Melfor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une bouteille de Melfor avec des faïences de Sarreguemines, service Obernai décoré par Henri Loux.

Le Melfor est un condiment à base de vinaigre d’alcool, de miel et d’infusion de plantes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fritz Sprenger est le fondateur, en 1919, de l’entreprise Melfor et « le père » du Melfor en Alsace.

Les vicissitudes de l’histoire ont contribué à une scission des entreprises et il existe aujourd’hui un condiment Melfor de fabrication allemande, avec emballage et étiquetage spécifiques[1].

En France, c’est aujourd’hui une production de la société Higy, entreprise alsacienne implantée à Mulhouse depuis sa création en 1922. Fernand Higy, fondateur de cette PME, est à l’origine du développement de ce produit unique sur le marché des condiments[2].

La gamme s’est développée depuis 2011, avec quatre déclinaisons aromatisées[3].

Le Melfor connaît depuis sa création un succès sans égal dans l’Est de la France. Plus de huit foyers sur dix en consommeraient régulièrement dans le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et la Moselle. Les alsaciens-mosellans de la « diaspora » emportaient souvent à chacun de leur passage dans leur région natale un stock suffisant de Melfor pour cuisiner entre deux visites.[réf. nécessaire]

Droit local alsacien : la production et la vente de vinaigre « doux »[modifier | modifier le code]

Le Melfor titrant 3.8 ° est produit localement depuis 1910 alors qu’une loi française de 1905 plaçait la norme au-dessus de 6°. Jusqu’au traité de Maastricht, la vente de Melfor était réservée exclusivement aux trois départements dépendant du droit local d’Alsace-Moselle, sa composition contrevenant aux règlements français sur la fabrication du vinaigre il était considéré comme un condiment.

Le décret du [4] interdisant l’usage d’acide acétique dans l’élaboration des vinaigres, la commercialisation de ce vinaigre « hors norme » perdura, sans doute grâce au constat d’« habitudes locales historiques » et malgré l’absence de « traces officielles » de cette tolérance[5].

Ce n’est qu’en 2005 que cet « arrangement » fut formalisé par le décret no 2005-553 modifiant le décret no 88-1207[6] et mit fin à toute polémique.

Ingrédients[modifier | modifier le code]

Vinaigre d’alcool ; eau ; miel ; infusion de plantes ; colorant : colorant caramel ; antioxygène : métabisulfite de potassium K2S2O5 (E224).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Histoire du Melfor.
  2. Sabine Hartmann, « Visite privée Melfor, un vinaigre fabriqué depuis 90 ans, à Mulhouse », sur L’Alsace,‎ 13 juin 2012 (consulté le 20 sept. 2012)
  3. La gamme des produits Melfor en France.
  4. Le décret du 28 juillet 1908 (abrogé) pris pour l'application de la loi du 1er août 1905 (…) en ce qui concerne le vinaigre proscrit, par son article 4, l’emploi d’acide acétique dans la fabrication des vinaigres.
  5. Extraits d’une lettre de la société Melfor à l’Institut du droit local alsacien-mosellan envoyée probablement vers 1990
  6. Le décret no 88-1207 (modifié) du 30 décembre 1988 portant application de l'article L. 214-1 du code de la consommation en ce qui concerne les vinaigres autorise, par son article 7-1, « les vinaigres légalement fabriqués ou commercialisés et conformes aux usages loyaux (...) » et abroge intégralement, par son article 8, le décret de 1908.

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :