Melik Ohanian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Melik Ohanian, Futuring (Planet), 2011

Melik Ohanian est né en France en 1969. Il vit et travaille entre Paris et New York. Il a montré son travail lors de plusieurs expositions personnelles : Galerie Chantal Crousel et Palais de Tokyo à Paris, South London Gallery à Londres, De Appel à Amsterdam, IAC à Villeurbanne, Yvon Lambert à New York, Museum in Progress à Vienne, Matucana 100 à Santiago du Chili. Il a également participé à de nombreuses expositions collectives dans le monde et en particulier aux Biennales de Sao Paulo (représentation française), Berlin et Sydney en 2004, aux Biennales de Moscou et de Lyon en 2005, aux Biennales de Gwangju et de Séville en 2006, et plus récemment à la 52e Biennale de Venise en 2007.

Le travail de Melik Ohanian s’entend en termes de territoires physiques et conceptuels dont le point central serait la notion de temps. Nourrie de recherches, de méthodes scientifiques et de philosophie, son œuvre se développe au travers d’une multiplicité de médiums. Les dispositifs réalisés interrogent les modes de représentation de l’exposition et dépassent les cadres habituels de l’image dans ses dimensions spatiales et temporelles. Plaçant le visiteur dans un état d’exploration, l’artiste met à jour la complexité des écarts qui, de manière plus ou moins évidente, régissent nos rapports au monde et à autrui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les dispositifs mis en place par Melik Ohanian, la notion de temps s’appréhende dans son rapport au réel et par l’expérience de sa durée. Le visiteur y est invité à éprouver physiquement, ici et maintenant, des enjeux qui se produisent ailleurs à un instant T. La présence et l’action de protagonistes opèrent en tant qu’indicateurs temporels ; leur non‐présence favorise à l’inverse une absence totale de linéarité, au profit d’une forme absolue de temporalité — celle qui en appelle à sa notion et non à sa fonction. De fait, ce va‐et‐vient permanent entre ces mondes intra‐ et extra‐fictionnels construit un espace intangible mais bien réel, expérimentable par tous. Plaçant le visiteur dans un état d’exploration, l’artiste met à jour la complexité des écarts qui, de manière plus ou moins évidente, régissent nos rapports au monde et à autrui. Aux notions d’événement et de spectacle, et jouant des flux visuels et d’enregistrement qui conditionnent et saturent nos systèmes de représentation, Melik Ohanian privilégie l’invisibilité ou la disparition — Invisible Film (2005), Hidden (2005) —, s’attache à révéler les ressorts et procédés réels mis en jeu, comme dans le film diffusé sur sept écrans Seven Minutes Before (2004), transforme l’approche de la réalité historique dans le dispositif filmique de September 11, 1973 ­ Santiago Chile 2007 (2007). Qu’il s’agisse de filmer une île interdite au public au large de l’Islande — Island of an Island (1998‐ 2002) — ou les mains désœuvrées de travailleurs en Arménie — The Hand (2002) —, de rencontrer les dockers en grève à Liverpool — White Wall Travelling (1998) — ou de se rendre dans le désert de l’Utah, aux États‐Unis pour filmer l’opposition de la planète Mars avec la Terre — Welcome To Hanksville (2003) —, plus généralement en approchant des zones où s’intensifient les distances et les distanciations, l’artiste nous invite, à travers ces documents sans commentaires, à nous interroger sur les réalités constitutives et/ou réflexives de notre monde. Dans le projet From The Voice To The Hand (Paris 2008), Melik Ohanian questionne les principes mêmes de la modalité d’expositions, à travers les essais de représentation rassemblés dans un dispositif singulier et inédit, à l’échelle de la ville.

Principales productions (sélections)[modifier | modifier le code]

DAYS, I See what I Saw and what I will See, 2011[modifier | modifier le code]

DAYS, I See what I Saw and what I will See, est l'expérience d'une représentation continue de l'espace et dune représentation discontinue du temps - dans un même temps. Le film a été tourné pendant 11 jours, du 24 février au 6 mars 2011, dans un camp de travailleurs à Sharjah, Sharjah (EAU). Après avoir construit 100 mètres de rails de travelling, Melik Ohanian installait les rails dans la journée et filmait 100 mètres en 4 minutes environ. Le lendemain, il démontait les rails, les ré-assemblaient en les avançant de 100 mètres et filmait de nouveau. Il a répété cette opération pendant 11 jours consécutifs, en tournant de jour comme de nuit. Le montage successif de ces enregistrements quotidiens a produit finalement deux plan-séquences singuliers de 42 minutes, représentant une traversée de 1 100 mètres. Lors de la veille du vernissage de la 10e biennale de Sharjah, une version de jour et une version de nuit du film devaient être projetées simultanément sur les deux faces d'un même écran, qui devait être construit pour l'occasion en dehors des espaces officiels de la biennale. Pour des raisons complexes et mystérieuses, et malgré les nombreuses propositions de l'artiste, la projection prévue n'a jamais eu lieu ce jour-là. Il fut décidé alors que la projection aurait lieu, un jour après la fermeture de la Biennale. Cependant, DAYS, I See what I Saw and what I will See, est projeté pour la première fois à Paris.

From the voice to the hand, 2008[modifier | modifier le code]

La métaphore qui s’impose est celle, musicale, du contrepoint : simultanéité de flux qui se recoupent de loin en loin, à l’image des lignes mélodiques, à la fois indépendantes et articulées les unes aux autres. Mais il s’agit de tenir ensemble le temps et l’espace, de donner figure à un espace-temps qui soit comme la forme d’une totalité dispersée, c’est-à-dire distendue et articulée : suffisamment articulée pour suggérer l’unité d’un processus, et suffisamment distendue pour que la connexion ne se fasse pas immédiatement, selon un principe d’action instantanée à distance. From The Voice To The Hand dit aussi que les connexions les raccords, doivent se faire à la main, c’est-à-dire de proche en proche. Le plan ne garantit pas d’accès immédiat : il faut se déplacer, et cela prend du temps. Au lieu de l’habituel carton annonçant une soirée de vernissage, ce sont, neuf dates d’ouverture différentes, disposées en colonnes, qu’accompagne une table des durées qui tient à la fois de la partition et de la bande de papier à musique. À chacun, alors, de trouver son point d’entrée (« vous estes ici ») et d’inventer son parcours pour connecter, s’il le souhaite, cette construction conceptuelle et diagrammatique à une trame d’expérience. Ici la beauté du dispositif tient à la possibilité qu’il offre de passer complètement à côté de lui, à force d’être installé au milieu. Un espace-temps compte aussi par tous les angles morts, tous les degrés de déconnexion qu’il organise.

Invisible Film, 2005[modifier | modifier le code]

Invisible Film est un dispositif mettant en abyme le film Punishment Park de Peter Watkins en 1971 et le lieu dans lequel il a été tourné. Il permet de soulever des questions à propos du geste que l'artiste propose : des notions de décalages spatiaux et temporels, de projection et de réceptacle, et enfin de soustraction et de mise en équation. Melik Ohanian propose un dispositif de monstration en triptyque, trois écrans, trois vidéos. Tout d’abord, un plan séquence fixe d'un projecteur 35 mm qui diffuse la dernière bande existante de Punishment Park en 35 mm dans le désert, dont le faisceau va se mêler à la profondeur du paysage. Ensuite, l'extrait suivant ne montre que les sous-titres du film toujours en présence du son (cette version étant présente aussi lors de l'exposition de la pièce, sur un moniteur en dehors de l'espace de projection). Enfin la dernière version est le film original du film de Peter Watkins. Tout d'abord la juxtaposition de ces trois extraits met en évidence le décalage qui s'opère dans Invisible Film. Comme le titre l'indique, le dispositif du projecteur sans écran pour stopper le faisceau, ne laisse finalement rien à voir si ce n'est que la bobine qui se déroule à l’unisson avec le soleil qui se couche. On se questionne alors sur le lieu de projection qui est en fait celui du tournage de Punishment Park. Cela rappelle la pièce Welcome To Hanksville, où l’artiste décide de filmer Mars dans un décor analogue sur Terre. Ainsi on assiste à une mise en abyme du lieu qui devient à la fois élément diffusé et réceptacle. L'addition est à mettre en parallèle avec le dépouillement du dispositif de cinéma, pas d'écran, pas de salle de cinéma. Ces opérations nous rapprochent du réel, en effet le faisceau retourne à la nature et à son lieu d'origine. La boucle spatiale devient aussi boucle temporelle car la bobine du film de 1971 se superpose au même paysage du temps présent, de plus le paysage désertique qui ne donne aucun indice de datation trouble encore plus le dispositif.

Seven Minutes Before, 2004[modifier | modifier le code]

L'événement de l'instant, dilaté, diffracté. Seven Minutes Before est un film emblématique de l'œuvre de Melik Ohanian. Sept écrans en enfilade restituent chacun l'approche en temps réel de sept caméras en mouvement vers un point d'impact unique? Sept points de vue disjoints pour la mise en tension d'une même surprenante action : l'explosion d'un camping-car quelque part dans le Vercors. Mais ce quelque part pourrait être ailleurs : Ce décor de montagne générique et la bande son de chacun des sept plan-séquences nous emmène effectivement ailleurs. En Arménie avec un joueur de kamantcha, au Japon avec une joueuse de koto, auprès d'une enfant jouant au bord d'une rivière Kwanza en Angola… On est bien dans la même région, partageant une même attente qui se résoudra en une unique explosion, mais les points de vue sont tous différents et tous porteurs d'autres lieux, tous mouvants. Ainsi le temps qui se dilate sur les 17 minutes qui précèdent l'évènement est lourd d'une diffraction de l'espace qui induit aussi une diffraction des récits et qui suggère par conséquent l'idée d'une diffraction du temps lui-même. Seven Minutes Before au CENTQUATRE, était aussi un ballet de caméras d'avant la déflagration qui seyait bien à l'évènement particulier que fut l'inauguration du lieu. Une inauguration du lieu. Une inauguration elle-même sans doute précédée d'un semblable suspense, une inauguration diffractant elle-même sa propre explosion festive en une multiplicité de propositions artistiques. De même, il convenait aussi de présenter en ce lieu, sous la forme d'ateliers avec les riverains la lecture des textes Cosmograms. L'ouvrage consacré à une extension de Seven Minutes Before dans le champ littéraire distribue lui-même (avec l'aide complice de Jean-Christophe Royoux) la parole à des intellectuels de divers horizons pour produire une réflexion polyphonique sur les nouveaux espaces réels et filmiques de notre monde contemporain. Seven Minutes Before au CENTQUATRE, c'est encore une abscisse et une ordonnée, toutes deux chiffrées, qui désignent l'œuvre par la durée de l'évènement qu'elle porte et le lieu qui l'accueille par sa localisation administrative. Cette relation site/temps d'intervention de l'œuvre, si elle est propre à toute œuvre exposée, devient particulièrement forte dans le carde du dispositif From The Voice To The Hand. Plusieurs sites y permettent d'appréhender un objet éclaté, une déflagration d'œuvres. Ainsi, le visiteur que nous sommes se voit confronté à une multiplicité dont il saisit l'ampleur sans pouvoir en cerner le détail, ou inversement. En ce sens, Seven Minutes Before semble aussi préfigurer cet agencement de la multiplicité que Melik Ohanian voudrait donner à voir.

Island of an Island, 1998 – 2002[modifier | modifier le code]

En 1963, au large de l’Islande, surgit à la suite d’une éruption volcanique sous-marine (1963 – 1967) l’île de Surtsey. Sous tutelle de la communauté internationale scientifique, le territoire de 3,4 km2 devient un observatoire privilégié pour l’étude de l’apparition de la vie. Interdite au public, seuls les scientifiques y ont accès pour observer et étudier le développement le protégé des espèces. Territoire – sans idée de Nation, ni de culture –, l’île de Surtsey nous donne à accès à un temps au caractère pré-historique.

Dans Island of an Island, l’île de Surtsey est un sujet représenté dans trois espaces de représentations différents – l’espace filmique, l’espace physique, l’espace du livre – qui interfèrent librement entre eux, sans idée de synchronisme. Le dispositif comprend un film en 35 mm vidéoprojeté sur 3 écrans. Un sol composé d’un système électrique animé d’environ 900 ampoules reproduisant le dessin scientifique d’une espèce végétale trouvée sur l’île. Cette plante se reflète dans 5 miroirs convexes accrochés au plafond. Un manuel de 80 pages couleurs disposé à l’entrée accompagne l’installation.

Sources:

  • From The Voice To The Hand Cedric Schönwald, Elie During.
  • Krystale Company Melik Ohanian.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2012 :
    • Exils, Musée National Pablo Picasso, Chapelle Vallauris, France
    • POINTS D'INTENTIONS, Les Eglises, Chelles, France
  • 2011 :
    • {display :none;}, Galerie École des Beaux Arts de Montpellier, France
    • DAYS, I See what I Saw and what I will See, Galerie Chantal Crousel, Paris
    • Datcha Project, Session #004, Armenia
    • Peripherical Communities, Rich Mix, London, UK
  • 2010 :
    • Cadence Modulaire - Public Art - UPR – Hôpital Saint-Antoine, Paris, France - 2009-2010
    • Lightbox Melik Ohanian, Café Centre Pompidou, Paris
    • Datcha Project, Session #002, Armenia
    • Datcha Project, Session #003, Armenia
  • 2009 :
    • Melik Ohanian & Romain Kronenberg, BLANK, Paris, France
    • From The Voice to The Hand**, In Between, Centre Musical Goutte d’Or - Barbara, Paris, France
    • Datcha Project, Session #001, Armenia
  • 2008 :
    • El Agua de Niebla, Matucana 100, Santiago, Chile
    • Datcha Project, Session #000, Armenia
    • From The Voice to The Hand**, Le Plateau / FRAC Île-De-France, Paris
    • From The Voice to The Hand**, Abbaye de Maubuisson, Paris
    • From The Voice to The Hand**, MAC/VAL, Ivry sur Seine
    • From The Voice to The Hand**, Collection, Centre Pompidou, Paris
    • From The Voice to The Hand**, Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, Paris
    • From The Voice to The Hand**, Galerie de Multiples, Paris
    • From The Voice to The Hand**, Association FACE, La Courneuve, Paris
    • From The Voice to The Hand**, Cinéma l’Entrepot, Paris
    • From The Voice to The Hand**, Le CentQuatre, Paris
    • From The Voice to The Hand**, Yvon Lambert - Librairie, Paris
  • 2007 :
    • 37 seconds - Melik Ohanian, CCA Kitakyushu, Japan
    • Harun Farucki & Melik Ohanian, Lunds Konsthall, Suède
  • 2005 :
    • Hidden and The White Half Mas Flag, ArtPace, San Antonio, USA
    • With Sean Snyder and Pia Ronicke, Fruit Market Gallery, Edinburgh, Écosse
    • A Moment as an Event, PERFORMA 05, New York, USA
  • 2004 :
    • Seven Minutes Before, French Pavillon XXVIe Sao Paulo Biennal, Brésil
    • Revolving Analogia, Yvon Lambert Gallery, New York, USA
    • {T}HERE, Centre pour l’image Contemporaine, Saint Gervais, Genève, Suisse
    • Welcome to Hanksville, Galerie Dvir, Tel Aviv, Israël
  • 2003 :
    • SlowMotion, from Slave to Valse, CCA Kitakyushu, Japon
    • Welcome To Hanksville, Studio Yvon Lambert, Paris
    • Sound Bilboard, Museum in Progress, Wien, Autriche
    • You are mY destinY, The Atlanta College of Art, Atlanta, USA
    • Alightningtruckonablueracetrack, Galerie BF15, Lyon, France
  • 2002 :
    • Nightsnow, Galerie Navona, Rome, Italie
    • Island of an Island, Art Unlimited, Basel, Suisse
    • Nightsnow, Galerie Chantal Crousel, Paris
    • Island of an Island and Peripherical Communities, Palais de Tokyo, Paris
    • Freezing Film, FRAC Montpellier, France

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2011 :
    • J’ai Deux Amours, Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, Paris, France.
    • El Agua de Niebla, FIAC 2011, Jardin des Tuileries, Paris, France.
    • Entre-Temps, L’artiste Narrateur, Collection MAM Paris, Tapei, Taiwan.
    • Atmosphères, Collection FRAC Rhône-Alpes, Romans, France.
    • Entre-Temps, L’artiste Narrateur, Collection MAM Paris, Minsheng, Shanghai, China.
    • Nuages, Cité Radieuse, Marseille, France.
    • Magical Consciousness, Arnolfini, Bristol, UK.
    • 10. Sharjah Biennal, Sharjah, United Arab Emirates.
  • 2010 :
    • Collection, MAC VAL, Paris
    • Persistence of Vision II, Nikolaj Contemporary Art, Copenhagen, Danemark.
    • L'Homme Debout, Galerie Chantal Crousel, FIAC, Paris.
    • Still/Moving, The Israel Museum, Jerusalem, Israël.
    • Sound Design for Future Films, Wexner Center for the Arts Columbus, Ohio, US
    • Persistence of Vision I, FACT, Liverpool, UK.
    • Telling Stories, WUK Kunsthalle, Wien, Austria.
  • 2009 :
    • America, Beirut Art Center, Lebanon
    • L’Attraction de l’Espace, Musée d’Art Moderne, Saint-Étienne, France
    • Entre-Temps, L’artiste Narrateur, Collection du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, MIS/Paco de Artes, Sao Paulo et Oi Futuro, Rio de Janeiro, Brazil
    • Behind The Image, The Image Behind, ArteFact Festival, STUK Kunstencentrum, Leuven, Belgique
    • Los Tiempos de un Lugar, Centro de Arte y Naturaleza, Fundacion Beulas, Huesca, Spain
  • 2008 :
    • Interstitial Zone, Argos, Bruxelles, Belgique
    • La Scène Française 1980-2008, Réfléchir Le Monde, Centrale Electrique, Bruxelles, Belgique
    • Sound Design for Future Films, Moderna Museet, Stockholm, Suède
    • U-Turn, Quadriennal de Copenhagen, Danemark
    • Du Jardin au Cosmos, L'Espace d'Art Concret, Mouans-Sartoux, France
    • The Space of Man, Fondation Merz, Torino, Italie
    • Re-Make/Re-Model, Courtisane Film Festival, Gent, Belgique
    • Locked-In, Casino Luxembourg, Luxembourg
    • Voice and Void, Galerie Im Taxipalais, Insbruck, Austria Collection08, IAC Villeurbanne, France
    • Collateral 2, SESC Paulista, Sao Paulo, Brésil
    • Perform History, U-TURN at Overgaden, Copenhagen, Danemark
  • 2007 :
    • Fiction Vs Reality, Centre d’Art Moderne, Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbonne
    • Passages, Hommage à Walter Benjamin, Gandy Gallery Bratislava, Slovakia
    • Playback, Musée d’Art Moderne, Paris
    • Intrusions, Collection FMAC, Petit Palais, Paris
    • Voice and Void, The Aldrich Contemporary Art Museum (CT) Ridgefield, USA
    • 04. Goteborg Biennale, On the limits of politics and possibilities of resistance, Sweden
    • Collection, MAC VAL Musée d’Art Contemporain de Vitry, France
    • Poeziezomers, Watou, Belgium
    • Borderline-Moving Image, Beijing Center for Creativity, China
    • 52. Venice Biennale, Think with the senses, Feel with the mind, Venise, Italy
    • Critical Foreground, New Langhton Arts San Francisco, US
    • The Hand, National Museum of Fine Arts, Riga, Lettonia
    • On Peter Watkins, Galerie Martin Janda, Vienna, Austria
    • Air de Paris, Centre Georges-Pompidou, Beaubourg, Paris
    • Centre of the Creative Universe: Liverpool and the Avant-Garde, TATE Liverpool, UK
    • Parabol Magazine #2, Vienna, Austria
    • Collateral, When Art looks at Cinema, Hangar Bicocca, Milano, Italia
  • 2006 :
    • 02. Biennale of Sevilla, Spain
    • 06. Biennale of Gwangju, Korea
    • Datcha Project, Armenia Tell Me, Casino Luxembourg, Luxembourg
    • Human Games, Fondazione Pitti in Firenze, Italy
    • Undo Redo, Kunsthalle Fridericianum Kassel, Germany
