demo) - 4:08
  3. X.Y.U. (Take 11) - 7:11
  4. Zero (Synth mix) - 2:46
  5. Feelium (Sadlands demo) - 4:21
  6. Autumn Nocturne (Sadlands demo) - 1:30
  7. Beautiful (Loop version) - 5:07
  8. Ugly (Sadlands demo) - 2:47
  9. Ascending Guitars (Sadlands demo) - 3:12
  10. By Starlight (Flood rough) - 4:31
  11. Medellia of the Gray Skies (Take 1) - 3:04
  12. Lover (Arrangement 1 demo) - 3:46
  13. Thru the Eyes of Ruby (Take 7) - 5:49
  14. In the Arms of Sleep (Early Live demo) - 3:50
  15. Lily (My One and Only) (Sadlands demo) - 3:19
  16. 1979 (Sadlands demo) - 4:04
  17. Glamey Glamey (Sadlands demo) - 3:05
  18. Meladori Magpie - 2:44
  19. Mellon Collie and the Infinite Sadness (Home Piano version) - 2:45
  20. Galapagos (Instrumental/Sadlands demo) - 3:54
  21. To Forgive (Sadlands demo) - 3:46
Disque bonus 2 – High Tea
  1. Bullet with Butterfly Wings (Sadlands demo) - 4:34
  2. Set the Ray to Jerry (vocal rough) - 4:12
  3. Thirty-Three (Sadlands demo) - 4:03
  4. Cupid de Locke (BT 2012 mix) - 3:13
  5. Porcelina of the Vast Oceans (Live Studio rough) - 9:05
  6. Jellybelly (Instrumental/Pit mix 3) - 3:05
  7. The Aeroplane Flies High (Turns Left, Looks Right) - 8:32
  8. Jupiter's Lament (Barbershop version) - 2:41
  9. Bagpipes Drone (Sadlands demo) - 2:38
  10. Tonight, Tonight (Band Version Only, No Strings) - 4:15
  11. Knuckles (Studio outtake) - 3:09
  12. Pennies - 2:30
  13. Here Is No Why (Pumpkinland demo) - 3:51
  14. Blast (Fuzz version) - 2:56
  15. Towers of Rabble (Live) - 2:57
  16. Rotten Apples (BT 2012 Mix)" - 3:05
  17. Fun Time (Sadlands demo) - 4:32
  18. Thru the Eyes of Ruby (Acoustic version) - 4:55
  19. Chinoise (Sadlands demo) - 1:13
  20. Speed - 3:25
Disque bonus 3 – Special Tea
  1. Mellon Collie and the Infinite Sadness (Nighttime version 1) - :15
  2. Galapagos (Sadlands demo) - 4:25
  3. Cherry (BT 2012 mix) - 4:22
  4. Love (Flood rough) - 4:21
  5. New Waver (Sadlands demo) - 2:44
  6. Fuck You (An Ode to No One) (Production Master rough) - 4:58
  7. Isolation (BT 2012 mix) (reprise de Joy Division) - 4:04
  8. Transformer (Early mix) - 3:27
  9. Dizzle (Sadlands demo) - 2:18
  10. Goodnight (Basic Vocal rough) - 3:55
  11. Eye (Soundworks demo) - 3:34
  12. Blank (Sadlands demo) - 2:52
  13. Beautiful (Instrumental-Middle 8) - 4:15
  14. My Blue Heaven (BT 2012 mix) - 3:18
  15. One and Two - 3:45
  16. Zoom (7 ips) - 2:43
  17. Pastichio Medley (Reversed extras) - 0:43
  18. Marquis in Spades (BT 2012 mix) - 3:14
  19. Tales of a Scorched Earth (Instrumental/Pit mix 3) - 3:47
  20. Tonite Reprise (Version 1) - 2:36
  21. Wishing You Were Real (Home demo) - 3:07
  22. Thru the Eyes of Ruby (Pit mix 3) - 0:45
  23. Phang (Sadlands demo) - 2:30

Titre et pochette de l'album[modifier | modifier le code]

Le titre est révélateur du contenu de l'album et de la personnalité de Corgan. En effet, contenant un brin d'ironie et d'incompréhension (« Mellon Collie » pour « Mélancolie »), il est complété par les termes « and the Infinite Sadness » (et la « Tristesse Infinie »), un des principaux thèmes de l'album. L'œuvre est placée sous le registre de la dualité. En effet, le premier disque est intitulé Dawn to Dusk (crépuscule), alors que le second Twilight to Starlight (nuit)[16].

L'artwork est réalisé par Billy Corgan et Frank Olinsky[17]. Sur le premier opus, Dawn to Dusk, une lune, de couleur rose, sourit, alors que sur le second, la même lune, bleue, boude. Le thème de la lune apparaît pour la seconde fois pour le groupe. En effet, elle figurait déjà sur la pochette d'un des premiers singles des Smashing Pumpkins, I Am One (tiré de l'album Gish[18]). Elle est le symbole du mystère dévoilé, du changement, de la fécondité. Sur la pochette principale, cette image est complétée et renforcée par la pureté et le romantisme d'une jeune femme, savant mélange entre deux portraits, Sainte Catherine d'Alexandrie de Raphael et Fidelity de Greuze[17]. L'ensemble de la pochette dévoile l'humeur saturnienne de Billy Corgan, par la présence du ciel étoilé et de planètes. Enfin, plusieurs images violentes figurent à l'intérieur de la pochette, mêlant humeur gothique, romantique et précieuse[16].

Caractéristiques musicales[modifier | modifier le code]

James Iha, second guitariste du groupe

Styles musicaux et textes[modifier | modifier le code]

Mellon Collie and the Infinite Sadness est un album-concept, dont les chansons tournent autour du symbolisme du cycle de la vie et de la mort[9]. Corgan dit de cet album qu'il était basé sur « la peur humaine de la mort[19] ». Il puise ses influences musicales auprès de groupes comme The Cure, les Pixies, Black Sabbath ou encore Pink Floyd[20]. La nature tentaculaire de l'album signifie qu'il est composé de multiples influences par leurs compositions telles que le rock, le heavy metal, la pop, le grunge, ou encore la new wave, la musique électronique et classique. Cet éventail de styles contraste avec le sentiment de « saveur uni-dimensionnelle » perçu par les critiques sur les précédents albums.

La palette des instruments utilisés s'est élargie, avec entre autres le piano (Mellon Collie and the Infinite Sadness), les synthétiseurs et les boîtes à rythmes (1979), un orchestre classique (Tonight, Tonight), des instruments MIDI (Beautiful), et même des salières et des ciseaux sur Cupid de Locke[1],[7].

Les Smashing Pumpkins font de Mellon Collie and the Infinite Sadness un album riche et contrasté : les styles basculent d'une chanson à une autre. Ainsi, Billy Corgan propose une image entre la pénombre et le clair-obscur[21]. Les textes des chansons de Mellon Collie and the Infinite Sadness, à la fois spirituels et enragés[22], font état du comportement schizophrénique de Billy Corgan. Le compositeur transmet son sentiment de mélancolie et de désenchantement, à travers ses textes poétiques, métaphoriques, rêveurs et déchaînés, sur des thèmes comme l'amour, la paix, la nostalgie, la rage ou la haine[23],[20]. L'album présente ainsi quatre types de morceaux différents : rêveurs, agressifs, sombres et psychédéliques[5].

Dawn to Dusk[modifier | modifier le code]

Audrey Riley a collaboré avec Siouxsie Sioux avant de travailler avec les Smashing Pumpkins

Mellon Collie and the Infinite Sadness s'ouvre avec son titre homonyme, un instrumental joué sur le thème du violon et du piano. L'utilisation de ce dernier, voulue par Corgan, plonge l'auditeur dans l'univers nostalgique de l'album. Tonight, Tonight, deuxième titre, prolonge le romantisme et la tristesse du premier morceau : il se caractérise par le jeu de l'orchestre symphonique de Chicago et d'une batterie nerveuse. Les textes mélancoliques de Tonight, Tonight traitent de la vie d'une femme dans l'impasse. Son interlocuteur l'encourage à défier l'impossible, le soir même[Notes 1]. Ce morceau procède ainsi à une énième relecture du Carpe diem. Les cordes jouées ont été écrites et travaillées par Corgan sur ordinateur, puis coarrangées par Audrey Riley[24], qui a notamment collaboré avec Siouxsie Sioux.

Le titre Jellybelly change brutalement les sonorités de l'album : le style musical devient plus électrique, plus agressif, influencé par le heavy metal. Dans son interprétation, Corgan fait état de son errance, qui le rend malade[Notes 2]. Here Is No Why est la première ballade de l'album. Corgan propose l'alternance moments forts / faibles / forts, dans le but de créer une atmosphère explosive, puis un relâchement, pour enfin provoquer une nouvelle explosion, d'une plus grande intensité[17]. Here Is No Why traite de la vie et de la mort d'un musicien de rock, et du regret lié à sa mort, il s'agit de Kurt Cobain l'ex-Leader de Nirvana qui était un ami de Billy Corgan[Notes 3].

