Mehdi Bazargan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mehdi.
Medhi Bazargan.

Mehdi Bazargan (en persan : مهدی بازرگان) est un homme politique iranien né en et mort le . Il fut le chef du gouvernement intérimaire de l'Iran, donc virtuellement le premier Premier ministre après la révolution iranienne de 1979. Il fut un des architectes de la révolution iranienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a fait ses études supérieures en France : en 1928-29 et 1929-30, il est élève de classe préparatoire au Lycée Clemenceau[1] à Nantes ; en 1930, il est admis à l'École Centrale des Arts et Manufactures de Paris et obtient en 1933 un diplôme d'ingénieur en thermodynamique. Il rentre en Iran en 1934.

Mehdi Bazargan était un partisan actif de la démocratie parlementaire. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il rejoint l'armée française et combat l'Allemagne nazie.

Il regagne l'Iran à la fin des années 1940 pour prendre la tête du département d’ingénierie de l'Université de Téhéran. En 1951, sous l'impulsion du Dr Mossadegh, le parlement iranien nationalise l'industrie pétrolière iranienne, la retirant ainsi du contrôle britannique. Mehdi Bazargan est le premier dirigeant de la National Iranian Oil Company, créée lors de cette nationalisation.

Après la chute du gouvernement Mossadegh, il participe à la fondation du Mouvement de libération de l'Iran et est emprisonné plusieurs fois par le régime du Shah Mohammed Reza Pahlavi.

Bazargan est nommé au poste de premier ministre par l'Ayatollah Khomeini le après la révolution qui a forcé le Shah à quitter l'Iran. Bazargan était considéré comme une des figures des révolutionnaires démocratiques et libéraux et était impliqué dans des conflits de plus en plus nombreux avec des religieux et même avec Khomeini. Il était contre la mise en place de l'assemblée des experts et contestait le nom de République islamique.

Bazargan démissionne avec tout son cabinet le , immédiatement après le début de la crise iranienne des otages et la prise de l'ambassade américaine le 4 novembre. Bien que ce geste ait été considéré comme une protestation à la crise de la prise d'otages, il était aussi clair que ses vues libérales et sa résistance au clergé l'avaient déjà convaincu qu'il ne pourrait mener aucune des améliorations démocratiques qu'il avait planifiées.

Bazargan a été membre du premier parlement (Majles) de la république islamique nouvellement formée. Il meurt le d'une attaque cardiaque lors d'un voyage qui le menait de Téhéran à Zurich en Suisse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Jean Guiffan, Le Lycée Clemenceau. 200 ans d'histoire., Nantes, Éditions Coiffard, 2008. Bazargan faisait partie d'un groupe d'élèves iraniens admis à faire des études en France.

Citation de Mehdi Bazargan[modifier | modifier le code]

L'Imam [Khomeini] souhaite que l'Iran soit pour l'Islam et nous voulons l'Islam pour l'Iran.


Précédé par Premier ministre d'Iran Suivi par
Chapour Bakhtiar 5 février 1979 – 6 novembre 1979 Mohammad Ali Rajai