    • Seven Minutes Before, Outdoor projection in Vercors, France
    • Negative Space, Extended, by Susane Burner Kunstmuseums Bonn, Germany
    • Satellites of Love, Witte de Whit, Rotterdam, Netherland
    • 25 PEACES, billboard project, Wien, Austria
  • 2005 :
    • Collection, MAC VAL Musée d’Art Contemporain de Vitry, France
    • Rencontres Internationales des Arts Multimédia, Marseille, France
    • Leçon Zéro, Galerie Chantal Crousel, Paris
    • Istmo, Galerie Vermelho, Sao Paulo, Brazil
    • 08. Biennale de Lyon, Experiencing Duration, France
    • 01. Biennale de Moscou, Dialectic of Hope, Russia
    • Tell Me, MNBA Québec, Canada
    • October Art Salon, Belgrade, Serbia
    • Multipistes, Palais des Beaux Arts, Bruxelles, Belgium
    • Nach Rokytník', EVN Collection, MUMOK Wien, Austria
    • Greengrassi Gallery, London, England Land Marks, Galerie Chantal Crousel, Paris
    • Remagine, Collection du FNAC, Musée d’Art Contemporain de Lyon, France
    • Collection, Macro-Mattatoio, Roma, Italia
    • Documentary Creations, Kunst museum, Luzern, Switzerland
    • Universal Experience, MCA Chicago, USA
  • 2004 :
    • 14. Biennale de Sydney, ReasonEmotion, Australia,
    • 03. Biennale de Berlin, Germany
    • 04. Biennale de Pontevedra, Spain
    • Communautés, IAC Villeurbanne, France
    • Mediterraneo, Macro-Mattatoio, Roma, Italia
    • Nuit Blanche, Paris, France
    • Eblouissement, Jeu de Paume, Paris
  • 2003 :
    • Geographies # 3, Galerie Chantal Crousel, Paris, France
    • Freezing Film, Gare de Lyon, Festival d’Automne, Paris, France
    • Through the Eye of a Needle, Galerie Chantal Crousel, Paris, France
    • Collective Exhibition, CRAC Sète, France
    • Embassy, Galleri F15, Moss, Norvegia
    • 2O ans des FRAC, Musée d’art Contemporain de Strasbourg, France
    • Moltitudini–Solitudini, Museion, Museo d’arte contemporanea Bolzano, Italy
    • No Ghost Just a Shell, Van Abbe Museum, Eindhoven, Pays-Bas / SF Moma, San Francisco, U.S.A
  • 2002 :
    • No Ghost Just a Shell, Institute for Visual Culture, Cambridge, England
    • Toasting Agency at Openspace, Curated by Alexis Vaillant Piazza Duomo, Milan, Italy
    • No ghost Just a Shell, Kunsthalle Zürich, Switzerland / SFMOma, San Franscico
    • Migration de l’image, Erevan, Armenia
    • Haunted House, curated by Gabriel Lester, Outline, Amsterdam, Pays-Bas
    • Stories, Haus der Kunst, Munich, Germany
    • Less Ordinary, Artsonje Center, Seoul, Museum of Modern Art, Kyungju, Korea
  • 2001 :
    • Traversées, ARC Musée d'Art Moderne de la ville de Paris
    • A comme Accident, Galerie Chantal Crousel, Paris
    • Rencontres Vidéo, Galerie Piazza Navona, Roma, Italy
  • 2000 :
    • Institut d’art Contemporain de Villeurbanne, Residency in Die, Drôme, France
    • Soirée Nomade, Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, Paris
  • 1999 :
    • ThirtyFiveSecondsLater Interval Program, MAC Lyon, France
    • Icono Festival Printemps du Québec à Paris, Metro Stalingrad, France
  • 1998 :
    • Collective Exhibition, Galerie Jennifer Flay, Paris
    • Junge Szene 98, Secession, Vienna, Austria
    • In Vitro, Glassbox, Paris
  • 1997 :
    • Mobile TV, with Pierre Huygue, Le Consortium, Dijon, France
    • Histoires en Forme, Le Magasin, Grenoble, France
    • Galerie de Portraits, Collection FRAC Rhône-Alpes, France
    • 01. Biennale du Montenegro, Cétinié, Monténégro
  • 1996 :
    • Bande Sonore pour un Film Potentiel, with Pierre Huyghe, Le Hall, ENBA Lyon
    • Arte Fiera di Bologna, Galerie Nuova Icona, Bologna, Italy
  • 1995 :
    • Critique, Post-diplôme, École Nationale des Beaux-Arts de Lyon,
    • Cité de l’image, Lyon-Vaise / Galeria Nuova Icona, Venise
    • 08152758, Embarcadère, Lyon, France