Zero et Bullet With Butterfly Wings sont caractérisés par l'omniprésence de guitares saturées, la domination des toms basses, de textes violents, désenchantés et auto-dépréciateurs[25]. Sur Zero, Corgan communique son état colérique et dépressif envers lui-même.

Bullet With Butterfly Wings, le premier single issu de l'album, confirme l'état d'esprit du morceau précédent. Son interprétation débute par « The world is a vampire, sent to drain » ; et il transmet sa rage à travers la violence des textes[Notes 4]. Toutes les guitares sont accordées un demi-ton en moins afin de « faire une musique plus calme », selon Corgan. Sur certaines chansons comme Jellybelly, la première corde est accordée en Do# (pour avoir « la gamme grunge » selon Corgan). Le nombre de prises guitares varie d'une chanson à une autre. James Iha commente : « Dans le passé, tout devait être surdoublé et les pistes de guitares en étaient détruites. Ce n'était pas vraiment l'idée dominante à cette époque, néanmoins, on le faisait »[2].

To Forgive consiste en une unique prise de guitare, là où Thru the Eyes of Ruby contient près de soixante-dix pistes de guitares[7]. To Forgive est marqué par ses textes nostalgiques et davantage de douceur dans la musicalité, un rythme plus lent, une batterie et une guitare douces, et de nombreux effets. Fuck You (An Ode to No One), à l'inverse, est marquée par l'intensité du jeu de guitare et de batterie, aux influences grunge. Jimmy Chamberlin joue davantage de sa charleston au pied qu'à la main. De nouveau, Corgan fait état du vide qui l'entoure, de son désenchantement face à l'amour[Notes 5].

Le morceau Love est marqué par de nombreux effets électroniques et distorsions sonores. Le groupe montre à travers ce morceau ses influences electro rock. Le suivant, Cupid De Locke est complété par une mélodie douce aux influences orientales, ainsi que différents bruitages (ciseaux). Galapogos est une descente profonde dans l'univers de Corgan et ses changements de comportement. Muzzle est une autre ballade rock[17], dont les textes font à nouveau référence à la solitude, et les doutes de Corgan face à son destin. D'ailleurs, ces deux dernières chansons font référence à la relation entre Billy Corgan et sa femme de l'époque. Porcelina of the Vast Oceans, d'une durée de plus de neuf minutes, est enregistré avec divers instruments, à des moments différents et retouché sous Pro Tools. Il est marqué par de longs passages paisibles, contrastés par des instants plus rock. Corgan et Iha se partagent les soli ; Iha estimant que les soli sont équitablement partagés sur le disque. Le seul titre écrit par James Iha sur Dawn to Dusk, Take Me Down, est une composition acoustique[25].

Twilight to Starlight[modifier | modifier le code]

Le second disque du double album est intitulé Twilight to Starlight. À la différence de Dawn to Dusk, il est marqué par davantage de sonorités inédites pour le groupe[26]. Cependant, il débute avec des titres classiques des Smashing Pumpkins, Where Boys Fear to Tread et Bodies. Ces chansons sont caractérisées par leur violence, leurs textes agressifs, et leur son grunge. Le morceau Bodies évoque la désespérance de Corgan sur le thème de l'amour : « Love is suicide »[27]. La chanson Thirty Three apporte plus de légèreté dans le son et les textes, avec l'utilisation du piano et d'une guitare sèche. Corgan évoque l'idée de plaisir sans culpabilité. Le titre 1979 est un des hits de l'album. D'une sonorité pop, ce morceau est une référence aux morceaux new wave des années 1980[25]. Il a requis l'utilisation d'une batterie et d'une boîte à rythmes. À ce sujet, Jimmy Chamberlin, batteur du groupe déclare : « Si l'on m'avait dit il y a trois ans que je jouerais dans un groupe où l'on travaille avec une boîte à rythme, j'aurais dis « Jamais » »[5].

Tales Of A Scorched Earth est un des morceaux les plus violents de Twilight to Starlight. Il mêle éléments de rock alternatif, avec des paroles parfois criées par Corgan et des passages de musique électronique. Corgan communique un fort désespoir, une absence totale de sentiments face à la situation du monde[Notes 6].

Le morceau Beautiful tire ses influences de Prince.

Le titre Thru the Eyes of Ruby est un morceau qui fait référence aux années 1970, par la traversée d'un univers utopique et hypnotiseur[26]. We Only Come Out at Night est un des reflets de l'excentricité de Corgan, proposant en effet de nombreux passages électroniques. Il marque également les prémices du nouveau look du groupe, plus gothique, sur son prochain album. Au fil des pistes, le groupe multiplie les changements successifs d'atmosphère. En effet, Stumbleine est un titre acoustique, mais précède un des titres les plus agressifs de l'album, XYU. Certaines paroles de ce dernier sont criées, marquant la haine et la rage de Corgan[26]. Celui-ci est suivi par We Only Come Out at Night et Beautiful, titre aux influences du chanteur Prince[28], dont les harmonies vocales et techniques électroniques sont mises en avant. Beautiful est un des morceaux rêveurs et positifs de Mellon Collie and the Infinite Sadness. Malgré son atmosphère nostalgique, ses textes traitent d'un amour et d'une admiration débordante[Notes 7].

L'album se poursuit par Lily (My One and Only), autre excentricité des Smashing Pumpkins inspirée par la musique des années 1930. De même que pour Beautiful, ce titre révèle l'amour passionné et caché de Corgan pour une certaine Lily[Notes 8]. By Starlight, morceau semi-acoustique aux sonorités pop, et Farewell and Goodnight, écrite par Corgan et Iha, qui est une berceuse avec les quatre membres de la formation aux chœurs.

Iha écrit d'autres chansons lors de la conception de Mellon Collie and the Infnite Sadness, mais elles ne sont pas introduites dans la liste finale des morceaux de l'album. Corgan répond en 1995 à une entrevue avec le magazine musical Rolling Stone. « Il y a quelques faces B de James qui sont très bonnes. Elles sont simplement hors-contexte par rapport aux disques. Et je me sens triste d'un côté. Mais après les sept années qu'on a passées ensemble, la chose la moins coincée a été la musique »[3].

Réception[modifier | modifier le code]

Sortie, réalisations et classements[modifier | modifier le code]

Mellon Collie and the Infinite Sadness paraît le 24 octobre 1995 en double album. Pendant la semaine, le disque débute à la première place du Billboard 200, un évènement relativement inhabituel pour un double album qui coûte près de vingt millions de dollars[29].

Cinq singles ont été extraits de l'album. Lorsque Corgan pense sortir Jellybelly comme premier single, il dit qu'elle serait rapidement dépassée dans les charts par Bullet with Butterfly Wings parce que celle-ci « est l'une de ses chansons qui, vous savez, est simple à chanter [avec une voix lente] va vendre beaucoup de disques ». Bullet with Butterfly Wings est le premier single des Smashing Pumpkins à atteindre le Billboard Hot 100, en se plaçant au mieux à la vingt-deuxième place.

1979, le deuxième single, se positionne quant à lui à la douzième place, devenant pour le groupe le single le plus vendu aux États-Unis[30] . Zero est lui sorti en tant que maxi avec six B-sides. Tous ces singles ont été certifiés disque d'or par la Recording Industry Association of America[31].

Tonight, Tonight et Thirty-Three, le quatrième et le dernier single, grimpèrent respectivement aux trente-sixième et trente-neuvième places dans le Billboard[30]. Bien qu'il ne soit pas sorti commercialement, le morceau Muzzle se niche à la huitième place du classement Modern Rock Tracks et à la dixième place au Mainstream Rock Tracks chart[30].

En 1995, Mellon Collie and the Infinite Sadness se classe premier à l’Australian ARIA Albums Chart[32], ainsi que dans les charts néo-zélandais[33] et suédois[34]. Par ailleurs, il obtient la deuxième place des charts en Belgique et au Canada[35],[36], la quatrième au Royaume-Uni[37], la sixième aux Pays-Bas[38], la septième en Norvège[39], la vingt-et-unième en Allemagne[40]et la trente-quatrième en France [41].

Selon Nielsen SoundScan, l'album se serait vendu à 4.7 millions d'exemplaires aux États-Unis[42]. En juillet 2001, Mellon Collie and the Infinite Sadness est certifié neuf fois disque de platine par la Recording Industry Association of America[43]. Selon les critères de celle-ci, un double album vendu dont la durée excède 100 minutes compte pour deux exemplaires[44].

Tournée et incident[modifier | modifier le code]

Les Smashing Pumpkins entament par la suite une tournée internationale. Cependant, un grave incident vient perturber l'harmonie du groupe. En effet, le 11 juillet 1996, le claviériste Jonathan Melvoin, qui assiste le groupe sur scène, et le batteur Jimmy Chamberlin se trouvent dans un hôtel à Manhattan, et s'injectent de fortes doses d'héroïne tout en buvant de l'alcool. Alors que le claviériste succombe d'une overdose vers 23 heures, Jimmy Chamberlin s'évanouit, mais reprend conscience vers 3 heures et demie du matin[45].

Après avoir appelé la sécurité, il tente de réanimer Melvoin, mais celui-ci est déjà mort. Le 9-1-1 est appelé mais ne peut que constater le décès du claviériste. Chamberlin est arrêté pour détention de drogues et interrogé. Il est envoyé en cure de désintoxication au cours du mois de juillet. Billy Corgan décide d'écarter le batteur de la tournée pour plusieurs mois, avant que celui-ci ne revienne fin 1996. Entre-temps, les deux hommes sont remplacés par Matt Walker (batterie) et Dennis Flemion (claviers)[22].

Critiques[modifier | modifier le code]

Christopher John Farley du Time surnomme l'album « le groupe le plus ambitieux et le plus accompli qu'il soit ». Farley écrit, « On a le sentiment que le groupe [...] s'est payé de bons moments ; l'ampleur de cet album (28 chansons) ne laisse rien au second-plan ou comme simple artifice. »[46] Le Time sélectionne Mellon Collie and the Infinite Sadness comme meilleur disque de l'année dans sa compilation de fin d'année « Best of 1995 »[47].

Entertainment Weekly donne à l'album la note A ; le critique David Browne loue l'ambition du groupe et écrit « Mellon Collie and the Infinite Sadness est plus que le simple travail d'un torturé, capricieux d'une pop obsessive. Corgan se présente lui-même comme l'un des derniers vrais croyants : quelqu'un qui, en crachant cette musique, produit en quelque sorte du grand art éternel. Il n'a pas l'air intéressé par l'insistante question du rock alternatif du volume des ventes, et pour son bien : il recherche quelque chose de plus grand et à tout conquérir »[48].

Rolling Stone attribue à l'album la note de trois étoiles sur cinq. En 2003, le magazine le classe 487e des 500 plus grands albums de tous les temps[49]. Le critique Jim DeRogatis dit de ce disque qu'il était « l'un des rares disques épiques de rock dont l'essentiel est justifié dans le rythme ». L'auteur retient que le principal défaut du disque sont les paroles de Corgan, décrivant l'auteur comme « vautré dans sa propre misère et ses ronchonnements sur tous ceux qui ne sont pas en accord avec ses attentes ». Quand DeRogatis soutient que Mellon Collie « pouvait malgré tout rejoindre The Wall dans son accomplissement sonore », il fait valoir que les paroles de Corgan manquent en comparaison[50].

Ben Edmunds, qui chronique le disque pour le magazine Mojo félicite la musique alors qu'il dévalorise les paroles de Corgan. Edmunds écrit « Les paroles [de Corgan, NDR] apparaissent comme étant le pire aspect de ses influences les plus chères. Il écrit avec une plume digne du heavy-metal dans sa lecture et une conviction surévaluée au rock progressif, une combinaison mortelle. Mais il y a une petite distance dans sa rage belliqueuse maintenant qui commente autant qu'elle s'exprime »[51]. Enfin, le sondage The 1995 Pazz & Jop Critics Poll positionne Mellon Collie and the Infinite Sadness à la quatorzième place de son classement[52].

Moins convaincu, le critique Robert Christgau classe le double album dans la catégorie « Duds » (un mauvais disque[53]) de son « Consumer Guide » de février 1996[54]. Il attribue cependant au morceau 1979 une icône en forme de ciseau[55], dont la signification est « a choice cut », c'est-à-dire, une bonne chanson sur un album qui ne vaut pas son achat[56].

Nominations et récompense[modifier | modifier le code]

Mellon Collie and the Infinite Sadness permet au groupe d'être nommé dans sept catégories différentes aux Grammy Awards 1997[57], le deuxième plus grand nombre de nominations cette année[58]. Ils sont ainsi nommés pour le titre d'album de l'année et de disque de l'année pour 1979 dans les catégories générales. Ils sont également nommés dans les catégories meilleure performance dans la catégorie alternatif, meilleure performance rock pour un groupe ou un duo avec chants (1979), meilleure prestation vocale en hard rock (Bullet with Butterfly Wings), meilleure chanson instrumentale dans la catégorie pop (Mellon Collie and the Infinite Sadness) et le meilleur clip (Tonight, Tonight).

Le groupe reçoit finalement un seul prix, pour la meilleure prestation vocale avec Bullet with Butterfly Wings[59]. Le double album est également classé quinzième en 1995 au sondage du Village Voice Pazz & Jop et 5eme meilleur album de tous les temps selon un sondage organisé par Virgin[60].

Artistes et équipe de production[modifier | modifier le code]

Artistes et équipe de production
Musiciens Équipe de production
Nom Instrument Nom Activité
Billy Corgan Guitare, chant, piano Flood Production, mixage
James Iha Guitare Alan Moulder Production, mixage
D'Arcy Wretzky Basse, chœurs Frank Olinsky Directeur artistique et conception
Jimmy Chamberlin Batterie, chœurs Howie Weinberg Mastering
Chicago Symphony Orchestra Orchestre symphonique Chris Shepard Enregistrement
Audrey Riley Cordes Barry Goldberg Enregistrement des chœurs
Greg Leisz Guitare Claudine Pontier Assistante d'enregistrement
Dave Kresl Assistant d'enregistrement des chœurs
John Craig Illustration
Andrea Giacobbe Photographe
Jeff Moleski Assistance technique
Russ Spice Assistance technique
Tim « Gooch » Lougee Assistance technique
Adam Green Assistance technique
Roger Carpenter Assistance technique
Guitar Dave Mannet Assistance technique

Charts et certifications[modifier | modifier le code]

Charts internationaux
Pays Durée du
classement
Meilleur
classement
Drapeau de l'Australie Australie[61] 73 semaines 1er
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[61] 43 semaines 21e
Drapeau de l'Autriche Autriche[61] 15 semaines 36e
Drapeau de la Belgique Belgique (francophone)[61] 51 semaines 3e
Drapeau de la Belgique Belgique (flamande)[61] 48 semaines 2e
Drapeau du Canada Canada 27 semaines 2e
Drapeau des États-Unis États-Unis[62] 93 semaines 1er
Drapeau de la Finlande Finlande[61] 17 semaines 14e
Drapeau de la France France[61] 14 semaines 34e
Drapeau de la Norvège Norvège[61] 38 semaines 7e
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[61] 83 semaines 1er
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[61] 48 semaines 6e
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni [63] 16 semaines 11e
Drapeau de la Suède Suède[61] 44 semaines 1er
Drapeau de la Suisse Suisse[61] 12 semaines 27e
Certifications
Pays Ventes Certification Date
Drapeau des États-Unis États-Unis [64] 4 500 000 + Disque de platine 9 × Platine* 17/07/2001
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[65] 250 000 + Disque d'or Or 1999
Drapeau du Canada Canada[66] 1 000 000 + Disque de diamant Diamant 29/08/1996
Drapeau de la France France[67] 300 000 + Disque de platine Platine 10/07/2002
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[68] 300 000 + Disque de platine Platine 09/11/2001

-* Aux États-Unis si l'album dépasse cent minutes ses ventes sont comptées double pour les certifications

