Melanoides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Melanoides sont des escargots d'eau douce de l'embranchement des mollusques et de la classe des gastéropodes, de forme conique spiralée, ne dépassant pas 5 cm.

Les aquariophiles apprécient ces escargots pour leur utilité dans les aquariums.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Leur mode de vie est particulier, à savoir qu'ils s'enfouissent dans le sol le jour pour sortir la nuit et manger les détritus. Ils participent au nettoyage de l'aquarium mais surtout aèrent le sol en s'enfouissant et en traînant leur lourde coquille. Ils préfèrent une eau assez dure et un pH supérieur à 7, mais peuvent vivre dans une eau plus douce (4° GH minimum) et un peu acide (> 6,2° pH) dès lors qu'il peuvent trouver le calcium nécessaire à la formation de leur coquille. La reproduction se fait en eau douce, sans intervention particulière ni passage en eau de mer, comme c'est souvent le cas avec les escargots d'eau. Cette espèce est très prolifique, dès lors que les paramètres de maintenance sont corrects.

Les Melanoides ont une respiration branchiale et n'ont donc pas besoin de remonter à la surface pour respirer. C'est une particularité intéressante pour les aquariums fermés.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La reproduction peut être sexuée (assez rare) ou parthénogénétique. Les femelles sont vivipares. Elles conservent les œufs puis les petits escargots dans une poche d'incubation interne jusqu'à ce qu'ils atteignent une taille suffisante pour être libérés (0,5 mm environ).

Répartition[modifier | modifier le code]

On trouve cet escargot dans toutes les régions tropicales (Afrique, Asie et Océanie), dès lors que la température de l'eau reste dans une fourchette de 18°C à 30°C environ. On peut trouver parfois ces escargots en Europe du Sud. Le rejet de ces escargots au tout-à-l'égout par les aquariophiles a dû participer pour une bonne part à sa colonisation dans des plans d'eau au climat clément. Mais, officiellement, il n'y est pas encore répertorié. On l'a même signalé en Hollande ; mais il n'est pas certain qu'il ait pu s'y reproduire et passer les hivers.

Comme de nombreux invertébrés, cet escargot est particulièrement sensible à la pollution, notamment par les nitrites (NO2) même à très faible dose ainsi que les nitrates (NO3).

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon SITI:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]