Commandes publiques[modifier | modifier le code]

  • Les Réverbères de la Mémoire, Armenians Memorial, Geneva, 2010-{2013}
  • Cadence Modulaire, UPRHopital Saint-Antoine, Paris, France - 2009-2010
  • Second Time & Second Sound, Piscine de Belleville, Paris - architectes Berger&Anziutti – 2008
  • Philosophic DUB, Atelier de Création Radiophonique, France Culture, Paris - 2008
  • Cosmoball, Abbaye de Maubuisson, Saint-Ouen l'Aumone, France – 2008
  • Rosa Park Tribute, Collège Rosa Parks, Gentilly, Val de Marne, France – 2008
  • Le Récit Perpétuel, Talence, Bordeaux, France – 2003-2007. Dans le cadre du projet "L'art dans la ville".

Résidences[modifier | modifier le code]

  • Montalvo Arts Center, Sally and Don Lucas Artist Program, USA, 2008
  • CCA KitaKyushu, Japan 2007
  • Prize of October Art Salon, Belgrade, Serbia, 2005
  • ArtPace 2005, San Antonio, Texas, USA.
  • Villa Medicis 2003/2004, Rome, Italia
  • CCA KitaKyushu, Japan 2003
  • FIACRE, aide à la première exposition, 2002 Institut Art Contemporain, Residency, Die, France, 2000 Image en Mouvement CNC/DAP, 2000
  • Prix Linossier, Beaux Arts de Lyon, 1995

Publications[modifier | modifier le code]

  • 2009 :
    • From The Voice to The Hand, coproduit par l'Abbaye de Maubuisson, Le Plateau / FRAC Île-De-France. Ed. Archibook, Paris. Plus d'info
  • 2005 :
    • SlowMotion, from Slave to Valse, Ed. CCA Kitakyushu. Plus d'info
    • Cosmograms, Japon, Melik Ohanian et Jean Christophe Royoux, Ed.Lukas & Sternberg, New York Cosmograms Newspaper Édition distribué par EXO, Sao Paulo, Brazil. plus d'info
  • 2003 :
    • ’’KRISTALE Company’’, Monographie, Édition HYX, Paris. Plus d'info

Liens externes[modifier | modifier le code]