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Greg Kot, Double Take: Smashing Pumpkins raises the stakes with 'Mellon Collie', Chicago Tribune, 22 octobre 1995.
  2. a, b et c (en) Alan Di Perna, « Zero Worship », Guitar World, décembre 1995.
  3. a et b David Fricke, « Smashing Pumpkins », RollingStone.com,‎ 16 novembre 1995 (consulté le 7 janvier 2008)
  4. Jim DeRogatis, Milk It!: Collected Musings on the Alternative Music Explosion of the 90's, Da Capo, Cambridge, 2003 (ISBN 0-306-81271-1), p. 46, 80
  5. a, b, c, d, e et f Florence Rajon, Smashing Pumpkins, Prelude et Fugue,‎ 1998 (ISBN 2-84343-029-1), pages 57 à 58
  6. Billy Corgan, James Iha & Jimmy Chamberlin, Interview, Smashing Pumpkins Rockumentary, MTV, 17 octobre 1995.
  7. a, b, c et d Richard Thomas, Signal to Noise: The Sonic Diary of the Smashing Pumpkins, EQ Magazine, octobre 2008.
  8. David Browne, « Pumpkin Batch », EW.com,‎ 27 octobre 1995 (consulté le 11 mai 2008)
  9. a et b Christina Kelly, « Smashing Pumpkins-The Multi-Platinum Band is over the infighting but can the harmony last? », US, décembre 1995.
  10. "No More Guitars." BigO Magazine, 1995.
  11. Liz Evans. The Last Word. Kerrang. Mai-juin 1996.
  12. Billy Corgan, James Iha & D'arcy Wretzky. Interview. Hora Prima. MTV Latin America. 19 décembre 1996.
  13. Billy Corgan. King B's. Guitar World. Janvier 1997.
  14. « Mellon Collie and the Infinite Sadness - version CD », Smashingpumpkins.com (consulté le 29 novembre 2009)
  15. « Mellon Collie and the Infinite Sadness - version vinyle », Smashingpumpkins.com (consulté le 29 novembre 2009)
  16. a et b Florence Rajon, Smashing Pumpkins, Prelude et Fugue,‎ 1998 (ISBN 2-84343-029-1), p. 105
  17. a, b, c et d Alexandre Raphaël Tartière, « THE SMASHING PUMPKINS "Mellon Collie and the Infinite Sadness" », impakte.com,‎ 14 mars 2008 (consulté en 5 décembre 2009)
  18. Musicophiliadaily.files.wordpress.com - Pochette du single - Consulté le 22 novembre 2009.
  19. Karl Daher, « Listessa Interview Billy Corgan », SPFC.org,‎ 29 mai 1998 (consulté le 18 avril 2007)
  20. a et b Napst, « Mellon Collie and the Infinite Sadness », inside-rock.fr,‎ 7 février 2006 (consulté en 4 décembre 2009)
  21. MR. AMEFORGEE, « The SMASHING PUMPKINS : MELLON COLLIE AND THE INFINITE SADNESS (1995) », fp.nightfall.fr,‎ 23 décembre 2004 (consulté en 3 décembre 2009)
  22. a et b Aline De Vincentis, « Biographie des Smashing Pumpkins », Music-story.com (consulté le 29 novembre 2009)
  23. Marc Lenglet, « The Smashing Pumpkins : Mellon Collie and the infinite sadness" », pop-rock.be,‎ 14 novembre 2003 (consulté en 3 décembre 2009)
  24. Florence Rajon, Smashing Pumpkins, Prelude et Fugue,‎ 1998 (ISBN 2-84343-029-1), p. 107
  25. a, b et c Florence Rajon, Smashing Pumpkins, Prelude et Fugue,‎ 1998 (ISBN 2-84343-029-1), p. 106
  26. a, b et c Lulu, « Mellon Collie and the Infinite Sadness », albumrock.net,‎ 14 février 2005 (consulté en 3 décembre 2009)
  27. le sto, « Mellon Collie and the Infinite Sadness », musique-chroniques.ch,‎ 15 juillet 2005 (consulté en 5 décembre 2009)
  28. 2goldfish, « Mellon Collie And The Infinite Sadness de Smashing Pumpkins », musique.fluctuat.net,‎ 1er janvier 2008 (consulté en 5 décembre 2009)
  29. (en) « Mellon Collie' Baby », EW.com,‎ 11 novembre 1995 (consulté le 3 janvier 2008)
  30. a, b et c (en) « The Smashing Pumpkins—Artist Chart History », Billboard.com (consulté le 8 janvier 2008)
  31. (en) « Gold and Platinum Database Search », Recording Industry Association of America (consulté le 25 juillet 2007)
  32. « Mellon Collie and the Infinite Sadness », Australian-charts.com,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  33. « Mellon Collie and the Infinite Sadness », Charts.org.nz,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  34. « Mellon Collie and the Infinite Sadness », Swedishcharts.com,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  35. « Mellon Collie and the Infinite Sadness », Ultratop.be,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  36. « RPM 100 Albums », RMP,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  37. Roberts, David (ed). British Hit Singles & Albums. 19e édition. HIT Entertainment, 2006. ISBN 1-904994-10-5, p. 509
  38. « Mellon Collie and the Infinite Sadness », Dutchcharts.nl,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  39. « Mellon Collie and the Infinite Sadness », Norwegiancharts.com,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  40. « Mellon Collie and the Infinite Sadness », Musicline.de,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  41. « Mellon Collie and the Infinite Sadness », Lescharts.com,‎ 1995 (consulté le 28 novembre 2009)
  42. (en) Jonathan Cohen, « Smashing Pumpkins To Reunite? », Billboard.com',‎ 21 janvier 2005 (consulté le 7 novembre 2007)
  43. « Gold & Platinium », riaa.com,‎ 2001 (consulté en 19 décembre 2009)
  44. « Criteria », riaa.com (consulté en 19 décembre 2009)
  45. (en) « The Summer of Tragedy », Landslide.2007.org (consulté en 5 décembre 2009)
  46. (en) Christopher John Farley, « Music : A Journey, not a Joyride », Time.com,‎ 13 novembre 1995 (consulté en 14 décembre 2009)
  47. (en) « The Best of 1995 », Time.com,‎ 25 décembre 1995 (consulté le 8 janvier 2008)
  48. Browne, David, « Pumpkin Batch - Mellon Collie and the Infinite Sadness review », EW.com,‎ 27 octobre 1995 (consulté le 8 janvier 2008)
  49. « Mellon Collie and the Infinite Sadness, The Smashing Pumpkins », rollingstone.com,‎ 27 octobre 1995 (consulté en 5 décembre 2009)
  50. (en) DeRogatis, p. 80-82
  51. (en) Edmunds, Ben. Smashing Pumpkins: Mellon Collie And The Infinite Sadness. Mojo. Decembre 1995.
  52. Robert Christgau, « The 1995 Pazz & Jop Critics Poll », Robertchristgau.com (consulté le 28 novembre 2009)
  53. Littéralement : un engin explosif ayant fait long feu. Robert Christgau, « Key to Icons », robertchristgau.com,‎ 20 février 1996 (consulté en 19 décembre 2009) : « A Dud (Dud) is a bad record whose details rarely merit further thought. At the upper level it may merely be overrated, disappointing, or dull. Down below it may be contemptible. »
  54. Robert Christgau, « Consumer Guide », robertchristgau.com,‎ 20 février 1996 (consulté en 19 décembre 2009)
  55. Robert Christgau, « Consumer Guide », robertchristgau.com (consulté en 19 décembre 2009)
  56. Robert Christgau, « Keys to Icons », robertchristgau.com (consulté en 19 décembre 2009)
  57. Allison Taich, « The Smashing Pumpkins - Mellon Collie and the Infinite Sadness (video collection) », popmatters.com,‎ 2009 (consulté en 4 décembre 2009)
  58. (en) Strauss, Neil, « Babyface, Celine Dion And Pumpkins Compete For Multiple Grammys », NYTimes.com,‎ 8 janvier 1997 (consulté le 8 janvier 2008)
  59. (en) « The Smashing Pumpkins - Charts & Awards - Grammy Awards », Allmusic.com (consulté le 8 janvier 2008)
  60. (en) « The 1995 Pazz & Jop Critics Poll », RobertChristgau.com,‎ 20 février 1996 (consulté le 24 janvier 2009)
  61. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l hitparade.ch/smashing pumpkins/mellon collie & the infinite sadness consulté le 10 octobre 2012
  62. billboard.com/smashing pumpkins/mellon collie & the infinite sadness consulté le 10 octobre 2012
  63. Chartstats/VR/contraband consulté le 2 septembre 2012
  64. RIAA Database
  65. Bundesband Musik Industrie consulté le 10 octobre 2012
  66. Music Canada.com consulté le 10 octobre 2012
  67. snepmusique.com/2002/album/platine consulté le 10 octobre 2012
  68. BPI website

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Passage traduit de Tonight, Tonight : Les moments indescriptibles de ta vie, ce soir. L'impossible est possible, ce soir ce soir
  2. Paroles Jellybelly : Corgan répète de nombreuses fois : We're nowhere, « Nous ne sommes nulle part »
  3. Paroles Here is no why : The endless drags of a death rock boy
  4. Paroles Bullet With Butterfly Wings : Despite all my rage I am still just a rat in a cage
  5. Paroles traduites Fuck You (An Ode to No One) : Au fond de ce profond trou noir - Des galaxies vides de toutes âmes
  6. Paroles Tales Of A Scorched Earth : So fuck it all cause I dont' care
  7. Paroles Beautiful : Beautiful, you're beautiful, as beautiful as the sun.
  8. Paroles Lily (My One and Only) : Love is my heart and in your eyes

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 28 décembre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.